QUATUOR

173 pages de Jean-Jacques Dayries
QUATUOR Jean-Jacques Dayries
Synopsis

Quatre héros et quatre mouvements. Le quatuor classique est une sonate pour quatre solistes. Eloïse est une économiste réputée. Alphonse est violoncelliste. Chloé est une activiste des plateaux de télévision. James est un journaliste de la presse écrite. Leurs vies et leurs destins se croisent et sont bouleversés en quelques mois. L'actualité les porte de Paris à Londres, à Venise, à Dresde, en Nouvelle-Angleterre. Ils doivent faire des choix, malgré l'incertitude des sentiments et les risques professionnels. Le dernier mouvement est inspiré par celui du Quatuor n°16 de Beethoven, le plus émouvant.

Publié le 27 Février 2023

Les statistiques du livre

  5583 Classement
  14 Lectures 30 jours
  1428 Lectures totales
  +242 Progression
  41 Téléchargement
  6 Bibliothèque
 

"QUATUOR" est le "Livre le +" du 24 mars. Retrouvez l’article qui vous donnera envie de le lire. N'oubliez pas de laisser un commentaire à Jean-Jacques Dayries, c’est pour cela qu'il publie son roman sur monBestSeller.

Publié le 24 Mars 2023

Ce livre est noté par

9 commentaires , 4 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@sophia desliet @hugues cayzac @phillechat @pierre d'arlet @loulou pf @solange.E @sandrine C
Bonjour
Cette semaine, JUNGLE est en librairie! L'éditeur a changé le titre qui est devenu JUNGLE EN MULTINATIONALE.
J'ai créé une newsletter, LA NEWSLETTER DE JEAN-JACQUES D., Vous pouvez la consulter et vous abonner en allant sur le site KESSEL MEDIA. Je posterai dessus des bonnes feuilles, des nouvelles et des commentaires de lecteurs.
En janvier prochain, le même éditeur publiera LIBRE, sous le titre UN ETRE LIBRE.
Ensuite, viendra le tour de QUATUOR
Le début d'une grande aventure!
Merci de relayer la nouvelle auprès de vos amis.
Bien à vous
JJ Dayries

Publié le 27 Septembre 2023

Bonsoir @Jean-Jacques Dayries ,
Oui, c’est aussi ma philosophie. Et je la mets en pratique ! Je refuse rarement une expérience de la vie, y compris celle de la maladie. Vous pourrez le lire dans ma biographie car je suis aussi auteur sur MBS.
Le personnage d’Éloïse m’a beaucoup touchée. Elle m’a remuée.
Avez-vous Primum non nocere aussi sur MBS ? Je trouve que vos deux romans se répondent bien très, très différents. J’ai aussi laissé un commentaire. Il y a la maladie vue par les médecins, la maladie vue par les patients qui font leur choix.
Je ne connais pas les comptes sur MBS. Je vais découvrir. La liberté est aussi au centre de mon roman. Bonne continuation ! Au plaisir de vous lire de nouveau !

Publié le 07 Mai 2023

@yolaine rivière
Bonsoir Yolaine
Je suis très ému par votre message. Quand on écrit ses personnages, on ne connaît pas les futurs lecteurs. Ce qui remplit le vide et résoud l'incertitude de l'après, ce sont les actes de chaque jour, à qui il faut donner du sens.
J'ai mis sur le site MBS une sorte de compte sur le thème de sa liberté et de ce qu'on en fait ou pas, à tout âge. Cela s'appelle "LIBRE". En plus, il y a une certaine gaieté dans l'exercice de sa liberté !
Bien à vous
JJD

Publié le 07 Mai 2023

Un roman que je n’ai pas lâché et qui m’a interpelée.
Une écriture au rythme du Quatuor n+16 et paradoxalement, des personnages comme étrangers à eux-mêmes. La vie les emporte comme un tourbillon de musique. Ils sont les notes que le musicien joue. Mais elles oublient de s’écouter, d’entrer dans leur intériorité.
Elles ressemblent à l’humanité. La peur du vide est palpable.
Une fois la partition terminée, la musique s’arrête… et après ?
C’est cette question silencieuse que j’entends partout dans le roman.
Une dénonciation également de l’hypocrisie de nos soi-disant procédures de contrôle et de transparence dont je me suis régalée.
Et un renvoi à moi-même, qui ai potentiellement une épée de Damoclès au-dessus de ma tête : le choix d’Éloïse m’a paru enviable. À mes yeux, c’est du courage. J’aimerais avoir le même si l’épée s’abaissait. Je n’osais pas l’imaginer. Votre roman l’a rendu possible. Merci.

Publié le 07 Mai 2023

@sophia desliet
Bonsoir Sophia
Merci pour votre lecture attentive.
Sur la forme, j'essaie de rester le plus possible 'à l'os' c'est à dire d'enlever les scories qui ne servent à rien. C'est peut-être un peu déroutant mais je pense toujours, comme au théâtre par exemple, que le moins est plus efficace que le trop...
Sur le fond, comme vous l'avez vu, mon idée est d'amener le lecteur à l'intérieur d'un monde ou d'un métier. Ici un violoniste professionnel et une économiste. Si vous en avez le temps, vous trouverez dans MBS deux autres romans. L'un, "JUNGLE" nous fait pénêtrer dans le sein des seins d'une multinationale. L'autre, "LIBRE", est une incursion dans l'univers de l'âge et de la liberté à la manière de "Jacques le fataliste" dont vous vous souvenez certainement.
Bien à vous
JJD

Publié le 07 Mai 2023

Un roman à l'écriture efficace qui se lit facilement, malgré un style télégraphique un peu déroutant par endroits. Les personnages assez lisses au début du récit deviennent plus complexes au cours du récit.
J'ai particulièrement apprécié les pages consacrées au personnage d'Alphonse, musicien soliste enchaînant les concerts. Sa passion pour les grands compositeurs dont il est l'interprète, ses relations avec son agent comme avec les jeunes virtuoses avec lesquels il joue, sa discipline de fer, ses incertitudes d'artiste tributaire des contrats et puis aussi sa voiture de sport juste assez spacieuse pour y transporter son violoncelle, son compagnon le plus fidèle et le plus stable, tout cela le rend très vivant.
Les trois autres personnages appartiennent à un autre monde, une élite intellectuelle proche des milieux de pouvoir, position pas toujours confortable comme nous le raconte votre roman.

Publié le 06 Mai 2023

Bonsoir Hugues
Merci pour vos commentaires directs. L'idée de ce petit roman était une visite dans des milieux professionnels que l'on ne connaît finalement que de loin. Avec des héros dont la rencontre était improbable. La question du choix du style, que vous soulevez, est bien intéressante. Je comprends que ce que j'aime- les phrases courtes, pas de "gras" ni d'adjectifs non indispensables, les dialogues (il y en a) à l'intérieur du texte-soit un choix un peu personnel.
Si vous en avez la patience, j'ai mis deux autres romans sur le site MBS. L'un, "Libre", est presque entièrement dialogué, comme "Jacques le fataliste". L'autre, "Jungle", est différent, avec une immersion dans une entreprise multinationale.
Merci encore pour vos observations.
JJD

Publié le 30 Mars 2023
2.4
Parfaitement maîtrisé, l'enchainement des mouvements est très agréable. Pour des raisons personnelles, j'ai beaucoup apprécié les piques lancées à ce monde des institutions internationales, leur show est impeccablement décrit (j'en aurais rajouté une couche mais vous avez bien fait, la description sobre et sèche de leur fausseté en est d'autant plus percutante). Très sympathiques ces petites références historiques discrètes à des musiciens, écrivains et artistes d'antan. En revanche, si je comprends tout à fait le choix de l'absence de dialogues (bien qu'il y en ait un à la fin qui a réussi à échapper à votre férocité descriptive), le rythme haché, saccadé m'a été presque insupportable. Je ne vous ferais pas l'affront de prétendre que la calligraphie c'est d'abord la respiration, les goûts et les couleurs... La fin... La manie du bad end de la littérature française? Je ne crois pas : vous nous aviez prévenu Un grand merci, dommage que ce concert ait été si bref.
Publié le 30 Mars 2023
3
J'aime beaucoup l'écriture : par petites touches, souvent légère, toujours musicale. Pas de scandale du siècle, mais une petite musique originale.
Publié le 25 Mars 2023

Bonsoir Pierre
Merci pour vos impressions qui sont pour moi un encouragement. Des lecteurs m'ont déjà fait cette remarque: on voudrait savoir ce qui arrive ensuite aux personnages. On me l'a dit aussi pour un autre roman, "Jungle", que j'ai mis sur MBS. Si je prends tout le monde pour une nouvelle aventure, on aura un orchestre symphonique! C'est tentant. Pourquoi pas.
Bien à vous
JJ Dayries

Publié le 24 Mars 2023
3
Je viens de terminer votre livre et suis encore sous le charme de vos interprètes. Vous les faites vivre par petites touches descriptives, avec des phrases courtes, souvent très courtes, en prenant votre temps. Au bout de quelques pages, je me suis quand même demandé s’il allait se passer quelque chose. Heureusement le ronronnement tranquille laisse place à une intrigue que l’on suit avec intérêt jusqu’à la fin. Fin qui m’a laissé un peu sur ma faim… Bien sûr il faut être quatre pour faire un quatuor, mais on quitte à regret le trio restant avec un sentiment d’inachevé. La description des professions de vos protagonistes est très intéressante et bien documentée. Vos personnages sont parfaitement crédibles. Bref, un livre très intéressant. Bravo !
Publié le 24 Mars 2023

Bonsoir Loulou
Merci pour votre lecture bienveillante. Vous avez tout à fait repéré l'idée de l'immersion dans des milieux professionnels dont on ne connaît habituellement que l'extérieur, l'apparence, la "mousse".. C'est le cas en particulier du violoncelliste virtuose et de l'économiste. Leurs destins se croisent à nouveau, mais la vie a des objectifs capricieux!
Bien à vous
JJD.

Publié le 19 Mars 2023
3
C’est amusant ce récit dans les arcanes du pouvoir, la politique, les media, la culture, on effleure chacun de ces mondes, on est une petite souris, on regarde derrière la scène, vous dévoilez par bribes, juste assez pour intriguer. Les personnages se révèlent peu à peu, eux aussi on doit imaginer la photo complétée. Chloé aura-t-elle l’envergure finalement ? James est-il plus qu’un talent qui aime l’ombre ? Eloïse est-elle plus influente que son job ne le laisse croire ? Vous entretenez la confusion, petits chapitres incomplets, sauts de puces et on se retrouve à Dresde, dans un café à Paris, au jardin du Luxembourg, dans un square, à Vienne, peut-être un peu trop découpé, mais en même temps, cela donne une espèce de légèreté aux sujets. Ce n’est pas l’enquête des 2 journalistes du Washington post pour le watergate, moins de tension, moins de dangers, moins d’appréhension. Les petites phrases faussement anodines qui dévoilent peu à peu les uns et les autres, les dialogues bien vus intégrés à la narration et qui sonnent justes, donnent un style fluide, vif. On pourrait aussi désirer que cela avance un peu plus vite, qu’il y ait moins de surplace à retrouver un peu les mêmes situations d’un chapitre à 4 après. Mais on se prend au jeu. Même si on a envie de savoir plus vite. Mais c’est ça aussi qui donne du sel.
Publié le 15 Mars 2023