Rencontres douteuses de quelques types

6 pages de Boris Phillips
Rencontres douteuses de quelques types Boris Phillips
Synopsis

4176 caractères emplis de pure poésie pour une première participation au thème porteur "Rencontre(s)".
Une version longue paraîtra sans doute plus tard... si "ILS" m'en laissent le temps !
Bonne lecture.
Boris Phillips.

Publié le 13 Octobre 2021

Les statistiques du livre

  110 Classement
  192 Lectures 30 jours
  336 Lectures totales
  -17 Progression
  8 Téléchargement
  2 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

11 commentaires , 4 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

Merci de tes étoiles, Michèle - @lamish - comme de ton commentaire.
Ah oui, "Arlette" ! Quant à moi, il y a déjà longtemps que j'ai la ferme conviction qu'elle est issue d'une manipulation génétique réalisée dans un laboratoire secret de Sibérie septentrionale - depuis transféré à Cuba - réunissant un aréopage de "blouses blanches" kidnappé par les "petits gris" au moment des purges staliniennes des années 30... Bien entendu, cette hypothèse n'engage que moi !
Quoi ? Moi, devenir un "écrivain sérieux" ? Pas demain la veille ! Encore que...
Amicales et humoristiques bises d'un autre vacciné.
Philippe.

Publié le 16 Novembre 2021

Ah, @René Sauvage.
Votre épouse a sans aucun doute raison : comment Sean Connery aurait-il obtenu le rôle principal dans "Zardoz" si les responsables du casting n'avaient pas été influencés par des entités d'outre-espace afin d'imposer un des leurs ?
Cordialement et avec humour.
Philippe.

Publié le 16 Novembre 2021
5
@Boris Phillips Enfin "connectée", j'ai pu lire, risette déjà amorcée, ta rencontre douteuse... et douloureuse (si, il faut bien l'écrire :-) ! ) de quelques types... et quels types ! "Blanc bonnet et bonnet blanc", certes... à force, on le sait, mais, je te le demande, pourquoi sont-ils tous irrémédiablement aussi déterminés que bien montés ? /// En bref, ma risette s'est muée en franc sourire à te lire... Puis me sont venues les paroles de la chanson de Souchon : "Elle nous suggère, la guerre, de pas la faire // Que sur la terre les hommes sont des frères // De partager les soucis, les chemises // Et même si c'est des bêtises // Que c'est gentil // Que c'est beau // Arlette it be // Arlette's go" /// Il n'y a pas à tortiller, notre Arlette, force est d'admettre que c'était notre "dernier des Mohicans", de part sa cohérence, sa droiture, sa narine frétillante non suspecte... /// Merci, cher Philippe, et des bises en masse (de vaccinée, je te rassure ;-)... Michèle
Publié le 12 Novembre 2021

Ma femme a toujours trouvé que Sean Connery (de la première heure) avait les narines frétillantes…

Publié le 12 Novembre 2021

Décidément, mon cher ami @Michel CANAL, ma petite fantaisie aura fait couler beaucoup d'encre... sans - fort heureusement - que cela atteigne l'ampleur de la bataille d'Hernani.
Je te remercie, tant pour les étoiles qu'à propos de ton analyse : seule notre vieille complicité pouvait te faire déceler la strate de provocation enfouie sous la mésaventure survenue à un émule de David Vincent... peut-être as-tu été inspiré par ma première réponse au Troll "Disons que tel était mon bon plaisir... ou que je voulais faire parler les bavards... ou encore faire croire aux coupeurs de poils de c*** en quatre qu'ils ont une importance..." Ma ruse étant maintenant divulguée, je vais pouvoir rétablir l'orthodoxie grammaticale de mon texte.
Tout comme toi, je déplore qu'IL n'emploie sa connaissance de la langue que dans l'optique de nuire à ceux qui pourraient être ses pairs.
Amitié.
Philippe.

Publié le 06 Novembre 2021
5
Sacré @Boris Phillips, si je ne te connaissais pas, je me serais aussi fait avoir, car chez toi tout est en nuances au second degré avec ton humour ravageur. Heureusement que j'ai appris à te décoder ! Tout est déjà dans le titre. Chaque mot a son importance : "Rencontres", normal c'est le thème d'écriture ; "douteuses", là il fallait bien te connaître pour savoir ce que sous-entendait cet adjectif ; "de quelques types", il fallait y voir le pluriel associé à "rencontres" et à "douteuses". Celles du troisième type d'il y a quelques décennies que les moins de vingt ans n'ont pas vues à la télé, et celles de virgules mal placées et de conjugaisons inappropriées. Pour conclure, cher ami, je dirais que tu as été très fort, car tu aurais pu être critiqué tout autant pour t'être inspiré des rencontres de David Vincent, que pour un paragraphe sans ponctuations, que pour un mauvais usage du passé simple et de l'imparfait, que pour ton impertinence, la provocation, et ton humour décalé. Je dis : Bravo ! Cinq étoiles méritées. Amitié ! MC
Publié le 05 Novembre 2021

La douleur d'avoir "pondu" cette "sublimissime - je crains, chère amie, que ce néologisme vous attire les foudres d'un trublion toujours à l'affût - et profonde horreur", @Gene McBreth, n'est rien à côté de la gratitude que j'éprouve en découvrant les étoiles et le commentaire dont vous avez cru bon de la gratifier.
Plus ou moins sérieusement. En lisant - il y a de nombreuses années - les "œuvres" de Henri-René Guieu, j'ai toujours été étonné d'y trouver une évidente propension des créatures d'outre-espace à "s'envoyer en l'air" avec des terrien.n.es ; aussi, ayant eu connaissance du côté éminemment complotiste développé par cet auteur sur la fin de sa vie... j'ai juste voulu m'amuser !
Amicalement et avec humour.
Philippe.

Publié le 03 Novembre 2021

Ah, @Parthemise33, tout en vous remerciant de la constellation décernée à mon court récit ainsi que de votre commentaire... j'en arrive à me demander si je ne suis pas tombé dans la facilité d'un artifice de maquignon avec cette anagramme par trop évidente ? Ce qui avait fait rire en 2018, à l'époque de "En remuant les oreilles", s'avère à double-tranchant !
Je ne voulais pas écrire une "fable politique" ; juste parodier le générique de "Les Envahisseurs" et me moquer d'une certaine "littérature d'anticipation aux relents néo-ésotéristes" si à la mode dans les années 70 -80... mais, la coupe étant tirée, il va me falloir la boire jusqu'à la lie !
Soyons maintenant plus ou moins "sérieux".
Certes, dans le contexte des États-Unis de 1967 - 1968 - dates de tournage de la série - alors englués dans le conflit vietnamien et n'ayant pas encore fait la découverte des vertus libératrices du "Flower Power", toute référence à une tension autre que celle de l'auriculaire aurait fait mauvais effet. Le producteur, Quinn Martin et le scénariste Larry Cohen ne s'y sont pas trompés : les 43 épisodes restent dans une optique de paranoïa inspirée par la Guerre Froide... que serait-il advenu s'ils avaient été réalisés à Los-Angeles entre 1982 et 1997 ?
Et puis, même si je ne suis pas complotiste pour deux ronds, le grincheux qui me cherche des noises sur un point de grammaire, n'est-il pas télécommandé par des êtres venus d'ailleurs ?
Je vais terminer cette longue épitre en faisant appel aux mânes de Jean Ferrat, lui-même affilié à une vaste conspiration internationale : en 1972 il chantait "Hou hou méfions-nous les flics sont partout..."
Sachant qu'ILS sont déjà parmi nous, j'ai changé de domicile 6 fois depuis le 13 octobre... en espérant vous croiser de nouveau.
Amicalement et avec humour.
Philippe.

Publié le 26 Octobre 2021
5
@Boris Phillips Bravissimo pour cette fable politique très amusante. Si mes neurones se sont correctement interconnectés, j’ai bien percuté et décodé votre message pas si subliminal. Il semblerait donc que la raideur des extraterrestres ne se cache pas uniquement que dans leur petit doigt. C’est une information de toute première importance occultée par David Vincent ! Nous ne pouvons vraiment pas compter sur nos alliés ! Merci Bisous Merci pour ce moment de rigolade.
Publié le 24 Octobre 2021

Surtout ... soyez vigilant et restez prudent !

Publié le 15 Octobre 2021

Merci de ce commentaire, @JOHANNELLE.
Je suis ravi que vous ayez pris ce récit comme une pochade sans prétention : de fait, en me livrant à un pastiche de certains bouquins de Jimmy Guieu - parus dans la collection "anticipation" du "fleuve noir" - j'ai avant tout cherché à m'amuser.
Cordialement et avec humour.
Philippe.

Publié le 15 Octobre 2021

Sympa cette nouvelle... rigolote, sans prétention et bien rythmée !

Publié le 15 Octobre 2021

Ah, parce qu’il faut que je me justifie, @jules x ?
Disons que tel était mon bon plaisir... ou que je voulais faire parler les bavards... ou encore faire croire aux coupeurs de poils de c*** en quatre qu'ils ont une importance...

Publié le 15 Octobre 2021

Merci, @galodarsac, de ces étoiles qui viennent briller dans un ciel empli d'étranges présences.
Je crains toutefois que vous n'ayez été abusé par ma maladroite anagramme : toute ressemblance avec des personnes... etc !
Mon but est bien plus noble qu'une facile satire politique : en digne continuateur de l’œuvre d'un certain Henri-René Guieu - Plus connu pour ses "anticipations" sous le pseudonyme de Jimmy Guieu - je cherche avant tout à stigmatiser le vaste complot et les menées occultes de ces êtres venus d'ailleurs afin de nous asservir...
Oups, il y a des jours où je me demande où je vais chercher tout ça !
Cordialement et avec humour.
Philippe.

Publié le 14 Octobre 2021
5
Décidément on ne compte plus les nouvelles, contes, et publications diverses inspirées par les clowns pathétiques qui nous gouvernent. Bravo pour cette courageuse rencontre :) -LGA
Publié le 13 Octobre 2021
Boris Phillips
Biographie

Je suis né à Paris en 1961.
Après une carrière à l’Éducation Nationale, je goûte - enfin - au plaisir de faire à plein temps ce dont...


A découvrir cette semaine
A lire dans les actualités