Isalaide

10 pages de Zoé Florent
Isalaide Zoé Florent
Synopsis

Une nouvelle amusante réécrite en faisant fi d'une contrainte initiale imposée.
Bonne lecture !

Publié le 09 Décembre 2023

Les statistiques du livre

  1057 Classement
  47 Lectures 30 jours
  516 Lectures totales
  +60 Progression
  0 Téléchargement
  4 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

25 commentaires , 15 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@LAULAULA Oh que oui, chère Laurence, je plussoie : l'autodérision est une valeur fondamentale ! La vie est trop courte pour se fâcher de quelque chose ;-).
Mille mercis pour ces chaleureuses étoiles, cet adorabe commentaire.
Bonne soirée, bon weekend... et "tout de bon !", comme l'on dit par ici, en zone frontalière.
Amitiés,
Michèle

Publié le 13 Avril 2024
5
Merci Zoé pour ce texte effectivement amusant... d'autant que l'héroïne s'amuse de son manque de chance ! L'autoderision, une valeur fondamentale de la vie !
Publié le 13 Avril 2024

@Fernand Fallou Mille mercis pour ton sympathique commentaire et sa lumineuse guirlande étoilée.
Ta remarque est juste. Il n'a pas échappé à ton oeil de lynx cet étrange phénomène d'une beauté plastique plus fréquente, chez les jeunes d'aujourd'hui. De même, je crois qu'ils sont généralement plus grands. Mais chez nous seulement, car jeune, je m'étais déjà fait la réflexion que les jeunes des pays nordiques avaient majoritairement hérité de meilleures donnes que nous. Plus grands, plus beaux... Alors on pourrait imaginer que cette évolution serait plutôt la résultante d'échanges nord-sud ;-).
Merci pour l'anecdote du poster, qui m'a fait sourire, bises et bon week-end,
Michèle

Publié le 02 Février 2024
5
@Zoé Florent Chère Michele Je découvre au jourd’hui ce texte que je n’avais pas vu. Je dis qu’aujourd’hui il y a beaucoup moins de laids que dans ma jeunesse, j’avais 14 ans en 1960 et sûrement à cause des mariages consanguins les hommes et les femmes étaient moins beaux qu’aujourd’hui. Les jeunes d’aujourd’hui sont plus beaux que dans les années 60/70. Je ne suis pas un scientifique, il se peut que je me trompe. Et alors là, mauvaise nouvelle parmi les mauvaises nouvelles en 1997 je tenais une laverie automatique qui n'avait rien d'automatique à Argelès-sur-Mer et j’étais amoureux, d’une très jolie fille, je lui ai piqué une de ses photos avec laquelle j’ai fait un poster que je lui ai offert et sur lequel il y avait écrit « la beauté n’existe pas, elle est dans les yeux de celui qui regarde ». J'étais persuadé et fier d'avoir écrit cà. et donc ce matin en lisant le commentaire de @galodarsac je m’aperçois que c’est Oscar Wilde qui a écrit ça il y a plus de cent ans. Heureusement que les déceptions ne tuent pas ! Bisous pour ce texte sur la beauté (oui, oui, c’est un texte sur la beauté qui parle de laideur) Bravo ! FF
Publié le 02 Février 2024

@DEC C'est moi qui vous remercie, cher Salomon. Pour vos lecture et gentil commentaire comme pour votre lumineuse constellation.
Bon week-end. Amicalement,
Michèle

Publié le 30 Décembre 2023
5
DEC
Chère Zoé, Isabelle a bien du mérite ! Quoi qu'avec les deuils, la résilience, le temps et l'amour du vrai, l'introspection s'impose d'elle-même. Merci pour cette courte et surprenante histoire. Bien à vous.
Publié le 29 Décembre 2023

@Michel LAURENT Bonjour et mille mercis pour votre commentaire plein d'humour - une friandise qui se marie bien avec mon énième café du matin ;-)- et mille autres pour vos étoiles chaleureuses, bien sûr.
Au plaisir de vous lire encore et bon week-end.
Amicalement,
Michèle

Publié le 28 Décembre 2023
5
@Zoé Florent Tout de même, prendre 10 ans pour une petite estafilade, cela me paraît profondément injuste ! Certes la griffure était portée à la carotide, mais est-ce réellement la faute de la victime (oui, oui, Isabelle est bien au final la victime, en se prenant dix ans de purgatoire pour une petite boutonnière en couleur) si le geignant avait la carotide fragile et mal protégée ? Et puis, autant que je sache, tout être normalement constitué dispose de deux carotides. Pourquoi ne s’est-il pas contenté de celle qui lui restait, au lieu de continuer à se vider salement comme un cochon ? Sans doute parce qu’il pensait devenir ainsi le héros d’une nouvelle. Raté, le titre de l’histoire, c’est « Isalaide » et non « Ma dernière saignée » ! Merci, Michèle, pour cette nouvelle pleine d’humour et très agréable à lire.
Publié le 27 Décembre 2023

@Philippe Clausels Te voilà comme un poisson dans l'eau sur ma page, cher Philippe ;-) !
Mille mercis pour cette autre lecture et ton adorable retour. Pour ta lumineuse constellation aussi !
Bises et bonne soirée,
Michèle

Publié le 23 Décembre 2023
5
@Zoé Florent. Banco! Mon plaisir a été renouvelé. Je ne peux que te féliciter pour ton aptitude et ton talent. Je vais bien sùr continuer à lire tes textes. Belle fin d'après-midi à toi chère amie.
Publié le 23 Décembre 2023

@B. Tirchi Bonjour, Boudjema, et mille mercis pour votre commentaire sympathique et sa généreuse constellation.
Le plaisir est partagé, lorsque vous me faites l'heureuse surprise de me lire. Une façon bien agréable de recevoir de vos nouvelles ;-).
Bonne fin de journée.
Amitiés,
Michèle

Publié le 20 Décembre 2023
5
Bonjour, Michèle. La lecture de vos ouvrages me procure toujours un énorme plaisir. Quel talent pour dépeindre les subtilités de la nature humaine !
Publié le 20 Décembre 2023

@A.P. Gounon Bonsoir, chère Anne, et mille mercis pour ta lecture, ton commentaire fin et sensible, ta lumineuse constellation...
Il y aurait tant à dire sur la beauté plastique, aux critères standarisés, et celle qui irradie, tel un reflet intérieur qui fait fi des apparences et charme à tout âge. Celle qui, comme tu le dis très justement, interpelle malgré le temps qui passe.
Je suis très heureuse que cette nouvelle t'ait plu.
Merci encore, bises et bonne soirée,
Michèle

Publié le 17 Décembre 2023
5
@Zoe Florent. Chère Zoé, tu as un don merveilleux pour rendre tes personnages émouvants. On est pleinement en empathie avec eux. On est heureux que la pauvre Isalaide prenne sa revanche et le meurtre du peu sympathique mari est traité avec une telle désinvolture élégante qu'on l'approuverait presque ! Avec adresse tu abordes de façon amusante ce problème de la beauté, si important dans la vie. Heureusement pour elles, les laides ont toujours leur revanche quand elles voient les belles vieillir et perdre leur beauté ! Mais il est vrai que les hommes sont plus exigeants que les femmes sur la beauté, et que les femmes apprécient aussi chez un homme la gentillesse, l'humour, la culture, le charme (Belmondo)... Merci pour cette nouvelle bien écrite et fort plaisante. Bises. Anne
Publié le 17 Décembre 2023

@Alhéna Skat Bonsoir, très chère Alhéna, et mille mercis pour votre commentaire attentif et sensible. Du petit-lait pour l'autrice-amatrice pétrie de doutes que je suis ;-) ! Mille autres pour vos étoiles généreuses, lumineuses, chaleureuses...
Que vous m'écriviez que j'ai réussi à donner du nerf à cette histoire en me glissant dans la peau d'Isabelle me ravit, car l'exercice n'est pas facile.
Prenez grand soin de vous, chère amie.
Je vous embrasse également très fort,
Michèle
@Jan Bonsoir cher Jan,
Quand je dis qu'il ne faut jamais embêter une femme quand elle fait la cuisine, hein ?... Bon, j'espère ne pas vous avoir trop traumatisé tout de même ;-) !
Mille mercis pour vos compliments, bises et bonne soirée.
Très amicalement,
Michèle

Publié le 14 Décembre 2023
5
@Zoé Florent Bonjour ma très chère amie Zoé, Je n’avais pas prévu de lire si tôt votre roman, mais Jan m’en a dit tellement de bien que je n’ai pu attendre et je n’ai pas été déçue. Quelle histoire ! Et quelles aventures pour cette pauvre femme ! Et ce retournement de situation ! Quel destin ! Il m’est difficile d’en parler sans trop en dévoiler, mais c’est à lire absolument et je vous trouve une écriture différente, plus nerveuse et violente que d’habitude, le sujet le demandait sans doute et vous l’avez remarquablement assumé. Je vous embrasse de toute mon amitié, Alhéna. /////////////////////////////////////////////// Bonjour, Madame Zoé, Vous nous épatez toujours avec une écriture punchy et sans larmoiement. De l’action violente et efficace dans ses résultats. Amicalement, Jan.
Publié le 14 Décembre 2023

@Stog Mille mercis pour ce commentaire sympa et sa lumineuse guirlande étoilée !
Très bonne soirée !
Amicalement,
Michèle

Publié le 13 Décembre 2023
5
@Zoe Florent, une nouvelle amusante qui ne l'est pas tant, où tout bascule avec un cri primal retardé, mais très libérateur : Isalaide devient Isabelle. Bravo
Publié le 13 Décembre 2023

@galodarsac Bonjour Patrick,
Il est vrai que cette phrase d'Oscar Wilde, même si elle concernait critique et littérature, peut être considérée dans un sens plus global.
Quant au mari, il paie son manque d'attention le prix fort. "La beauté peut être dangereuse, mais l'intelligence est létale." (S. FILLASSIER), ce qu'il a zappé :-) !
Je profite de cette réponse pour te conseiller un article découvert au moment de l'écriture de "Autopsie onirique". Je l'ai souvent relu depuis, ai dégote à chaque fois une phrase-clé que je m'empressais d'ajouter à mon fichier de citations : https://www.cairn.info/revue-le-philosophoire-1999-1-page-55.htm
Voici la dernière en date : "Je n’accueille l’esthétique de l’objet esthétique qu’à hauteur de mon ouverture librement consentie à lui. Plus je donne de moi et plus je recevrai de lui, telle est la loi du beau."
Mille mercis pour ton commentaire avisé, tes étoiles généreuses.
Bises et bonne journée,
Michèle

Publié le 12 Décembre 2023
5
Amusant et profond, du ZF dans toute sa splendeur ! La scène du meurtre est presque burlesque, rares sont les auteurs capables de faire passer cela avec tant d'élégance ! La réflexion sur le rapport à la laideur me fait penser à la conclusion d'Oscar Wilde: "la beauté est dans l’œil de celui qui regarde. C'est pourquoi il vaut mieux parfois être aveugle." Bon je ne garantis pas l'authenticité de la deuxième phrase :) Merci pour ce partage.
Publié le 11 Décembre 2023

@Parthemise33 Bonsoir chère Annie,
De Gilbert Cesbron, je me rappelle seulement avoir lu et aimé "Chien perdu sans collier" ; avoir vu le film adapté de sa pièce de théâtre aussi, "Il est minuit, docteur Schweitzer".
Sinon, il est vrai que la Princesse Palatine aurait fait un bon canon de la laideur, mais pour les besoins de l'histoire, il me fallait choisir un personnage réputé beau, à son époque, ce qui n'a jamais été son cas. Un cas aggravé par la maladie, pauvrette !
Quoi qu'il en soit, je suis très contente que cette nouvelle t'ait plu.
Mille mercis pour ton commentaire généreux et tes étoiles chaleureuses !
Bises et bonne soirée,
Michèle

Publié le 11 Décembre 2023
5
@Zoé Florent Chère Michelle, va savoir pourquoi, ta nouvelle m'a fait souvenir d'un roman de Cesbron "Une abeille contre la vitre" . Sans doute le prénom de ton héroïne et sa laideur. Sinon, l'intrigue est tout à fait différente. La résilience de ta narratrice est à souligner. Et puis, il y a pire que Marie-Thérèse d'Autriche en matière de canon de laideur, il y a également la Princesse Palatine ! J'ai apprécié l'humour que tu as instillé dans ton récit. Bon, il y a un mort, mais il faut convenir qu'il l'avait un peu cherché. Je sais, ce sont des choses qui ne se disent pas, mais il y a deux cents ans, les gens se trucidaient pour moins que ça... Merci, Bisous, Merci pour cette lecture raffraîchissante dans un dimanche pluvieux
Publié le 11 Décembre 2023

@antarabdelaziz8 Bonjour cher Antar,
Votre commentaire réunificateur révèle votre finesse d'observation, votre infinie sagesse, votre grande humanité. Il me fait l'effet d'un baume apaisant, mille mercis pour cela !
Mille autres pour votre constellation chaleureuse que j'ajoute au firmament des relations tout aussi chaleureuses entre auteurs.
Bonne fin de journée.
Amicalement,
Michèle

Publié le 11 Décembre 2023
5
@Zoé Florent Bonjour chère Michèle ! Votre nouvelle met intelligemment le doigt sur la différence avec laquelle la société perçoit la femme et l’homme. Le physique de ce dernier, même s’il est ingrat, est rarement rédhibitoire. Pourquoi ? Parce que, comme vous le remarquez si bien, le regard de la femme sur l’homme n’est presque jamais frivole. Devant l’apparence disgracieuse de celui qui prétend la conquérir, une femme prend la peine d’examiner ce qu’il y a derrière et de vérifier s’il ne possède pas des qualités qui peuvent le « repêcher » ou le sauver. Quand elle lui en découvre, elle oublie sa laideur. Mais l’homme, à de rares exceptions, est obnubilé et ne met dans la balance que le côté physique. Si j’ai l’air d’exagérer, posez-vous cette question : si Roxane avait été affublée d’un long nez et que Cyrano avait été un Apollon, la pièce aurait-elle eu du succès ? Aurait-elle-même été écrite ? On appelait Belmondo le vilain qui plait aux femmes ? Quelle est la « vilaine » qui, au cinéma, a fait des ravages parmi les hommes ? Aucune ! C’est un triste constat. Merci Michèle pour ce texte que j’ai lu avec un vif plaisir et bonne journée ! Amicalement, Antar.
Publié le 11 Décembre 2023

@Michel CANAL Bonsoir cher ami,
"On ne se refait pas", encore moins quand, comme toi et moi, on a suffisamment roulé sa bosse, connu moult joies et souffrances, sans que les valeurs profondes qui nous animent n'en pâtissent pour autant.
On se connaît, on se comprend, et c'est bien agréable.
Mille mercis pour ton adorable commentaire et tes étoiles chaleureuses, cher compagnon d'arme. Quand j'y pense... Une ex-hippie et un ex-militaire de carrière qui font la paire, qui l'eût cru ? Pour ma part, j'aime quand le destin se fait espiègle ;-).
Merci encore, bises et bonne soirée,
Michèle

Publié le 10 Décembre 2023
5
@Zoé Florent, c'est toujours un plaisir de te lire. Quel qu'ait été le thème, cette histoire étoffée s'inscrit dans un scénario crédible pour ce qui est du ressenti d'une jeune femme qui ne répond pas aux canons de la beauté de son époque. L'appeler Isalaide, la comparer au point de vue de la ressemblance à Marie-Thérèse d'Autriche et l'opposer à Claudia Schiffer, fallait le faire ! Mais ton talent s'affirme dans la progression du scénario : la conscience de sa laideur, une relation avec le seul homme qui a bien voulu d'elle, la déception et l'affront d'être trompée, le drame qui lui fait passer plusieurs années en détention... et malgré tout une belle note d'optimisme en guise de rédemption par ses actions d'entraide, l'écriture d'un roman publié, l'évolution vers un bonheur possible à sa sortie de prison. En fait, te connaissant assez bien, une belle histoire imprégnée de ta personnalité et de tes valeurs. Merci pour ce partage, Michèle. MC
Publié le 10 Décembre 2023

@J P LAURIER Je suis contente que cette nouvelle vous ait plu, cher Jean-Pierre.
Pour ce qui est de Serge Gainsbourg, dont le génie musical a accompagnée une bonne partie de ma vie, il faut croire que nous éprouvons le même engouement... Mais pas de coïncidence : dans la première version écrite en 2015, Thibault partageait déjà une troublante ressemblance avec lui.
Mille mercis pour votre commentaire adorable, vos étoiles chaleureuses.
Cortex2 a raison : il doit être bien agréable de faire partie de vos amis... mais chut ;-) !
Bonne soirée. Amicalement,
Michèle

Publié le 10 Décembre 2023
5
Vraiment superbe... J'adore ces belles histoires et vous savez les raconter, bravo... C'est quand même assez incroyable ce qu'il vient de se passer : Je n'avais pas pris connaissance de votre texte avant d'écrire celui que j'ai publié ce matin et je retrouve Gainsbourg, je retrouve double vie ! Y aurait-il une espèce d'influence invisible ? ... Merci pour ce très beau texte, ce retournement de situation, cet espoir qui donnera le sourire à certains... A bientôt, Jean-Pierre
Publié le 10 Décembre 2023

@Zoé Florent
Chouette ! Je me découvre un nouveau pouvoir !
Merciiiiiiiii !

Publié le 10 Décembre 2023

@Ludovic Privat Nous pourrions substituer "brusquement", ou encore "sans préavis" à l'expression "du jour au lendemain", du moins est-ce dans ce sens que je l'ai utilisée... Mais pour éviter quelque désagréable "ding-dong" à mes futurs lecteurs et vous plaire, je vais changer ce trois fois rien potentiellement bruyant :-).

Publié le 10 Décembre 2023

@Zoé Florent
C'est amusant oui, cette nouvelle. Mais aussi la réponse à mon commentaire qui ne portait pas sur "avoir droit", mais sur le reste :
du jour au lendemain… hebdomadaire.
Ça a fait ding-dong dans ma tête, mais peut-être étaient-ce les cloches du dimanche matin ! Ce sera aux puristes de la langue de trancher dans le lard. Je lance un duel, une Tripel ou un quadrupède sur la chose.
Si le machin a lieu de manière hebdomadaire… poussons le bouchon plus loin, il peut avoir lieu tous les mois, tous les ans.
Dirions-nous qu'une fête annuelle s'est arrêtée du jour au lendemain ? Peut-être, mais ce serait drôle.
Voilou, c'était ça, mon propos. Histoire de parler. Je n'ai même pas de jauge à remplir.
Merci pour les explications sur avoir droit.

Publié le 10 Décembre 2023

@Richard Piolay Mille mercis pour ce commentaire avisé.
Il est vrai que l'émancipation de la femme est un thème qui m'est cher. Il faut dire qu'avec l'exemple et l'aide de ma mère, j'ai eu à coeur de m'assumer très jeune ;-).
Bon dimanche. Amicalement,
Michèle

Publié le 10 Décembre 2023

@Kroussar Bonjour, Jean-Claude. Très heureuse de te retrouver ici !
Mille mercis pour ton commentaire plein d'humour qui m'a fait sourire. Merci pour tes étoiles généreuses itou.
Amitiés,
Michèle

Publié le 10 Décembre 2023

@Ludovic Privat Mille mercis pour vos lecture et commentaire laconique, sympa.
Pour répondre à votre question, "avoir droit à" est correct, tout comme "avoir le droit de", qui revêt un autre sens.
Bon dimanche. Amicalement,
Michèle

Publié le 10 Décembre 2023

@SIA DENIS Mille mercis pour vos lecture et commentaire sympathique.
Bon dimanche. Amicalement,
Michèle

Publié le 10 Décembre 2023

L’autrice prend un plaisir évident à écrire cette histoire, un condensé des thèmes qui lui sont chers, ce qui fait plaisir à voir. L’émancipation de la narratrice me fait l’effet d’être aussi celle de l’autrice qui nous dirait en quelque sorte : voilà, c’est moi, je suis comme ça, que ça vous plaise ou non. Une démonstration convaincante que l’écriture amatrice qui s’assume comme telle peut offrir une revanche à toutes les Isa-laides de la Terre :)

Publié le 10 Décembre 2023

Votre nouvelle est très divertissante car elle décrit avec humour la triste vie d'une femme.
Merci.
Bonne continuation sur le chemin de l'écriture.

Publié le 10 Décembre 2023

Amusant.

"du jour au lendemain, je n'eus plus le droit à son assaut hebdomadaire."
Est-ce intentionnel ou bien ?

Publié le 10 Décembre 2023
5
Et bien sûr les étoiles ! Où avais-je la tête !!!
Publié le 10 Décembre 2023

Alors, comme ça, Isalaide a su se faire transparente en faisant profil bas ! Tiens donc ! Mais ce ne fut que l'espace d'un instant : cowabunga ! cria l'écrivaine !!!

À l'inverse de son ami l'éditeur, Thiélaid, qui s'est battu à coup de crocs !

Bref, sympathique et amusante cette nouvelle ! Amitiés,

Publié le 10 Décembre 2023