Le petit chaperon woke

10 pages de Polémique Victoire
Le petit chaperon woke Polémique Victoire
Synopsis

Une version très moderne du conte « Le Petit Chaperon rouge » où le loup Jean-Luc voudrait bien que la grand-mère se laisse bouffer sans rien dire !
Un conte, pas une nouvelle.

Publié le 27 Septembre 2021

Les statistiques du livre

  1431 Classement
  30 Lectures 30 jours
  504 Lectures totales
  +169 Progression
  0 Téléchargement
  4 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

11 commentaires , 4 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Jacques Leroy
Bonjour Jacques Leroy. Il est certain que j'aurais pu accentuer encore plus la chose, notamment sur cette histoire de vocabulaire que l'on n'ose plus employer de peur d'être taxé de ceci ou cela, entre autre de raciste.
D'ailleurs, il est très étonnant de constater qu'il y a seulement quelques années en arrière, il était devenu "interdit" de dire qu'il y avait des races. La seule race existante étant la race humaine. Contrepied formidable de ces mêmes tenants du vocabulaire : ils "racisent" tout et à tour de bras.
Bref, il y aurait eu tant et tant à dire et à rajouter que j'ai tenu à rester dans le format court, d'autant qu'il y a le rythme du conte originel à respecter pour que cela fasse sens.
Cordialement
PV

Publié le 25 Octobre 2021

Conte très amusant et traitement assez peu conventionnel. Cependant, la digression noir/blanc aurait pu être encore plus poussée. Effectivement, la doxa actuelle est plus que contraignante : pendant un moment, il était mieux vu de dire « un homme (une femme) de couleur » plutôt qu’un « Noir ou une Noire », pourtant c’était assez contradictoire puisque le noir est une valeur et non une couleur. Par ailleurs, selon qu’on utilise la théorie additive ou la théorie soustractive, le mélange des couleurs primaires donne un blanc ou, au contraire, un noir. De quoi y perdre son peu de latin. Mais, comme le disait Boris Vian, il y a déjà pas mal de temps, « si une chose n’est pas blanche elle peut être noire, évidemment, mais elle peut être également d’une infinité de couleurs ». Ce petit récit n’est donc pas si anodin, et la logique aristotélicienne en prend encore un vieux coup !
Ah, j’oubliais… en plus, c’est bien écrit !

Publié le 24 Octobre 2021

@Damian Jade
Bonjour et merci pour ce commentaire très détaillé. Que des lecteurs puissent être en désaccord, un peu ou beaucoup, je n'en doute pas et c'est d'ailleurs pour cette raison que j'ai inventé ce pseudo "Polémique" car le sujet suscite beaucoup de débats à l'heure actuelle. En conséquence, des avis tranchés peuvent s'exprimer (et ici, on l'espère, en toute liberté).
Pour le conte lui-même, c'est la forme qui m'a intéressé et j'ai rebondi suite à la lecture d'un article qui démontrait bien que les contes étaient avant tout écrits pour les adultes et ensuite édulcorés pour les enfants, avec un peu ou beaucoup de moral, selon les pays.
L'objet était donc : peut-on s'approprier les contes, les détourner, en changer le message d'origine sans être accusé de tous les maux (plagiat et autres). C'est dans ce but que je me suis attelé à l'exercice. Il me semble que la cruauté des contes (mort, jalousie, inceste, vengeance…) nous permet de parler aussi de notre époque en les détournant un peu et, comme vous le dites justement, en divertissant.
Cordialement
PV

Publié le 24 Octobre 2021

Bonjour. Je vais être très honnête : je suis assez éloigné, sans être en totale opposition, de votre propos. Si je lui reconnais la force de dire ce que beaucoup de gens pensent, et leur droit évident à le penser, cela ne rejoint pas mes convictions. Mais... comme mes convictions ne sont pas le sujet (et qu'en plus elles sont bien plus complexes que le simple contraire de vos points de vue), je souhaite plutôt vous féliciter pour la forme et pour l'idée.
Sur la forme, vous nous replongez dans l'ambiance du conte avec une étonnante facilité. Ce n'est pourtant pas chose aisée que de reproduire cet effet sur la base d'une histoire si profondément ancrée en chacun de nous. Bravo.
Pour l'idée, vous vous servez de la magie de la simplicité de pensée (conte pour enfant accessible - rien de péjoratif dans mon propos) pour en développer de plus profondes, de plus utiles aussi (dans le sens que le débat me semble toujours utile). Vos réflexions sont indéniablement nécessaires, puisque beaucoup les partagent.
Vous réussissez donc à faire passer un message à haute teneur politique tout en divertissant.
Pour tout cela, je vous exprime autant de respect que d'admiration.

Publié le 24 Octobre 2021

@galodarsac
Bonjour et merci de vos impressions. Oui, tonton Jean-Luc aurait du s'étouffer sur le mot "race" et celui-ci lui a échappé. Mais tonton Jean-Luc est souvent plus opportuniste que convaincu. La fin (faim du loup) justifie les moyens.
Le petit chaperon rouge a la clairvoyance que l'on espère retrouver dans la majorité de la jeunesse, mais je suis d'accord avec vous, il y a d'un côté une nouvelle idéologie qui imprègne une partie de la celle-ci et une autre jeunesse passive ou peu réactive.
Pas sûr que l'écriture d'amusements comme ce conte moderne change les choses, mais ça fait du bien de le faire et d'être lu.
Merci encore et bonne route sur mBS ainsi qu'à mes autres lecteurs sur cette page.
PV

Publié le 01 Octobre 2021
5
Alors là bravo, voici un conte que j'aurais rêvé d'écrire avant vous :) ! Comme on ressent bien l'auto-détestation de ces lobotomisés bien-pensants, race exécrable entre toutes (mais peut-on encore dire race ? étrange que tonton JL n'ait pas repris la gamine sur ce propos... il n'est pas si woke que ça !). Vous présentez une fillette réellement clairvoyante, mais dans la réalité j'ai bien peur que cela ne soit pas, ayant constaté la cruelle absence de jeunes dans la protestation contre l'asservissement en cours actuellement... pire même ils semblent l'accepter avec une joie désespérante... Mais fi ! du pessimisme, régalez-nous encore de petites méchancetés comme celle-ci, on en redemande ! Bien à vous -LGA
Publié le 01 Octobre 2021

@Parthemise33
Eh oui ! vous avez parfaitement lu ! C'est bien une métaphore du peuple indien… Enfin ! Ce sont toutes les métaphores que l'on voudra (j'ai bien compris la pointe d'humour qui pimente la chute de votre commentaire). Car enfin ! comme dit la sagesse populaire (il faudrait y mettre de l'italique, mais pas possible ici, tout est déjà en italique !), donc comme elle nous le fait savoir, cette brave dame : « Qui veut tuer son chien dit qu'il a la rage ». En somme, partons de la conclusion à laquelle on veut arriver et utilisons tous les éléments qui nous tombent sous la main et mettons-les dans la case débit. Ainsi, le sucre de canne sera dorénavant à bannir, car il nous rappelle l'esclavage. La « cancel culture » est en marche. On ne regarde plus Napoléon, Colbert, Ganguin, Hergé… sous l'angle de ce qu'ils ont fait d'extraordinaire, mais on ne retient que leur face sombre, leurs pas de côté (le côté sombre de la force, naturellement). C'est cela qui doit être retenue et seulement cela. Et on déboulonne les statues, on brûle les livres, on change les termes d'un ouvrage, on boycotte une exposition… la liste est trop longue. (On met toujours ici le petit astérisque qui renvoie à la note : Liste non exhaustive.) Donc, à votre question finale par laquelle j'ai commencé : bien sûr qu'il faut y voir les Indiens d'Amérique (et tous les autres). En tout cas, la marque Blan……porte a du souci à se faire !
PV

Publié le 30 Septembre 2021
5
Good Heavens !Quelle horreur, quelle décadence ! Mais dans quelle époque, chère @Polémique Victoire , vivons-nous ? C’est proprement incrédisible. La blanche hermine doit se retourner dans son terrier, condamnée à garder définitivement son poil d’été toute l’année, sous peine de sanction de la part de la secte des leucophobes. Dur, dur, pour cette coquette. Les allergiques à la choucroute aux merguez flambées au chouchen vont sévir. Mais, il ne faut pas angoisser grave. C’est mauvais pour les artères, l’humeur, le teint clair, foncé, cuivré (surtout pas de discrimination) et toutes ces sortes de choses. Donc retrouvons notre zénitude et attendons tranquillement. Il faut bien que jeunesse se passe. Tout ceci pour vous dire que j’ai adoré la revitisation ironique et espiègle de ce classique à votre façon. Merci Bisous Merci pour cet exercice de style. PS Ôtez -moi d’un doute, le Petit Chaperon Rouge n’est tout de même pas une métaphore du peuple Indien asservi par le Grand Capital représenté par le Grand Méchant Loup ? Auquel cas, cela aurait une furieuse allure de lutte des classes.
Publié le 29 Septembre 2021

Bonjour@Polémique Victoire et@Michael Sherwood effectivement, Victoire, vous n'avez pas fait une analyse complète de toutes les situations qui dépassent de plus en plus notre entendement. Il vous faudrait écrire une série de plusieurs tomes, comme le fit Balzac dans sa "Comédie humaine", pour ne citer que lui. Mais, gare à la censure (voire l'autodafé), comme l'ont subie bon nombre de nos prédécesseurs ! Et comme vous dites, on ne sait pas où se dirige notre société. Vers un élan salvateur comme au siècle des lumières ou vers une société acculturée, lobotomisée. Le roman d'Agatha n'est aucunement raciste. Elle s'inspirait très souvent de comptines et, en l'occurrence, c'est ce qu'elle fit dans son chef-d’œuvre qui se situe sur l'île du nègre où sont invités 10 personnes. Après le changement de titre en "l'île du soldat", le mot "nègre", qui apparaissait 74 fois dans son roman, a été remplacé par le mot "soldat" !!! Elle aurait été bien chagrinée si elle avait eu connaissance de tout ce tapage sur son plus célèbre roman classé 19ème des meilleures ventes. Oui, comment va se dépatouiller notre Président lors de l'entrée de Joséphine Baker au Panthéon ? Nous sommes bien curieux de l'écouter et de savoir s'il osera prononcer ce mot, un parmi tant d'autres qu'il est interdit de dire ou d'écrire dorénavant. Bien cordialement.

Publié le 29 Septembre 2021

@Michael Sherwood
@Trisha E.
Pour les 10 petits nègres, il s'agit d'une censure imposée par des ligues anti-racistes qui n'ont rien compris au texte, puisque celui-ci ne comporte rien de raciste. Effectivement, il s'agit de retirer ce mot sans plus rien vouloir contextualiser, sans savoir dans quel sens et pourquoi il a été utilisé.
Je me demande comment Emmanuel Macron va se dépatouiller de tout cela lorsqu'il va devoir retracer la carrière de Joséphine Baker lors de son entrée au Panthéon et parler de la revue nègre. Prononcera-t-il le mot ? Sera-t-il censuré ?
Lorsque l'on se met à censurer, par gout, par culture, certains mots, on se met à censurer des livres entiers. On sait qui, dans le passé, a usé de l'autodafé, la référence devrait en faire réfléchir plus d'un.

Publié le 29 Septembre 2021

@Polémique Victoire
@Trisha E.
Je m’introduis par effraction dans votre débat !
Agatha Christie a d’abord choisi pour son roman le titre "And then they were None" (Il n’en resta aucun) pour ensuite choisir "Ten little Indians" et "Ten Little Niggers". Pourquoi "Les dix Petits Nègres" ? Elle faisait référence à une comptine bien connue des petits anglais "Ten Little Soldiers" où à chaque ligne de la comptine un petit soldat disparaît et à la fin… il n’en reste aucun.
Si nos censeurs avaient eu un minimum de culture, ils auraient repris le 1er titre d’Agatha « Il n’en resta aucun » au lieu de « Ils étaient dix » !
Amicalement, Michael

Publié le 28 Septembre 2021

@Trisha E.
Bonjour et merci de votre lecture perspicace.
Vous me rappelez ici Les dix petits nègres rebaptisés en je ne sais plus quoi. Tintin et Astérix, brûlés au Canada !!!! La petite maison dans la prairie villipendée. Le wokisme détruit, désagrège tout sur son passage, sans saisir qu'une époque se comprend par le vocabulaire employé de cette époque. Si on n'emploie plus les mots, alors comme parler de certaines choses ?
Ce qui m'avait surpris, il y a quelques mois, ce sont ces marques qui voulaient à tout pris retirer le mot "blanc" car elles y voyaient je ne sais quel racisme latent. Ainsi, blanchir les dents ne doit plus être employé sans y voir une tentative de l'homme blanc de régner sur les non blancs, mais aussi sur les femmes, les animaux, etc. Et de trouver sexiste le Tour de France avec ses belles hôtesses.
Le pire reste ces hommes et femmes politiques qui en remettent une couche.
Il y a tant à faire sur notre planète que ces combats-là me semblent être d'une époque lugubre. Sommes-nous dans une période pré-révolutionnaire ou simplement acculturée.?
Merci de votre analyse. La mienne n'est que partielle.
PV

Publié le 28 Septembre 2021
5
Bonjour@Polémique Victoire j'ai apprécié votre pastiche de cet horrible conte pour votre audace à exprimer certaines vérités que certains pensent tout bas, mais n'osent pas dire tout haut ou écrire sur notre société formatée et enfermée dans des carcans de préjugés et de bien-pensance. Désormais, nous devons peser chacun de nos mots dans l'écriture ou tourner sept fois notre langue dans notre bouche avant de parler. Et pour votre art à condenser vos réflexions, que je partage. On ne doit pas froisser certaines "susceptibilités" qui peu à peu prennent le pouvoir de notre France. Après que le titre "les dix petits nègres" d'Agatha Christie a été mis au goût du jour, nous sommes proches de voir "Blanche neige" rebaptisée. Je vous remercie pour votre "Petit chaperon woke" bien éveillée. Un conte original revisité dans notre si belle époque ! Néanmoins, il est moins terrifiant que ceux lus ou écoutés durant notre enfance et qui n'étaient pas écrits pour les enfants. Je vous adresse mes félicitations et vous souhaite une bonne journée. Cordialement.
Publié le 28 Septembre 2021

@Michael Sherwood
Effectivement, après la disparition des têtes de nègre en pâtisserie, des nègres en littérature et du blanchiment dans les produits d'une marque qui le vaut bien, il y a matière à gros délire. Mieux vaut en rire que d'en pleurer. Le wokisme intervient partout et n'importe quand, à tout sujet, c'est à se taper le cul par terre !
Pour la chute… désolé qu'elle vous déçoive. D'ailleurs, ce n'est pas une chute, mais une fin plutôt. J'aurais pu y glisser une nouvelle expression, mais ça ne m'est pas venu à l'idée.
Ce sera pour une prochaine fois, le pastiche d'un autre conte.
Merci de votre lecture et de vos encouragements.
PV

Publié le 27 Septembre 2021
5
Ah ! J'ai bien ri à tous ces jeux de mots, de ce petit chaperon qui n'est pas une oie blanche et n'a pas la langue dans sa poche. Il aurait été amusant de mettre quelques expressions avec "noir" en parallèle : le marché noir... en face du blanchiment d'argent. J'aurais bien vu aussi la maman préparer une "Tête-de-Nègre" euh, pardon une "Tête au chocolat" pour la grand-mère. Je m'attendais à plus de subtilité pour La chute de l'histoire, comme un bouquet final. Continuez ainsi ! Amitiés, Michael
Publié le 27 Septembre 2021