"Chroniques d'une vie: Gaston."

69 pages de Boris Phillips
"Chroniques d'une vie: Gaston." Boris Phillips
Synopsis

Un individu masculin. De son enfance à sa fin... Seulement, ses souvenirs, les évocations de sa mémoire sont chaotiques et sans chronologie... Comme peuvent l'être les discours d'un homme pris de boisson.
C'est un sujet grave, traité sans aucun strass ni aucune paillette, seulement dans des lueurs glauques et sans espoir !

4350 lectures depuis la publication le 05 Juin 2014

Les statistiques du livre

  388 Classement
  67 Lectures
  -46 Progression
  4.8 / 5 Notation
  8 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

10 commentaires , 5 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

Merci @Ophélie E. de vos étoiles comme de votre fine analyse.
Dans une version définitive - depuis longtemps en attente sur mon établi "d'artisan obsessionnel de l'écriture" -, l'exergue est appelée à disparaître et ce n'est pas seulement la typographie qui sera changée... Mais ça, c'est un secret !
Amicalement et toujours avec humour.
Philippe.

Publié le 06 Avril 2018
5
@Boris Phillips Pourquoi votre roman atteint-il les 3 000 lectures ? Eh bien, c'est parce qu’il est tout simplement excellent. C'est un roman très abouti malgré ses petites imperfections de mise en page, très faciles à corriger à mon avis. Alors vite un petit tour sur votre établi ; vous avez tous mes encouragements. Je le télécharge sur ma liseuse car j'aurais vraiment plaisir à le relire.Mes amitiés, dans l'attente que vous nous dévoiliez votre petit secret.
Publié le 05 Avril 2018

Merci @Philippe Clausels pour les étoiles.
Gaston ne peut être "sauvé" car il ne le veut pas !
A bientôt.
Amicalement.
Boris.

Publié le 28 Mars 2018

@Boris Phillips
Il me tarde d'avoir ton avis sur mon dernier roman: ''Une vie de secours''.
Bien amicalement. Philippe

Publié le 28 Mars 2018
5
@Boris Phillips description presque clinique, sans état d'âme, d'une fin prévisible et fatale. On aimerait se glisser dans le récit pour une tentative de sauvetage vouée à l'échec par avance.
Publié le 28 Mars 2018

@Dany b.

Merci... Il y autant d'étoiles que dans la tête de Gaston (vous voyez, il n'y a pas que mes personnages qui ont un humour grinçant)!

Remarquez, Gaston non plus il ne l'avait pas vu venir "le mur"!

Vous voulez lire le reste, vous avez l'embarras du choix et je ne peux qu'apprécier... D'autant plus qu'il y a un "petit dernier" en gestation: les 8000 caractères imposés par le concours "Pièges" ne m'ont pas permis de déployer tous mes délires dans "Nasses démaillées sur Londres", le pire est à venir dans les jours qui suivent!

Cordialement.
Boris.

Publié le 23 Mars 2016
5
Pourquoi j'ai choisi de commencer par celui-ci? Parce que c'est un des fléaux des temps modernes et ça m'intéressait de vous lire sur ce propos. Le sujet est sérieux c'est vrai, pourtant, j'ai eu plusieurs fois le sourire parce que ce Gaston est un sacré énergumène avec une répartie assez poilante. J'ai apprécié le réalisme des scènes et votre remontée dans sa vie pour nous expliquer la raison de sa dépendance. Et cette fin.....je ne l'ai pas vue venir ( je voulais écrire une "boutade" mais je vais "spoiler" alors je vais m’abstenir !!) Merci pour ce moment. Je vais aller voir vos autres écrits. Cordialement. Dany
Publié le 22 Mars 2016

@Dany b.
Merci d'avoir mis ce livre dans votre bibliothèque.
Je présume que le côté "médical" de la couverture vous a attiré ( ? - ! ).
J'attends votre commentaire....
Je vais vous lire.
Cordialement.
Boris Phillips.

Publié le 20 Mars 2016

@Lamish.
Merci de la note comme du commentaire.
A bientôt.
Cordialement.
Boris Phillips.

Publié le 30 Novembre 2015
5
Votre récit hyper réaliste me touche. Qui n'a pas connu ou ne connait pas un proche qui se débat dans ce long processus d'autodestruction qu'est l'alcoolisme. ? Certains le vivent dans un état de semi conscience ou de déni. D'autres comme Gaston assistent à leur mort en direct sans être à même de se battre pour autant. C'est dramatique de vivre, impuissant, la descente aux enfers d'êtres chers.
Publié le 30 Novembre 2015

Merci à A.A. d'avoir mis plusieurs de mes livres dans sa bibliothèque...
C'est la preuve d'un grand courage et (ou) d’une grande inconscience: lire tout Boris Phillips relève des deux!
Bonne lecture... J'attends vos appréciations et vos critiques: ce qui compte, pour moi, est de m'améliorer.
Cordialement.
Boris.

Publié le 11 Février 2015

@Annie Pic.
J'attends donc votre appréciation...
Mon nouveau roman me prend beaucoup de temps... Est-ce la maturité? J'abandonne de plus en plus le ton léger de mes premières nouvelles! J'y reviendrai à l'occasion...
Un peu de "mercantilisme" ne faisant pas de mal, "Tout simplement, des paroles d'hommes..." est disponible en ligne sur "Plume Direct" pour la modique somme de 3 euros... Vous voyez, je ne perds pas le sens de l'humour!
Cordialement.
Boris / Philippe.

Publié le 25 Août 2014

@Cristel.
Merci de votre appréciation, elle me va droit au cœur...
Oui, il s'agit d'un sujet grave, je le disais dans le synopsis!
Oui, il s'agit d'un sujet grave, je l'annonçais dans l'exergue!
Le choix de la profession du narrateur fut, pour moi, une évidence: seul un professionnel de la santé peut voir un de ses amis mourir et se pousser lui-même au bout de l'horreur; seul un "homme de l'art" peut avoir vu un membre de sa famille se détruire et continuer dans son "vice"; je ne pouvais lui donner un autre métier, relisez "Bossuet était un c...", je vous le demande.
Je travaille à un nouveau roman: un avocat quinquagénaire revient dans la ville de son enfance afin de faire la levée d'écrou de son fils; son père était un truand; il revit tout; mais dans ce bouquin, il va y avoir de l'espoir!!!
Fort amicalement.
Boris.

Publié le 20 Août 2014
4
Bonjour, je viens de finir votre nouvelle. Cela ressemble à chronique d'une mort annoncée, on s'attend au pire dès le début, et la fin est différente ! Le sujet est grave, et fait réfléchir : l'alcool et ses ravages sur la vie, sur sa vie. Le paradoxe ici c'est que votre héros est médecin, un homme qui devrait donc en connaître tous les méfaits ! Pourquoi cette profession ? merci pour ce partage, cordialement.
Publié le 19 Août 2014

@Cristel.
Merci de votre confiance d'avoir ajouté cet opus dans votre bibliothèque.
J'attends votre appréciation!
C'est vrai, l'histoire se finit mal... mais, il ne faut pas perdre de vue que l'exergue est pleine d'espoir!
A bientôt.
Cordialement.
Boris Phillips.

Publié le 09 Juin 2014