Génération double peine

208 pages de Zoé Florent
Génération double peine Zoé Florent
Synopsis

L’écriture de ce roman m’était nécessaire afin de tourner une page, de retrouver une meilleure disponibilité pour vivre le temps qu’il me reste. Page que je ne pouvais tourner sans me délester de certains souvenirs que le reste de ma fratrie a préféré enterrer en même temps que nos parents ; définitivement.

Publié le 16 Janvier 2023

Les statistiques du livre

  570 Classement
  84 Lectures 30 jours
  1717 Lectures totales
  -85 Progression
  42 Téléchargement
  16 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

24 commentaires , 10 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Philippe RIBAGNAC Cher Philippe,
Que vous dire si ce n'est que votre commentaire me touche profondément ?
Cette perche tendue sur votre page, j'ai hésité avant de vous la présenter. J'ai même modifié mon commentaire, me faisant violence, après avoir admis que si un de mes écrits pouvait vous "intéresser", ce serait celui-ci.
Puis les jours ont passé, jusqu'à celui où vous l'avez mis en bibliothèque. Réactivant mes peurs et mes doutes dans un premier temps. M'incitant à vous faire confiance dans un second.
Il est doux que cette seconde impression ait été la bonne. Voilà ce que je peux vous dire, cher ami auteur, sans sombrer dans quelque poncif tout en respectant nos sensibilités mutuelles que je sais grandes ;-).
Mille mercis pour ce commentaire réconfortant. Mille autres pour ces étoiles émouvantes que je dédie à "maman-héroïne".
Amitiés,
Michèle

Publié le 28 Janvier 2024
5
@Zoé Florent J’ai pris le temps de lire ce livre à fond : ce fut un moment aussi passionnant qu’instructif ! Passionnant, car au-delà du plaisir un peu voyeur de découvrir les secrets les plus intimes de votre vie pleine de drames et péripéties poignantes, j’ai retrouvé toute la précision, la sensibilité et l’élégance de votre style (Je n’ai pu m’empêcher de noter sur deux grandes pages celles de vos formules et trouvailles d’écriture qui m’ont le plus séduit). Instructif, surtout et avant tout : Je n’avais encore jamais lu une pareille profondeur, intensité et lucidité d’analyse des sentiments d’une fille emportée par l’impérieux besoin de rendre toute la justice due à sa mère, dont l’amour fut trop souvent bien mal récompensé de son vivant. Il en naît une irrésistible émotion à travers cette véritable rédemption d’une maman qui à travers votre livre, accède au « paradis » de votre esprit puissamment empathique et pleinement reconnaissant. Ce livre montre parfaitement que la pire des injustices n’est pas d’ordre matériel (comme on tend à tout ramener aujourd’hui), mais d’ordre AFFECTIF. Pour accéder au bonheur de cette lecture, il faut certes au départ un tout petit effort pour s’habituer à autant de personnages familiaux – nombreux, mais tous nécessaires - qui interviennent sur plusieurs générations dans la construction du récit. Le procédé consistant à remplacer la simple chronologie par une alternance de flashs back et la superposition de couches d’information successives (votre petit péché mignon !) peut également déstabiliser jusqu’au moment où les recoupements finissent par se mettre tous bien en place. Quelques phrases parmi tant d’autres qui m’ont parlé particulièrement : « Il avait ce qu’il fallait pour que j’accepte qu’il me fasse des enfants » (p 30), « Courage et compassion vont souvent de pair » (p34), « Ton besoin de plaire motivait et justifiait tes lâchetés » (p37), Le syndrome du « saint-bernard »des maîtresses du père croyant le réconforter face au caractère soi-disant revêche de sa femme en fait poussée par lui à bout ! (p60), « Mon décrochage s’était produit avant mon dérapage » (p 75), « En une heure, de rêveuse idéaliste je me suis muée en adolescente désabusée à tendance suicidaire »(p76), « Seul mon silence était envisageable pour vous protéger l’une contre l’autre du mal que vous auriez pu vous faire » (p 77), « Ironie du sort, c’est ce manque de courage que t’avait toujours reproché maman qui lui a permis de conserver son époux à ses côtés » (p82), « Mais le ver est malheureusement déjà dans le fruit ; il a été grassement nourri » (p97), « Découvrir cet "homme-papa" que je connais si peu » et qui ne s’est soucié que de son "contrat social" (p139), Le MERVEILLEUX récit du non-avortement (p157), « La croyance, véritable machine à faire courber l’échine » (p158), « Une union "tare avec tare", d’une logique implacable » (p158), « Je n’oublierai jamais ton premier regard, jamais. Tes grands yeux sombres étaient porteurs d’une interrogation immense, doublée d’une sorte de jugement. Impossible de l’oublier. Comme si tu connaissais déjà le avant, et pressentais le après » (p159), « Je réalise, vu sa peine pour la casquette, qu’elle doit aimer papa autant que je t’aime, maman » (p171), « Laideur d’âme indissociable, me semble-t-il, d’une intelligence étriquée » (p191), « Gardez vos poules, je lâche mes coqs ! »(p192), MERVEILLEUX récit de la dispersion des cendres du papa, digne de Marcel Pagnol (p194)... Toute cette auto-psychanalyse n'aura pas été seulement précieuse pour vous-même, mais aussi pour le lecteur que je suis qui une fois de plus a appris tant de choses de cette vie dont 'il croyait déjà tout connaître. MERCI !
Publié le 28 Janvier 2024

@Zoé Florent
J’ai pris le temps de lire ce livre à fond : ce fut un moment aussi passionnant qu’instructif !

Passionnant, car au-delà du plaisir un peu voyeur de découvrir les secrets les plus intimes de votre vie pleine de drames et péripéties poignantes, j’ai retrouvé toute la précision, la sensibilité et l’élégance de votre style (Je n’ai pu m’empêcher de noter sur deux grandes pages celles de vos formules et trouvailles d’écriture qui m’ont le plus séduit).

Instructif, surtout et avant tout :
Je n’avais encore jamais lu une pareille profondeur, intensité et lucidité d’analyse des sentiments d’une fille emportée par l’impérieux besoin de rendre toute la justice due à sa mère, dont l’amour fut trop souvent bien mal récompensé de son vivant.

Il en naît une irrésistible émotion à travers cette véritable rédemption d’une maman qui à travers votre livre, accède au « paradis » de votre esprit puissamment empathique et pleinement reconnaissant.

Ce livre montre parfaitement que la pire des injustices n’est pas d’ordre matériel (comme on tend à tout ramener aujourd’hui), mais d’ordre AFFECTIF.

Pour accéder au bonheur de cette lecture, il faut certes au départ un tout petit effort pour s’habituer à autant de personnages familiaux – nombreux, mais tous nécessaires - qui interviennent sur plusieurs générations dans la construction du récit. Le procédé consistant à remplacer la simple chronologie par une alternance de flashs back et la superposition de couches d’information successives (votre petit péché mignon !) peut également déstabiliser jusqu’au moment où les recoupements finissent par se mettre tous bien en place.

Quelques phrases parmi tant d’autres qui m’ont parlé particulièrement :

« Il avait ce qu’il fallait pour que j’accepte qu’il me fasse des enfants » (p 30),
« Courage et compassion vont souvent de pair » (p34),
« Ton besoin de plaire motivait et justifiait tes lâchetés » (p37),
le syndrome du « saint-bernard »des maîtresses du père croyant le réconforter face au caractère soi-disant revêche de sa femme en fait poussée par lui à bout ! (p60),
« Mon décrochage s’était produit avant mon dérapage » (p 75),
« En une heure, de rêveuse idéaliste je me suis muée en adolescente désabusée à tendance suicidaire »(p76),
« Seul mon silence était envisageable pour vous protéger l’une contre l’autre du mal que vous auriez pu vous faire » (p 77),
« Ironie du sort, c’est ce manque de courage que t’avait toujours reproché maman qui lui a permis de conserver son époux à ses côtés » (p82),
« Mais le ver est malheureusement déjà dans le fruit ; il a été grassement nourri » (p97),
« Découvrir cet "homme-papa" que je connais si peu » et qui ne s’est soucié que de son "contrat social" (p139),
Le MERVEILLEUX récit du non-avortement (p157),
« La croyance, véritable machine à faire courber l’échine » (p158),
« Une union "tare avec tare", d’une logique implacable » (p158),
« Je n’oublierai jamais ton premier regard, jamais. Tes grands yeux sombres étaient porteurs d’une interrogation immense, doublée d’une sorte de jugement. Impossible de l’oublier. Comme si tu connaissais déjà le avant, et présentais le après » (p159),
« Je réalise, vu sa peine pour la casquette, qu’elle doit aimer papa autant que je t’aime, maman » (p171),
« Laideur d’âme indissociable, me semble-t-il, d’une intelligence étriquée » (p191),
« Gardez vos poules, je lâche mes coqs ! »(p192),
MERVEILLEUX récit de la dispersion des cendres du papa, digne de Marcel Pagnol (p194)...

Toute cette auto-psychanalyse n'aura pas été seulement précieuse pour vous-même, mais aussi pour le lecteur que je suis qui une fois de plus a appris tant de choses de cette vie dont 'il croyait déjà tout connaître.
MERCI !

Publié le 28 Janvier 2024

@Philippe Clausels Tu es parvenu au bout de cette biographie, ce qui me ravit. J'ai longtemps hésité sur la forme à lui donner, afin de ne pas sombrer dans le côté vite rébarbatif du genre, la capacité d'abnégation du lecteur ayant ses limites ;-).
Tu m'en diras un peu plus en privé ? Cela me ferait plaisir.
Mille mercis donc pour ta lecture. Pour ton commentaire et ta note généreuse itou.
Bises et bonne journée,
Michèle
PS : ma famille n'a jamais vécu à Aix-enProvence, mais pas très loin, pour ce qui est de mes parents, en fin de vie. En fait, j'ai changé prénoms et lieux pour préserver son anonymat ;-).

Publié le 10 Janvier 2024
5
@Zoé Florent. J'ai lui avec intérêt ta biographie familiale. D'autant plus entre autres que mes parents habitaient Aix-en-Provence. Bravo pour ce courage et belle journée à toi chère Michèle.
Publié le 10 Janvier 2024

@Philippe Clausels Tu t'es lancé dans mes secrets de famille ? Quel courage :-) !
Je te souhaite une belle année également. Une année ponctuée par de nombreuses visites de ta muse...
Bises et bonne journée !
Michèle

Publié le 02 Janvier 2024

@Zoé Florent. Je continue à lire ton livre. Bonne et belle année pour toi.

Publié le 02 Janvier 2024

Bonjour @daan,
Prenez contact avec moi via mon profil ("envoyez-moi" un message), et je me ferai un plaisir de vous envoyer "Génération double peine" en PDF.
Bonne journée,
Michèle

Publié le 29 Novembre 2023

Bonjour, je viens tout juste de tomber sur ce bouquin.
La dizaine de pages lues me donnent envie de continuer sans arrêt. Le problème c'est qu'il faut que ce soit fait en ligne hors je préfère lire hors ligne pour pouvoir m'y mettre à fond sans risque de recevoir des notifications dérangeantes.
Quelqu'un peut m'en prêter un exemplaire s'il vous plaît ?

Publié le 29 Novembre 2023

@Galodarsac Bonjour, cher Patrick, et mille mercis d'avoir consacré un peu de ton temps à la lecture intégrale de cet écrit cathartique dont tu as suivi la genèse. Dans une première version, j'étais allée plus loin dans le détail d'attitudes sororales et de propos malveillants. Tu as alors su me souffler le bon dosage ; un dosage moins choquant, plus convaincant, et je t'en suis reconnaissante. Cela m'a permis de recentrer cette histoire familiale déjà bien assez tarabiscotée dans cette version définitive ;-).
Ta relation avec "Le bikini rose" est juste, bien observée ; je sème souvent ainsi, en changeant contexte, causes et personnages, des bribes de ma vie ; comme dans "Paparrain", avec l'anamnèse de Justine, entre autres.
Pour conclure, oui, tu vois juste encore en imaginant douleurs et difficultés multiples à surmonter pour accoucher de tout cela et finir sur une note positive. Mais cela valait le coup, puisque cet écrit m'a apporté la sérénité perenne qui suit le grand pardon.
Merci encore, bises et bonne journée !
Michèle

Publié le 15 Août 2023
0
Après x mois d'attente dans ma file de lecture, ce livre arrive enfin sous mes yeux: j'en suis abasourdi, il y a vraiment matière à un roman avec un histoire familiale aussi tarabiscotée ! Et rétrospectivement, je me remémore différemment ta courte nouvelle sur "le bikini rose" (je crois), sachant maintenant d'où cela vient. Quant au clash familial, alors là c'est du lourd... Bravo pour ce récit cathartique, dont j'imagine la douleur qu'il a dû te causer sur certaines pages !
Publié le 14 Août 2023

@Bahloul Bonjour cher Mohamed,
Lu de bon matin, ton commentaire m'a profondément touchée. D'abord car il est une façon de recevoir de tes nouvelles - nouvelles que j'ai négligé de prendre, pardonne-moi. Ensuite pour sa teneur profondément humaine et ce prologue qui traduit mes intentions avec justesse.
La transparence fait peur parfois, car elle nous renvoie à nos propres cheminements plus ou moins chaotiques, nous contraint à une autocritique qui n'est constructive que suivie d'un pardon, ce qui requiert courage et, plus que tout, ténacité. Mais ce travail de longue haleine est payant, car l'on en ressort plus fort et déterminé. Plus agréable à vivre pour nos proches aussi, ce qui n'est pas anodin ;-).
Merci, mille mercis de m'avoir lue et bonne journée !
Amitiés,
Michèle

Publié le 05 Juillet 2023

Bonjour @Zoé Florent :
Tout d'abord, bravo pour ce travail extraordinaire et pour l'audace que tu as eu pour le sortir au jour. Parce qu'il n'est jamais évident de se confier entièrement sans gène, sans réticence, de se révéler et de se livrer aux autres, à nous tes lecteurs, sans retenue. Mais puisque tu l'as fait, c'est que tu nous accepte dans ton intimité et tu nous responsabilise ainsi.
J'ai la conviction que ton histoire atteindra la vocation que tu lui voulait. Elle est très sensible, pleine de vibrations et de résonnances. Et chacun y puisera certainement une leçon pour sa vie.
Je ne trouve mieux à ajouter que ces mots tirés du prologue de " la lettre écarlate " de Nathaniel Hawthorne: " La vérité semble bien être que, lorsqu'il lance ses feuilles au vent, un auteur s'adresse, non pas à la grande majorité qui jettera ses livres au rebut ou ne les ouvrira jamais, mais à la petite minorité qui le comprend mieux que ses camarades d'école et ses compagnons de vie. Certains écrivains vont même très loin dans cette voie: ils se livrent à des révélations tellement confidentielles qu'on ne saurait décemment les adresser qu'à un esprit et à un cœur entre tous faits pour les comprendre. Ils agissent comme si l'œuvre , lancée dans le vaste monde, devait immanquablement y trouver un fragment détaché du personnage de son auteur et permettre à celui-ci de compléter, grâce à cette prise de contact, le cycle de sa vie. Il est à peine convenable cependant de tout dire, même lorsque l'on s'exprime impersonnellement. Mais du moment que les paroles se figent, à moins que l'orateur ne se sente rapproché de ses auditeurs par quelque lien sincère, il est pardonnable d'imaginer lorsqu'on prend la parole, qu'un ami bienveillant et compréhensif, sinon des plus intimes, vous écoute parler. Alors, notre réserve naturelle fondant au soleil de cette impression chaleureuse, nous pouvons nous laisser aller à bavarder à notre aise, à deviser des circonstances qui nous entourent, voir de nous-mêmes, sans dévoiler notre secret".
Merci chère amie pour cette belle lecture.

Publié le 04 Juillet 2023

@JP LAURIER Bonjour Jean-Pierre,
Je rentre à l'instant d'un week-end prolongé. Je vous envoie le PDF illico, en même temps que ma réponse à votre MP.
À tout de suite,
Michèle

Publié le 18 Juin 2023

Bonjour Michèle, je souhaitais télécharger votre roman pour l'emporter "hors connexion"... La semaine prochaine, je m'en vais cheminer sous les glaciers de la Vanoise, les refuges restent souvent des lieux, et c'est tant mieux, non connectés...
Bonne journée,
Jean-Pierre

Publié le 17 Juin 2023

@Olga VALPARAÍSO Mille mercis pour vos lecture et retour attentifs qui me touchent.
Vous avez raison de souligner combien ressasser son passé est empêcheur de vie. Je suis d'ailleurs profondément navrée pour ceux que je vois tourner en rond leur existence durant, tel un animal attaché à un piquet. Si ce modeste écrit exutoire peut les aider à rompre le lien et trouver le chemin de leur propre vie, j'en serais ravie.
Merci encore et bonne soirée ! Amicalement,
Michèle-Zoé

Publié le 26 Mars 2023

@Zoe Florent
Je viens de terminer votre récit Double Peine. Je suis particulièrement touchée par votre réflexion sur la nécessité de ne pas ressasser son passé et d'offrir le meilleur de nous-mêmes au quotidien. Un bel et profond hommage à votre mère. De l'humanité avant toute chose.
Mariange Olga

Publié le 26 Mars 2023

@Kroussar Bonjour, Jean-Claude, et mille mercis d'avoir lu ce roman cathartique. Lucide, je sais que, s'il m'a permis de faire sereinement mon deuil, il est moins agréable à lire que le reste de mes écrits. Il a d'ailleurs été plus dur à écrire, puisque je n'ai rien voulu cacher ; pas même ma pomme, fragmentée derrière mes personnages à l'accoutumée ;-).
Mais tu connais la difficulté, toi qui as dû te replonger dans des circonstances autrement plus dramatiques en écrivant "Cambodge - La longue quête" (que je suis en train de relire).
Merci pour tes mots et ta généreuse constellation, qui me réchauffent le coeur.
Amitiés,
Michèle

Publié le 13 Mars 2023
0
Une plume délicate et sincère, et un grand cœur qui l'anime. Sujet au combien délicat que celui de se confier, de se mettre a nu, mais tellement cathartique. Mes sincères pensées amicales.
Publié le 13 Mars 2023

@Annie Pic Bonsoir, chère Annie, et mille mercis pour votre lecture attentive, vos commentaire et note généreuse. Ils me ravissent. Pourtant habituée aux strip-teases, puisque aguerrie par une chasse aux non-dits pratiquée de longue date, j'avoue que celui-ci m'a particulièrement coûté. Je l'ai vécu comme une gageure avec l'angoisse permanente de ne pas savoir la relever ;-).
Merci encore, bises et bonne soirée !
Michèle

Publié le 08 Février 2023
0
Bonsoir Michèle, une rétrospective du passé fouillée. Un bonheur simple, des souvenirs touchants, parfois dramatiques. Flashback sur l'enfance : grands-parents, parents, les frères et sœurs, les non-dits, les soupçons, les guéguerres ; puis adulte : la fulgurance de l'instant, le temps qui passe, la vie qui s'effeuille, la mort qui s'approche sans faire de bruit. Dans cette confession, les mots sonnent juste, la constatation est lucide. Ce roman sur la vie est écrit d'une plume sincère et délicate. Ce n'est jamais facile de se mettre à nu. Bravo Michèle d'avoir osé. Vous nous avez servi du Balzac à la sauce Zoé Florent ! Amitiés, bises, Annie
Publié le 08 Février 2023

@Wilfrid TETARD Bonjour Wilfrid,
Vos retours sont toujours un délice, tant ils sont francs, fouillés, avisés...
Ce fut un vrai casse-tête pour moi d'écrire avec sincérité tout en n'ensevelissant pas le lecteur sous une foule de détails personnels ; détails que je ne pouvais cependant pas ignorer pour lui faire entrevoir la personnalité de mes proches et mon état d'esprit final... Avoir "réussi" à ne pas heurter vos sensibilités (que je sais grandes) et vous faire apprécier l'ensemble est pour moi une belle récompense.
La page 157... Je suppose que vous parlez du "regard du juste". Une image forte qu'il suffit de voir une fois pour convaincre à vie ;-).
Merci encore pour le temps consacré à votre lecture ; je vous sais bien occupé. Pour vos mots et généreuse constellation aussi.
Amitiés,
Michèle
PS : pour la dispersion des cendres, c'est encore possible en pleine nature ou en mer, en respectant les distances aux habitations (ou à la côte). C'est la conservation à domicile qui est interdite.

Publié le 31 Janvier 2023
0
Bonsoir, chère Michèle... D'abord les étoiles pour le style, brillant, soigné, inspiré, bien troussé, bref, digne des meilleurs... Une histoire de famille qui touchera tous ceux qui ont vécu (approximativement) la même situation. Mais c'est tellement personnel, tellement "intime" que j'ai eu l'impression d'être un peu exclu du texte, n'ayant pas vécu le même passé. Nul doute, cependant, que votre famille et vos proches y trouvent un intérêt exceptionnel. Je retiens la page 157, virtuose ; l'anecdote du lion (p 178) (même si personnellement, j'ai toujours trouvé les images d'un lion mangeant un gnou ou une gazelle aussi indécentes que si l'on filmait une personne en train de déféquer... Certes, c'est la nature, mais cela relève de l'intime, de l'obligation naturelle !) mais votre texte explique clairement que vous partagez le même sentiment ! Coup de cœur aussi pour l'interprétation d' "antipathique", page 190. Par contre, bravo sans réserve pour les 20 ou 30 dernières pages où vous analysez les choses, leur donnez du sens... Cà, cela parle à tout le monde et est plus "universel". À part ça, j'ai été intrigué (et intéressé à titre personnel) par le cadre légal de la dispersion des cendres, les lois me semblant de plus en plus strictes et réglementées sur ce point... Merci et bravo, quoi qu'il en soit, pour ce texte, et à bientôt pour votre prochaine production ! Amicalement, Wilfrid
Publié le 31 Janvier 2023

@Paula Pons Bonjour, Paula, et mille mercis pour vos lecture et commentaire avisé qui me comblent. Vous avez raison, le dialogue devrait toujours perdurer, et ce "définitivement" paraît bien tranchant, mais dans ce cas particulier, je crains que les carottes ne soient cuites, même si je reste ouverte, pour ma part. Je préfère ne pas nourrir d'illusions et être heureusement surprise ;-).
Merci encore et bonne journée !
Michèle-Zoé

Publié le 26 Janvier 2023

Je vous trouve très courageuse de partager cette intimité, ces douleurs, ces manques, ces espoirs, ces attentes, ces déceptions, ces craintes, ces angoisses, ces attentes, ces différences, ces jalousies, ces différences, ces interprétations, bonnes et mauvaises, cet indicible vide, très vertueuse d’oser le dire à nous, mais surtout à eux ! Quant à moi comme vous, je ne pense pas que cela soit "définitivement", je pense, qu’heureusement, la porte reste ouverte, même si on ne la voit pas, toujours, je pense que le dialogue perdure, même si on ne comprend pas, toujours, la langue des signes…

Publié le 25 Janvier 2023

@Parthemise33 Agatha Christie a raison, tout comme comme Khalil Gibran que j'évoque page 79. Un propos que je trouve rassurant aussi, tandis que tant le trouvent déprimant puisqu'il contrarie l'ego ;-).
Mille mercis pour ce commentaire réconfortant, car mon angoisse était grande de partager cet écrit. Non que je craignais des retours négatifs pour ma pomme mais pour la mémoire de parents qui ont vécu en faisant de leur mieux, même si ce mieux n'a pas pas toujours été bien ressenti. En grande impatiente, cela m'a navrée souvent, mais il faut savoir laisser le temps aux êtres de vivre leur vie avant d'accéder à certaines réflexions et conclusions, parfois.
Merci pour la lumineuse guirlande étoilée itou ! Bisous et bonne journée !
Michèle

Publié le 23 Janvier 2023
0
@Zoé Florent Chère Michèle, quoi dire après la lecture, qui n'ait pas déjà été relevé par les précédents commentateurs ? Belle oeuvre de catharsis pour arriver à une certaine paix de l'âme. Témoignage touchant sur la vie qui vaut le coup d'être vécue quand même. Dur dur d'être un bébé ? Ce devrait plutôt être, dur dur d'être un parent . Déjà du temps d'Adam et Eve... Colmater, rabibocher gronder, embrasser, assumer le quotidien, maîtriser un caractère façonné par ses joies et ses blessures... Ce n'est vraiment pas une sinécure. Heureusement, que l'amour et la compréhension servent de mortier pour unir les personnalités multiples qui composent une famille. Merci Bisous Merci pour ce témoignage. Enfants, parents, frères et soeurs nous nous y reconnaissons tous peu ou prou. Quelle leçon de vie ! Comme le disait (à peu de chose près) Agatha Christie, les humains sont tous les mêmes quels que soient les époques et les milieux dans lesquels ils évoluent
Publié le 23 Janvier 2023

@Monique Louicellier Bonjour Monique. Ton commentaire m'a fait l'effet d'une pochette-surprise, avant de me toucher profondément. Tu es décidément abonnée au deuxième effet Kiss-Cool, avec mes écrits ;-).
Comme je te l'ai dit en MP, la difficulté fut grande pour trouver le meilleur ton, car je savais d'entrée que le ton idéal, passe-partout, n'existait pas. Et puis il m'a fallu focaliser sur l'essentiel, comme en temps réel, et donc combattre la tentation de m'embarquer dans le récit d'autres douleurs, d'autres problèmes relationnels. Le pardon suppose un chemin trop douloureux pour prendre le risque de le remettre en cause.
Encore une fois, ton ouverture d'esprit, ta capacité à l'empathie et ta franchise m'honorent, merci, merci pour tout ! Mille mercis !
Bises et bon week-end,
Michèle
PS : Ha, ha, sacrée toi ! Je rectifie, alors, d'autant plus que je suis bien d'accord ;-).

Publié le 21 Janvier 2023
0
@Zoé Florent Ma chère Michèle, ton roman est poignant et à lire sous l'angle de la distance mise par la fratrie avec Louise, qui peut apparaître comme une distance émotionnelle, des écrits superficiels, presque mondains, surtout avec le patchwork d'interviews intercalé ! Tellement indécent alors que le papa de Louise est mourant ! Et j'ai cru que Louise les adoptait aussi... Grossière erreur ! C'est tout l'opposé ! Et Louise, c'est-à-dire l'auteure, Michèle, a au contraire un énorme coeur, bien mis à mal et beaucoup d'émotions qu'elle nous partage tout en finesse !!! Sans doute impressionnée négativement par cette distance introduite dans les premières pages et par beaucoup de citations de philosophes, j'avais trouvé ce roman-témoignage distancié, presque pédant et soporifique, alors j'avais sauté la lecture par dizaines de pages, manquant le fil et l'essentiel et me contentant d'une vingtaine de pages lues en réalité... J'ai relu et tout m'est apparu. A pleurer ! Je n'ai pas totalement terminé la lecture, mais en tous cas super écriture autant en général que dans la trame choisie du récit , et ECRITURE POIGNANTE, comme j'ai dit. Impressionnée, Michèle ! Quel courage pour sortir tout cela ! Toute ma compassion aussi et toutes mes condoléances... Bises ! Monique (tout simplement Monique, Moon, je laisse cela aux New-Age si ça les branche, mais moi, je ne suis pas New-Age... )
Publié le 20 Janvier 2023

@Damian Jade Eh bien ! Ton commentaire me touche énormément, au point de me couper la chique ;-). Comme Michel, tu as suivi l'écriture de ce roman, et ce que tu dis de tes premières impressions, tu as eu la franchise de l'exprimer ; le fait que, peu à peu, tu te sentais mieux dans cet écrit également. Ton aide m'a été précieuse, car il me le fallait, ce regard sincère ; sans, j'aurais eu bien du mal à m'en sortir.
Merci pour ce commentaire et sa chaleureuse guirlande d'étoiles ! Milles mercis !
Bises et bonne journée !
Michèle

Publié le 17 Janvier 2023
0
J’avais, au début, le même sentiment que Michel Canal, pensant qu’exposer son vécu ressenti des événements (lorsqu’il est contradictoire avec celui de ses proches) était périlleux, source de nouveaux conflits. Mais au plus je lisais ce livre, au plus je changeais d’avis. Je réalisais que mes craintes pour autrui étaient en fait celles vis-à-vis de moi-même. Aurais-je l’audace et le courage d’écrire autant sur ce qui est essentiel ? Ce qui nous détermine en grande partie, la famille. Peut-être pas pour l’instant, surtout que j’ai la chance d’avoir une famille merveilleuse dont les preuves d’amour perdurent. Mais il y a l’aspect libératoire qui est à prendre en considération. Et là, je lis ce livre comme un acte volontaire, presque politique, de libérer la parole, de dire les sentiments, de reconnaître les limites et de nommer les choses avec discernement et honnêteté. Outre le bien que cela peut apporter à son auteur, je trouve la démarche bénéfique au lecteur, lui permettant de mieux se rendre compte de certaines réalités, de mieux se positionner aussi dans l’éventail des familles possibles et encore de, peut-être, soigner quelques plaies similaires. Le courage, lorsqu’il est observé chez autrui, tend à se développer en soi. Ce livre est un exemple, qu’il me plaira de suivre, un jour. Enfin, j’y ai trouvé quelque chose d’universel, alors que pourtant très personnel, jusque dans les détails. La complexité des relations intrafamiliales, faites d’un amour dont on ne mesure pas toujours le pouvoir discret, fait que nous aimons aussi nous détester tellement nous aimerions être plus proches encore, plus semblables, tout en valorisant nos différences.
Publié le 17 Janvier 2023

@Michel CANAL Premier à te jeter à l'eau, c'est courageux ! Avec un portrait flatteur de ma pomme, encore plus ;-) ! Je vois là ta volonté de me mettre en confiance, toi qui as suivi de près mes hésitations à propos de cet écrit. Je t'en remercie infiniment, chaleureusement, tout comme je te remercie pour ton exigeant travail de bêta-lecteur.
Ta fidélité amicale est un véritable baume ; ton altruisme et ta bienveillance aussi.
Bises et bonne journée !
Michèle

Publié le 17 Janvier 2023
0
On connaît Michèle pour sa sincérité, son sens de la justice, son empathie, sa générosité, son altruisme. Le récit de sa famille sur plusieurs générations, dont le titre me semble bien choisi, est un vrai travail d'historien qui nous offre une belle leçon de vie. On retiendra ce bel exemple d'amour maternel, puis d'amour filial en retour quand les parents nécessitent une prise en charge qui est un véritable bouleversement de part et d'autre avant de devenir le drame ultime qui sera notre sort à tous. Avec toute ma sympathie, ma compassion et mon admiration pour ce travail mémoriel... qui résume ta personnalité et tes valeurs.
Publié le 17 Janvier 2023

Michèle, alias @Zoé Florent, est connue pour sa sincérité, son empathie, sa générosité, son altruisme. Le récit de sa famille sur plusieurs générations, dont le titre me semble bien choisi, ne m'avait pas paru publiable de prime abord tant il relate des faits qui relèvent de l'intime. Lesquels pour cette raison ne devaient pas sortir du cercle familial, et encore avec discernement.
Si ce récit à la manière d'un roman a été pour Michèle l'opportunité de tourner une page pour se délester de souvenirs douloureux, il est en même temps une belle leçon de vie et un regard sur les mentalités d'une région de montagne où la vie était dure. Après avoir compris sa motivation, j'ai admis qu'il pouvait y avoir matière à réflexion dans ce récit. Une famille comme beaucoup d'autres. Un récit qui peut aider d'autres personnes dans la gestion de leur héritage psycho-généalogique.
Un magnifique exemple aussi que celui de ses parents (Adèle et Joseph), qui ont veillé à ne pas reproduire ce dont ils avaient manqué et ce que eux et leurs parents avant eux avaient subi.
Merci pour cette incursion dans un passé qui parlera à beaucoup de lecteurs dont les racines sont en zone rurale. Bien que d'une région très différente, j'ai retrouvé beaucoup de similitudes.

Publié le 17 Janvier 2023