Autopsie d'un quintette

281 pages de BOSSY
Autopsie d'un quintette BOSSY
Synopsis

C'est une affaire de meurtre
La musique ne se joue pas toujours telle qu'elle a été écrite. Il faut changer les violons de place. Parfois, on est obligé de supprimer le violoncelle qui a une trop grosse voix. L'important est de savoir que l'harmonie est un art difficile, en particulier pour l'exécution d'un quintette. Son autopsie le prouvera.

2069 lectures depuis la publication le 29 Juillet 2015

Les statistiques du livre

  990 Classement
  42 Lectures
  +166 Progression
  4.8 / 5 Notation
  13 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

8 commentaires , 5 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !
4
Belle histoire, très bien menée, très bien écrite. Vous savez rendre vos personnages attachants. Félicitations
Publié le 15 Novembre 2015

Merci Caroline L, d'intégrer la galaxie de lamish et de onirowoman

Publié le 27 Septembre 2015

je mets cinq étoiles car je la sens bien, votre histoire :-)

Publié le 27 Septembre 2015
5
Je lis les commentaires et j'apprends la fin :-) Qu'à cela ne tienne, le style est très intéressant et original (vraiment original), je m'y atèle quand j'ai un peu de temps ! :-)
Publié le 27 Septembre 2015
5
Merci Bossy pour ce bon moment de lecture. Vous avez vraiment l'art et le manière... et pauvre Hubert, tout de même...
Publié le 18 Septembre 2015

Oui, Estelle a raison, ce serait mieux... J'imagine le générique de fin sur la mélodie légère d'Etienne Daho "weekend à Rome".

Publié le 31 Août 2015

Mon cher Bossy, je vous rassure, c'était l'émotion, pas la tristesse et, au pire, des larmes de crocodile quand je me surprend à pleurer sur moi. Dans ce dernier cas, cela ne dure jamais très longtemps !

Publié le 30 Août 2015

Effectivement, l'accident d'avion final n'était pas nécessaire, et n 'était pas dans la version initiale. Je l'ai rajouté pour faire un "coup" supplémentaire, mais c'était mieux que Myriam et Hubert arrivent enfin à Rome ( je n'ai pas écouté Estelle qui a ajouté le final à contre-coeur ) Je vais lui demander, demain si on peut rattraper ça.

Mais ne me dites pas que vous avez pleuré ! Je vous imagine, au bord de la pisciine, en train de sangloter à cause de mon livre...C'est malin !

Publié le 30 Août 2015

Pauvre Hubert ! Etait-il bien utile de doubler sa peine ?

Publié le 30 Août 2015

Oh! C'est la première fois que j'étrangle une femme, mettez-vous à ma place ! Il a fallu qu'Estelle me répète trois fois que c'était acceptable comme ça !
Il n'empêche, il a été bien puni, le Hubert !

Publié le 30 Août 2015
5
Est-ce une impression, Gérard ? Vos romances vont crescendo, s'auto alimentant, se renforçant ! J'ai vibré, pleuré, eu des frissons... Imaginez la "fleur bleue" incurable que je suis dans la peau d'Hubert commettant l'irréparable ! Pas de doute, vous êtes un démon de l'écriture !
Publié le 30 Août 2015

excuse moi mais j'ai omis une chose très importante à mes yeux : si j'ai fait une critique dithyrambique de ton oeuvre, c'est en partie par ce que je suis également auteur et je t'engage honteusement à lire mes textes qui, je dois l'avouer, n'arrivent pas à la cheville des tiens. Le Gamjamad et Chantacureau sont deux volumes de simioliautobiographie romancée sous un nom d'emprunt Bertrand Chevrot. Tu me ferais plaisir d'en faire une critique après les avoir lus...mais sans langue de bois

Publié le 03 Août 2015
5
Une merveilleuse histoire à la fois romantique et d'espoir qui débute tragiquement sur un style grave et s'allège au cours des pages comme le ciel pur après l' orage.
Publié le 02 Août 2015