iMPudique

63 pages de Sharewood
iMPudique Sharewood
Synopsis

Il y a un gars aux grands cheveux , il cherche la femMe avec un grand "M", sa femme idéale, un rêve, et il dérive en observant des amours improbables entre des personnages sortis de nos vies, entre leurs réalités et ses délires, il l'hallucine, dans un labyrinthe, un train-bateau, une église, un kiosque,... puis elle disparait au rayon surgelés.
La retrouvera t'il ?
Au fil des pages il s'en rapproche sans le savoir...j'ajoute la suite de ses pas au fil des jours .....comme un feuilleton.

Publié le 06 Mars 2023

Les statistiques du livre

  859 Classement
  54 Lectures 30 jours
  1450 Lectures totales
  -215 Progression
  0 Téléchargement
  7 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

9 commentaires , 2 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Gautier Kévine
Merci pour ce commentaire, je sais qu'il y a encore bcp de coquilles :) on y travaille . Humblement.
Si votre esprit a pu délirer un instant j'en suis ravi , " they can say I'm locco , as long as I'm happy"
Au plaisir de vous lire

Publié le 28 Août 2023
4
Poétique ! Les questionnements intrinsèques sur des fantasmes de changement, parfois évoqués de façon imaginaire par des animaux, c'est tellement original. J'ai adoré. J'ai juste buté sur la phrase "et le jour où elle lui demander d'unir leurs solitudes" p.37 Demander ? Où manque t-il le "a" demander ? Je ne sais pas. Bref, bel ouvrage !
Publié le 28 Août 2023

J'ai beaucoup aimé, amusé même... Et votre romance m'a fait penser à Rain Man... Cet émouvant personnage, perdu dans ses pensées... Maître de la répétition - perdu dans ses pensées, cet émouvant personnage qui... - QUI !

Merci pour ce partage.

Publié le 11 Août 2023

@christophe quirin
Comme le disait Kafka, "l'écriture est la hache qui brise la couche de glace qui recouvre la mer gelée en nous". Par quel mystère l'écriture de soi permettait d'accéder au plus profond de soi ?
Par le délire du rêve éveillé ?
C'est le parti que je choisis.
Mais vous avez mille fois raison, les digressions sur le cochon bio par exemple sont inutiles, et c'est très bien d'être inutile, j'adore l'inutilité de la digression. Et si j'étais une digression, je m'appellerais Monique et je hurlerais au monde entier :
-Je ne sers à rien et j'aime ça.
Merci pour votre commentaire qui m'est très utile pour continuer à décrire les méandres de ce personnage.
Une fois sa quête accomplie, une fois son amour absolu trouvé, qu'adviendra-t-il de lui, d'elle, d'eux ?
Elle lui préparera sans doute sa poutine quotidienne ? Sa ration de poutine ? et cette routine tuera-t-elle leur passion ou, au contraire, en sera-t-elle le fondement ? Apprendront-ils à se connaitre dans le miroir de l'autre ? Pour vous citer. :)
C'est là le questionnement du second livre, la ration de poutine.

Publié le 09 Août 2023

Quel OVNI ! personne n'écrit comme ça. C'est foisonnant, truculent, rythmé. Parfois on s'y perd, mais en persévérant et en se laissant porté par les mots, on reprend le fil plus loin. Les quelques digressions qui prennent le lecteur à partie me paraissent inutiles et coupent un peu le déroulé anarchique du rêve, mais c'est bien rendu. Tout se mélange, se répète, repart, revient, le personnage principal change au détour d'une phrase, sans prévenir. Comme dans nos rêves.
Bravo

Publié le 08 Août 2023

J'entends que les méandres vous ont empêché de saisir la quête du personnage central.
Il est évident que je me suis permis de sortir de "ce qu'on a appris à l'école"...excusez du peu :)
Merci pour ce commentaire qui m'indique qu'il faut peut être une version plus accessible.

Publié le 08 Août 2023

Qu’est-ce que je n’ai pas compris ?! Que l’on puisse écrire ce qui passe par la tête, même quand cela n’a ni queue ni tête ? Que l’on ait envie d’écrire ses délires, surtout si on a pris des trucs qui aident ? Qu’à l’école on a appris des phrases avec sujet verbe complément, et celle d’après qui dépendait un peu de la précédente et conduisait à la suivante et que cette logique là, on a beau dire, on a du mal à s’en défaire ?

Publié le 29 Avril 2023
5
Merci pour votre commentaire Marine, heureux que vous ayez saisi tout cela, ce n est qu'un brouillon mais je crois que l'idée est un bon point de départ, si ca vous a plus tant mieux :) au plaisir de vous lire
Publié le 19 Mars 2023

Ce livre m'a énormément touché!
J'aime le regard que pose l'auteur sur les personnages: à la fois drôle, narquois et tendre en même temps. Il n'hésite pas à aborder des sujets tabous de la société, sans filtre. Il nous bouscule, nous pousse à réfléchir. Et puis finalement, ce livre nous questionne aussi sur l'amour. L'amour peut-il donner sens à la vie, malgré ses aspects tragiques et pathétiques. Enfin c'est ma façon d'interpréter les choses. Merci pour ce beau livre Sharewood !

Publié le 18 Mars 2023

@Dorothy Mary
Merci beaucoup pour votre gentil commentaire, je suis heureux que ca vous ait plu, il y a d'autres "délires" et d'autres questionnements prêts à sortir, mais chaque chose en son temps :)
Bernard

Publié le 10 Mars 2023

Tout y est bien construit, prenant du début jusqu a la fin.. Faim de ne pouvoir en lire plus. Farfelu mais ç est ce qui lui donne tout son charme... Une petite merveille, unique en son genre..

Publié le 07 Mars 2023