Ultime procès

107 pages de lamish
Ultime procès lamish
Synopsis

Sarah a souhaité mourir pour échapper à des difficultés personnelles. C'est épuisée par ses combats et son impuissance à changer les choses, qu'elle a invoqué la maladie, ce qu'elle regrette rapidement, mais trop tard. Le cancer l'a déjà investie. Elle fait le point et se confie à vous, en tentant de comprendre comment elle a pu en arriver là. Son procès imaginaire est celui que lui dictent sa conscience et son sentiment de culpabilité .

7851 lectures depuis la publication le 16 Décembre 2015

Les statistiques du livre

  130 Classement
  193 Lectures
  +7 Progression
  4.7 / 5 Notation
  106 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

91 commentaires , 48 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Victoire Sentenac, mille mercis, Victoire, pour votre chaleureux et sensible commentaire. De ceux qui mettent du baume au cœur et dont je suis preneuse inconditionnelle :). Pour votre pluie d'étoiles aussi. L'écriture de roman a été aussi rapide que spontanée, tel un accouchement douloureux mais salvateur. Que vous l'ayez apprécié, que vous vous y soyez un peu retrouvée, est une merveilleuse sensation. J'aime lorsque les connexions s'établissent et nous surprennent. Amicalement. Michèle

Publié le 20 Février 2019
5
Quelle belle découverte ! Depuis le temps que j’avais envie de vous lire ;-) J’adore votre style d’écriture, épuré, essentiel, juste. J’avoue avoir été un peu déroutée au début par la construction du récit, mais une fois assimilée j’ai pu apprécier toute l’originalité de votre approche. A travers la narration pudique, sincère et lucide de Sarah, vous faites passer de vrais messages, d’autant plus forts qu’ils traversent le prisme de l’essentiel, cette fin de vie comme point d’orgue qui exacerbe l’hypersensibilité de l’héroïne, ses doutes, ses remises en question… On s’y retrouve forcément, à un moment ou à un autre… Merci pour cette belle lecture.
Publié le 20 Février 2019

@Nadine LAMAISON, merci du fond du cœur et excellente soirée. Michèle

Publié le 02 Février 2019

@lamish
Je crois aux connexions, et, dès vos premiers mots à mon égard, je savais qu'un fil se tendait. Je ne sais où ni pourquoi mon message a croisé votre besoin (et c'est là l'essentiel) mais je suis émue qu'il vous ait trouvée, et qu'il l'ait coloré. A bientôt Michèle.

Publié le 02 Février 2019

@Nadine LAMAISON, quel merveilleux signe du hasard que de vous lire aujourd'hui ! Non, je dis des bêtises. Vous êtes ma preuve du jour que le hasard n'existe pas, définitivement pas, impossible ! Lorsque les connexions qui nous échappent se manifestent à un tel point, c'est autre chose. Autre chose imaginé par on ne sait quel démiurge et qui nous surprend par ses lignes parallèles, ses croisements et ses étourdissantes boucles. Merci, mille mercis pour cette merveilleuse bouffée d'oxygène qui me ranime. Très amicalement. Michèle

Publié le 02 Février 2019
5
@lamish Chère Michèle, je dégage enfin du temps pour entrer dans le monde foisonnant de monBestSeller. Et pour vous lire, vous qui avez été la première pour moi ! Mon commentaire d'Ultime Procès - après ceux, nombreux et analytiques que vous avez eus - sera celui de la sensibilité. Comment lâcher les premiers mots sans aller, d'une seule envie, jusqu'aux derniers ? Vos pages sont le reflet de "l'état de nécessité" que vous nommez, et vous savez, avec brio, y faire "danser les courants d'air". Vous faîtes passer Sarah sous les fourches caudines de la culpabilité qui, à nous contraindre, nous rapetissent en souffrance pure. Cette souffrance qui nous hante et devient le cancer de Sarah. J'y retrouve la spirale de ces jugements qui polluent nos parcours, l'égoïsme, les déchirements homme/femme. Votre mise en forme du procès dévoile l'inexorable douleur du "aurais-je dû ?". La matière émotionnelle a du mal à faire bon ménage avec les bien-pensants et la notion de mérite. Cette dénonciation nous est commune. La connexion mère-fille, la fuite absolue, les dérives, les états de désespoirs et les appels à la spiritualité nous sont aussi vocabulaire commun. Comment ne pas m'y reconnaître, totalement, en soeur révoltée, sans solution que celle de dire ? Et j'aime votre façon de dire. Merci Michèle. Je vais encore vous découvrir...
Publié le 02 Février 2019

@Thalia Remmil Ho non, pas de jeu de mot. Vous avez mis le doigt sur une faute récurrente dont j'ai du mal à me débarrasser. Je suis aussitôt partie à la chasse et j'ai débusqué l'intruse. Merci :) ! Je suis ravie que ce roman vous ait plu, que vous en ayez extrait la moindre nuance, même si pour vous avoir lue, je ne suis pas vraiment étonnée que nos sensibilités se rejoignent malgré des parcours différents. Si "Les courants d'air" de Grand Tourism vous ont plu, je vous conseille "Live with me" de Massive Attack, également interprété par Terry Callier, ce chanteur à la voix envoûtante qui nous a malheureusement quittés en 2012. Merci, mille mercis pour votre lecture, vos généreuses et chaleureuses étoiles, votre commentaire qui me met du baume au cœur. Amicalement. Michèle

Publié le 30 Décembre 2018

@lamish je découvre Grand Tourism, j'adooorr ! merci ! Allons ensemble dans l'atmosphère ...

Publié le 30 Décembre 2018
5
@lamish J'ai adoré et dévoré ! Je m'y suis retrouvé aussi, un peu, la lecture a cela de fantastique qu'elle nous renvoie nos propres démons...J'ai beaucoup aimé l'originalité, l'intrigue jusqu'à la fin, j'ai adoré cette rencontre avec le chien, la magie, le voyage des âmes, les anges. Cette mère qui a trouvé la force de vivre bien plus pour sa fille que pour elle-même...ce couple, Marc, le sentiment que les hommes seront toujours de Mars et les femmes de Vénus...l'impossible construction auprès d'eux et pourtant l'amour plus fort que tout. La culpabilité, mère souveraine et hypogée de notre conscience, nos choix de résilience, nos résignations, nos actes de bravoure. La vie. La mort. La quête. Avez-vous fait un jeu de mots quand vous écrivez "faire une pose ?" Ce livre me donne grandement envie de lire les autres. Merci pour cette découverte, Lamish, merci d'avoir lu et commenté mon livre ce qui m'a donné le plaisir de vous lire. Amicalement. Thalia
Publié le 30 Décembre 2018

@brigale, quel joie de vous retrouver ici, Olivier ! Votre constellation me ravit, mais c'est surtout votre commentaire qui me comble. J'y retrouve cette petite touche qui est vôtre, en écriture comme en lecture : une grande capacité à l'empathie pour la touche humaine, des points de vue et analyses singuliers qui mêlent sérieux et légèreté. Un signature qui se retrouve quels que soient les sujets que vous abordez. Mille mercis de m'avoir consacré un peu de ce précieux temps qui nous manque, tant nos vies ordinaires sont surchargées, et au plaisir de vous lire de nouveau. Amicalement. Michèle

Publié le 02 Décembre 2018
5
Lecture enfin terminée ! (mais avec bonheur, et le 1er livre de ma bibliothèque que je termine ! - toutes ces activités menées de front en ce moment…) Cet "Ultime procès", alors que je suis plutôt 'aventures/action/mystères', m'a tenu en haleine d'autant plus que le verdict se rapprochait…Sans parler de sa construction originale à trois voix principales - défense, accusation, déposition des témoins - votre récit combine en fait pas mal de genres tout à la fois : confessions (cf. Rousseau, St Augustin…), analyse (psychanalytique), enquête policière (pour remonter aux mobiles et au coupables), testament voire bilan de vie (au sens propre de : décompte-règlement des comptes...) . Mais peut-être l'ai-je vu avant tout comme un voyage sur une 'carte du tendre' se métamorphosant peu à peu en 'carte du combat sur le terrain', contre soi-même et cet intime qui partage au plus près l'existence à nos côtés - 'l'ami-ennemi' inconnu ?... Cinq étoiles qui me paraissent justifiées, donc.
Publié le 02 Décembre 2018

@Kroussar, que dire à part merci, mille mercis pour vos chaleureux commentaire et merveilleuse pluie d'étoiles. Je suis épatée par votre ouverture et votre joie de vivre. Savoir encore apprécier la vie, être encore capable d'aimer, croire à la bienveillance des esprits, après tout ce que vous avez vu et vécu, est assez exceptionnel à mes yeux. C'est une idée très plaisante de vous imaginer si loin, me lisant au milieu de vos rizières... un doux parfum d'universalité qui élargit mon horizon... Soyez sûr que je sentirai, malgré la distance, vos pensées pour Sarah. Elles me boosteront, comme elles me boostent d'ores et déjà, aujourd'hui. Oui, je dois être un peu maso à évoquer si souvent les huîtres et le Sancerre, mon vin blanc préféré, vous l'aurez compris :). La gastronomie française suscite toujours la nostalgie, lorsque l'on vit loin de chez soi. Je n'échappe pas à la règle. Quand aux toutous à la maison, qui se transforment en chef de meute dès qu'ils ont passé le pas de leur porte, ils sont aussi nombreux que les femmes peuvent être "chiantes"... Cela ne m'étonne pas que vous en ayez croisé un certain nombre ;). Merci encore, Jean-Claude, du fond du cœur. Amicalement. Michèle

Publié le 02 Août 2018
5
@lamish FANTASTIQUE ! Immédiatement on aime Sarah ! Michèle c'est sans hésitation que je dévore vos romans et "Ultime Procès" m'a enchanté. On ne s'en lasse pas ! Trop court bien évidemment ! Encore une fois, votre écriture, nous porte, nous étonne, nous irradie (sans jeu de mots). Toujours de belles phrases prêtant à sourire, pleurer, espérer, de croire aux anges ! Au fin fonds de mes rizières, c'est avec délice que je vous lis. Merci à vous Chère Michèle et aussi à mBS d'accompagner mes journées tropicales à l'ombre des palmiers à sucre et manguiers centenaires. Maintenant, tous les huit jours, le matin au temple ou le soir, devant les autels de prières, j'aurai une pensée pour Sarah lorsque nous remercierons les esprits bienveillants de nos ancêtres. PS : Une bourriche d’huîtres et une bouteille de Sancerre, c'est simple et tellement bon... Ah ! J'oubliai ! Ils sont nombreux ces hommes, ces petits toutous qui, hors de la maison et loin de leur panthère aimée, se transforment à chef de meute. Si, si, ils sont nombreux...j'en ai connus... Amicalement Jean-Claude
Publié le 02 Août 2018

@Ani Drawer, je suis très heureuse de vous retrouver ici, sur la page d'un roman qui a marqué un tournant dans ma vie d'écrivaillon amateur. Un roman dans lequel je me suis beaucoup investie. Mis en ligne il y a deux ans et demi, je suis toujours agréablement surprise qu'il soit encore lu. Votre commentaire me ravit et vos généreuses étoiles illuminent un peu plus cette journée radieuse. Alors merci, mille mercis, et à très bientôt au gré de nos écrits mutuels. Amicalement. Michèle

Publié le 16 Juillet 2018

@Ben Danira, merci, milles mercis pour votre commentaire sensible et les généreuses étoiles associées. Ils me touchent d'autant plus qu'après avoir lu les commentaires de votre roman, d'ores et déjà mis en bibliothèque, je ne doute pas d'une seconde belle rencontre à vous lire. Encore un roman à terminer, et je reviens vers vous. Amicalement. Michèle

Publié le 23 Juin 2018
5
J'ai hésité à me plonger dans votre roman pensant l'histoire trop triste et waouh ! quelle belle découverte. Je découvre un univers et un style d'écriture qui jusque là ne m'étaient pas familiers. Un roman atypique dans sa forme, une histoire poignante  écrite avec beaucoup de sensibilité suscitant une bourrasque d'emotions, des mots justes qui ne peuvent vous laisser indifférent, que demander de plus ? Merci pour ce partage et ce beau moment de réflexion.
Publié le 23 Juin 2018

@Cristina Leg, et que te répondre que tu ne saches déjà ;) ? La vie est étrange, dans le sens "magique", parfois. Au moment où mon ami Bossy ne pouvait plus me tenir la main, tu es arrivée avec ton sourire, ton naturel, ta franchise et tes "forces du bien", pour le relayer... Alors merci d'avoir été cette amie qui, tombée à pic sans t'en douter, m'a de suite offert sa confiance, sans méfiance. Merci également de m'avoir lue et si généreusement étoilée. Bisous, bisous. Michèle

Publié le 15 Juin 2018
5
Que dire de plus Michèle que tu ne saches déjà ;-) Mon admiration pour ton style d'écriture... cette histoire qui ravive des souvenirs, qui nous touche au plus profond de nous même. Tu as ce don de soi indéniable : de la franchise, de la transparence et aussi de la bienveillance. Mais aussi cette sensibilité, cette humilité qui ne peuvent que nous atteindre...et nous révéler. Merci Michèle d'être toi. Bisous. Cristina
Publié le 15 Juin 2018

Quel plaisir de vous retrouver ici, @Juliette L., qui plus est pour me gratifier d'un commentaire et d'une pluie d'étoiles qui me ravissent ! Vos quelques mots ont ce naturel et cette spontanéité que j'ai tant appréciés, à la lecture de votre "Des Cubes et des Hommes". Que dire à part merci, mille mercis ? même si cela manque d'originalité ;). Amicalement. Michèle

Publié le 01 Juin 2018
5
J'aime : ces deux récits qui s'enrichissent mutuellement ; la beauté de cette écriture faite de sa grande simplicité ; la justesse sidérante de la peinture des sentiments (le cancer en tant que seule issue possible d"une passion néfaste est incroyablement bien vu) ; ce final sur la mort en tant que détachement et apaisement que le rythme ralenti nous fait si bien ressentir. Merci de ce grand plaisir de lecture, Iamish!
Publié le 01 Juin 2018

@MélissaDC2, merci infiniment pour ce second commentaire. Je suis très touchée. Bonne soirée. Amicalement. Michèle

Publié le 07 Avril 2018

@lamish En réalité et j'ai oublié de le mentionner dans mon précédent commentaire, ce roman a trouvé beaucoup d'échos en moi car je suis, comme vous, intimement convaincue que le cancer trouve sa source dans ce qu l'on n'exprime pas et qui s'imprime en nous (plusieurs exemples de proches à l'appui).
J'ai également trouvé un écho en moi dans votre conception de l'après vie, du chemin que poursuit l'âme devenue libre, en communion avec l'énergie du cosmos ( ce n'est pas forcément comme cela que vous le dites mais votre vision rejoint la mienne).
Un roman qui m'a beaucoup parlé en conclusion et qui traite du sujet que j'affectionne le plus : l'humain dans toute sa complexité et sa richesse.
PS : à vous lire on n'imagine pas une seconde que vous n'ayez pas de prédisposition pour l'écriture... Votre style est vraiment élégant.
Amicalement,
Mélissa

Publié le 07 Avril 2018

@MélissaDC2, mille mercis pour votre adorable commentaire et pour les généreuses étoiles associées qui ensoleillent une journée très pluvieuse. Ce roman a trouvé un nouvel écho en moi, car la femme d'un ami vient de décéder d'un cancer, cancer qu'elle a occulté à ses proches jusqu'à sa phase finale. Sachant qu'elle m'avait lue, je regrette de ne pas l'avoir incitée à se confier, à quitter ce profond sentiment de solitude qui devait être le sien, face à la maladie. Le non-dit tue, j'en suis vraiment convaincue. C'est ce qui m'a poussée à écrire en l'absence de prédispositions pour cet art, d'ailleurs. L'influence du psychologique sur nos actions et état physique dépasse ce que l'on subodore. Joanne, votre héroïne, petit bout de femme si fragile en apparence, en est la parfaite démonstration. Merci encore, Mélissa. Amicalement. Michèle

Publié le 07 Avril 2018
5
Un roman vraiment original dans sa forme ! J'ai beaucoup aimé ces deux "intrigues" qui se jouaient en parallèle. L'une physiquement, l'autre mentalement. J'ai beaucoup aimé le fond également.... Une introspection en toute honnêteté et transparence, qui mène à un pardon que Sarah parvient à se donner à elle-même avant de partir. Merci pour ce partage et je n'aspire qu'à lire d'autres de vos romans maintenant. Mélissa
Publié le 07 Avril 2018

@Sylvie Simonnet, Merci, mille mercis pour m'avoir lue et si gentiment commentée. Merci pour vos généreuses étoiles aussi. Je suis gâtée ;) ! Encore Nadav à lire et je me replonge dans votre oeuvre... A très bientôt. Amicalement. Michèle

Publié le 20 Janvier 2018
5
Comme dans Un putain de Noël c'est votre style qui m'a tout d'abord séduite puis la forme originale -ce procès intenté à Sarah pour avoir voulu fuir dans la mort - puis la vérité des situations et des sentiments exprimés puis ... Bref, un grand bravo, une fois de plus.
Publié le 20 Janvier 2018

@Pantinois Belle surprise de vous retrouver sur ma page, d'autant plus belle que votre commentaire me rassure sur l'intérêt porté à ce court roman et que votre pluie d'étoile déroge à vos principes en la matière ;). Merci infiniment ! Je vais suivre votre conseil de lecture avec curiosité et, motivée par votre intervention, rejoindre avec enthousiasme un clavier que j'ai tendance à bouder, ces derniers temps... Procrastination ;) ? Oui, il faut que nous soyons actif, ici. C'est notre plateforme, notre porte-voix. C'est nous qui donnons le ton à ce bel outil, pratique et interactif. Il me semble important de ne pas l'oublier. Merci encore pour votre visite. Ce fut un immense plaisir. Amicalement. Michèle

Publié le 11 Janvier 2018

Mille mercis @Mary Pascal pour ce chaleureux commentaire et les généreuses étoiles associées, particulièrement appréciés en ces froides journées hivernales. Merci d'avoir pris le temps de me lire également et, bien sûr, pour votre très beau roman mis en ligne, ici. Les rencontres et bons sentiments entre auteurs me ravissent et me motivent toujours autant. C'est un véritable privilège que nous offre MBS. Amicalement. Michèle

Publié le 03 Décembre 2017
5
Une écriture fluide et agréable qui nous offre un bien beau roman. Votre ultime procès me touche personnellement car il me ramène aux audiences de ceux qui ont accompagné les échecs douloureux de ma vie d'artiste. Bravo et encore merci pour le temps que vous consacrez à la lecture des ouvrages des autres écrivains et pour vos commentaires toujours constructifs et bienveillants.
Publié le 03 Décembre 2017

@mahaut7377, mille mercis pour votre commentaire qui me touche énormément, Catherine. C'est un merveilleux cadeau que de se sentir en phase avec un lecteur, qui plus est auteur. Vous ensoleillez un peu plus cette journée que je vous souhaite très belle. Merci encore. Amicalement. Michèle

Publié le 13 Septembre 2017
5
C'est un très beau livre, très bien écrit. Je l'ai téléchargé sur ma Kindle, pour pouvoir le relire quand je n'ai pas d'ordinateur sous la main. Bravo, le petit cœur qui accompagne le titre est amplement mérité.
Publié le 13 Septembre 2017

@Isabelle Tintinger, merci, mille mercis pour ce merveilleux commentaire qui, tel celui que m'avait laissé hubert pour "Un putain de Noël", ferait une magnifique 4ème de couverture pour "Ultime procès". Je suis intimidée et bluffée tant par le fond que par la forme de votre propos. Aujourd'hui MBS a sorti sa première tribune sur le thème : "Pourquoi l'écriture est-elle essentielle pour vous ?" Pour moi, c'est simple comme une évidence : Elle est en tout premier lieu un exutoire mais lorsqu'elle trouve une résonnance, elle permet d'accéder à ces instants de grâce que vous évoquez. Elle trouve sa vraie raison d'être. Merci pour la coquille que je vais corriger dès ce soir (the famous never ending hunting ;) !) et à très bientôt sur votre page. Mon petit doigt me dit que je devrais y trouver ma "nourriture" aussi. Amicalement. Michèle

Publié le 07 Septembre 2017
5
Bonjour Lamish, Vous êtes active sur mBs et j’ai voulu connaitre l’auteure derrière la critique littéraire. Je suis pour ma part toute récente sur le site. Votre bibliothèque personnelle est riche et j’ai donc choisi au hasard ‘l’ultime procès’ Au hasard ? Hm, peut-être pas. J’ai ouvert le livre et j’ai mis mon pas dans le votre sans effort. C’est avec jubilation que je referme l’ouvrage, satisfaite d’y avoir trouvé ma « nourriture » : l’humain et son âme. Votre message est bien plus profond qu’il ne pourrait y paraitre. Il est vrai que vous le distillez avec pudeur et prudence Et vous êtes dans le vrai. Le suicide, ou l’abandon de sa vie peut revêtir de multiples formes. Et nous avons une réelle responsabilité à vivre pleinement. Ce libre arbitre permanent est bien encombrant. Notre responsabilité de jouer le jeu de l’incarnation jusqu’au bout, comme doit le faire un acteur qui va jusqu’au bout de son personnage coûte que coûte pour que la pièce de théâtre collective puisse se réaliser, est quelques fois bien pesante. Il est tellement plus simple de se laisser aller pour s’y soustraire. C’est sans compter sur ces instants de grâce ou de soutien divin qui égrènent nos vies, chaque fois que nous trébuchons, pour mieux nous encourager à la poursuivre. Ou encore ce hasard qui n’en est pas…Vous décrivez avec simplicité ces expériences duelles que nous faisons sur ce plan comme un processus alchimique fait de frictions, d’émotions, de satisfactions de nos sens. Notre conscience qui pèse et soupèse en permanence, faisant expurger notre souffrance tant qu’elle n’a pas atteint le stade suprême de la paix. Merci pour ce partage. (Gageur.e ? p76)
Publié le 07 Septembre 2017

@Yannick A. R. FRADIN, pour une fois que @lamish fonctionne, je vous réponds illico ;) ! Merci d'avoir mis "Ultime procès" dans votre BV. Ce court roman se lit très vite mais il est très éloigné de vos lectures de prédilection, je crois. A très bientôt et bonne journée. Michèle

Publié le 06 Septembre 2017

Bonjour @lamish et merci pour votre commentaire sur la page de "La Gardienne de Danarith". Disposant de nouveau d'une tablette, je peux me remettre à lire en numérique de manière plus confortable et régulière. J'en profite donc pour venir vous lire et commencerai par "Ultime procès". Bonne journée et à bientôt pour un retour de lecture :-)

Publié le 06 Septembre 2017

@lamish, Aucun problème pour la réponse tardive. Tu es une auteure talentueuse et le petit coeur rouge en haut de ta page est amplement mérité. Bisous.

Publié le 07 Juillet 2017

@Ratiba Nasri, C'est honteuse que je réponds avec plus de deux mois de retard à ton commentaire. Le lien fonctionne aléatoirement et je n'avais pas consulté ma page depuis belle lurette, désolée ! Alors, un immense merci tardif pour ce merveilleux commentaire étoilé qui me ravit tout particulièrement, émanant de toi. Très amicalement. Michèle

Publié le 06 Juillet 2017
5
@Lamish Michèle, je viens de terminer 'Ultime procès' et je te félicite. Ton histoire m'a touchée. Elle est magnifiquement écrite avec de belles tournures de phrases et des dialogues justes. Amitiés.
Publié le 23 Avril 2017

@Christine Curtis, Mille mercis pour cet agréable commentaire. Je reconnais là votre finesse, car nul doute que Sarah joue fin, puisqu'elle parvient à se délester d'un sentiment de culpabilité récurrent. "Le tribunal des flagrants désirs", plus que pertinent ! Je retiens ;) ! Merci encore pour vos lectures, commentaires et généreuses étoiles que j'accroche au si précieux firmament de mes complicités auteure-auteure. Amicalement vôtre. Michèle

Publié le 27 Février 2017

Et bien me voici à la fin de ce jugement délirant. Sarah, victime plus que coupable n'aurait rien à se reprocher, mais la joue finement, ce tribunal des flagrants désirs m'a procuré un agréable moment de lecture... La vie, c'est un rythme de jazz où chacun compose à sa façon mais doit tout de même conserver le tempo du dialogue avec les autres...Jusqu'à la fin voulue ou non. Je vous conserve les étoiles, de mon impression première, pleines et entières. Amitiés Christine

Publié le 27 Février 2017

@Zmyslowski Fabienne, Mille mercis pour votre commentaire et généreuse pluie d'étoiles. Je suis comblée ! Nos répertoires diffèrent mais nos sensibilités se rejoignent. C'est toujours un grand plaisir. A bientôt au gré de nos écrits mutuels. Amicalement vôtre. Michèle

Publié le 18 Février 2017
5
Bonjour Iamish, votre histoire m'a énormément touchée. Merci. Les cinq étoiles sont largement méritées. Bien à vous. Fabienne
Publié le 18 Février 2017

@Christine Curtis, C'est amusant de lire votre com aujourd'hui, car j'ai effectué une première immersion dans votre "Parenthèse désenchantée" hier soir. Je reviens vers vous très bientôt sur votre page, afin de vous faire part de mes impressions. Amicalement. Michèle

Publié le 25 Janvier 2017

@lamish votre commentaire ne m'avait pas été transmis, je l'ai découvert chez une amie à qui je faisais découvrir le site. J'ai peut-être manqué le bus...Sympa d'avoir placé "Parenthèse désenchantée" dans votre bibliothèque virtuelle, espère que vous vous y jetterez à corps et à coeur perdus tout en ayant l'espoir de tout retrouver à la sortie ! On m'a offert des bouquins à Noël et j'ai beaucoup à lire sur papier. Je prendrai le temps de lire tout ce que je repère, intégralement, avec le temps. Je fais de jolies découvertes... à très bientôt et encore quelques jours pour souhaiter une année 2017 déployée en projets, et en joies. Christine C.

Publié le 25 Janvier 2017

@Christine Curtis, mille mercis, Christine, pour votre sympathique commentaire et les généreuses étoiles associées que je découvre, telle une agréable surprise, à mon retour de France. Je suis ravie que le rythme de ce court roman vous ait conquise et espère que le suite ne vous décevra pas. Tout comme vous, de lire ou écrire, je suis bien incapable d'affirmer ce que je préfère. Ces deux activités sont un dialogue qui me passionne et anime délicieusement mon quotidien. Votre "Parenthèse désenchantée" m'attend sagement dans ma bibliothèque... Le titre, d'ores et déjà, me donne l'eau à la bouche... Quelques 5 romans à terminer et je reviens converser avec vous. Je vous souhaite une merveilleuse année 2017. Bien à vous. Michèle

Publié le 03 Janvier 2017
5
Bonjour Iamish, Je découvre un rythme qui sonne bien à mon esprit, un tempo, et même si je n'ai pas encore terminé faute de temps, je note ce style enlevé qui me dit continue, tu ne devrais pas être déçue. Je découvre avec plaisir que monbestseller.com regorge de talents... Est-ce que je préfère lire ou écrire ? Peut-être lire mais cette activité n'est jamais loin... Belle année et commençons par cette journée...
Publié le 03 Janvier 2017

@Soltys Elie, Mille mercis pour votre agréable commentaire et vos généreuses étoiles. Vous me gâtez ! Je suis heureuse que cette histoire (dans laquelle il y a effectivement une grosse part de vécu) vous ait plu. Bien à vous. Michèle

Publié le 08 Décembre 2016
5
Une très belle histoire décrite avec des mots simples mais vrais. Peut-être ne faut-il pas la lire comme un fiction, mais contenant une part de vécu. Je ne peux que m'associer à vos autres lecteurs. J'ai aimé, beaucoup.
Publié le 08 Décembre 2016

@Pascal HERVE. Exactement, vous ne pouviez trouver mot plus juste, Hervé. J'ai déjà remarqué votre bouquin que je vais mettre en bibliothèque. Vous m'avez fait le plaisir de sortir de votre style littéraire de prédilection, aussi vais-je faire de même et vous dis à très bientôt sur votre page. Amicalement. Michèle

Publié le 03 Décembre 2016

@lamish, ce livre est donc une catharsis, ce que je n'avais pas identifié lors de la lecture. Et ce qui explique bien des choses. Merci pour votre éclairage.
Bonne continuation et à bientôt au détour de ce site.
Amicalement, Pascal

Publié le 03 Décembre 2016

@Pascal HERVE, Merci infiniment pour votre commentaire avisé et les généreuses étoiles associées. Je vais essayer de vous répondre au mieux car le sujet est vaste et sensible. Initialement, ce roman était doté d'une fin différente que j'ai supprimée en suivant le conseil d'une amie auteure. Cette fin, qui levait les restrictions que vous évoquez, était ressentie comme un pied de nez par certains lecteurs et je l'ai supprimée. En optant pour une fin qui confirme la disparition de Sarah, effectivement, vos remarques prennent tout leur sens. De par son vécu, mon personnage n'a jamais été féministe. Ayant horreur des clichés et des préjugés, elle s'est toujours positionnée "d'Homme à Homme" dans sa relation aux autres. Lorsque les sentiments n'étaient plus au rendez-vous, elle a toujours tourné la page avec facilité. Le procès imaginaire est celui que lui dicte sa conscience et son sentiment de culpabilité pour le mal qu'elle a pu faire en agissant ainsi. Sa relation avec Marc diffère de tout ce qu'elle a vécu avant, puisque des sentiments forts sont toujours présents, de part et d'autre. En schématisant : Le quitter est le condamner, rester est se condamner elle-même. C'est épuisée par leurs combats et son impuissance à changer les choses, qu'elle invoque la maladie, ce qu'elle regrette aussitôt. Quand à sa fille qu'elle adore, qu'elle soit très adulte et qui plus est heureuse, l'affranchit dans ce choix désespéré. Céline Vay a écrit qu'elle concevait tout à fait que l'on puisse en arriver là. Je confirme, sauf que j'ai écrit ce bouquin pour me dissuader de prendre une décision irrévocable. J'aime trop la vie, ma fille, mon mari, mes amis, mes proches, maman qui vit toujours et mon petit-fils, Malik, qui est né depuis (ce que je confirmais dans la première version). Si je vois une autre utilité à ce roman, ce serait d'interpeller tous les Marc en puissance car, dans le cas du mien, ça a fonctionné. :-) Merci encore, Hervé, et belle journée. Michèle

Publié le 03 Décembre 2016
4
@lamish, après lecture de votre livre, je suis partagé entre deux sentiments. Tout d'abord sur la forme, j'ai adoré. Que c'est bien écrit, c'est fluide, bien enlevé, de belles tournures de phrases. Encore une fois, bravo pour votre style très agréable à lire. Style qui m'a donné envie d'aller au bout du livre alors que je bouillais intérieurement. Car sur le fond de l'histoire, j'ai plusieurs remarques. Ces remarques ne sont que mon avis personnel, loin de moi l'idée de polémiquer mais plutôt d'ouvrir un débat. Car oui, votre livre ne m'a pas laissé indifférent (et c'est tant mieux car rien n'est pire que l'indifférence). A la lecture de cette histoire, je me suis demandé à quoi avaient servi ces dizaines d'années de luttes féministes. Car enfin, que peut-on reprocher à Sarah ? D’avoir vécu sa vie ? Une vie un peu hors norme mais pas si hors du commun que ça. Beaucoup de femmes ont dû se reconnaître à travers ce portrait. Et je me demande ce que ces femmes ont pu penser de l’approche moraliste de ce procès. Elle a brisé le cœur d’un homme en le quittant ? Peut-on lui reprocher ? Aurait-il fallu qu’elle passe sa vie à se morfondre ? Elle préfère mourir de maladie que de quitter un homme rustre qui lui rend la vie impossible. Sur ce point, j’ai quand même du mal à y croire. Je n’ai pas ressenti dans cette histoire une relation fusionelle avec Marc qui puisse amener à ce dénouement. Alors qu’elle a une fille qu’elle adore, comment peut-elle l’abandonner ? J’ai ressenti cet ultime procès comme un exercice d'auto-flagellation un peu malsain. On a tous à un moment de sa vie envie de faire le bilan mais dans cette histoire, c’est quand même beaucoup à charge contre Sarah, sans que ce soit vraiment justifié. J’en reviens aux luttes féministes : Sarah est quand même reléguée lors du procès à un statut d’épouse modèle qu’elle n’aurait pas respecté. Cette histoire étant écrite par une femme, j’avoue que cela me surprend et me trouble. Mais peut-être n’ai-je pas tout compris. En tout cas, merci pour ce moment d’introspection, même si je ne suis pas d'accord.
Publié le 03 Décembre 2016

@Elisa Galam Mille mercis pour vos note et commentaire généreux. Vous retrouver est toujours un véritable plaisir, et je suis heureuse de constater que nos sensibilités se rejoignent, une fois de plus. Je vous souhaite également une journée aussi belle que la mienne, que vous avez ensoleillée d'un coup de baguette magique. Amitiés. Michèle

Publié le 15 Octobre 2016
5
Bonjour Michèle, Je viens de lire " Ultime procès" d'une seule traite et je dois dire que j'ai adoré. Dans votre récit, toutes sortes d'émotions m'ont traversée. Vous racontez avec simplicité la vie de Sarah, ses doutes, ses interrogations, ses erreurs mais également son humilité et sa quête d'amour. Votre écriture est fluide, agréable à lire. Merci pour ce partage de vie et Bravo. Très belle journée. Elisa
Publié le 15 Octobre 2016

@gustaf, Merci infiniment pour votre commentaire sensible et note généreuse qui ensoleillent ma journée. Auteure, écrivaine, je crois que l'on peut tout se permettre maintenant, bien que cela n'ait vraiment peu d'importance à mes yeux. Je suis particulièrement heureuse d'être lue (et appréciée ou pas) par des lecteurs de Jésabel. Vous êtes le deuxième et je vous en remercie. Elle-même est en train de découvrir avec plaisir mon ami Bossy avec qui, pourtant et tout comme avec moi, les premiers échanges n'annonçaient pas une idylle ! Je vous souhaite une très belle journée, Gustaf et merci encore. Bien à vous. Michèle.

Publié le 02 Octobre 2016
5
@lamish C'est pour répondre, par curiosité, à l'"appel au peuple" que l'érotique @jezzabel fait à votre propos sur sa page que je suis venu voir un peu ce qui se trafiquait sous votre pseudonyme. Tout à fait au hasard, et parce qu'il faut bien commencer quelque part, j'ai ouvert l'"Ultime procès" et, très rapidement, j'ai été happé par votre histoire, mais pas seulement. Pas seulement, parce que c'est aussi la magie sensible de votre style qui m'a retenu à vous lire. Et je suis bien content d'avoir découvert ici une écrivaine (dit-on "écrivaine" ? le mot me paraît un peu bancroche) qui vaut son pesant de cacahuètes ! Je n'ai pas autant que je le voudrais le temps de m'adonner au plaisir de la lecture, mais soyez assurée que je reviendrai vous visiter. Je vous salue.
Publié le 02 Octobre 2016

@braquemard, Merci !!!

Publié le 01 Octobre 2016
5
...
Publié le 01 Octobre 2016

@Romain Lebastard, mille merci pour votre commentaire et pluie d'étoiles qui me comblent tout particulièrement de votre part. Très touchée. Je suis aux deux tiers d'Arch et me régale. A très bientôt sur votre page. Avec ma complicité d'auteure. Michèle

Publié le 10 Septembre 2016
5
Génial! L'alternance passé / présent, ces tranches de vie qui viennent apporter une pierre à l'édifice de la psychologie de Sarah, ce procès imaginé, ubuesque, tellement qu'on croirait presque qu'il se situe après l'issue fatale (peut-être est-ce le cas ?), le tout parsemé d'une douceur mélancolique. J'ai adoré :).
Publié le 10 Septembre 2016

@Corinne Le Gal, merci infiniment pour vos étoiles et votre commentaire sensible. Il ensoleille un peu plus cette belle journée. Je vous dis à très bientôt sur votre page, votre "Deus ex machina" attendant sagement dans ma bibliothèque. Débordée ces dernières semaines, le terminer fera partie de mes priorités dès que mon emploi du temps me le permettra. Merci encore. Avec ma complicité d'auteure. Michèle.

Publié le 13 Juillet 2016
5
@ Lamish… J’ai finalement lu le livre d’une traite, remettant à plus tard l’activité que je devais faire. Et je ne le regrette pas. C’est un très beau roman. J’aime votre écriture fluide et sans fioriture. Les mots sont précis, justes et vont à l’essentiel. J’aime votre manière très personnelle et pertinente d’aborder l’inévitable confrontation avec Saint Pierre aux portes du Paradis catholique. Une saine imagination qui conduit inévitablement à une non moins saine introspection et remise en question de la part du lecteur. Un travail d’auteur parfaitement abouti. Bravo. Sincèrement.
Publié le 13 Juillet 2016

@aelaly, mille mercis pour vos note et commentaire constructif. Je comprends votre bémol, concernant la fin. J'ai supprimé le dernier chapitre suite à des commentaires m'incitant à le faire. Du coup, elle est effectivement évasive et les conclusions de cet "Ultime procès", entre rêve et réalité, sont laissées à l'imagination du lecteur. Bien à vous. Michèle.

Publié le 11 Juillet 2016
4
J'ai beaucoup aimé lire votre Livre? .Très agréable et telment proche de mon ressenti! Petit bémol sur la fin, comme si il manquait un vrai final.
Publié le 10 Juillet 2016

@lamish
Ce livre ou plutôt cette forme m'intrigue, j'en suis au tiers et j'ai l'impression qu'il faudra non seulement que je le termine mais que je le relise pour faire un vrai commentaire
A bientôt donc mais je sens quelque chose qui me touche !

Publié le 27 Mai 2016

@lamish
Ce livre ou plutôt cette forme m'intrigue, j'en suis au tiers et j'ai l'impression qu'il faudra non seulement que je le termine mais que je le relise pour faire un vrai commentaire
A bientôt donc mais je sens quelque chose qui me touche !

Publié le 27 Mai 2016

@Aurélie De La Balade, merci mille fois pour vos note et commentaire qui me comblent. Quel merveilleux sentiment que celui d'être en phase avec ses lecteurs et quand, en plus, ils sont auteurs, cela nous fait flirter avec le nirvana ! Vos mots sensibles m'ont profondément touchée. Encore merci et à très bientôt pour parler de votre livre dont le début m'a d'ores et déjà conquise. Michèle.

Publié le 22 Mai 2016
5
J'ai adoré ce roman. Il est atypique, poignant et l'écriture est fluide. L'alternance récits / dialogues rêvés donne un rythme intéressant. La psyché de cette femme est tellement humaine que tous, nous pouvons nous retrouver dans certains traits. Moi, je suis parfois Sarah, je suis parfois Marc et je suis parfois la fille de Sarah... Je ne dois pas être la seule. Je crois que ce roman parle à quiconque à une âme. Très belle création, vraiment !
Publié le 21 Mai 2016

@Dany B, mille mercis pour vos lecture, note et commentaire attentionnés. Venant de vous dont je devine les sensibilités, cela me touche beaucoup. A très bientôt au fil de nos écrits mutuels. Avec ma complicité d'auteure. Michèle.
PS : J'ai beaucoup aimé lire votre "Dis-leur". Merci pour le partage.

Publié le 20 Mars 2016
5
J'ai pris plaisir à lire "ultime procès". J'ai aimé le rythme des dialogues puis de la narration, cette alternance permet de rester centré sur l'histoire. Agréable lecture de bout en bout. De plus, c'est anecdotique mais la chanson D’Étienne Daho est une de mes préférées alors j'ai commencé ma lecture confiante et elle ne s'est pas éteinte au fil des pages.
Publié le 19 Mars 2016

@BOSSY, tes mots me comblent et me font chaud au cœur. Merci de ne pas hésiter à commenter si sincèrement et d'ensoleiller un peu plus une journée déjà très lumineuse. Bises chaleureuses. Michèle.

Publié le 13 Mars 2016

@anna de bremond @lamish. On peut tout avec l'Ultime Procès, sauf s'ennuyer ! On peut crier,pleurer, taper du pied. On peut aussi se sauver, demander de l'aide,descendre en enfer si on ne veut pas monter au ciel. Mais enfin,anna, un livre auquel a été décerné un petit coeur rouge peut faire beaucoup de choses, sauf provoquer l'indifférence. Tiens, j'ai une idée: Relisez-le !

Publié le 12 Mars 2016

@anna de bremond, désolée !

Publié le 10 Mars 2016
2
Je me suis ennuyée
Publié le 10 Mars 2016

@Marguerite rothe, @bossy, il est vrai que le sujet n'a rien de drôle mais il n'y a que dans les romances que l'on peut imaginer la vie sans états d'âmes et bilans douloureux. La vie est belle mais les coeurs insatiables, dont nous faisons partie, voudraient qu'elle soit envore plus belle, plus longue, plus riche en expériences... Grands rêveurs nous sommes, grands rêveurs nous resterons jusqu'à notre dernier souffle. Merci pour vos commentaires qui me touchent et montrent combien les sensibilités se rejoignent avec aisance sur ce site. C'est un vrai plaisir qui ensoleille cette journée pluvieuse. Amitiés. Michèle.

Publié le 14 Février 2016

@Bossy

C'est un des côtés fascinant de la littérature, puisque chaque lecteur va percevoir, recevoir ce qu'il lit, avec ses références, ses expériences, ses états d'âme. D'ailleurs, et d'une manière générale, c'est ce qui fait la complexité de la communication. La bonne "longueur d'onde" est toujours difficile à saisir. C'est vrai que j'ai trouvé "Ultime procès" triste, car beaucoup de choses qui y sont évoquées m'ont ramenées à mes propres expériences de vie. Des expériences similaires et tristes. Alors oui, quand je parle de tristesse, c'est bien ce que j'ai ressenti à lecture de ce texte fort et sincère. Allez, à présent, c'est joyeusement que je vous dis bonne soirée à vous, ainsi qu'à Michèle ! Marguerite.

Publié le 12 Février 2016

@marguerite Rothe
Mais non, l'histoire n'est pas triste ! D'ailleurs, elle finit bien. Seulement, Michèle reste toujours lucide, et tant qu'elle n'a pas atteint son but, elle griffe. Pour elle, c'est tout ou rien. Mais à la fin, le procès est gagné, c'est ce qu'elle voulait. Mais elle reste capable de revenir sur la question si on la bouscule trop. On verra bien dans la suite de "Quand plus rien ne compte".

Publié le 12 Février 2016

Bonjour Michèle ; Mais votre histoire est triste ! Et le lecteur sait dès le début de quoi il retourne. Vous avez pris la bonne décision, ainsi, la fin est plus ou moins ouverte, et surtout, votre texte garde toute son ambigüité, ses mystères, et le lecteur lui, garde ses rêves, ses suppositions, ses extrapolations... Michèle, je vous souhaite une excellente continuation, et je vous dis à bientôt, au détour d'un fil de commentaires sur mBS. Marguerite.

Publié le 11 Février 2016

Ça y est, je me suis jetée à l'eau ! Bonne soirée, Marguerite.

Publié le 10 Février 2016

@ marguerite, quel plaisir de recevoir vos note et commentaire ! Vous savez combien je suis admirative de votre plume et vous me comblez. J'étais restée sur votre difficulté à vous immerger dans mon premier roman et cela me peinait. Pour la fin, je suis à deux doigts de la supprimer car vous n'êtes pas la première qu'elle dérange. Suis-je prête à finir sur un "sad end" ? Voilà un thème sur lequel plancher ce soir ! Mille mercis. Avec ma complicité d'auteure. Michèle.

Publié le 10 Février 2016

@Ciloking, merci beaucoup pour vos note et commentaire qui me ravissent. Curieuse de nature, je m'enquiers de lire votre procès très vite. Avec ma complicité d'auteure. Michèle.

Publié le 10 Février 2016
5
Bonsoir Michèle. J'ai été emportée par votre texte que j'ai lu d'une traite. Exercice bien difficile et compliqué, que celui de fictionnaliser l’introspection, puisqu’il commande nécessairement une plongée en soi-même sans concession si l’on veut lui donner un caractère authentique. Ensuite, pour que le résultat soit réussi, il faut opérer une réelle distanciation dans la narration, et surtout, faire en sorte que celle-ci passe inaperçue. Pour « Ultime procès », le résultat est réussi, on adhère au récit sans chercher à démêler le vrai du fictionnel. À ce propos, je pense que l’épilogue lui enlève toute son ambigüité, et là, pour le coup, je trouve ça presque frustrant ! En ce qui concerne le « souffle des anges », il se trouve que je suis sur la même longueur d’onde que vous, et dire que bien des faits ne sont que coïncidences ne me satisfait pas du tout. Pour terminer, je pense également comme vous, qu’au final, « en tout et pour tout, il n’y a jamais que la sincérité qui vaille ». Merci pour ce généreux partage, bien à vous, Marguerite.
Publié le 10 Février 2016
4
Chacun son procès. Chez moi un poète, un clown, chez vous un couple dans un poème juridique. J'ai aimé surabondance des commentaires ! :)
Publié le 10 Février 2016

Bonjour Louis et merci beaucoup pour votre note qui me ravit ainsi que pour votre commentaire développé. Je crains de trop multiplier les polices qui diffèrent déjà entre les récits et le procès virtuel. Pour le côté théatral, je conçois qu'il saisirait le lecteur mais le suspens n'était pas le but recherché. "Ultime procès" se veut réflexion sur fond de confidences, rien de plus. Avec ma complicité. Michèle.

Publié le 08 Février 2016

Merci beaucoup, Nathalie, pour vos note et commentaire constructifs et généreux. J'ai évité volontairement le langage juridique dont j'ai horreur afin de garder ma liberté d'expression lors de ce procès virtuel. Avec ma complicité d'auteure. Michèle.

Publié le 06 Février 2016
4
Une écriture vive, sensible et Positive. Un examen de vie intéressant et émouvant. L'idée du procès est bonne, l'emploi de vocabulaire juridique aurait donné un relief supplémentaire à cette partie de texte. Un bon moment de lecture et de réflexion.
Publié le 06 Février 2016

Merci, P.Jalabert, de m'avoir lue, commentée et notée. Je vous sais lecteur exigeant et cela me comble. Vous avez raison. Une froideur formelle se dégage de la partie procès imaginaire. J'ai adopté cette double trame afin de mettre en évidence le contraste entre le sentiment de culpabilité de Sarah et l'aspect plus positif du récit de ses tranches de vie. Avec ma complicité. Michèle.

Publié le 04 Février 2016

Merci beaucoup, Berthe, pour vos note et commentaire qui me comblent. Bien à vous. Lamish.

Publié le 04 Février 2016
5
Ce livre est bien écrit. Original ds sa forme. Description des relations de couple finement étudie. Passé un très bon moment
Publié le 04 Février 2016

Mille mercis, Marie-Brigitte, pour vos note et commentaire qui me comblent d'autant plus venant de vous dont la plume m'a enchantée. La douceur de votre commentaire est telle une caresse. Encore merci. Avec ma complicité d'auteure. Michèle.

Publié le 02 Février 2016
5
Cher ange, ce n'est pas très gentil de me faire des frayeurs pareilles ! Mais j'ai beaucoup aimé la forme de votre récit et le rythme des phrases, les dialogues sont très vivants, très réussis. Rosa sin espina.
Publié le 02 Février 2016

Merci mille fois, mary, pour vos note généreuse et commentaire constructif qui me ravissent. Je crois avoir trouvé plus librivore que moi sur Monbestseller ! Vous prenez le temps de détailler vos ressentis à la lecture de nombreux ouvrages de ce site et c'est un privilège de recueillir vos impressions sur le mien. L'épilogue, comme je l'ai déjà exprimé, peut faire rajout, effectivement. J'ai du mal à terminer quoi que ce soit sans happy end, à part dans mes nouvelles pour créer l'effet de surprise. Quant à savoir si c'est l'auteur ou l'héroïne qui parle, il y a toujours des deux dans une remise en question. "Manus Deï" est bien au chaud dans ma bibliothèque. J'ai attendu plus de disponibilité pour l'apprécier, ce que je ferai dès demain. Alors à très bientôt de vous commenter sur votre page. Avec ma complicité d'auteure. Michèle.

Publié le 31 Janvier 2016
5
Ça fait un petit moment que je vous croise au détour de nos commentaires, mais je n’avais pas encore pris le temps de finir la lecture d’ « Ultime Procès », ni de vous remercier personnellement pour avoir mis « Manus Deï » dans votre bibliothèque. J'ai trouvé votre idée de départ fort originale et la façon d’aborder le cancer m’a fait un moment pensé au « nénuphar » de Cloé dans « l’écume des jours ». Ensuite, je me suis un peu lassée dans les dédales de la vie débridée de votre héroïne, mais je me suis pas mal retrouvée dans votre approche des rapports homme-femme difficiles du fait que c’est l’alcool la maîtresse de son époux. Le combat est bien trop inégal, quasi perdu d’avance. En revanche, on va jusqu’au bout de son histoire embarqué par le concept génial de votre livre qui maintient le suspense jusqu’à l’énoncé du verdict. Personnellement, je me serai passé de l’épilogue qui sort du contexte du récit. On se demande si c’est le personnage où l’auteur qui parle ? Par contre, mes félicitations pour le style : c’est tellement bien écrit !
Publié le 27 Janvier 2016

Mille mercis, Justine, pour vos note et commentaire qui me touchent. J'ai légèrement modifié le synopsis afin de ne pas trop dérouter les prochains lecteurs. Avec ma complicité. Michèle.

Publié le 27 Janvier 2016
4
Vous êtes douée avec les mots, c'est super bien écrit et l'idée de départ ma beaucoup séduite. Je m'imaginais autre chose, mais c'est une belle histoire.
Publié le 26 Janvier 2016

Merci, Marine, de m'avoir lue, commentée et notée (même si votre note me parait un peu sèvère, je l'avoue). Désolée de ne pas vous avoir captivée mais heureuse que vous ayez trouvé mes tournures de phrases parfaites. Avec ma complicité.

Merci, Bossy, de clôturer ces commentaires à ta manière, empreinte de bienveillance et de sagesse. Affectueusement. Michèle.

Publié le 26 Janvier 2016

Allons,allons, nous n'allons pas nous battre ! Jalabert a raison quand il dit que nous n'utilisons pas bien la palette des 5 étoiles..Parce que nous commentons, de préférence, les auteurs qui nous plaisent. Ça fait tellement plaisir de mettre cinq étoiles ! Et si ça ne les vaut pas, on se tait. On peut effectivement mettre deux étoiles, mais alors il faut étayer la critique pour qu'elle soit utile. Pas seulement " je ne suis pas captivée ". Nous ne sommes pas Sartre contre Aron. Nous sommes petits camarades qui se débattent pour bien faire. Et on se trompe, il ne faut pas s'en vouloir. Nous sommes susceptibles, c'est bien le moins si l'on écrit.Mais ne créons pas de chapelles. Franchement, si l'on n'est pas "captivé", mieux vaut passer à un autre livre qui manque cruellement de commentaires, il y en a suffisamment, c'est le charme de ce site. Nous avons un Prix Concours amical. Ne nous mêlons pas de lutter pour le Goncourt !

Publié le 26 Janvier 2016

Chère lamish, il est vrai que les commentaires sont souvent trop élogieux à mon goût. Votre roman n'a pas captivé Marine, c'est désolant et c'est bien dommage qu'elle vous l'ait dit, tandis que nous sommes nombreux à avoir dit le contraire. Au point de vous accorder un petit coeur rouge, que Marine n'a pas obtenu. Consolez-vous: Il y en a qui n'aiment pas Flaubert ( dont je suis ), mais qui n'osent pas le dire. Marine a osé. Dites-lui que pour être captivée, il faudra qu'elle descende plus bas et qu'elle lise BOSSY, capture assurée ou je rends mon tablier pour vous le donner, il sera mieux porté. Pour les étoiles qui manquent, qui sont trois, je vous les attribue et je les lui retire.

Publié le 25 Janvier 2016
2
J'ai lu votre ouvrage avec attention, votre style est bien établi, les tournures de phrases sont parfaite mais votre histoire ne m'a pas captivé.
Publié le 23 Janvier 2016

Merci, Céline, pour vos mots qui me touchent. Amitié partagée. Michèle.

Publié le 22 Janvier 2016

Pages