JE SUIS UNE PETITE FILLE

60 pages de Saint-Bleyras
JE SUIS UNE PETITE FILLE Saint-Bleyras
Synopsis

Je suis un homme. Mais il y a une petite fille en moi. Sa présence s'est révélée peu à peu à moi, par des rêves, par des créations littéraires ou musicales improvisées, et même par quelques modestes gouaches de la même eau.
Elle était là depuis longtemps, cette petite fille, et désormais je la reconnais. C'est elle qui a écrit avec moi les lignes que je publie ici. Impossible de rapprocher son inspiration d'un synopsis. Avec elle, ça ne fonctionne pas comme ça : c'est une improvisatrice.
A mes yeux, cela n'implique pas que ces textes soient sans intérêt. C'est une autre façon d'écrire et de lire. A vous de voir !
=
Image de couverture par Saint-Bleyras

Publié le 14 Octobre 2021

Les statistiques du livre

  9 Classement
  934 Lectures 30 jours
  1353 Lectures totales
  0 Progression
  0 Téléchargement
  7 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

13 commentaires , 2 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@MARGARETHE-MARIE

Bonsoir,
Merci pour votre invitation à lire vos deux livres poétiques, j'y donnerai suite prochainement et vous laisserai un commentaire sur la page de vos "Messages d'amour", seul de ces deux livres que j'ai repéré et d'ailleurs commencé un peu (lecture effectivement possible après que j'ai cliqué sur "html").
Cordialement,
Saint-Bleyras

Publié le 20 Novembre 2021

Bonjour,
J'ai lu votre sypnosis et j'ai hâte de découvrir votre livre. Moi même écrivain de poésie, je vous invite à découvrir mes deux livres qui sont des romans d'amour poétiques au nom de Margareth Marie. pour savoir qui je suis !
Cordialement
Margareth Marie

Publié le 20 Novembre 2021

@Ginga
Merci pour votre commentaire, riche. Merci d'avoir pris la peine de le penser et de l'écrire. Merci pour la remarque page 17 !
=
Vous écrivez : "le fait d'avoir supposé tout cela durant ma lecture me faisait plaisir, j'avais l'impression qu'à travers votre univers, un autre se créait dans ma tête !"
Là, vous me faites vraiment plaisir, à moi cette fois-ci. Un autre univers se créait dans votre tête à travers le mien, ça c'est un peu mon rêve d'auteur.
=
Vous écrivez aussi : "Je pense avoir compris certaines choses et, en même temps, certaines choses me semblent floues." Je suis bien d'accord avec vous et je pense que dans la vie et dans le monde bien des choses qui paraissent (trop) claires demeurent floues. Par exemple, la présence dans notre esprit de motifs, d'émotions et de motivations venus de l'inconnu, du flou pour la conscience, venus de l'inconscient, en un mot, méritent d'être ressentie, entr'aperçue, devinée, analysée.
=
Si l'écriture et la lecture de textes, y compris comme les miens, pouvaient faciliter la perception, l'écoute et la critique de cet autre champ du réel, psychique cette fois, j'en serais heureux.
=
Merci pour votre lecture attentive et, oui, votre commentaire m'a aidé : il m'éclaire sur la réception de mon texte, par vous-même, @Ginga, et potentiellement par d'autres.
Bien à vous,
Georges/Saint-Bleyras

Publié le 01 Novembre 2021

Pour moi, il s'agissait d'un homme avec une âme d'enfant. Ou bien un homme qui, peut-être aurait voulu devenir une femme par la suite. C'est le ressenti que j'ai eu à la vue de la couverture et lors de la lecture du synopsis !

J'ai constaté qu'il en était tout autre dès lors, j'ai commencé à lire les premières pages. Durant celle-ci, j'étais perdu, j'avais du mal à comprendre ce qui se passait et j'ai alors pensé "est-ce l'imagination de cet homme ?"

Quelques pages plus tard, j'ai pensé autrement : "est-ce la vision de cet homme sur le monde de par cette petite fille qui est en lui ?"

Par la suite, je ne savais plus quoi penser. J'ai alors supposé différentes choses :
- À travers les mots de certains passages, j'ai ressenti comme une sorte de dénonciation de l'orgueil, de la supériorité.
- Mais également quelque chose tel le regard que l'on porte sur soi ou encore le regard sur la vie en général.

J'ai cru comprendre plus tard qu'il y avait une histoire, j'ai alors pensé "est-ce un rêve de cet homme ?"
Par la suite, j'ai discerné comme plusieurs histoires, qui semblé se dérouler dans différentes époques, mais la encore, ce sont des suppositions.

Une fois ma lecture achevée, j'ai relu le synopsis. Je pense avoir compris certaines choses et en même temps, certaines choses me semble flou. Peut-être la façon dont s'est amené qui fait que ce n'est peut-être pas très claire. Parfois, la transition entre "une histoire" et une autre semblait trop rapide et donc, je n'arrivais pas à tout situer dans ma tête.

Malgré ce "flou", je trouve que cela reste intéressant, l'idée de départ me semble et d'un côté le fait d'avoir supposé tout cela durant ma lecture me faisait plaisir, j'avais l'impression qu'à travers votre univers, un autre se créer dans ma tête !

Je tiens à préciser que j'ai repéré un petit oublie à la page 17 : "Un bande d'abominables aveugles à eux-même [...]" au lieu de "Une bande" !

J'espère avoir pu vous aider d'une quelconque façon !

Publié le 31 Octobre 2021

@René Sauvage
Je vous remercie nettement pour votre commentaire. Ce n'était donc pas seulement une impression, votre esprit est effectivement actif, expérimenté et acéré. Il a trouvé, à mon avis, la bonne collimation pour lire ce texte, et d'autres de Saint-Bleyras. La bonne collimation, donc, la bonne focalisation, bref, en un mot, la bonne approche. Votre façon de l'exprimer me fait penser aux propos d"un @Fernand Fallou au sujet de mon "Et la nuit sera reine".
Vos commentaires m'éclairent moi-même et m'aident à avancer. Ils sont donc les bienvenus !

Publié le 24 Octobre 2021

On comprend à lire les lignes des deux éminents commentateurs précédents (ça fait un peu commentateur de match de foot mon expression), que vous les avez perdu un peu malgré toute l’admiration et l’attente qu’ils ont de et à vous lire. Bref, j’ai osé moi aussi, et je crois que j’ai commencé à comprendre comment vous aborder, aborder vos mondes multiples et colorés. Comme un tableau qui raconte mille histoires, qu’il ne faut surtout pas essayer de comprendre d’un coup, juste se laisser apprivoiser. Les voir dans leur ensemble mais les regarder une à une. Je reviendrai vous regarder, essayer de vous voir ! C’est très impressionnant, bravo !

Publié le 23 Octobre 2021

@Saint-Bleyras Je sors toujours du point de vue de la psychologie analytique, lorsque je commente, mais il est vrai que vous êtes bien doté d'une sensibilité, d'une réceptivité propres à l'anima, de ce point de vue-là ;-). /// J'aimerais aussi développer en quelques mots pourquoi votre affirmation : « l’important est l’anodin » m'a parlé. À mes yeux, c'est dans l'anodin que s'effectue le lâcher prise, que les êtres montrent leur vrai visage sans fard, sans prendre le temps d'analyser, sans composer ni intellectualiser.
"Toutes en fait"... Je plaide non coupable, votre honneur :-)...
À plus tard, oui, je l'espère... Ici ou ailleurs...
Big bec du soir, et amitiés, bien sûr.
Michèle

Publié le 16 Octobre 2021

@lamish
Bonsoir, Michèle ! Merci pour ce commentaire qui décrit bien votre façon de creuser mes textes, et je vous remercie de cet effort. La petite fille "c'est celle qui [a] écrit avec moi les textes que je publie ici". Nous coopérons elle et moi, en ce sens que je ne sais jamais ce que je vais écrire [sauf, partiellement, pour Gloria : là j'avais le schéma Ville/Oniriland/ Zone mixte bien en tête comme structure fondamentale : tout le reste, toute la chair, est improvisée]. Je me laisse guider par la petite fille. Je suis, en ce sens-là, une petite fille (cf. mon synopsis).
L'immense majorité des textes que je publie ici, avec l'aide de "la petite" pour les choix que j'ai dû faire, datent de longtemps (la Belle meunière, jusqu'à l'arrivée à la cascade remonte à 1987 : la suite n'a "que" quelques années...). Je suis fidèle à la petite fille que je suis aussi, je lui donne la parole, je ne l'abandonne pas pour écrire des textes seulement "sérieux". La petite fille, vous le savez, n'est bien sûr pas conforme à l'image d’Épinal qu'on en donne souvent. Il est, n'est-ce pas, des petites filles tout à fait capables de méchanceté. Toutes en fait. !
Je n'allonge pas. Je pense (j'espère) que vous aurez l'occasion de me lire plus tard, peut-être pas sur mBS. A voir...
Big bec et amitiés.
Georges /Saint-Bleyras

Publié le 16 Octobre 2021
5
@Saint-Bleyras Ah, cher Georges, pourquoi suis-je incapable de conclure : pure gratuité ? Pourquoi suis-je tentée de fureter, de fouiller vos écrits jusqu’à tenir des dizaines de fils d’Ariane entre les doigts ? Et que conclure, à présent que, remontés un à un consciencieusement (mémoire vive au bord du burn out, of course :-)), je les retrouve sectionnés, et moi, dans le flou ? Des mots reviennent, lancinants, tranchants : pouvoir, raison du plus fort, culpabilité, conscience, vengeance… D’autres charment, fêtent les sens (mes préférés ;-))… Mais bon, trêve de plaisanterie, il faut que j’arrête de faire des tresses avec vos mots, même blondes, même surplombant une forte croupe. À quoi bon, d’ailleurs, puisque, en finalité, je nous ai trouvé un point d’accord fondamental : « l’important est l’anodin ». Un point de désaccord aussi : la petite fille en vous, elle est où ?… mais peut-être vous fais-je plaisir en vous avouant ne pas l’avoir retrouvée, à part dans le premier texte ;-). /// En conclusion, je suis aussi tentée de vous dire « stop » que « encore », mais quoi qu'il en soit, je continuerai de vous suivre. /// Bonne soirée, très cher, et big bec. Michèle
Publié le 16 Octobre 2021

@guennec bruno
Merci, Bruno, pour ce commentaire sympathique. Au plaisir de vous lire et à bientôt !
Amitiés,
Georges / Saint-Bleyras

Publié le 15 Octobre 2021
5
Vous poursuivez votre exploration de cette forme narrative que vous inventez, avec inspiration et parfois gravité. Une critique, cependant : j'ai perdu la petite fille, en avançant dans le texte, ce qui m'a peiné. Je dirais que c'est arrivé à partir du moment où vous mettez (en gras) les titres. Les titres (donc, premièrement, ce titre "Je suis une petite fille") créent une attente, l'attente (pour le coup) d'un récit complet (même court). Comme l'unité de votre texte est déjà fragile, puisque vous mêlez des bribes de récits apparemment divers, les titres ne risquent-ils pas de rompre cette trame complexe ? D'autre part, mettre ensemble trop d'éléments de nature différente (par exemple la citation de Girard à la fin) n'est-il pas risqué ?Je pense pour ma part que mêler prose et poésie (sans mettre de titres) est suffisant. A part ça, j'ai pensé à beaucoup de textes en vous lisant : Gloria, d'abord, mais aussi Les villes invisibles de Italo Calvino, et les livres de Borges. Un court passage évoque clairement les évangiles (équivalent de "repentez-vous et croyez à la bonne nouvelle"). En conclusion, ce livre-là m'a plus dérouté que le dernier. Je pense qu'il faut voir ça comme la souplesse des jambes : peu de lecteurs sont capables de pratiquer un trop grand écart ; je vous trouve donc très exigeant avec nous :-) Je reste néanmoins impatient de voir où vous conduira votre exploration. Amitiés. Bruno
Publié le 15 Octobre 2021

@lamish

Parole, Michèle, j'allais - à l'instant même - vous écrire un mail pour vous signaler la mise en ligne de ce "Je suis une petite fille" !
Bons sangliers (je l'espère) et pour l'heure : big bec !
Georges / Saint-Bleyras

Publié le 14 Octobre 2021

@Saint-Bleyras Testeriez-vous, cher Georges, la pérennité de mes attitudes-réflexe "monbestselleriennes" ? Le cas échéant : oh le vilain petit garçon... ou vilaine petite fille, ne puis-je spontanément réprimer :-) !
Je reviens vers vous plus tard... voire demain, voire après-demain, because recrudescence de sangliers sur le feu, en ce moment ;-).
Big bec,
Michèle

Publié le 14 Octobre 2021

@Guennec Bruno

Merci Bruno. Curieusement, ça me donne envie à moi aussi le titre, l'image de couverture, et le synopsis !

Amitiés.

Publié le 14 Octobre 2021

@Saint-Bleyras
Le titre, l'image de couverture, le synopsis donnent envie !
Amitiés
Bruno

Publié le 14 Octobre 2021
Saint-Bleyras
Biographie

Soleil 18ème degré Scorpion (maison IX)
Opposé Jupiter (rétrograde), 16ème degré Taureau (maison III)
Carré tous deux à Lune, 16ème degré...


A découvrir cette semaine
A lire dans les actualités