Harpie

327 pages de Flora Chazan
Harpie Flora Chazan
Synopsis

Lorsque le cadavre du Professeur de gynécologie est retrouvé nu, attaché sur son lit, c’est la consternation.

Tandis que le passé remonte lentement, en mettant tout le monde face à ses responsabilités et ses aveuglements, un groupe mystérieux fait surface. Qui sont ces femmes qui se cachent derrière l’image d’une harpie, cet être mi-femme, mi-rapace ?

De la petite brigade de Marsiant où officient Lise Le Mortellec et Hermann Hempel jusque dans les médias parisiens, tout le monde craint à présent que des femmes, lassées par l’immobilisme du système judiciaire, aient décidé de se faire justice elles-mêmes.

Publié le 10 Juin 2024

Les statistiques du livre

  45 Classement
  451 Lectures 30 jours
  564 Lectures totales
  -3 Progression
  34 Téléchargement
  4 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

3 commentaires , 2 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !
3
Une copine m'a dit de me précipiter sur ce polard dont je pourrais qualifier le début d'excellent et féministe. La suite ? Ou j'attends qu'il soit publié ? (Ce qui ne saurait tarder je suppose)
Publié le 21 Juin 2024

@Michel Laurent
Je suis étonnée que vous vouliez lire la suite, cela n'avait pas semblé vous plaire.
Je viens de télécharger l'intégralité du livre.
Le travail est encore en cours.

Publié le 19 Juin 2024

@Flora Chazan Vous avez raison, je plaide coupable, il est bien mentionné qu'il s'agit d'un extrait. J'espère alors pouvoir rapidement lire la suite. Bonne journée

Publié le 15 Juin 2024

@Michel LAURENT

C'est un extrait, en effet, c'est d'ailleurs précisé.

Je vous remercie pour votre commentaire et m'excuse pour le désagrément que vous a causée ma lecture.

Vous semblez être quelqu'un de très agréable.

Publié le 15 Juin 2024
2.01
@Flora Chazan C’est curieux ! Arrivé à la 19ème des 20 pages, j’ai pensé qu’il s’agissait d’un « extrait », du début d’un suspens qui se mettait en place, un peu laborieusement peut-être. Et puis non ! On s’arrête brusquement, on dénonce l’assassin et puis basta , circulez, y’a rien à voir. J’avoue que l’intérêt de l’intrigue classée « Suspense, policier » m’échappe un peu. Je crains que dans cette quête d’un minimalisme absolu, le pitch de la prochaine livraison évoque les affres existentielles d’un héros distrait montant les escaliers de son immeuble et se demandant s’il est arrivé au troisième ou au quatrième étage. /oooo/ Question style, ce serait plutôt l’inverse. Le démarrage est poussif, la fin plus satisfaisante. « La lumière étincelante du givre », « la lueur orangée les paupières », cela a la lourdeur d’un plat en sauce à l’ancienne. Quand on apprend ensuite que l’héroïne a acheté « un fauteuil jaune safran, des draps bleus, des rideaux de soie violettes », on se dit qu’elle a vraiment des goûts de m… Mais quand on nous dit à la ligne suivante que dans son jardin, elle a planté « des vivaces, agapanthes, sauges, oeillets, lavandes », on succombe sous le poids les énumérations. Je me souviens d’un délicieux petit roman policier « la police des fleurs, des arbres et des forêts » où la clé du mystère résidait dans une simple fleur que tout le monde recherchait. Sans que l’auteur ait à nous déballer tout le catalogue de chez Truffaut.
Publié le 15 Juin 2024