Page 24

140 pages de Philippe De Vos
Page 24 Philippe De Vos
Synopsis

Philippe est à la terrasse d'un café. Un ami vient de lire son manuscrit. Il lui conseille de le jeter et de tout réécrire. Peu diplomate dans ses mots, l'ami José se prend un poing dans la gueule de la part de Philippe qui se carapate aussitôt. José lui promet l'enfer.
Le hasard veut qu'un autre ami, Hector, lui propose de jouer les gardiens dans sa maison d'Ault, à deux pas de sublimes falaises picardes, baignées par la Manche.
Philippe profite de l'aubaine pour s'expatrier quelques mois et décide d'y réécrire l'histoire, celle qui deviendra Page 24.
Dans cette maison nichée dans le Bois-de-Cise, il va rencontrer l'ange Ursalim, Claire, une jeune femme cupide, le Jazz-band "The Killers bandent", 7 chats noirs et sa future éditrice, Paris (Pârisse).

Publié le 02 Juillet 2022

Les statistiques du livre

  804 Classement
  49 Lectures 30 jours
  478 Lectures totales
  +115 Progression
  0 Téléchargement
  4 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

7 commentaires , 3 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@galodarsac
Ce qu'il s'est passé, c'est que j'étais "trop" content de trouver le nom de cette bière, que cela a suffi à mon bonheur. Sinon, une recherche m'aurait permis de trouver cette référence à sainte Hildegarde (d'ailleurs, il y a une cuvée Page 24 - Sainte Hildegarde). Je garde ça sous la main et sans doute je glisserai quelque part ce sainte Hildegarde.
L'ancienneté de Page 24 ici m'a permis (je me la pète aussi) d'avoir un petit coeur à son époque :
❤️ https://www.monbestseller.com/actualites-litteraire-conseil/8795-e-book-a-lire-en-ligne-pantinois-page-24
Retiré, puis remis, retiré et remis, il est ailleurs encore sur le site avec le retour d'Ursalim et Apostrophe à Nanard (troisième dépôt):
https://www.monbestseller.com/manuscrit/14664-page-24-suivi-du-retour-dursalim
Il y a quelques mois, j'ai opté pour rassembler tous les textes qui se baladaient avec pseudos ou pas, et de scinder les deux histoire, comme à l'origine.
Voilà ! En somme, je vois qu'on a le même péché mignon - tout ça, c'est la faute à Rousseau !
Philippe

Publié le 01 Octobre 2022

@Philippe De Vos Bonsoir Philippe, pour être honnête je ne connaissais pas la Page 24, du coup j'ai fait quelques recherches et voilà... Mais je n'ai pas résisté à la tentation de me la péter un peu, ça fait du bien de temps en temps (avec modération). Cela dit, ça ne m'étonne pas du tout de la part de sainte Hildegarde !
J'ai un peu le même hobby que vous: égratigner la gauche. Mais elle devient tellement caricaturale que ça finit par n'être même plus amusant: la moindre saillie de S.Rousseau ou A.Coffin la ridiculise tellement mieux que ce que je ne saurais le faire !
Je ne pensais pas que Page 24 était si ancien (enfin, toutes proportions gardées). Effectivement cela n'a pas pris une ride en 5 ou 6 ans !
Pour ce qui est des coquilles, je connais bien: j'en ai repéré une dans mes propres écrits, qui traînait depuis 2 ans... et que je venais de faire imprimer en 10 exemplaires (sinon ce n'est pas drôle).
Pour à-valoir effectivement je pense que vous avez raison, dans la mesure où cette locution induit un substantif éludé: des (sommes) à valoir, ce qui est distinct des verbes substantivés (des pensers)... Putain de langue française! Vivement que Pap N'diaye nous simplifie tout ça!
Bien à vous

Publié le 01 Octobre 2022

@galodarsac
Bonjour à vous et heureux, en ce matin, de découvrir votre commentaire. Mille choses à répondre, mais il ne faudrait pas que la réponse dépasse la taille du commentaire.
D’abord, c’est là où le lecteur en apprend à l’auteur : sur Hildegarde, si j’avais su, j’aurais glissé quelque part de façon subliminale un « sainte Hildegarde, priez pour nous ». Comprenne qui pourra !
La Page 24 a été tout à fait découverte de façon heureuse. Aux environs de cette page 24, je cherchais un nom de bière… l’écrivain qui chopine un peu en écrivant. Passant quelques minutes sur le net, voilà que la Page 24 apparaît ! Ensuite, je bataille un peu pour qu’elle se faufile en page 24 et le tour est joué. Petit miracle ! Pour Hildegarde, j’ajoute que vous avez piqué ma curiosité et ce matin, j’ai trouvé ça :
https://www.mabierebox.fr/produit/b/brasserie-saint-germain/page24-blonde
Quelle érudition mon cher @galodarsac !
Pour la suite : j’imagine que chaque plumitif y retrouve quelque chose de lui. Vous, c’est la procrastination. Je suis habité du même mal et aussi il m’arrive trop souvent de remettre au surlendemain.
La gauche (c’est mon péché mignon de l’égratigner de temps en temps), le mot « réac » qui sonne comme un coup de fouet, un « ! »… écrit en 2016-17, publié sur mBS en 2018 puis retiré (ou 2017, je ne sais plus), c’est toujours aussi vrai. Encore que ! Ce mot « réac » ne leur suffit plus. Il y a des versions upgradées du mot !
En tout cas merci pour tous vos commentaires. Celui-ci, concernant un morceau central de mes textes, est important pour moi. Je pense que Page 24 m’a permis de lâcher beaucoup de choses et d’aller ensuite vers des choses légères… et d’autres encore, très lourdes.
Les coquilles ! Des saletés que ma douzaine de relectures n’ont pas vues. Et pourtant, mes lecteurs et lectrices précédents en avaient relevé. Quelqu’un doit en semer derrière moi, c’est pas Dieu possible ! (Désolé pour le blasphème !)
Bonne journée.
Philippe
PS : j'ai corrigé les deux fautes. Des à-valoir (en deux mots, mais je n'ai pas mis de "s" ai-je raison ?) , pour ma défense, c'est que je n'en touche pas ! Comment voulez-vous que je sache l'écrire :)

Publié le 30 Septembre 2022

J'ai aussi repéré quelques coquilles, mais malheureusement je n'ai pas eu la présence d'esprit de les noter, à part "quoi que ce soiT" en haut de la page 75, et "à-valoirs" p91.

Publié le 30 Septembre 2022
5
Et avec les étoiles bien entendu.
Publié le 30 Septembre 2022

@Philippe De Vos Alors là ça décoiffe ! J'ai un peu l'habitude de vos récits maintenant mais là c'est du lourd, mazette !
Déjà ça commence fort: un livre qui relate sa propose genèse, voilà qui est original.
J'abonde un des commentaires précédents, sur la haute teneur philosophique de la partie centrale. Comme on se reconnaît tous, plus ou moins, dans au moins un des travers du plumitif que vous décrivez ! Pour moi ce fut "Tout ce que j'aurais pu écrire, sans la procrastination" !
En exergue, je mettrais cette phrase "vous n'avez pas vécu, vous avez rêvé votre vie", à méditer... Mention spéciale aussi pour les passages sur "les réacs" et, vers la fin, sur la gauche !
Quant à l'épilogue, je ne veux pas spoiler mais ça retourne le cerveau...
Ayant lu "le retour d'Ursalim" avant celui-ci, je n'ai pas eu de surprise concernant certains personnages mais peut-être ai-je mieux saisi la dimension théologique de certains passages.
En tout cas, ce livre se dévore en un rien de temps tant il nous entraine dans sa ronde de jouissances et de névroses, de joies et de dépressions (la parodie des AA est un morceau d'anthologie!), bref de tout ce que connaît un maniaque de la plume, qu'il ait ou non rencontré sa Pârisse (dont je vais moi-même rêver abondamment désormais !).
NB et la bière "page 24" qui fait son apparition... page 24, finement calculé :) La page chipée à Ste Hildegarde peut-être ? Plus rien ne m'étonnerait !

Publié le 30 Septembre 2022

@FANNY DUMOND
Bonjour Patricia. Heureux de vous retrouver là.
Comme Page 24 fut déposé en 2017, dans les premiers mois de ma présence sur mBS, il est vierge de tout private joke, ce qui n'est pas le cas d'autres écrits comme le canard laquais ou même la librairie des bannis. J'essaie qu'ils ne nuisent pas à la compréhension de l'histoire. Pour les 7 travaux de Virgile, il y en a aussi quelques uns, disséminés au gré de l'humeur de ce voyage de 6 mois ! Un roman fantasy où j'ai mis beaucoup de moi-même.
Pour les pseudos, comme je l'ai écrit à Wilfrid, j'en ai usé comme la coutume le veut, il me semble, en littérature. D'une, afin d'avoir de nouveaux commentaires. Il se trouve que sur mon nom, certains arrivent avec leurs préjugés (cf aujourd'hui Viol plané où un lecteur me poursuit de sa vindicte depuis plusieurs années. Étrangement, lorsque j'ai utilisé des pseudos, ses commentaires étaient élogieux, plus d'une fois. Du coup, j'en tire la conclusion que mon nom attire le commentaire négatif alors que sous pseudo, ils deviennent positifs. Ça fait pitié !) ET de deux, parce que Page 24 est très différent des 7 travaux de Virgile, lui même très différent de La librairie des bannis, de Mathilde ou d'autres textes.
Pour le remboursement des Kleenex, merci de m'envoyer votre note de frais. Je rembourse toutes les années bissextiles.
Bonne journée à vous… on nous annonce, effectivement une canicule par ici. Pour l'instant, c'est plutôt agréable !

Publié le 11 Juillet 2022
5
Bonjour@Philippe De Vos je suis tellement heureuse de voir, enfin, un commentaire sur Page 24, une autre de vos réussites. Comme je vous le dis en privé, vous en laisser un la première me mets dans une position des plus inconfortables, bien qu'ils soient sincères (copinage, fayotage...), mais baste ! Je passe souvent outre, car je suis une femme Libre et spontanée (parfois un peu trop ;-) Quant aux divers pseudos, il me semble, que vous n'êtes pas le premier ni le dernier à en user, n'est-ce pas ? Je ne les connaissais pas tous, notamment sur le "culot" et cela ne m'a pas empêchée de le remarquer parmi les textes du collectif. Comme quoi ! Parfois, nous changeons de registre pour nous amuser, je dirais plutôt pour évacuer certaines turpitudes, pour pointer la nature, ô combien charmante, de nos confrères/consœurs en écriture ou simplement pour faire passer certains messages sociétaux, comme ça spontanément. Alors, oui, Philippe, vous êtes un écrivain dans le sens strict du terme, car il est très difficile de commenter chacun de vos ouvrages, chacune de vos phrases, de vos mots qui sont remarquables. Il me faudrait des heures pour en tirer leur substance et encore... parce que chaque fois que je vous relis je découvre ce qui m'avait échappé. N'est-ce pas la preuve que vous faites partie de ces écrivains que je prends tant de plaisir à relire ? " Les 7 travaux de Virgile ", quelle épopée ! durant 6 mois ! que j'avais hâte de découvrir les samedis après-midi. Quelle rigolade, aussi !!! Je voulais vous envoyer la facture de ma boîte de kleenex, pour essuyer mes larmes de fous rires sur certains passages. On sait pourquoi, mais chut !!! Je vous souhaite une agréable journée, pas trop torride, climatiquement s'entend, et vous dis : à tantôt ! Patricia qui est, une fois de plus, "à la bourre". ;-)
Publié le 11 Juillet 2022

@Wilfrid TETARD
Bonjour Wilfrid. J'arrive à la fin de mes re-dépôts de textes. Presque tous écrits entre 2016 et 2022.
À l'exception de La Proie pour l'ombre, Homicide involontaire et Le Revenant. Cependant, pour ces re-dépôts là, je les ai retravaillés.
Pour Le Petit Chaperon woke, c'est comme pour Apostrophe à Nanard ou bientôt Le Canard laquais, ce sont des amusements. J'appelle cela des bluettes. Pour moi, l'écriture est devenue un divertissement. Et j'ai donc besoin de m'amuser en écrivant. C'est pourquoi mes textes sont teintés d'humour (enfin! je l'espère !).
Page 24 est sans doute le plus abouti de mes livres avec Les 7 travaux de Virgile. Ce dernier, je l'ai écrit en feuilleton ici même. Pour l'occasion, mBS a créé la case feuilleton qui n'existait pas. Pendant 6 mois, j'ai écrit chaque semaine un chapitre que je déposais le samedi après midi. J'avais envie de connaître cette sensation du feuilletoniste. La pression de la livraison et en même temps inventer l'histoire au fur et à mesure. Il s'agit, en apparence, d'un roman fantasy, mais en fait on y retrouve plein d'autres choses et notamment des réflexions sur les sociétés humaines.
Page 24 a d'abord été écrit sous le titre 53 ans et mèche. Je l'ai envoyé à des éditeurs et après leur retour, je l'ai totalement réécrit, jetant la moitié et écrivant autre chose. Mais là, j'avais l'histoire en tête, ce qui fut très précieux. Ensuite, j'ai écrit une suite qui n'en est pas une "Le Retour d'Ursalim", avec les mêmes personnages, mais pas le même genre de texte, ce qui désarçonne ceux qui ont aimé Page 24 ! C'est pourquoi je préviens toujours qu'il ne s'agit pas d'une suite au sens strict du terme.
Enfin, pour les pseudos… Pantinois, Filippo Fuchs, Jacques Colin, Edmond D., PHDV, Alexis Arnaud, Henrick Kitsune et d'autres, j'en ai usé pour présenter mes textes. Certains me l'ont reproché. Figurez-vous qu'il y a même un petit malin qui s'était amusé de tous les énumérer dans un commentaire sur une tribune (une sorte de dénonciation). En fait, il était à la recherche de son "troll" sur mBS (histoire idiote et sordide) et voulait absolument m'y associer. Ce qui n'est, évidemment pas le cas. Ce même type avait cru reconnaitre son "troll" dans d'autres auteurs auparavant, auteurs qu'il avait dénoncés pareillement, sans aucune preuve… dont Fanny qui fit les frais de sa bêtise. Tout ça pour dire que les pseudos, il y en a, ici, qui pensent que c'est pour faire le mal, alors que je les ai utilisés pour déposer des textes de factures différentes.
Voilà, ceci est la "petite" histoire de Philippe De Vos sur mBS depuis 2017, avec ses amitiés et ses inimitiés et même ses rivalités ! Qui l'eut crû ?
Bonne journée à vous
Philippe

Publié le 11 Juillet 2022
5
@Philippe De Vos Qui êtes-vous, Philippe ? Le mage Soufi qui encombre les premières pages de tous les moteurs de recherche ? Comme disait Bashung et ses coauteurs : "D'ici là j'aurai découvert Lequel de mes plusieurs Sera à même de la sauver" (dans "2043"). Voici le quatrième texte que je lis de vous, et le moins qu'on puisse dire est que vous n'êtes pas le genre d'écrivain qui écrit toujours le même livre en changeant les noms (et ils sont pléthore !) ! Chacun est tellement différent que cela justifierait un changement de pseudonyme car un lecteur ayant été attiré par une de vos œuvres pourrait être déçu par une autre ! Quoi qu'il en soit, excepté la nouvelle du petit chaperon rouge que je trouve de moindre intérêt, je suis de plus séduit par vos écrits. Celui-là est (pour l'instant) mon préféré (notamment le deuxième tiers où vous ne faites pas œuvre de romancier mais d'écrivain, vos pensées et remarques étant suffisamment puissantes et admirablement rédigées pour se dispenser de toute histoire). Avec tout mon respect, Wilfrid TETARD
Publié le 10 Juillet 2022