Lettre à Marguerite

11 pages de Zoé Florent
Lettre à Marguerite Zoé Florent
Synopsis

L'écriture de mon roman biographique me prenant plus de temps que de coutume, voici une lettre et une nouvelle, rédigées en 2017. Bien que différents, il me semble que les sujets de ces deux écrits (celui-ci et celui en cours d'écriture) ont un petit air de famille, dans le fond.

Bonne lecture !

Publié le 15 Décembre 2022

Les statistiques du livre

  1169 Classement
  42 Lectures 30 jours
  1372 Lectures totales
  +99 Progression
  13 Téléchargement
  10 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

25 commentaires , 13 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@SALVADOR Ricardo Mille mercis pour votre chaleureuse appréciation !
Cette tranche de vie se passait en Espagne, mais pas en Catalogne. Plus précisément en Extremadura, dans la région des lacs, là où viennent en nombre les chasseurs andalous.
Merci encore et bonne soirée.
Amicalement,
Michèle

Publié le 10 Janvier 2024

@Zoé Florent
Une balade entre Colette, George Sand (en Catalogne pas dans le Berry) et Anne Sylvestre aigre-douce, bravo pour la lettre comme pour les mots.

Publié le 10 Janvier 2024

@Jean-Pierre LAURIER Mille mercis pour ton commentaire enthousiaste. Pour ta lumineuse constellation aussi.
Pour le reste, non, je te rassure. Si l'hypersensibilité peut être considérée comme une pathologie, lorsqu'elle détruit le sujet, la sensibilité n'en est pas une... Loin de là et fort heureusement, d'ailleurs. Elle est même considérée comme une forme d'intelligence, de richesse.
Et puis sans elle, que serait l'art sous toutes ses formes, sinon un monde gris et standardisé à l'image de nos sociétés ? Et l'intuition ? Et l'amour ?
Sensibilité n'est pas sensiblerie, comme ceux qui en sont privés ont tendance à le conclure pour déprécier les êtres qui en sont dotés ;-).
Merci encore, bises et bonne journée !
Michèle

Publié le 05 Janvier 2024
5
Je pleure... Que cette lettre est belle ! Que cette histoire de Fernando est belle ! Toute cette écriture est sensuelle... C'est juste beau, bravo Michèle... Question ? Est-ce que la sensibilité est une maladie ? Si oui, je suis malade... Jean-Pierre
Publié le 05 Janvier 2024

@Michel LAURENT Mille mercis, cher Michel. Et pour votre commentaire sensible et pour les étoiles chaleureuses qui l'accompagnent.
On ne se refait pas, c'est bien connu. Si l'on peut imiter les gros durs dans la vie pour jouer des coudes dans une société qui nous prive du choix des armes, on est bien vite rattrapés par notre nature profonde dès que l'on s'en évade en écrivant ;-).
Bonne soirée ! Amicalement,
Michèle

Publié le 04 Janvier 2024
5
Vous avez le don de faire partager votre sensibilité de façon fort poétique, vos textes sont très agréables à lire, plein de douceur. Bravo Michèle.
Publié le 04 Janvier 2024

Bonsoir, @Ravine Thomas, et mille mercis pour vos commentaire et notation chaleureuses.
Non seulement vous avez raison, mais vous prêchez une convertie : les passions amoureuses durables existent encore, parfois vécues ensemble, parfois au-delà d'une séparation forcée, comme dans le cas de Fernando.
Marguerite Rothe se publiait encore chez MBS, au moment de l'écriture de cette nouvelle il y a six ans, et c'est l'annonce faite par un ami l'an dernier qui m'a donné envie de la republier en hommage à Fernando et au souvenir indélébile qu'il m'a laissé.
Merci encore et bonne soirée.
Amicalement,
Michèle

Publié le 30 Novembre 2023
5
PS : eh zut ! Je me suis notée par inadvertance :-) !
Publié le 30 Novembre 2023
5
Bonsoir, Effectivement comme vous l’indiquiez, votre lettre et votre petite nouvelle Fernando se marient joliment et habilement. Belle introduction dans vos mots épistolaires à Marguerite, où il en ressort beaucoup de tendresse pour cette femme. Et votre tendresse très touchant se poursuit auprès de Fernando. un amour aussi furtif qui soit peut laisser une trace indélébile dans le cœur d’une personne. La notion de temporalité ici (tiens, tiens…) n’est pas le plus important. Seule l’intensité et la sincérité des sentiments comptent pour Fernando à travers vous. Et le final nous rend un peu triste. Cette nouvelle = une synthèse de la vie ? Très joli moment de lecture. J’ai aimé.
Publié le 30 Novembre 2023

@Alhéna Skat Que le préambule vous ait parlé ne me surprend pas, et si cela peut vous rassurer, vous semblez faire partie de ces rares et précieuses personnes qui savent "prendre notre main avec douceur pour guider nos premiers pas sur ce sol inconnu".
Quant à la dernière ligne, qui a des allures de "twist final", je l'ai ajoutée des années plus tard, lorsqu'un ami commun m'a informée de la mort de Fernando ; qu'à cette annonce, j'ai décidé de ressusciter cette nouvelle comme un hommage.
Mille mercis pour vos étoiles et commentaire chaleureux.
Amicalement,
Michèle
PS : concernant le changement d'avatar, c'est une longue histoire que j'évoque dans "Autopsie onirique" ; une novella qui risque d'être trop longue à votre goût, à moins que la curiosité ne l'emporte ;-).

Publié le 19 Août 2023

@Zoé Florent
Où sont passés votre visage et votre chien sur votre avatar ? C’était beaucoup plus charmant !

Publié le 19 Août 2023
5
@Zoé Florent Bonjour Zoé, Le préambule m’a particulièrement plu, je l’ai apprécié peut-être plus que la majorité de vos lecteurs, car il me touche et me concerne personnellement. Comme précédemment avec « Ce ne sera pas écrit » vous m’avez cueillie avec vos deux dernières lignes. C’est à confirmer par d’autres lectures, mais vous me semblez la reine du « twist final » en littérature, cet ultime rebondissement… (vous devriez donner des cours ;) ) Merci pour ce texte et la sensibilité qui s’en dégage.
Publié le 19 Août 2023

@Sophie Etallak Merci !

Publié le 17 Juillet 2023
3
Joli texte
Publié le 15 Juillet 2023

@Voyage en papier Merci infiniment pour vos lecture et commentaire.
Pour le reste, il faudrait avoir lu "Villa Kérylos", mais vous connaissez sûrement dans votre entourage plus ou moins proche de vieux aigris. Du genre qui ne donne pas vraiment envie de leur ressembler en vieillissant. Il est d'ailleurs assez significatif que celui de ma lettre ramène son collègue, qui lui n'a rien perdu de sa capacité à rêver, à ses problèmes stomacaux.
Bonne fin de journée !
Michèle

Publié le 12 Juillet 2023

Très belle image que Fernando dansant avec son ancien amour.
Dans vos catégories de vieux, je n'ai pas compris pourquoi la première était associée à l'aigreur.
Merci pour cet écrit qui m'a fait voyager.

Publié le 12 Juillet 2023

@Philippe Manne Bonjour et mercis pour vos lecture et sympathique commentaire, Philippe !
Bonne journée,
Michèle

Publié le 26 Juin 2023

@Zoé Florent....
Outre la belle plume, la poésie et l'émotion trouvées dans ces deux textes, je souligne votre intelligente vision de la vieillesse....

Publié le 25 Juin 2023

@Jean-Pierre BARBERINE Bonjour Jean-Pierre,
Oui, tout est là, comme tu dis... pour qui sait lire cependant ;-).
J'ai ressuscité cette nouvelle écrite en Espagne à la réception de l'appel m'informant de la mort de Fernando. Une phrase toute simple en plus ; trop à dire et peur de sombrer dans les lieux communs...
Lorsque je relis le récit de cette soirée, je voyage et la vis en temps réel... Immuabilité des moments forts qui portent et font la nique aux eaux, même les plus tumultueuses, passées sous les ponts :-).
Merci à toi ! Pour ta lecture imprévue d'abord ; pour ton commentaire impliqué ensuite, et pour les étoiles, bien sûr...
Un abrazo !
Michèle

Publié le 11 Mai 2023
5
@Zoé Florent, Salut Michèle de nouveau ! Je ne connais pas Marguerite Rothe mais ça ne m'a pas empêché d'apprécier cette courte -trop courte- nouvelle, d'autant que ça se passe en Espagne et l'Espagne, comme tu le sais, ça me parle... En quelques pages le portrait d'un beau personnage et une réflexion implicite sur la mort, la disparition et l'absence, en fait sur ce qu'on est tous et aussi sur ce qui nous attend. Quand je te dis "trop courte" c'est que la fin est tellement abrupte et qu'on reste sur sa faim.. .Mais tu vas me dire, tout est là justement... Ah et je ne savais pas ce que c'était esto de "pitarra". Merci donc! Un abrazo
Publié le 11 Mai 2023

@Kroussar D'accord, pour Fernando et moi, alors ;-)...

Publié le 02 Mars 2023

@Zoé Florent

Non, non ! Uniquement pour toi et Fernando !

Publié le 02 Mars 2023

@Kroussar Merci, Jean-Claude ! Mille mercis pour Fernando ♥ ; pour Marguerite Rothe aussi, puisque lire "Villa Kérylos" m'a inspiré cette nouvelle ;-).

Publié le 02 Mars 2023
5
La Croix-du-Sud ! Et ses cinq étoiles, pour saluer l'émotion qui transpire dans ce bel hommage à Fernando.
Publié le 02 Mars 2023

@Destiny HOUEDANOU Heureuse de vous retrouver sur cette page, Destiny. Soyez assurée que ce que j'ai lu de vous fait que je vous aime bien aussi ;-).
Merci, milles mercis, et bon week-end !
Michèle

Publié le 25 Février 2023

@Kroussar Mille mercis, Jean-Claude. Ton commentaire me touche énormément ♥... Fernando était une belle personne ; j'ai toujours son sourire et son regard pétillant à l'esprit.

Publié le 25 Février 2023
5
@Zoé Florent Je vous découvre peu à peu et je vous aime bien.
Publié le 25 Février 2023

Un bien bel hommage à Fernando !

Publié le 25 Février 2023

@GAUVRIT Alain Savoir que ma nouvelle vous a fait du bien est certainement un des plus beaux compliments que l'on puisse me faire, merci ! "Votre Edmonde", toute imaginaire qu'elle soit, m'a d'ores et déjà fait de l'oeil de par l'originalité du titre du roman que vous lui avez dédié.
À bientôt de vous lire, merci encore et bonne soirée !
Michèle-Zoé

Publié le 24 Janvier 2023

@Zoé Florent
Ca y est ; téléchargé ! Je me régale d'avance !
A bientôt ! Wilfrid

Publié le 23 Janvier 2023

@Wilfrid TETARD Cher Wilfrid, comme je vous comprends, tout en étant consciente que vous faites probablement une exception pour avoir déjà sondé certains de mes écrits plus longs. Quoi qu'il en soit, je vous remercie infiniment de faire une petite entorse pour ma nouvelle ;-).
Fernando m'a d'autant plus marquée qu'il était une exception dans un contexte machiste ; pas un contexte machiste vindicatif, non, plutôt celui de la force tranquille d'une tradition à laquelle nul ne s'oppose. Une de mes grandes satisfactions perso est d'avoir réussi à faire évoluer les mentalités en dix années passées là-bas, d'ailleurs.
Sinon, je suis ravie de constater une fois de plus une forme d'étourderie rassurante pour la tête dans les nuages que je suis : mon roman "biographique" est en ligne depuis une semaine. Il s'agit de "Génération double peine". Un écrit vraiment à part, aussi ne vous en voudrai-je pas si vous n'accrochez pas ;-).
Mille mercis pour votre passage et bonne soirée ! Amicalement,
Michèle

Publié le 23 Janvier 2023
5
Bonsoir, Michèle ! Comme vous le savez, je n'ai par principe que peu d'appétence pour les textes très courts, n'ayant pas le temps d'apprécier le style de l'auteur ou de m'immerger dans l'état d'esprit des protagonistes. Je vous décerne cependant ces étoiles car le texte est d'une douceur et d'une poésie exceptionnelles. Quel dommage ne ne pas pouvoir se laisser bercer plus longtemps par le chant de vos phrases ! C'est pourquoi j'attends avec impatience votre autobiographie... Ne tardez pas ! ;-) Amicalement, Wilfrid
Publié le 23 Janvier 2023

@A.P. Gounon Une véritable douceur, ton commentaire (je me permets ; pour avoir vécu en Espagne, j'ai le tutoiement facile aussi ;-)), chère... Anne ? Annie ? Angèle ? Merci du fond du coeur !
81 ans... Visiblement, le recette de ma lettre à Marguerite fonctionne, et cela me ravit.
Oui, la littérature est un beau chemin ; souvent le plus court et le plus passionnant pour deviner et parfois rapprocher les êtres.
Je suis en train de terminer "D.E.X.", le roman d'Éric Brambilla. Le hasard des rencontres me vaut de m'intéresser au genre SF, depuis peu ; un genre que j'abordais rarement avant, par goût, à part pour lire l'oeuvre d'une amie-auteure, Annie Pic... et je suis en train d'y prendre goût peu à peu.
Je te dis donc à très vite (j'ai encore un roman à lire en BV). Merci encore et bonne journée !
Zoé-Michèle (mon vrai prénom)

Publié le 18 Janvier 2023
5
Chère Zoé Florent, je viens de tomber par hasard sur ce petit bijou qu'est "Fernando". Il m'a beaucoup touchée et ce d'autant plus que j'ai 81 ans. Quelle tendresse, quelle bienveillance ! Oui c'est ainsi qu'il faut aborder la vieillesse, conserver l'enthousiasme, la fantaisie et le rêve... La littérature est un chemin parmi d'autres ( Pour moi la fantasy, qui représente la liberté absolue)... J'ai aimé aussi ton style ( je suis très exigeante sur ce point), si clair si élégant. Bref cinq étoiles sans hésitation. Et merci d'être venue à mon secours quand j'avais par erreur mis en ligne quatre fois mon roman! La bienveillance encore...
Publié le 18 Janvier 2023

@Michel CANAL Cher ami,
Un véritable plaisir, ton commentaire ! Quant aux généreuses étoiles, j'en apprécie d'autant plus la chaleur qu'ici, le ciel et les pentes enneigées se confondent dans un blanc aussi froid qu'éblouissant, aujourd'hui. La frileuse que je suis, bien que gelée sur pied, jouit sans se lasser de ce magnifique spectacle.
Je tiens à te remercier particulièrement pour ton pointage de ces valeurs qui nous valent si souvent d'être raillés. Il est toujours réconfortant de se sentir moins seul ; sans compter que cela endigue efficacement les inévitables phases de doute, de découragement ;-).
Un autre merci pour les deux coquilles trouvées dans cette lettre que j'ai postée telle quelle, sans relecture... Eh oui, en 2017, tu ne me bêta-lisais pas encore ;-).
Bon week-end à vous deux ! Bises,
Michèle

Publié le 17 Décembre 2022
5
Quel plaisir de retrouver ton écriture, @Zoé Florent, avec en prime une couverture magnifique. Les deux personnages, pourtant si différents à tous égards, t'ont profondément marquée pour avoir envie de l'exprimer comme tu l'as fait. On reconnaît là ton humanisme. Un humanisme que @Parthemise33 a évoqué au travers de la citation d'Henri II Estienne : « Si jeunesse savait et si vieillesse pouvait ! » car si ce Français du XVIe siècle était philologue, helléniste et imprimeur, il est connu aussi comme humaniste... et nombreuses sont les citations que la postérité lui doit. Tes deux personnages ont cependant un point en commun : l'optimisme, l'empathie, l'enthousiasme et l'exemplarité qu'ils savent communiquer. Des qualités d'ailleurs, Michèle, que l'on retrouve dans ta personnalité à travers tous tes écrits. Merci pour ce partage, surtout en cette période où le bonheur, le rêve, devraient faire oublier l'hiver, la froidure et la grisaille. Bonnes fêtes à toi et à tes proches. MC
Publié le 17 Décembre 2022

@Parthemise33 Alléluia, chère Annie, je viens de recevoir la première notification de vote après de longues semaines sans ! C'est un signe ! Non, j'aimerais bien, mais ce n'en est pas un. Après avoir tout essayé, changer l'adresse mail associée à mon compte a débloqué tout bêtement la situation ;-).
Oui, tant que l'enthousiasme est là, tout va. Tant que la capacité d'émerveillement, forcément conditionnée par une forme d'optimisme, aussi. Explorer, se faire plaisir en attendant d'aborder l'autre rive et cet inévitable rendez-vous avec l'infini.
Mille mercis, lady Annie ! Pour la note, pour le charmant commentaire...
Bises et bonne soirée,
Michèle

Publié le 15 Décembre 2022
5
@Zoé Florent Quelle leçon de vie ! Ah ! Si Jeunesse savait et si Vieillesse pouvait ! La sagesse populaire a oublié l'intersection entre les générations : l'enthousiasme. Quand l'enthousiasme est là, tout va. Ce n'est pas une question d'âge, mais plus de tempérament. Merci Bisous Merci pour ces deux courts récits empreints d'une douce philosophie de vie pleine d'optimisme. On accostera un jour ou l'autre sur l'autre rive, mais que ce soit le plus tard possible, sereinement, avec l'envie folle d'explorer de nouveaux mondes
Publié le 15 Décembre 2022