La musulmane et l'athée I Inch'Allah

509 pages de Khadija Noor
La musulmane et l'athée I Inch'Allah Khadija Noor
Synopsis

(Pour adultes)
Aïcha et son frère Chafik vivent en Afghanistan, sous la dictature de leur famille et des talibans.
La jeune Aïcha est résignée jusqu'au jour où sa grande sœur Storay est condamnée à mort.
Après avoir assisté à la terrible exécution, Aïcha et Chafik, dévastés, sont envoyés avec toute leur famille en Egypte.
Dans ce nouveau pays, Chafik et Aïcha parviennent à fuir cet univers de fanatisme.
Ils sont hébergés par un imam actif à la famille déjantée : une fille délurée, un fils athée et sulfureux qui ne vit que pour la science, et une épouse chrétienne militant pour la cause copte.
Ils découvrent le vrai islam : ouvert, patient.
De nouvelles joies attendent les deux rescapés.
De nouvelles épreuves aussi... avec à la clé une histoire d'amour passionnée.
L'amour fou.

Publié le 03 Décembre 2021

Les statistiques du livre

  4 Classement
  2058 Lectures 30 jours
  2799 Lectures totales
  0 Progression
  439 Téléchargement
  18 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

33 commentaires , 5 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Hoss1986 : Merci beaucoup ! Oui, j'ai étudié l'islam durant 18 ans. :-)

Publié le 27 Janvier 2022
5
Il y a du travail et de recherches là-dessous. je recommande vivement En attente de la deuxième partie :-)
Publié le 27 Janvier 2022

@Latifa Josiane : Merci ! :-)

Publié le 25 Janvier 2022
5
@khadija Noor 5 étoiles pour ma part
Publié le 25 Janvier 2022

@Latifa Josiane : Merci beaucoup pour ce gentil commentaire !

Si j'ai pu vous enseigner un peu l'islam avec ce roman, alors j'ai atteint mon but. :-)

N'hésitez pas à donner une note aussi.

Merci encore !

Publié le 25 Janvier 2022

@khadija Noor , je viens de terminer la lecture de votre livre et je l'ai adoré. L'histoire est très captivante, et j'en ai beaucoup appris sur l'Islam. J'attends impatiemment la deuxième partie!!

Publié le 25 Janvier 2022

@Ahmed Bouchikhi : Bonsoir.
Ah oui, j'ai tout fait pour mettre le plus de culot possible dans cette histoire.
Blasphèmes, provocations, péchés... Tout y passe.
Mais j'ai essayé de montrer qu'on juge souvent les gens sans savoir.

Publié le 19 Janvier 2022

@khadija Noor sujet brûlant traité avec audace.

Publié le 19 Janvier 2022

@Ibrahim Tembely : Je suis ravie que cette histoire vous plaise.

Publié le 17 Janvier 2022

Good

Publié le 16 Janvier 2022

@Eric Brambilla : Depuis plus d'une semaine, j'ai changé le sous-genre de mon roman en disant qu'il était psychologique.
Aïcha n'a que 11 ans au chapitre 8. Donc une romance semble encore un peu trop tôt pour elle.
Mais, oui, c'est une histoire d'amour. Je maintiens.

Pour le réalisme, un roman ne peut être totalement réaliste sur tout, on a même trouvé des incohérences dans les plus grands best seller.
Il y aura des "miracles" dans mon chapitre 11. Là, ce sera super bizarre.
Et je sais déjà que Bénédicte Hypace ne peut pas être la petite-nièce du patriarche des coptes (chap 17). Bénédicte est un personnage inventé, le patriarche des coptes est réel.
Tout comme l'université d'Alexandrie qui n'a jamais été attaquée, en vrai, mais qui l'est au chap 29 de mon livre.
Je sais.
C'est juste pour l'histoire.

Publié le 02 Janvier 2022

J´en suis au chapitre 8. Clairement, ce n´est pas (encore) une romance. Le (petit) souci de réalisme (pour pinailleurs) est que les terroristes du vol 93 sont bien connus. Ziad Jarrah, 3 Saudis. (Saeed al Ghamdi, Ahmad al Haznawi, et Ahmed al Nami) et aucun d´eux n´était un colosse, ne s´appelait Hormuzd ou venait d´Afghanistan.

Publié le 02 Janvier 2022
5
Ras
Publié le 02 Janvier 2022

Nice

Publié le 02 Janvier 2022

@Eric Brambilla : Oui, la vision mignonne d'une gamine qui croit qu'Allah peut se tromper s'Il n'a pas les bonnes infos, ou qui ne comprend pas sa langue. Surtout quand on sait comme Allah est omnipotent dans l'islam...

J'ai essayé de rendre hommage au soufisme. Et j'ai casé les 99 noms d'Allah.

Publié le 29 Décembre 2021

Ce n´est nullement un reproche, au contraire, je trouve que ces deux chapitres méritent même leur propre prequel. Ces chapitres sont certainement rudes et trop condensés pour un lecteur lambda, mais ne sont un vrai problème que s´ils sont greffés sur une romance (pas encore lu plus de 4 chapitres, mais si c´est le cas, autant n´y faire référence que dans la mémoire douloureuse d´Aicha et en faire un roman à part entière, peut être au présent et à la première personne). Et puis ca permettrait d´étaler un peu les horreurs (accouchement...) tout au long du récit.
La partie sur Chafik et la cuisine venant juste après l´horreur me semble un peu incongrue. C´est exactement le genre de chose qui peut être plus développé en mode show but not tell dans le prequel.
J´aime beaucoup la vision d´Allah à travers les yeux d´une fillette de 10 ans ("peut-être ne parle-t-il pas le pachto" ou "en gros, Allah n´aime pas les lèches-bottes"). Belle manière de présenter les croyances du soufisme.

Publié le 29 Décembre 2021

@Eric Brambilla : C'est vrai que Storay mériterait un roman pour elle seule. Une sorte de préquelle. Les ados occidentales ne sont pas forcées de se balader en tchadri, et ils voient rarement leurs voisins flagellés à mort à cause d'accusations suspectes. N'importe qui peut être choqué par ça. Pas besoin d'être occidentale. Storay ne fait que le dire à voix haute car elle a vu le changement. Elle avait 12 ans quand les talibans sont arrivés.
D'autres se taisent par peur, mais désapprouvent.
Tout dépend du caractère. Autant Storay est révoltée, autant Aïcha est effacée, du moins au début.
Evidemment que Storay se doutait qu'elle serait assassinée après s'être déshabillée en public. Elle dit dès le début "Je préfère mourir libre que vivre en Enfer."
Aïcha n'est pas du même avis.

Une autre musulmane agit vraiment en ado occidentale, c'est Nour. Là, on voit l'influence des livres occidentaux, etc. Nour n'est pas très pratiquante, c'est le moins qu'on puisse dire. Pourtant elle est fille d'imam, très paradoxal. Son père lui laisse le choix. A ses risques et périls.

Oui, tout ce qui s'est passé en Afghanistan mériterait un roman entier. C'est vrai.
Le problème, c'est qu'on me reproche assez le passage sur l'Afghanistan. Pour les âmes sensibles, c'est trop violent. Surtout le chapitre 2 qui est bien sûr affreux avec l'exécution de Storay. C'est vrai que j'ai mis le paquet dans la cruauté.
Bah oui, on est en Afghanistan. ça ne peut pas être le monde des bisounours.

Le fait que Storay essaie d'entrainer Aïcha dans sa révolte suicidaire prouve bien sûr son mal-être. Chafik le note et dissuade Aïcha de l'imiter. Sans peine, Aïcha n'est pas aussi suicidaire que Storay.
Chafik explique aussi à Storay que rejoindre Massoud serait une folie (elle n'a pas d'argent et ne connaît pas la région ni personne. En gros, elle devra se prostituer pour rejoindre Massoud si elle arrive à le retrouver). Mauvais choix de Chafik, au final. Chafik s'en voudra toute sa vie.

Merci encore pour ces critiques sur les journalistes.

Oui, je verrai D.E.X bientôt.

Publié le 29 Décembre 2021

Au lieu de tout caser en moins de 600 pages, pourquoi ne pas en faire 2 romans, le début de celui-ci étant la fin (dramatique) du nouveau.
Pour être franc, le premier chapitre, quoi que bien écrit, me donne un peu trop l´impression d´un condensé d´exactions talibanes. Je crois que ca passerait mieux s´il y avait une montée en puissance, une progression dans l´horreur (semblant de vie normale à Kaboul, puis un chapitre pour le meurtre de l´enfant rebelle par le père, qui pourquoi pas, pourrait être ami avec Tolsay, un chapitre sur Obed et l´école...). Les possibilités sont nombreuses et cela donnerait plus de corps à la personnalité de Tolsay, la déchéance de la famille... y a tout un pan de l´histoire à explorer avant de réduire la pauvre Tolsay en cendres.
Malgré vos études dans le domaine, je me doutais que vous n´étiez pas musulmane. Ca transpire malgré tout dans le roman. On le récent un peu trop dans le personnage de Tolsay, elle ne réagit pas comme le ferait une Afghane mais plutôt comme une ado occidentale. Qu´elle se révolte et préfère la mort, c´est compréhensible, mais elle connait trop bien la cruauté des talibans, de ses frères et sa provocation est à des années lumières de ce qu´oserait faire une femme, même désespérée, dans un pays aux si fortes traditions. Pour moi, il manque une montée en tension, un coté inéluctable à sa décision. Autant je pourrais l´imaginer s´échappant nue de la chambre nuptiale, incapable de se donner au vieux porc, mais je reste dubitatif devant son action froide, calculée, sans hésitation dans la rue... sans parler de vouloir embarquer Aicha dans cette folie. Je doute qu´une seule Afghane ait même jamais eu l´audace de seulement penser le faire. Elle pourrait le rêver (le lecteur croit que ca se produit, puis on revient à la réalité et elle poursuit sa route voilée jusqu´au mariage où elle finit par vraiment pêter les plombs, le lecteur croyant d´abord à un nouveau rêve mais cette fois c´est réel). Il y a des facteurs psychologiques liés au stress intense qui peuvent expliquer une décision radicale (dédoublement de personnalité, apparition divine...).
On ne comprend pas trop non plus pourquoi, avec son tempérament et sachant pertinemment à quoi elle s´expose, elle ne prend pas le risque de rejoindre Massoud (elle pourrait tenter, être reprise et battue par ses frères).
Mon but n´est pas de vous faire passer 10 autres années à plancher sur ce roman, juste quelques idées que vous pouvez exploiter si vous le souhaitez (n´hésitez pas à me renvoyer l´ascenseur en lisant D.E.X., je suis passé pro dans le domaine de la procrastination).

Bonne fin d'année à vous aussi et une très bonne année 2022 (au moins meilleure que 2021, ce devrait pas être difficile).

Publié le 29 Décembre 2021

@Eric Brambilla : Bonjour.
Merci pour votre commentaire.

C'est vrai que Storay était une fille très forte, une héroïne digne de ce nom. Tout part d'elle. Cela dit, Aïcha sera pas mal aussi. L'assassinat sauvage de sa demi-soeur Storay l'a réveillée. Par la suite, on compare parfois Aïcha à un volcan.

J'ai fait de mon mieux pour montrer la grosse caricature, voire les inventions des talibans.
Merci pour vos remarques.
Oui, certaines choses ne sont pas très logiques j'en ai conscience.
Mon roman faisant déjà 504 pages, j'essaie de tout caser sans qu'il fasse 600 pages lol.

Oui, presque tous les drames que je décris en Afghanistan sont des situations qui ont vraiment existé, hélas.
J'ai utilisé le livre "Reviens, Mahomet, ils sont devenus fous" de Freidoune Sahebjam qui énumère les crimes des talibans dans les années 1995.

Moi-même je ne suis pas musulmane. Mais j'ai fait 18 ans de recherches, et je suis une formation islamique.
Comme vous, je me suis surtout intéressée au Qadar/Destin, un des 6 piliers de la Foi musulmane. Il y a d'ailleurs tout un chapitre de mon roman dédié au Destin musulman.

Je voulais surtout montrer que l'islam a été dénaturé, grossièrement détourné par des gens qui n'y connaissent rien.

Merci pour vos conseils.
N'hésitez pas à revenir vers moi pour me dire ce que vous pensez de la suite. :-)

Bonne fin d'année et très bonne année 2022 à vous.

PS : je vais voir votre livre.

Publié le 29 Décembre 2021

@tchigama kokia douna bakoura : Bonjour.
Merci pour ce beau compliment. :-)
Ça fait très plaisir.

N'hésitez pas à me noter.

Passez une bonne fin d'année, et je vous souhaite une très bonne année 2022.

Publié le 29 Décembre 2021

Khadija, vous écrivez un roman qui vient à point nommé, vous allez malheureusement surfer sur la vague de l´Histoire et du triste destin des Afghanes.
Je démarre dans le dur, les deux premiers chapitres. Un peu dommage de savoir dès le départ que Storay doit mourir (elle fait une très belle héroïne qui méritait mieux que deux chapitres). Raconter son enfance permettrait aussi d´avoir une vision de l´Afghanistan d´avant les talibans.
Petit problème, lorsqu´elle ôte ses vêtements, vous dites juste avant que son père lui tenait la main, hors il ne réagit pas et elle aurait le temps de se déshabiller entièrement. Peu réaliste. Si encore elle se dirigeait seule en avant vers les journalistes, je dis pas. Et la scène manque un peu du coté chaotique qu´elle ne manquerait pas de provoquer (cris, coups...). En plus on rate l´opportunité d´assister au mariage forcé, qui serait intéressant du point de vue des traditions... Elle pourrait se dévêtir devant les caméras à ce moment là, embarrassant son futur mari au passage. Juste une idée.
Pour la structure du second chapitre, je m´étonne de l´intrusion des journalistes américains. Ca fait un peu cheveu sur la soupe. Pourquoi ne pas en faire un chapitre entier, intercalé, vous donnant plus d´espace pour introduire ces nouveaux persos et les enjeux. Cela permettrait de souffler un peu dans cette litanie de malheurs afghans, quoique vous pourriez y introduire un passage sur les tours (qui est justement le chapitre introductif de mon roman). J´ai aussi plusieurs chapitres de mon roman (D.E.X) qui se passent en Afghanistan, je ne sais pas si vous connaissez vraiment le pays ou si ce roman est le seul fruit de vos recherches, mais je serais curieux d´avoir votre avis. Je me penche aussi sur l´islam (en particulier sa vision du libre arbitre/Qadar et l´eschatologie). N´étant pas musulman moi-même, je ne peux me fier qu´à mes recherches, alors n´hésitez pas à me corriger si je tombe dans le cliché bas de gamme. Je souhaite rester aussi fidèle que possible à la réalité tout en servant la trame de mon roman. Pour l´instant ce que je lis du votre semble plutôt confirmer la justesse de mes écrits.

Publié le 29 Décembre 2021

J'ai beaucoup apprécié ce livre. Je témoigne les pages par expérience et la connaissance parfaite de la communauté musulmane. Je trouve des pages très développées avec un langage cohérent.

Publié le 29 Décembre 2021

@ernesto férié : Pour votre gouverne, il y a quelques années, on avait accepté de m'éditer.
Seulement il y a eu les attentats de Charlie Hebdo, etc... donc ça s'est corsé.
Et la violence des 2 premiers chapitres n'avaient pas été mise en avant.

Mon roman parle d'islam, un sujet... sensible. Une religion qui fait très peur car incomprise et déformée.

Visiblement, vous ne supportez pas quand on vous résiste. J'en ai assez.

Passez votre chemin, ça vaudra mieux. Et peut-être devriez-vous retirer les 5 étoiles. Elles m'ont fait plaisir, certes, mais elles sont incohérentes avec vos commentaires.
Soyez cohérent dans vos notations. Un prof doit être logique.

Bonne continuation. Et encore joyeux Noël.

Publié le 24 Décembre 2021

@Ernesto Férié2 : C'est vrai que c'est très dur à lire et aussi à écrire, mais un lecteur adulte ne peut pas non plus s'attendre à lire des histoires de bisounours quand le début se passe en Afghanistan.

Quant à l'exécution de Storay, diriez-vous à un auteur de roman, qui écrit sur les camps de la mort de la 2nde guerre mondiale, qu'il ne doit pas évoquer les chambres à gaz ou le désespoir des victimes ? Qu'il doit passer outre les pendaisons hebdomadaires ou les conditions insalubres des dortoirs ?
Dans Twilight que vous aimez, Bella hurle de douleur dans le tome 1 quand James lui brise la jambe et la mord. Il la torture clairement. Elle souffre comme une damnée quand le poison se répand dans ses veines (tomes 1 et 4), et elle morfle aussi pas mal lors de son accouchement atroce où on lui ouvre le ventre avant même que la morphine agisse !
Diriez-vous à Stéphanie Meyer qu'elle a abusé ?

Il n'y a pas que les femmes afghanes qui ont souffert. Je ne l'ai peut-être pas assez bien montré, mais de nombreux hommes ont aussi été victimes : Mirwaïs (arrêté pour être imberbe), le professeur Obed et bien sûr Chafik qui n'est qu'un jeune ado de 13 ans au début. Chafik qui a une très grande importance, mais qui gardera les séquelles de son expérience afghane.

Publié le 24 Décembre 2021

@Ernesto Férié2 : Coucou.
Pour me montrer plus souple, j'ai pris en compte votre commentaire sur Ben Laden (chapitres 2 et 3). Si c'est toujours le même personnage, j'ai changé son nom. Il donne un fausse identité à ses hôtes, ce qui est plus logique.
Et j'ai un peu mieux expliqué sa présence.

Par contre, il a toujours autant d'influence chez ses hôtes car les Behrouz admirent sa vision déformée de l'islam et sont vraiment très manipulables.
Vous le verrez plus tard.

Merci pour cette remarque. Et Joyeux Noël.

Publié le 24 Décembre 2021

@Ernesto Férié2 : Bonsoir. Je ne fais aucune pub, ni de près ni de loin. Je suis presque sûre vous ne croyez même pas à votre critique.
Je dénonce par moments, j'explique à d'autres.

Pour Ben Laden, il s'est caché en Afghanistan quand il était recherché avant 2001. Il était déjà assez célèbre dans certains milieux.
Il a un rôle dans les 3 premiers chapitres, puis plus rien jusqu'au 6 avec le 11 septembre. Mais on ne le voit plus puisque toute la famille est en Égypte.
La première page du chapitre 1 de mon livre parle du Qadar, terme arabe pour désigner le 4e pilier de la Foi musulmane : le Destin. Destin basé sur nos choix (c'est expliqué dans la suite du livre). En islam, il n'y a jamais de hasard.

Une 2e chance ? Euh... Je ne vous ai jamais demandé de lire mon livre.
Je suis ravie d'avoir des lecteurs, mais si vous bloquez à ce point sur les 2 premiers chapitres, passez votre chemin. Ce n'est pas une comédie, je le répète.
Je vous remercie pour les 5 étoiles, mais je ne comprends pas cette note qui contredit vos écrits. Je suis perplexe.

Ah oui, on m'a déjà dit plein de fois que le début était très dur. On m'a même comparée à Yasmina Khadra. C'est un honneur.

Quelle pornographie ? J'ai écrit un viol collectif, un crime affreux, mais je n'ai pas été prolixe. Et si vous avez bien lu, on se focalise plus sur Aïcha et Chafik qui assistent à cette horreur. Pas sur le viol en lui-même.

Justement mon livre est un pavé car de nouveaux personnages arrivent (personnages que vous auriez peut-être déjà découverts si vous ne passiez pas votre temps à regarder l'exécution de Storay).
Une histoire d'amour passionnée, complexe, qui prendra plus de 500 pages...

Plus tard, il y aura des scènes de sexe consenti, davantage décrites. C'est bien plus facile d'écrire sur ça puisque ce sont des moments d'amour.
Alors comme vous semblez très sensible, en dépit de votre profil qui dit aimer les histoires tortueuses et fuir les fins heureuses, je vous conseille à nouveau de passer votre chemin.

Mon livre n'a jamais prétendu être pour les enfants.
Même s'il s'adoucit et enchaîne les provocations et blasphèmes parfois comiques, il traite surtout de sujets graves : terrorisme, homosexualité, sexe hors mariage, excision, fanatisme, coma, sacrifice, mort, au-delà, égalité des sexes, mariages mixtes, interdiction de certains mariages, mariages orfi, extrême pauvreté, qu'en-dira-t'on, fatwa...

Publié le 23 Décembre 2021

Coucou.

Les incohérences sont dans toutes les religions.

Là, j'ai essayé de montrer surtout les inventions des talibans. Ces horreurs durent 2 chapitres, puis l'histoire se poursuit en Egypte.
Cela évolue au fil des pages, surtout quand Chafik et Aïcha trouvent enfin des alliés qui leur apprennent le vrai islam.
En tout cas, un islam où on ne tue pas les hommes imberbes ni les femmes découvertes.

Et si vous aimez les provocations et les blasphèmes, vous allez être servi !

Publié le 23 Décembre 2021

Bonjour,
Très dur a lire dès le début si l'on est sensible.
On y retrouve les incohérence des religions, surtout celle musulman.
je continuerai plus tard, 500 pages c'est beaucoup pour moi.

Publié le 23 Décembre 2021
5
Il y a du talent et du travail là-dessous... une personnalité, une écriture déjà bien formée, une conscience de ce qu'est un récit et de ses enjeux, et un vrai sujet. Je recommande donc ce livre à la lecture, et pour une mise en avant, si c'est possible.
Publié le 22 Décembre 2021

Aucun livre n'est trop mauvais.
Sa "qualité" dépend notamment du temps que vous avez passé à l'écrire.

Et si vous l'avez mis en ligne, c'est bien pour qu'il soit lu, non ? :-) Je serai juste.

Mes commentaires, je les laissais avant sur wattpad. Je ne suis sur mon best seller que depuis 3 semaines.

Bonne continuation de lecture.

À bientôt.

Publié le 22 Décembre 2021

@Ernesto Férié : Encore une fois, je n'ai jamais dit que mon livre était "génial."
J'ai juste dit que les victimes d'Afghanistan méritaient d'être montrées ainsi que leurs bourreaux. Et ces chapitres sont utiles pour la suite, notamment pour cerner la psychologie de Chafik et Aïcha.

J'ai du mal à vous comprendre.
À croire votre profil, vous n'aimez pas les fins heureuses, vous aimez les personnages et mondes complexes, etc...
Donc vous semblez assez profond et sombre. Par conséquent, je ne comprends pas votre agressivité à mon égard.

Quant à mes éventuels commentaires, je vais lire votre œuvre et y laisser mes impressions. Bisous.

Publié le 22 Décembre 2021

@Ernesto Férié : Bonsoir. Merci pour vos conseils.
Je n'ai jamais prétendu que mon livre était parfait et encore moins sacré, mais les 2 premiers chapitres, si horribles soient-ils, sont nécessaires.

J'ai bien conscience que ces 2 premiers chapitres du roman sont extrêmement durs. J'ai d'ailleurs eu du mal à les écrire.
Mais c'était le but pour bien montrer le contraste avec la suite. Les 2 islams, l'un complètement déformé (voire inventé) et l'autre plus clément.
Et il m'a semblé que les millions d'Afghans, encore sous le joug des talibans, méritaient qu'on montre leur calvaire.

Le pire est passé.
Il n'y aura plus de scènes aussi affreuses. Je ne dis pas que tout sera rose (loin de là), mais ça ira mieux.
Plus tard, il y aura des scènes de sexe consenties. J'espère que ça vous choquera moins car je sais que les scènes erotiques peuvent en déranger certains...

Publié le 21 Décembre 2021

@Renaud R : Bonsoir. Merci pour votre retour.
Oui, effectivement, la situation en Afghanistan était et reste absolument horrible pour tout le monde. Pas que pour les femmes.
Plusieurs hommes ont été tués car sans barbes, ou des enfants ont été fouettés car ils jouaient au cerf-volant. Ces situations ont vraiment existé.
L'Afghanistan est l'un des pays où l'islam est le plus caricaturé. Et souvent les lois n'ont rien d' islamique, même si les talibans prétendent l'inverse.

Pour le Coran, c'est complexe.
Des versets disent en réalité que les hommes sont "responsables" des femmes. Au VII e s, c'était surtout l'homme qui faisait vivre la famille de son travail.
Mais le Coran est un livre très aisément déformable et déformé par ceux qui veulent imposer leur domination. Vous le verrez par la suite.

Mon roman devient plus léger au fil des chapitres. Les 2 premiers chapitres sont les pires.
Ensuite, il y a des provocations à toutes les pages et des histoires d'amitié et d'amour.

Publié le 21 Décembre 2021
5
Des scènes bien écrites et décrites, à la fois particulièrement horribles, violentes, choquantes car insupportables! Il m’est arrivé d’arrêter temporairement la lecture de certaines scènes tellement je les trouvais insoutenables, ce qui signifie qu’elles ont le mérite d’être douloureusement efficaces et percutantes! Difficile vraiment difficile de ne rien éprouver au moment de la lecture de ces scènes révoltantes qui font bien froid dans le dos! Votre roman met bien en scène la cruauté sans fin des islamistes qui sont prêt à commettre toutes les barbaries possibles afin d’asseoir leur autorité. Les femmes sont méprisées, maltraitées et humiliées par les talibans qui n’hésitent pas à les torturer, les violer, les lapider et les massacrer. . Certains versets dans le Coran disent que l'homme est au dessus de la femme, je ne savais pas, si c'est vrai ce sont des versets plus que choquants ! Les hommes qui veulent le bien des femmes sont immédiatement et cruellement sanctionnés. Des moments émouvants et forts qui mettent en lumière le désespoir de certains hommes face au monde effroyable que leur propose les Talibans. Certains comme le commandant Massoud trouvent la force de lutter contre ces terroristes Islamistes.
Publié le 21 Décembre 2021

@Marie Morvan : Bonjour. Exact. Très beau roman de Yasmina Khadra. Terrible aussi.

Je me suis également inspirée d'un livre documentaire qui retrace les crimes des talibans, il y a 20 ans.
Mon histoire commence en l'an 2000.

Mais heureusement, toute l'histoire ne se passe pas en Afghanistan. :-)

Publié le 20 Décembre 2021

Il y a 20 ans, l’Afghanistan décrit par Khaled Hosseini dans les Cerfs-volants de Kaboul était déjà le même !

Publié le 20 Décembre 2021

@Capucine Fleur : Bonjour. Merci pour vos conseils. Ce n'est pas un témoignage. Je me suis juste renseignée pour écrire ce roman. Certes, ce n'est pas une comédie.

Que le début soit horrible était dit dans mon résumé. Il est clairement écrit que Storay est exécutée. Et les titres des 2 premiers chapitres, "l'Enfer sur Terre" et "La torche vivante", annoncent ce qui risque d'arriver.

Cela commence en Afghanistan, donc je ne pouvais nier les horreurs de ce pays. Si ça a été dur à lire pour vous, ce n'était pas non plus facile à écrire pour moi.

L'histoire d'amour ne commence pas immédiatement, mon héroïne n'ayant que 10 ans dans les premiers chapitres.

On passe de l'ombre à la lumière, avec un imam bienveillant dont le fils est athée et la fille pas très pratiquante. Les chapitres 15 et 16 le montent bien. J'ai adoré écrire ces deux chapitres plein de provocations.

Il y aura donc des moments beaucoup plus légers, plus drôles, de l'espionnage, de l'hypocrisie, des blasphèmes à la pelle, des leçons de vie, de l'amitié, de la loyauté, des moments d'amour pur et passionné...
Sans oublier le poids du terrible qu'en-dira-t'on dans un pays (l'Egypte) où, même si c'est moins dur qu'en Afghanistan, on ne rigole pas avec l'amour et la sexualité entre croyants et athées.

Je vais mettre mon livre dans les livres "psychologiques" pour éviter tout malentendu. Merci encore.

N'hésitez pas à revenir vers moi si l'idée de lire la suite vous tente. :-)

Publié le 20 Décembre 2021

L’obscurantisme, la barbarie, ne sont pas pour moi supportables à lire. Vous le racontez de l’intérieur. Cela ressemble plus à un long plaidoyer témoignage qu’à un roman, en tout cas les premières pages que j’ai lues. Si c’est une romance, comme vous le dites, le début va en décourager plus d’une. Ainsi que ce format de présentation serré et le nombre de pages. Peut-être cela vaudrait-il le coup d’aérer et de le présenter en 2 tomes ?

Publié le 19 Décembre 2021