C'était l'Asie c'était la guerre

550 pages de F-X Desbans Tauzin de Bonnehé
C'était l'Asie c'était la guerre F-X Desbans Tauzin de Bonnehé
Synopsis

1942. Une jeune Occidentale est kidnappée par les Japonais : Esclavage sexuel. En butte aux êtres frustes qui hantent les bordels militaires, la jungle des tripots, la forêt tropicale, elle résiste, belle graine d'espionne ! Jusqu'où la mènera sa chevauchée incandescente ? Et vouée au réalisme merveilleux, parviendra-t-elle à mettre en débâcle les barbaries de l’expansionnisme nippon ?
Road trip décalé en Asie. Roman historique. Épopée à la croisée de l'Histoire et de la légende, le livre colle aux faits réels et son glossaire est un atout. Pourtant le roman dessine une dimension d’onirisme, d’humour et d’exotisme.
Et comment ne pas pointer le bûcher de Rouen et en contrepoint, Hiroshima ?

Publié le 19 Août 2021

Les statistiques du livre

  13 Classement
  1011 Lectures 30 jours
  1132 Lectures totales
  +4 Progression
  179 Téléchargement
  8 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

8 commentaires , 1 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@test en retour

Publié le 21 Septembre 2021

@Jean Jac
Vous avez vu dans mon roman « une histoire riche et généreuse », « un style assez remarquable, de courbes cachées, de mystères entretenus ». Vous évoquez Belle du Seigneur, que vous n’avez pu finir, sans que nous sachions si vous êtes allé au bout de mon roman. Un roman se juge sur son ensemble. Peut-être aujourd’hui iriez-vous au terme de votre lecture de Belle du Seigneur ? Avec le temps, nous évoluons et souvent nous aimons aujourd’hui ce que nous ne goûtions pas hier. Ceci étant, il y a dans cette fiction un climat, une aura allais-je dire, bien éloignée de l’univers mental de nos contemporains, et qui demande une disposition d’esprit, une vraie disponibilité. Cette fiction en effet plonge le lecteur (consentant) à la croisée de l’Histoire et de la légende, de l’onirisme et, à l’occasion, d’un réalisme que l’on a pu qualifier de « réalisme magique », ou de « réalisme merveilleux »…
Christopher mfoula et Rqmaud ont été conquis et ont "trouvé l'histoire captivante". Ils ont "aimé [mon]ouvrage" et déclaré "c'était un véritable plaisir de vous lire" (Christofer mfoula).
Et pour Rqmaud : "on ne s’ennuie jamais ! Moi, j’ai été pris dans cette fiction à ne pas pouvoir m’en détacher". Tous deux ont clairement exprimé avoir lu ce livre jusqu'au bout avec un plaisir non dissmimulé ! Je vous remercie, comme je les remercie eux aussi.

Publié le 06 Septembre 2021

J’aurais aimé m’associer au concert de louanges de votre premier triple lecteur (dont on pourrait se demander s’il ne frôle pas une admiration quasi complaisante), mais moi je n’ai pas eu non plus la patience du second (pour le début que j’ai trouvé compliqué d’accès, compliqué tout court) et la suite que pourtant je connais un peu (peut-être pour cela d’ailleurs). Bref, je me réjouissais (comme je me réjouissais des années de cela en ouvrant Belle du Seigneur mais dont je ne suis jamais arrivé à passer la cinquantième page), il y a des dimanches comme ça. Sans doute aurai-je du glisser et me taire, mais j’ai pensé que cela ne serait pas respectueux de votre travail, de l’ambition et de l’espoir que vous y avez mis. Vous avez ce style assez remarquable, de courbes cachées, de mystères entretenus, ce que j’aime car cela oblige le lecteur à faire sa part du travail, mais dans le cas de votre saga, à mon avis cela complique une histoire qui n’en a pas besoin. Au contraire, tant elle est riche et généreuse. Vous citez Tesson et Claudel (amusant de les réunir !) qui sont pour moi deux exemples d’une écriture simple, sans effets de manche, ce qui la rend fluide je trouve. Bravo pour votre travail et désolé de ne pas être rentré dedans.

Publié le 05 Septembre 2021

@Christofermfoula
Merci Christofer Mfoula !
Votre avis est très sympathique.
Il est aussi un gage de la qualité de mon roman, c'est flagrant !
Voici donc déjà deux lecteurs qui, tous tous les deux, expriment le plaisir qu'ils ont eu à lire cette fiction. @ Rqmaud va jusqu'à exprimer avoir : " été pris dans cette fiction à ne pas pouvoir m’en détacher (...) Et pour tout dire, je vais le relire !"
Vous rejoignez donc bien son commentaire lorsque vous-même, vous me dites avoir trouvé l'histoire "captivante" au point d'oublier son volume de lecture !
Vous avez aimé. N'est-ce pas la plus belle récompense pour un auteur ?
Ah ! j'allais oublier ! Ça me ferait plaisir si vous notiez l'histoire et si vous placez mon roman dans votre bibliothèque !
Encore merci, Christopher mfoula !

Publié le 23 Août 2021

Je vais vous avouer que lorsque j'ai vu le nombre de pages de vôtre livre, j'ai été découragé. Mais au fur et à mesure que je faisais défiler les pages, je n'y prêtais plus attention tant l'histoire était captivante. J'ai aimé votre ouvrage et c'était un véritable plaisir de vous lire. Merci pour ce partage.

Publié le 23 Août 2021

@RQMAUD
Merci RQMAUD !
J’espère que vous avez pu vous reposer ce dimanche après votre nuit de lecture ! Franchement, votre commentaire est réjouissant ! Je vous invite à découvrir mon site https://fx.desbans.com et à poursuivre avec moi vos impressions sur ce roman qui vous a plu visiblement autant qu’à moi ! Mes chaleureux remerciements pour votre commentaire si positif. Sur votre remarque selon laquelle mon titre est « réducteur », je vous donne 100% raison. Je pense même que mon titre aurait pu évincer ce concept. Pourquoi ? Parce que la guerre, dans cette fiction, est au fond le prétexte à tout autre chose. Et précisément ! vous parlez de dimensions nombreuses et étonnantes… Oui ! c’est bien vu. Il y a par exemple une dimension de générosité, une dimension de réalisme magique, une dimension anthropologique, et ainsi de suite… Je vous donne aussi rendez-vous pour commenter mon prochain livre ; un recueil de poèmes : « Totem somme de mes os », en précommande si tout va bien dès le 4 septembre, en vente ebook le 27/09, et au format papier première dans la quinzaine de novembre. Il présentera un style diamétralement différent, au point de vous surprendre, je pense ! Encore une fois, merci !

Publié le 22 Août 2021
5
Bon, pour commencer je suis assez enthousiaste. Dès l’abord, j’ai vu un roman incroyablement bien écrit, et c’est ce qui m’a retenu. Même s’il est plein d’humour — et parfois complètement hilarant, c’est aussi un roman d’une grande profondeur. À la croisée de l’Histoire et de la légende, c’est unique, c’est rafraîchissant, et ça vous emporte dans un rêve qui fait du bien ! Ensuite, le prisme d’attaque du thème m’a carrément scotché. C’est un roman polyphonique. C’est original et c’est bien fait. Très fluide. Très bien construit. En fait, tout est singulier dans ce roman. J’aime aussi son côté intemporel. La jeune héroïne est dans son jardin à Jakarta, quand les soldats japonais lui tombent dessus. Trois années de captivité comme esclave sexuelle. L’érotisme est traité avec véracité, mais aussi avec la pudeur de l’expression poétique. Une réussite ! On rencontre des foules de personnages au fil des chapitres, des bons, des brutes et des méchants ! Toujours hauts en couleur. C’est rythmé, des rebondissements à cent à l’heure, et d’une partie à l’autre du roman, tout évolue sans cesse : on ne s’ennuie jamais ! Moi, j’ai été pris dans cette fiction à ne pas pouvoir m’en détacher : je l’ai lu dans la nuit. Et pour tout dire, je vais le relire ! Car il est tellement riche, historiquement parlant, mais aussi à tous les niveaux ! Il y a deux cent quinze mille mots, dans ce joyau. C’est vous dire la richesse du contenu ! Pour moi qui suis allé en Asie, j’y ai retrouvé les senteurs, les couleurs, les ambiances… C’est tellement ça que je serais tenté de dire : pas besoin d’acheter un « guide du voyageur en Asie » ; avec ce roman, tout est dit. Il y a aussi un discret mais passionnant développement ethnologique, ici et là. Car je trouve le titre par trop réducteur : la guerre n’est pas « le tout » de ce roman historique ! Les dimensions en sont nombreuses et étonnantes. Sans déflorer l’intrigue, on se retrouve à plusieurs reprises en pleine jungle. Soit avec des résistants aux intentions redoutables, soit avec des Japonais anthropophages, soit avec des soldats ivres de viols, soit avec toutes sortes d’animaux dangereux… C’est selon. Tout ceci donne lieu à des scènes pittoresques en diable, baroques, croustillantes au possible. Mais parfois, les protagonistes de cette épopée sont au contraire des personnes secourables. Ah ! je suis démangé de raconter toutes les situations, mais je me ferais taper sur les doigts ! Pour conclure, je suis fan de ce roman ! Quant à la chute, totalement inattendue, C’est juste bouleversant !
Publié le 22 Août 2021

Bon, pour commencer je suis assez enthousiaste. Dès l’abord, j’ai vu un roman incroyablement bien écrit, et c’est ce qui m’a retenu.
Même s’il est plein d’humour — et parfois complètement hilarant, c’est aussi un roman d’une grande profondeur.

À la croisée de l’Histoire et de la légende, c’est unique, c’est rafraîchissant, et ça vous emporte dans un rêve qui fait du bien !
Ensuite, le prisme d’attaque du thème m’a carrément scotché.

C’est un roman polyphonique. C’est original et c’est bien fait. Très fluide. Très bien construit. En fait, tout est singulier dans ce roman. J’aime aussi son côté intemporel.

La jeune héroïne est dans son jardin à Jakarta, quand les soldats japonais lui tombent dessus. Trois années de captivité comme esclave sexuelle. L’érotisme est traité avec véracité, mais aussi avec la pudeur de l’expression poétique. Une réussite !
On rencontre des foules de personnages au fil des chapitres, des bons, des brutes et des méchants ! Toujours hauts en couleur. C’est rythmé, des rebondissements à cent à l’heure, et d’une partie à l’autre du roman, tout évolue sans cesse : on ne s’ennuie jamais !
Moi, j’ai été pris dans cette fiction à ne pas pouvoir m’en détacher : je l’ai lu dans la nuit. Et pour tout dire, je vais le relire ! Car il est tellement riche, historiquement parlant, mais aussi à tous les niveaux ! Il y a deux cent quinze mille mots, dans ce joyau. C’est vous dire la richesse du contenu !
Pour moi qui suis allé en Asie, j’y ai retrouvé les senteurs, les couleurs, les ambiances… C’est tellement ça que je serais tenté de dire : pas besoin d’acheter un « guide du voyageur en Asie » ; avec ce roman, tout est dit. Il y a aussi un discret mais passionnant développement ethnologique, ici et là.
Car je trouve le titre par trop réducteur : la guerre n’est pas « le tout » de ce roman historique ! Les dimensions en sont nombreuses et étonnantes. Sans déflorer l’intrigue, on se retrouve à plusieurs reprises en pleine jungle. Soit avec des résistants aux intentions redoutables, soit avec des Japonais anthropophages, soit avec des soldats ivres de viols, soit avec toutes sortes d’animaux dangereux… C’est selon.
Tout ceci donne lieu à des scènes pittoresques en diable, baroques, croustillantes au possible. Mais parfois, les protagonistes de cette épopée sont au contraire des personnes secourables. Ah ! je suis démangé de raconter toutes les situations, mais je me ferais taper sur les doigts !
Pour conclure, je suis fan de ce roman !
Quant à la chute, totalement inattendue, C’est juste bouleversant !

Publié le 22 Août 2021

@DesbansTauzin
Bon, pour commencer je suis assez enthousiaste. Dès l’abord, j’ai vu un roman incroyablement bien écrit, et c’est ce qui m’a retenu.
Même s’il est plein d’humour — et parfois complètement hilarant, c’est aussi un roman d’une grande profondeur.

À la croisée de l’Histoire et de la légende, c’est unique, c’est rafraîchissant, et ça vous emporte dans un rêve qui fait du bien !
Ensuite, le prisme d’attaque du thème m’a carrément scotché.

C’est un roman polyphonique. C’est original et c’est bien fait. Très fluide. Très bien construit. En fait, tout est singulier dans ce roman. J’aime aussi son côté intemporel.

La jeune héroïne est dans son jardin à Jakarta, quand les soldats japonais lui tombent dessus. Trois années de captivité comme esclave sexuelle. L’érotisme est traité avec véracité, mais aussi avec la pudeur de l’expression poétique. Une réussite !
On rencontre des foules de personnages au fil des chapitres, des bons, des brutes et des méchants ! Toujours hauts en couleur. C’est rythmé, des rebondissements à cent à l’heure, et d’une partie à l’autre du roman, tout évolue sans cesse : on ne s’ennuie jamais !
Moi, j’ai été pris dans cette fiction à ne pas pouvoir m’en détacher : je l’ai lu dans la nuit. Et pour tout dire, je vais le relire ! Car il est tellement riche, historiquement parlant, mais aussi à tous les niveaux ! Il y a deux cent quinze mille mots, dans ce joyau. C’est vous dire la richesse du contenu !
Pour moi qui suis allé en Asie, j’y ai retrouvé les senteurs, les couleurs, les ambiances… C’est tellement ça que je serais tenté de dire : pas besoin d’acheter un « guide du voyageur en Asie » ; avec ce roman, tout est dit. Il y a aussi un discret mais passionnant développement ethnologique, ici et là.
Car je trouve le titre par trop réducteur : la guerre n’est pas « le tout » de ce roman historique ! Les dimensions en sont nombreuses et étonnantes. Sans déflorer l’intrigue, on se retrouve à plusieurs reprises en pleine jungle. Soit avec des résistants aux intentions redoutables, soit avec des Japonais anthropophages, soit avec des soldats ivres de viols, soit avec toutes sortes d’animaux dangereux… C’est selon.
Tout ceci donne lieu à des scènes pittoresques en diable, baroques, croustillantes au possible. Mais parfois, les protagonistes de cette épopée sont au contraire des personnes secourables. Ah ! je suis démangé de raconter toutes les situations, mais je me ferais taper sur les doigts !
Pour conclure, je suis fan de ce roman !
Quant à la chute, totalement inattendue, C’est juste bouleversant !

Publié le 22 Août 2021
F-X Desbans Tauzin de Bonnehé
Biographie

Outre la France d’où il est originaire, l’auteur, grand voyageur, a vécu plusieurs années en Malaisie, au Vietnam et aux Etats-Unis. Dans les...


A lire dans les actualités