Ultime procès

108 pages de lamish
Ultime procès lamish
Synopsis

Sarah a souhaité mourir pour échapper à des difficultés personnelles. C'est épuisée par ses combats et son impuissance à changer les choses, qu'elle a invoqué la maladie, ce qu'elle regrette rapidement, mais trop tard. Le cancer l'a déjà investie. Elle fait le point et se confie à vous, en tentant de comprendre comment elle a pu en arriver là. Son procès imaginaire est celui que lui dictent sa conscience et son sentiment de culpabilité .

Publié le 16 Décembre 2015

Les statistiques du livre

  234 Classement
  119 Lectures 30 jours
  11808 Lectures totales
  -23 Progression
  0 Téléchargement
  132 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

120 commentaires , 54 notes
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@galodarsac Si l'important est de rester soi-même, alors j'ai toutes mes chances ;-) ! Je me fais trop de bien en écrivant pour arrêter de toute façon, et lorsque mes lecteurs m'écrivent que je leur en ai fait, alors le plaisir est complet et ma plume trouve son second souffle. Merci encore, Léon, et bon week-end ensoleillé... Il faut en profiter car il paraît que ça ne va pas durer ;-). Amicalement, Michèle

Publié le 03 Avril 2021

@lamish Avant tout, soyez rassurée, vous méritez amplement les compliments que je vous adresse ! Ensuite, ne jetez surtout pas l'éponge, bien au contraire : contre vents et marées, l'important est de rester soi-même, c'est une chose que j'ai apprise avec l'âge. Se dire "même si mon ouvrage ne plaît pas, ça reste et restera mon ouvrage", et à Dieu vat. Baudelaire fut un poète maudit en son temps, il n'a pas cédé et tant mieux ! Concernant la remise en question personnelle, je ne vous serai pas d'un grand secours étant incapable de la pratiquer moi-même (tout mon entourage vous le confirmera :), mais ce que je sais c'est que si l'on sent que l'on doit accoucher on accouche, et le fruit est digne de l'amour de son géniteur même si ce n'est qu'un pantin de bois ; si d'autres l'apprécient tant mieux, sinon tant pis. Bon, on a commencé avec Baudelaire et on finit avec Pinocchio, mais ça dit bien ce que ça veut dire ! À très bientôt Michèle.

Publié le 02 Avril 2021

@Galodarsac Bonjour, Léon, et mille mercis pour votre retour qui m'arrache un autre "waouh, waouh" ! Touchée, coulée, coup de rein et retour à la surface pour vous dire à quel point vos mots me réconfortent... Au point de ne pas même me demander si je les mérite, c'est dire :-) ! Ils me confortent dans cet entêtement qui fut mien de tenir bon dans le partage de mes écrits ici. En obsédée de la remise en question perso, j'ai morflé, été extrêmement déçue, tentée de jeter l'éponge, mais cela valait le coup de tenir puisque depuis peu, presque six années après ma première mise en ligne, les retours sensibles, sincères comme le vôtre me comblent, agissent comme une gomme magique ;-). Pour cela, pour vos lecture, commentaire et pluie d'étoiles, merci du fond du coeur. Avec toute mon amitié pour la belle âme que je devine, Michèle

Publié le 02 Avril 2021
5
Bonsoir @lamish, encore une fois vous faites mouche dans vos explorations de l'âme humaine ! La profondeur de votre analyse enlevée par la fraîcheur de votre style, ces pages de pur bonheur sont un miroir pour chacun de nous. Je suis sûr que beaucoup d'hommes se reconnaissent en partie dans Marc, tout comme bien des femmes sont des Sarah, leurs relations m'ont rappelé bien des choses dans mon propre parcours ! Magnifique plaidoirie par ailleurs (pour rester dans le thème :) pour les relations homme-femme telles qu'elles sont, et non comme certains et certaines cherchent de plus en plus à les farder. Que de pépites çà et là, sans crier gare, au détour des réflexions de Sarah ! De la somptueuse littérature, une fois de plus ! Merci pour ces belles pages Michèle - LGA
Publié le 02 Avril 2021

@Bill Congo Ha, ha, les mystères du net ! Je compatis ; je me suis battue toute la journée pour le récupérer... Quelle guerre des nerfs ;-) ! Merci, mille mercis pour vos lecture, adorable commentaire et fidélité de lecteur. Je suis aussi flattée que ravie. Bonne soirée. Amicalement, Michèle

Publié le 10 Mars 2021
5
Je suis contrarié car le site mbs a fait disparaître mon précédent commentaire ! Je lui en veux comme si c'était une personne ! Lol. Ça passera et je recommencerai. Pour l'heure je me rallie aux plus admirables compliments exprimés sur cette page. Les commentaires élogieux tant sur le fond que la forme vraiment originale sont mérités chère lamish. Amicalement.
Publié le 10 Mars 2021

@Saint-Bleyras "Dans la famille Colbert, je demande le père !"... et tout est dit ;-)... Sacré Georges, rien ne vous échappe. Vous m'épatez ! Le nombre de fois où mes héroïnes se réfugient et s'abandonnent dans des bras protecteurs ne vous pas échappé, il me semble. Au point de creuser le A majuscule de la police "Mistral" et d'y trouver des réponses... Ce doit être ma façon de compenser d'avoir toujours dû jouer le rôle inverse, dans la vraie vie... Pourtant je ne suis pas maso ; j'aime me faire du bien (ça aussi vous l'avez remarqué)... Alors pourquoi ? Simplement, peut-être, pour procurer cette douce impression à défaut de la connaître.
C'est un rare privilège d'être lue ainsi. Il me coupe un peu la chique, d'ailleurs :-). Merci, mille mercis et belle journée. Amicalement, Michèle

Publié le 26 Février 2021
5
Celles-ci sont visibles !
Publié le 26 Février 2021

@lamish

Dans la famille Colbert, je demande le père !

Extraits successifs dans leur ordre d’apparition, pour suivre Sarah sur son chemin.

p. 12 Nos grands espaces avaient disparu
p. 18 Je suis née comme ça, votre Honneur. Du plus loin qu’il me souvienne, je n’ai jamais pu me soumettre durablement.
p. 23 Oui, ne nous voilons pas la face, vos petits culs nous font toutes craquer. Je crois que mes observations s’étaient limitées à cela lorsque je l’ai poussé sur le canapé [sb : un élément de mobilier qui a son importance !]
p. 42 Ras le bol des études, des règles, des obligations [sb : à 15 ans, environ]
p. 47 [Walter] Un peu comme un grand-frère ou un père. C’était bon.
p. 47 Mon anticonformisme quasi pathologique cachant timidité et vulnérabilité, crainte des difficultés et des risques d’échec associé
p. 47 Vécu un effet pervers [sb : des échanges si précieux avec Walter] : tout expliquer : tout semble alors avoir été déjà écrit
p. 48 Comme il était devenu difficile de vivre consciemment !
Sentiment de culpabilité par rapport aux proches, puis mépris grandissant pour moi-même
p. 70 Marc était épicurien, cela m’a plu puisque je le suis aussi
p. 100 J’ai un peu menti à Marc qui a pris pour argent comptant ce qu’il désirait entendre
p. 105 Sarah Colbert, les jurés ayant conclu à votre irresponsabilité et, de ce fait, à votre innocence, je prononce votre acquittement
p. 106 ( = verdict du tribunal) : vous êtes libre
p. 106 Marc vient à ma rencontre, me prend par la taille. J’enroule mes bras autour de son cou. Je pose ma tête sur son épaule. [sb : ça me fait penser au grand A des couvertures d’Ange et d’Autopsie onirique, de lamish. On dirait un peu des sculptures de Giacometti, voire étrusques. La silhouette longiligne de gauche du A est un peu plus haute, celle de droite pose sa tête contre elle. Une sorte de barre horizontale, d’avant-bras réunis, relie les deux partenaires et les sépare en même temps… ].
+
Les animaux (mustang des grands espaces, chien du "souffle des âmes").

sb : vous êtes libre, Sarah, vous dont le prénom signifie princesse, libre de mourir. Mais, Étienne Daho vous le chante-murmure en préambule à cet Ultime procès : ce peut aussi être le premier jour du reste de votre vie. Libre de vivre !

Merci beaucoup, lamish, pour ce très beau texte, écrit le coeur ouvert, sincère, avec l'esprit vif et virevoltant !

Amicalement,
Saint-Bleyras

Publié le 26 Février 2021

@Bruno Guennec Comblée je suis, comme chaque fois qu'un lecteur, qui plus est auteur que j'apprécie, aborde mes écrits avec une vraie curiosité et me fait un retour sensible.
D'abord motivée par un esprit rebelle obsédé par l'idée de ne pas se laisser dicter ses lois, mes réflexions et expériences m'ont depuis confirmé que mon instinct ne m'a pas trompée.
« Les histoires d'amour finissent mal en général » car nous sommes des handicapés de la communication, ou des extravertis axés sur notre petit nombril, ou encore des lâches qui croient opérer des choix, alors qu'ils sont soumis à influences et compromissions multiples...
Il serait plus objectif de dire "Les histoires d'amour finissent", tout simplement. À nous de faire en sorte qu'elles finissent bien. Qu'elles permettent de "grandir", à défaut d'être éternelles, et laissent un beau souvenir dans l'esprit et le cœur des différents protagonistes. La sincérité radicale, si elle ne satisfait ni les romantiques ni les torturés, reste un des meilleurs outils, foi de bibi qui est prête à répondre à toutes les interrogations ;-).
Merci encore, Bruno. Mille mercis et bonne soirée.
Amicalement, Michèle

Publié le 17 Février 2021

@lamish
J'ai lu ce livre très vite, sans jamais éprouver d'ennui, fasciné par cette voix que j'entendais dans ma tête, la voix d'une personne en quête de vérité, sincère jusqu'au bout. Il y a des passages très beaux, notamment la fin du livre. La forme est originale, cette alternance entre d'une part le procès et d'autre part des confessions à la première personne qui évoquent les mémoires ou l'autobiographie. L'histoire avec Marc est troublante : Sarah se bat pour être heureuse avec cet homme qu'elle aime et qui l'aime, pour que leur amour survive à l'usure, aux déceptions. Ce serait le négatif photographique de son dernier roman, Ange : l'histoire d'amour traitée dans son versant réaliste ? Lamish nous parle d'amour sans nous donner ni réponse ni recette. Quand j'ai fini son livre, il me reste quelques interrogations, beaucoup de poésie, et cette impression d'une sincérité radicale qui se moque des conventions et du jugement.

Publié le 17 Février 2021

@Armonia Lemaître Bonjour, Armonia, et merci infiniment pour vos lecture, commentaire éclairé et pétillantes étoiles.
J’essaie toujours de ne pas faire de généralités. Les gens évoluent, et rien n’est immuable. Nous avons toujours la possibilité d’agir dans ce sens au quotidien. Pour moi, les hommes ne sont pas plus égoïstes que les femmes de nature.
Vous citez vos parents qui ont vécu une relation dominant-dominé très fréquente à l’époque. Or, ma mère qui ne travaillait pourtant pas a eu une énorme, une très bonne influence sur mon père ; sur tous les plans. De même, elle a su élever mes deux frères de façon à ne pas perpétuer cette tendance comportementale largement favorisé par un système patriarcal.
C’est notre facilité à baisser les bras qui ancre les choses. Vous qui vous êtes battue avec succès pour votre identité en savez quelque-chose ;-).Si je laisse encore ce roman en ligne, c’est d’ailleurs dans l’espoir qu’il puisse en convaincre mes lecteurs.
Je ne reprends jamais mes écrits qui, tels des instantanés, figent un mental en constante évolution. Mais si je devais reprendre cet "Ultime procès", je crois qu'il serait méconnaissable. La vie a repris son cours, mes batailles ont porté leurs fruits, et mon état d’esprit n’est plus du tout le même.
Michel m’a dit que votre bio avait été remaniée, alors je prendrai le temps de la relire en ce début d’année que je vous souhaite joyeux, autant que faire se peut en de pareilles circonstances ;-).
Merci encore et bonne journée. Amicalement, Michèle

Publié le 27 Décembre 2020
4
Merci pour ces beaux moments de lecture. Dans un style impeccable et avec ce procès imaginaire, vous avez su exprimer avec force le drame d'une vie, celle d'une femme. Vous décortiquez à merveille la lente décrépitude des relations de couple, l'incompréhension, l'égoïsme des hommes, l'impossible harmonie. Cette histoire si exemplaire et finalement si banale ressemble au sacrifice de ma mère pour le bien-être de mon père. Terrible destin ! Encore merci pour votre livre !
Publié le 27 Décembre 2020

@Fred Opalka Hé bien, Fred, c'est moi qui me retrouve toute tourneboulée à lire ton commentaire ! Concours de circonstances, je l'ai lu après avoir visionné pour la énième fois le film "Tandem", et voilà que les vannes se sont ouvertes sans crier gare, que je tâtonne à droite de ma souris pour extirper les Kleenex de leur boîte ;-)... Ce n'est jamais évident de donner beaucoup à lire de soi, même romancé ; en confiance, sans filtres... Petite impression de se retrouver à poil, totalement vulnérable. De faire un grand saut dans le vide... Alors des commentaires comme le tien font un bien fou, forcément. Ils font atterrir sur un petit nuage, enveloppent, réchauffent... et c'est tellement bon que ça me coupe la chique ;-). Je me sens bête et ne sais que t'écrire à part merci, un énorme merci. Bises et bonne nuit. Michèle

Publié le 30 Novembre 2020
5
@Lamish, Je viens à peine de terminer ton livre... Depuis le temps que je devais me mettre à lire certains livres du site, je ne pouvais avec évidence que commencer mon marathon avec toi. Un seul mot me vient en tête immédiatement : BRAVO, et sans vouloir être vulgaire, j'ai envie de lâcher un énorme : "putain de merde, tu m'as fait chialer". Et lorsque je te parle de cette crise lacrymale qui sévit encore à contre-courant de ma volonté en t'écrivant ces quelques mots, je ne te parle pas de ces larmes timides qui s'exfiltrent doucement sans que personne ne s'en rende compte. Non, les miennes étaient grosses, lourdes et épaisses. Le genre de gouttes d'eau salée qui existent pour soulager un gros quelque chose qui pèse lourd sur l'âme. Même si dès le début la fin est téléphonée, j'ai pris une claque que sentiment me donnait sans prévenir. Tu maîtrises le rythme à la perfection. Cette histoire, même si elle parle d'une mort programmée, est un hymne à la vie et on se prend à vouloir serrer fort contre soi Sarah pour lui dire qu'on l'aime. Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai en tête l'image d'un sous-marin qui navigue entre deux eaux où, lorsqu’on a besoin d'air, tu sortirais le périscope pour donner a voir en surface l'envers du décors pour comprendre le fond. Merci pour ce partage Michèle... C'est fin et ça se mange sans faim... Encore Merci Michèle, des bises et à bientot...
Publié le 30 Novembre 2020

@Pierre Manzon-Jolyon De retour de week-end, quelle heureuse surprise de vous lire, Pierre ! Votre enthousiasme a quelque chose de communicatif. Et votre art du droit au but teinté de sympathie me fait l’effet d’un vent de fraîcheur. Votre roman est dans ma bibliothèque, et je n’ai vraiment pas l’intention de l’oublier. Je dirais même que j’ai hâte de découvrir ce qui m’interpelle, indubitablement, chez vous ;-). Merci de m’avoir lue, gentiment commentée et généreusement étoilée. Bonne fin de journée. Amicalement, Michèle

Publié le 04 Octobre 2020
5
@lamish Un rythme saccadé, dynamique, entraînant, qui nous laisse à peine le temps de souffler. Pas de longue phrase pour ne rien dire. Un synopsis qui intrigue, un temps qui s'arrête, des pages qui se tournent, un personnage qui nous plait, une histoire qui avance, légère et habile. Je dis oui.
Publié le 03 Octobre 2020

Bonsoir, ami@Tom Morgan ;-). Entraperçu ce matin avant une coupure de courant, votre commentaire m'a ravie. Merci infiniment pour votre lecture, votre gentille appréciation et votre constellation. Ecrit il y a cinq ans, ce roman court me fait l'effet d'un pont jeté au-dessus des eaux tumultueuses de la vie. Quand je marche dessus, je me souviens de mon état d'esprit comme en temps réel. Et quand je regarde en bas, je le vois totalement déformé. Il y a cinq ans, il y avait plus d'émulation sur MBS, et les retours étaient nombreux. L'eau a coulé sous les ponts, et ça a changé, mais ce n'est pas une fatalité. Alors j'espère que votre roman jouira également de nombreux retours amplement mérités. Bonne soirée ou bonne nuit, vu l'heure. Amicalement :-). Michèle

Publié le 23 Septembre 2020

@Maria Patterson Merci, Maria ;-). J'espère ne pas vous décevoir. Bonne lecture. Amicalement, Michèle

Publié le 04 Septembre 2020

Bonjour Michèle,

Je viens de commencer à lire votre livre que je trouve très bien écrit, le synopsis m'a beaucoup donné envie de le lire. Merci d'être venue lire mon livre, cela m'a permis de vous connaitre et de vous découvrir !

Maria

Publié le 03 Septembre 2020

@Xavier Rogé Quelle heureuse surprise de vous lire ! Votre commentaire, vos compliments (même si je ne les mérite pas ;-)), me comblent particulièrement, venant d'un homme d'expérience, auteur de surcroît ;-). Écrit dans l'urgence il y a six ans, ce roman a suivi un lâcher prise et servi d'exutoire efficace. Aussi lui suis-je particulièrement attachée. Merci d'avoir eu la curiosité d'aller plus avant, malgré une première impression mitigée, et merci infiniment d'avoir su vous ouvrir à des confidences féminines, forcément plus difficiles à appréhender, au masculin ;-). Bonne soirée. Amicalement, Michèle

Publié le 29 Juillet 2020

@lamish
Je n'étais pas très enthousiasmé au début de ma lecture et en poursuivant j'ai vraiment été scotché, épaté et admiratif. Cela me rappelle certains passages de Stendhal qui m'avaient beaucoup marqué.
C'est aussi bon sur le fond que sur la forme. A mon avis, cet écrit fait partie de la littérature de haut niveau.

Publié le 29 Juillet 2020

Quelle belle surprise de découvrir vos commentaire et lumineux sourire en cette fin de matinée ! Et quelle douce sensation d’imaginer que vous avez fait un bout de chemin en phase avec mes mots ! Car même si sentiments et humeurs évoluent, muent en permanence, nous sommes indissociables... Du moins lorsque l’on ne vit pas dans le déni ;-). Quant à votre référence à Bianciotti, ce « grand » qui écrivait : « Et l'amour ? L'amour qui ne compte pas les temps, qui n'a pas d'âge, qui va ici et là, et fait son travail de papillon... Mais la mémoire devient irréelle. Et si l'on avait confondu l'amour avec le désir - ou simplement aimé le désir ? »… comment ne pas m’en réjouir... rose de confusion, cela va de soi ;-) ? J’ai déjà repéré votre extrait de roman et ne manquerai pas de vous découvrir à mon tour, dès que j’aurai terminé les quelques écrits qui m’attendent dans ma BV. Merci encore de m’avoir lue et si généreusement étoilée. A très vite. Amicalement, Michèle

Publié le 27 Juillet 2020
5
Ce court texte est d'une beauté folle, tant par son fond que par sa forme. Le thème de la maladie comme punition est vieux comme le monde judéo-chrétien et la culpabilité qu'il nous impose, mais l'idée d'un procès, la forme courte et théâtrale en offrent une intensité nouvelle, originale. Touchante. Votre style fait mouche, à la fois léger et profond... Et la référence à Bianciotti ne m'as pas laissée indifférente :-) Bravo!
Publié le 27 Juillet 2020

@Loic Lanzenac Votre commentaire m'a fait sourire. M'a fait plaisir aussi car j'ai eu droit à un petit extrait personnalisé de votre prose acidulée. J'espère de tout coeur ne pas trop vous avoir courbaturé l'esprit en vous contraignant à la lecture à reculons ;-). J'espère surtout que vous avez les bras assez longs ;-). Merci infiniment et bonne fin de journée. Michèle

Publié le 05 Mai 2020

J’suis allé à reculons, une bouche m’ayant susurré qu’il s’agissait là d’un « roman de filles » . Ignorant tout de cette discipline au si vilain nom, l’occasion m’était donc donnée de combler cette lacune. J‘ai donc attendu patiemment que Sarah sorte de dessous le banc ou Mark l’avait planqué, le 357 magnum hérité de son père et qu’elle le braque sous le nez du juge :
Est-ce que j demande à voir dans le fond de ton slip moi ?

En avançant dans mon « roman de filles » à moins qu’à la page suivante, l’auteure ne retrouve un petit buvard de LSD dans le fond de son sac , ma grande scène de l’évasion perdit de son réalisme .
En fait, çà parle d’amour !
Toutes sortes d’amours, celui qu’on veut, celui qu’on ne veut pas, celui qu’on a dans la tête, celui qu’on a dans le cœur, celui qu’on a dans la culotte ! Celui qui bout dans la marmite et qui devient mer d’huile… et puis qui déçoit, et puis qui s’achève, la grande petite histoire à presque tout le monde.
Et puis l’autre, l’amour de tout, les bras ouverts pour les p’tits z’oiseaux , les plants de tomates et les cumulo-nimbus …
You may say I’m a dreamer …

On le voit, le petit chemin de cet amour dans votre roman Michèle, et votre sincérité en facilite le trajet.

Publié le 04 Mai 2020

Merci pour vos mots. Remise en question de soi, vous avez trouvé le maître mot. Rien n'est fatalité dans la vie, et tout dépend de notre capacité à ne pas baisser les bras. Prenez grand soin de vous et de vos proches également, Stéphanie. Bonne, douce soirée à vous aussi. Michèle

Publié le 05 Avril 2020

@lamish Mais c’est moi qui me trémousse d’aise sur mon canapé et qui suis tellement touchée par ce que vous dites de ma prose ! Mais il n’y a pas à comparer ou mettre des notes, chaque style est unique, et il prend sa valeur à l’aune de l’authenticité et de la sincérité, à la façon dont l’auteur s’implique et se mouille dans l’écriture. Ce que vous faites parfaitement !
Oui, souvent l’écriture est cathartique, et quelle bonheur quand elle permet de transcender les maux de l’existence.
La perversité est là où il n’y a pas de remise en question de soi, Lorsqu’il y a remise en question, même tardive, alors la construction et le bonheur à deux sont possibles.
Portez-vous vous bien par les temps qui courent, et très belle soirée à vous!

Publié le 05 Avril 2020

@Stéphanie Lesieur Merci, mille mercis pour votre commentaire sensible, pour les généreuses étoiles aussi ! Consciente, et sans fausse modestie, que ma prose n'arrive pas à la cheville de la vôtre, vous m'avez fait trémousser d'aise et accentué l'éclat de cette journée ensoleillée :-). Certains amours sont réels, bien que tourmentés, et je ne cède que rarement à la conclusion de relation toxique et de perversité narcissique. Les deux tiers des hommes auraient été considérés comme tels, si cela avait été à la mode, au siècle dernier, tout comme l'hystérie collait à l'image de la femme de l'époque ;-). D'ailleurs, et comme je l'ai écrit dans un précédant commentaire : "Ce bouquin a été écrit il y a cinq ans, déjà. Je n'ai pas l'habitude de revenir sur mes écrits qui, tels des instantanés, figent un état d'esprit en constante évolution. Mais si je devais reprendre cet "Ultime procès", je crois qu'il serait méconnaissable, de nos jours. Le tribunal aurait certainement encore du pain sur la planche, mais les principaux protagonistes seraient ensemble, main dans la main, sur le banc des accusés ;-)".
L'exorcisme par l'écriture est réel, et dans le cas de ce roman, ses effets ont été spectaculaires pour mon plus grand bonheur et celui de mes proches.
Merci encore de m'avoir lue et excellente soirée. Amicalement, Michèle

Publié le 05 Avril 2020
5
Avec les étoiles ;-)
Publié le 05 Avril 2020

Quel beau texte que le vôtre ! La forme est vraiment remarquable, ce procès intérieur qui se mêle au récit des tranches de vie, ce mélange d’un style implacable (faussement détaché) et la poésie pleine de mélancolie de certains passages... Vous racontez si bien la relation toxique et la perversité qui prend les doux traits de l’amour, et qui engendre de si terribles maux lorsque l’on ne sait s’en débarrasser. Cela trouve beaucoup d’échos en moi... Votre personnage est très attachant et nous suit longtemps une fois les dernières pages lues. On aurait tant voulu pouvoir le sauver, l’emporter sur des chemins de vie plus lumineux. Mais vous lui avez choisi un autre chemin, et votre façon de l’écrire lui confère une autre lumière, étincelante.

Publié le 05 Avril 2020

@Yvan Ollive, oui, je confirme, ça a marché ;-). Bonne balade... PS: Pour la bêta-lecture, si vous êtes intéressé, contactez-moi en cliquant sur "mon profil", puis "envoyez-moi un message".

Publié le 23 Janvier 2020
5
@lamish Maintenant je fais des fautes dans votre pseudo, est ce que ça marche quand même ? Je vais aller prendre l'air...
Publié le 23 Janvier 2020

@Yvan Ollive, des plâtres de ce type, j'en essuie tous les jours bien volontiers ;-) ! Merci pour votre lecture et pour votre commentaire sensible qui me comblent. Vous avez senti l'urgence, ce qui confirme cette capacité à l'empathie déjà très palpable dans votre roman... J'espère que vous aurez la même belle surprise que moi, en 2015, lorsque j'ai hérité de ce petit cœur rouge auquel je ne m'attendais pas. Merci encore et bonne soirée. Amicalement, Michèle

Publié le 22 Janvier 2020

@lamish
Comme vous avez essuyé les plâtres de mon premier roman, vous allez essuyer ceux de mon premier commentaire. Rien ne vous aura été épargné !
J'ai retrouvé dans votre récit des amis et des connaissances moins amicales. Je les ai reconnues grâce à votre écriture limpide. J'ai senti l'urgence. Ce qui semble superflu est en fait essentiel, j'ai été bluffé, pris dans l'histoire de cette magnifique Sarah qui n'a pas oublié les émotions de ses seize ans. J'ai passé un moment très agréable, accroché aux souvenirs de cette femme bouleversante de sincérité.
Cordialement. Yvan

Publié le 22 Janvier 2020

@Jean Balmori, beau cadeau de retrouver ici votre commentaire et sa généreuse notation... Merci !!! Il m'a cueillie au réveil, accompagné d'un rayon de soleil, contribuant à parfaire une journée qui s'annonce sous de bons auspices. Bon week-end. Amicalement, Michèle

Publié le 18 Janvier 2020
5
Texte bien écrit et d'un style rendant la lecture agréable, je l'ai lu d'une traite.
Publié le 18 Janvier 2020

@Romain Valberg, c'est gentil de vouloir découvrir mes écrits, merci ! Difficile pour moi de vous conseiller, mais si l'on se réfère à ceux qui ont le plus plu, "Ultime procès" et "Un putain de Noël" arrivent en tête. Bon week-end. Amicalement, Michèle

Publié le 23 Novembre 2019

@Hubert Gaudry, mille mercis pour votre adorable commentaire. Pour la généreuse guirlande d'étoiles aussi. Oui, il y a toujours beaucoup de mes proches et de moi dans mes écrits. Seule l'écriture de courtes nouvelles me permet de faire appel à mon imagination avant que la vie ne me rattrape ;-). J'ai d'ores et déjà repéré votre roman et son synopsis engageant. Je vous dis donc à très vite, le temps de terminer ma lecture du moment. Amicalement, Michèle

Publié le 07 Juin 2019
5
Très original. Il y a beaucoup de vous dans ce texte, on le sent même si l'on ne vous connait pas. "Cela commence bêtement. Les gestes tendres, les regards disparaissent..." Tout est là. Chacun peut s'y retrouver. merci
Publié le 07 Juin 2019

@LAURENCE LABBE Quelle agréable surprise de découvrir vos mots ce matin ! Merci, mille mercis pour votre commentaire fouillé, éclairé, qui me flatte particulièrement venant de la lectrice fine et assidue que vous êtes. Votre analyse est très juste. J'imagine que des souvenirs communs vous l'ont facilitée, car je conçois qu'il est difficile d'y accéder, lorsque l'on n'a pas connu le "power flower". Ce bouquin a été écrit il y a quatre ans, déjà. Je n'ai pas l'habitude de revenir sur mes écrits qui, tels des instantanés, figent un état d'esprit en constante évolution. Mais si je devais reprendre cet "Ultime procès", je crois qu'il serait méconnaissable, de nos jours. Le tribunal aurait certainement encore du pain sur la planche, mais les principaux protagonistes seraient ensemble, main dans la main, sur le banc des accusés ;-). Je vous souhaite un très bon week-end. Amicalement, Michèle

Publié le 11 Mai 2019

L'originalité de cette introspection qui prend tantôt la forme d'une pièce de théâtre, tantôt celle d'un récit poétique est plaisante. J'ai retrouvé un peu de mon histoire dans les souvenirs de la période "peace and love". Quant au tribunal, il se charge de fouiller la conscience des deux protagonistes, comme placés devant un miroir qui reflèterait leur relation, prenant ses racines dans le passé.
Nous y puisons d'intéressantes réflexions sur la difficulté de faire durer un couple et la nécessité de poser les bases d'une relation dès son début afin d'en écarter tout déséquilibre.
Il est vrai, d'un côté la maladie joue le rôle d'avocat pour l'un des accusés, tandis que pour l'autre, un tempérament impulsif teinté de "perversion narcissique" pourrait ne pas encourager la sympathie.
Qu'en pensera le tribunal ?
Je ne peux vous dévoiler la fin, c'est dommage car elle livre des messages essentiels.

Publié le 11 Mai 2019

@Victoire Sentenac, mille mercis, Victoire, pour votre chaleureux et sensible commentaire. De ceux qui mettent du baume au cœur et dont je suis preneuse inconditionnelle :). Pour votre pluie d'étoiles aussi. L'écriture de roman a été aussi rapide que spontanée, tel un accouchement douloureux mais salvateur. Que vous l'ayez apprécié, que vous vous y soyez un peu retrouvée, est une merveilleuse sensation. J'aime lorsque les connexions s'établissent et nous surprennent. Amicalement. Michèle

Publié le 20 Février 2019
5
Quelle belle découverte ! Depuis le temps que j’avais envie de vous lire ;-) J’adore votre style d’écriture, épuré, essentiel, juste. J’avoue avoir été un peu déroutée au début par la construction du récit, mais une fois assimilée j’ai pu apprécier toute l’originalité de votre approche. A travers la narration pudique, sincère et lucide de Sarah, vous faites passer de vrais messages, d’autant plus forts qu’ils traversent le prisme de l’essentiel, cette fin de vie comme point d’orgue qui exacerbe l’hypersensibilité de l’héroïne, ses doutes, ses remises en question… On s’y retrouve forcément, à un moment ou à un autre… Merci pour cette belle lecture.
Publié le 20 Février 2019

@Nadine LAMAISON, merci du fond du cœur et excellente soirée. Michèle

Publié le 02 Février 2019

@lamish
Je crois aux connexions, et, dès vos premiers mots à mon égard, je savais qu'un fil se tendait. Je ne sais où ni pourquoi mon message a croisé votre besoin (et c'est là l'essentiel) mais je suis émue qu'il vous ait trouvée, et qu'il l'ait coloré. A bientôt Michèle.

Publié le 02 Février 2019

@Nadine LAMAISON, quel merveilleux signe du hasard que de vous lire aujourd'hui ! Non, je dis des bêtises. Vous êtes ma preuve du jour que le hasard n'existe pas, définitivement pas, impossible ! Lorsque les connexions qui nous échappent se manifestent à un tel point, c'est autre chose. Autre chose imaginé par on ne sait quel démiurge et qui nous surprend par ses lignes parallèles, ses croisements et ses étourdissantes boucles. Merci, mille mercis pour cette merveilleuse bouffée d'oxygène qui me ranime. Très amicalement. Michèle

Publié le 02 Février 2019
5
@lamish Chère Michèle, je dégage enfin du temps pour entrer dans le monde foisonnant de monBestSeller. Et pour vous lire, vous qui avez été la première pour moi ! Mon commentaire d'Ultime Procès - après ceux, nombreux et analytiques que vous avez eus - sera celui de la sensibilité. Comment lâcher les premiers mots sans aller, d'une seule envie, jusqu'aux derniers ? Vos pages sont le reflet de "l'état de nécessité" que vous nommez, et vous savez, avec brio, y faire "danser les courants d'air". Vous faîtes passer Sarah sous les fourches caudines de la culpabilité qui, à nous contraindre, nous rapetissent en souffrance pure. Cette souffrance qui nous hante et devient le cancer de Sarah. J'y retrouve la spirale de ces jugements qui polluent nos parcours, l'égoïsme, les déchirements homme/femme. Votre mise en forme du procès dévoile l'inexorable douleur du "aurais-je dû ?". La matière émotionnelle a du mal à faire bon ménage avec les bien-pensants et la notion de mérite. Cette dénonciation nous est commune. La connexion mère-fille, la fuite absolue, les dérives, les états de désespoirs et les appels à la spiritualité nous sont aussi vocabulaire commun. Comment ne pas m'y reconnaître, totalement, en soeur révoltée, sans solution que celle de dire ? Et j'aime votre façon de dire. Merci Michèle. Je vais encore vous découvrir...
Publié le 02 Février 2019

@Thalia Remmil Ho non, pas de jeu de mot. Vous avez mis le doigt sur une faute récurrente dont j'ai du mal à me débarrasser. Je suis aussitôt partie à la chasse et j'ai débusqué l'intruse. Merci :) ! Je suis ravie que ce roman vous ait plu, que vous en ayez extrait la moindre nuance, même si pour vous avoir lue, je ne suis pas vraiment étonnée que nos sensibilités se rejoignent malgré des parcours différents. Si "Les courants d'air" de Grand Tourism vous ont plu, je vous conseille "Live with me" de Massive Attack, également interprété par Terry Callier, ce chanteur à la voix envoûtante qui nous a malheureusement quittés en 2012. Merci, mille mercis pour votre lecture, vos généreuses et chaleureuses étoiles, votre commentaire qui me met du baume au cœur. Amicalement. Michèle

Publié le 30 Décembre 2018

@lamish je découvre Grand Tourism, j'adooorr ! merci ! Allons ensemble dans l'atmosphère ...

Publié le 30 Décembre 2018
5
@lamish J'ai adoré et dévoré ! Je m'y suis retrouvé aussi, un peu, la lecture a cela de fantastique qu'elle nous renvoie nos propres démons...J'ai beaucoup aimé l'originalité, l'intrigue jusqu'à la fin, j'ai adoré cette rencontre avec le chien, la magie, le voyage des âmes, les anges. Cette mère qui a trouvé la force de vivre bien plus pour sa fille que pour elle-même...ce couple, Marc, le sentiment que les hommes seront toujours de Mars et les femmes de Vénus...l'impossible construction auprès d'eux et pourtant l'amour plus fort que tout. La culpabilité, mère souveraine et hypogée de notre conscience, nos choix de résilience, nos résignations, nos actes de bravoure. La vie. La mort. La quête. Avez-vous fait un jeu de mots quand vous écrivez "faire une pose ?" Ce livre me donne grandement envie de lire les autres. Merci pour cette découverte, Lamish, merci d'avoir lu et commenté mon livre ce qui m'a donné le plaisir de vous lire. Amicalement. Thalia
Publié le 30 Décembre 2018

@brigale, quel joie de vous retrouver ici, Olivier ! Votre constellation me ravit, mais c'est surtout votre commentaire qui me comble. J'y retrouve cette petite touche qui est vôtre, en écriture comme en lecture : une grande capacité à l'empathie pour la touche humaine, des points de vue et analyses singuliers qui mêlent sérieux et légèreté. Un signature qui se retrouve quels que soient les sujets que vous abordez. Mille mercis de m'avoir consacré un peu de ce précieux temps qui nous manque, tant nos vies ordinaires sont surchargées, et au plaisir de vous lire de nouveau. Amicalement. Michèle

Publié le 02 Décembre 2018
5
Lecture enfin terminée ! (mais avec bonheur, et le 1er livre de ma bibliothèque que je termine ! - toutes ces activités menées de front en ce moment…) Cet "Ultime procès", alors que je suis plutôt 'aventures/action/mystères', m'a tenu en haleine d'autant plus que le verdict se rapprochait…Sans parler de sa construction originale à trois voix principales - défense, accusation, déposition des témoins - votre récit combine en fait pas mal de genres tout à la fois : confessions (cf. Rousseau, St Augustin…), analyse (psychanalytique), enquête policière (pour remonter aux mobiles et au coupables), testament voire bilan de vie (au sens propre de : décompte-règlement des comptes...) . Mais peut-être l'ai-je vu avant tout comme un voyage sur une 'carte du tendre' se métamorphosant peu à peu en 'carte du combat sur le terrain', contre soi-même et cet intime qui partage au plus près l'existence à nos côtés - 'l'ami-ennemi' inconnu ?... Cinq étoiles qui me paraissent justifiées, donc.
Publié le 02 Décembre 2018

@Kroussar, que dire à part merci, mille mercis pour vos chaleureux commentaire et merveilleuse pluie d'étoiles. Je suis épatée par votre ouverture et votre joie de vivre. Savoir encore apprécier la vie, être encore capable d'aimer, croire à la bienveillance des esprits, après tout ce que vous avez vu et vécu, est assez exceptionnel à mes yeux. C'est une idée très plaisante de vous imaginer si loin, me lisant au milieu de vos rizières... un doux parfum d'universalité qui élargit mon horizon... Soyez sûr que je sentirai, malgré la distance, vos pensées pour Sarah. Elles me boosteront, comme elles me boostent d'ores et déjà, aujourd'hui. Oui, je dois être un peu maso à évoquer si souvent les huîtres et le Sancerre, mon vin blanc préféré, vous l'aurez compris :). La gastronomie française suscite toujours la nostalgie, lorsque l'on vit loin de chez soi. Je n'échappe pas à la règle. Quand aux toutous à la maison, qui se transforment en chef de meute dès qu'ils ont passé le pas de leur porte, ils sont aussi nombreux que les femmes peuvent être "chiantes"... Cela ne m'étonne pas que vous en ayez croisé un certain nombre ;). Merci encore, Jean-Claude, du fond du cœur. Amicalement. Michèle

Publié le 02 Août 2018
5
Immédiatement on aime Sarah ! Michèle c'est sans hésitation que je dévore vos romans et "Ultime Procès" m'a enchanté. On ne s'en lasse pas ! Trop court bien évidemment ! Encore une fois, votre écriture, nous porte, nous étonne, nous irradie (sans jeu de mots). Toujours de belles phrases prêtant à sourire, pleurer, espérer...
Publié le 02 Août 2018

@Ani Drawer, je suis très heureuse de vous retrouver ici, sur la page d'un roman qui a marqué un tournant dans ma vie d'écrivaillon amateur. Un roman dans lequel je me suis beaucoup investie. Mis en ligne il y a deux ans et demi, je suis toujours agréablement surprise qu'il soit encore lu. Votre commentaire me ravit et vos généreuses étoiles illuminent un peu plus cette journée radieuse. Alors merci, mille mercis, et à très bientôt au gré de nos écrits mutuels. Amicalement. Michèle

Publié le 16 Juillet 2018

@Ben Danira, merci, milles mercis pour votre commentaire sensible et les généreuses étoiles associées. Ils me touchent d'autant plus qu'après avoir lu les commentaires de votre roman, d'ores et déjà mis en bibliothèque, je ne doute pas d'une seconde belle rencontre à vous lire. Encore un roman à terminer, et je reviens vers vous. Amicalement. Michèle

Publié le 23 Juin 2018
5
J'ai hésité à me plonger dans votre roman pensant l'histoire trop triste et waouh ! quelle belle découverte. Je découvre un univers et un style d'écriture qui jusque là ne m'étaient pas familiers. Un roman atypique dans sa forme, une histoire poignante  écrite avec beaucoup de sensibilité suscitant une bourrasque d'emotions, des mots justes qui ne peuvent vous laisser indifférent, que demander de plus ? Merci pour ce partage et ce beau moment de réflexion.
Publié le 23 Juin 2018

@Cristina Leg, et que te répondre que tu ne saches déjà ;) ? La vie est étrange, dans le sens "magique", parfois. Au moment où mon ami Bossy ne pouvait plus me tenir la main, tu es arrivée avec ton sourire, ton naturel, ta franchise et tes "forces du bien", pour le relayer... Alors merci d'avoir été cette amie qui, tombée à pic sans t'en douter, m'a de suite offert sa confiance, sans méfiance. Merci également de m'avoir lue et si généreusement étoilée. Bisous, bisous. Michèle

Publié le 15 Juin 2018
5
Que dire de plus Michèle que tu ne saches déjà ;-) Mon admiration pour ton style d'écriture... cette histoire qui ravive des souvenirs, qui nous touche au plus profond de nous même. Tu as ce don de soi indéniable : de la franchise, de la transparence et aussi de la bienveillance. Mais aussi cette sensibilité, cette humilité qui ne peuvent que nous atteindre...et nous révéler. Merci Michèle d'être toi. Bisous. Cristina
Publié le 15 Juin 2018

Quel plaisir de vous retrouver ici, @Juliette L., qui plus est pour me gratifier d'un commentaire et d'une pluie d'étoiles qui me ravissent ! Vos quelques mots ont ce naturel et cette spontanéité que j'ai tant appréciés, à la lecture de votre "Des Cubes et des Hommes". Que dire à part merci, mille mercis ? même si cela manque d'originalité ;). Amicalement. Michèle

Publié le 01 Juin 2018
5
J'aime : ces deux récits qui s'enrichissent mutuellement ; la beauté de cette écriture faite de sa grande simplicité ; la justesse sidérante de la peinture des sentiments (le cancer en tant que seule issue possible d"une passion néfaste est incroyablement bien vu) ; ce final sur la mort en tant que détachement et apaisement que le rythme ralenti nous fait si bien ressentir. Merci de ce grand plaisir de lecture, Iamish!
Publié le 01 Juin 2018

@MélissaDC2, merci infiniment pour ce second commentaire. Je suis très touchée. Bonne soirée. Amicalement. Michèle

Publié le 07 Avril 2018

@MélissaDC2, mille mercis pour votre adorable commentaire et pour les généreuses étoiles associées qui ensoleillent une journée très pluvieuse. Ce roman a trouvé un nouvel écho en moi, car la femme d'un ami vient de décéder d'un cancer, cancer qu'elle a occulté à ses proches jusqu'à sa phase finale. Sachant qu'elle m'avait lue, je regrette de ne pas l'avoir incitée à se confier, à quitter ce profond sentiment de solitude qui devait être le sien, face à la maladie. Le non-dit tue, j'en suis vraiment convaincue. C'est ce qui m'a poussée à écrire en l'absence de prédispositions pour cet art, d'ailleurs. L'influence du psychologique sur nos actions et état physique dépasse ce que l'on subodore. Joanne, votre héroïne, petit bout de femme si fragile en apparence, en est la parfaite démonstration. Merci encore, Mélissa. Amicalement. Michèle

Publié le 07 Avril 2018

@Sylvie Simonnet, Merci, mille mercis pour m'avoir lue et si gentiment commentée. Merci pour vos généreuses étoiles aussi. Je suis gâtée ;) ! Encore Nadav à lire et je me replonge dans votre oeuvre... A très bientôt. Amicalement. Michèle

Publié le 20 Janvier 2018
5
Comme dans Un putain de Noël c'est votre style qui m'a tout d'abord séduite puis la forme originale -ce procès intenté à Sarah pour avoir voulu fuir dans la mort - puis la vérité des situations et des sentiments exprimés puis ... Bref, un grand bravo, une fois de plus.
Publié le 20 Janvier 2018

@Pantinois Belle surprise de vous retrouver sur ma page, d'autant plus belle que votre commentaire me rassure sur l'intérêt porté à ce court roman et que votre pluie d'étoile déroge à vos principes en la matière ;). Merci infiniment ! Je vais suivre votre conseil de lecture avec curiosité et, motivée par votre intervention, rejoindre avec enthousiasme un clavier que j'ai tendance à bouder, ces derniers temps... Procrastination ;) ? Oui, il faut que nous soyons actif, ici. C'est notre plateforme, notre porte-voix. C'est nous qui donnons le ton à ce bel outil, pratique et interactif. Il me semble important de ne pas l'oublier. Merci encore pour votre visite. Ce fut un immense plaisir. Amicalement. Michèle

Publié le 11 Janvier 2018

Mille mercis @Mary Pascal pour ce chaleureux commentaire et les généreuses étoiles associées, particulièrement appréciés en ces froides journées hivernales. Merci d'avoir pris le temps de me lire également et, bien sûr, pour votre très beau roman mis en ligne, ici. Les rencontres et bons sentiments entre auteurs me ravissent et me motivent toujours autant. C'est un véritable privilège que nous offre MBS. Amicalement. Michèle

Publié le 03 Décembre 2017
5
Une écriture fluide et agréable qui nous offre un bien beau roman. Votre ultime procès me touche personnellement car il me ramène aux audiences de ceux qui ont accompagné les échecs douloureux de ma vie d'artiste. Bravo et encore merci pour le temps que vous consacrez à la lecture des ouvrages des autres écrivains et pour vos commentaires toujours constructifs et bienveillants.
Publié le 03 Décembre 2017

@mahaut7377, mille mercis pour votre commentaire qui me touche énormément, Catherine. C'est un merveilleux cadeau que de se sentir en phase avec un lecteur, qui plus est auteur. Vous ensoleillez un peu plus cette journée que je vous souhaite très belle. Merci encore. Amicalement. Michèle

Publié le 13 Septembre 2017
5
C'est un très beau livre, très bien écrit. Je l'ai téléchargé sur ma Kindle, pour pouvoir le relire quand je n'ai pas d'ordinateur sous la main. Bravo, le petit cœur qui accompagne le titre est amplement mérité.
Publié le 13 Septembre 2017

@Isabelle Tintinger, merci, mille mercis pour ce merveilleux commentaire qui, tel celui que m'avait laissé hubert pour "Un putain de Noël", ferait une magnifique 4ème de couverture pour "Ultime procès". Je suis intimidée et bluffée tant par le fond que par la forme de votre propos. Aujourd'hui MBS a sorti sa première tribune sur le thème : "Pourquoi l'écriture est-elle essentielle pour vous ?" Pour moi, c'est simple comme une évidence : Elle est en tout premier lieu un exutoire mais lorsqu'elle trouve une résonnance, elle permet d'accéder à ces instants de grâce que vous évoquez. Elle trouve sa vraie raison d'être. Merci pour la coquille que je vais corriger dès ce soir (the famous never ending hunting ;) !) et à très bientôt sur votre page. Mon petit doigt me dit que je devrais y trouver ma "nourriture" aussi. Amicalement. Michèle

Publié le 07 Septembre 2017

@Yannick A. R. FRADIN, pour une fois que @lamish fonctionne, je vous réponds illico ;) ! Merci d'avoir mis "Ultime procès" dans votre BV. Ce court roman se lit très vite mais il est très éloigné de vos lectures de prédilection, je crois. A très bientôt et bonne journée. Michèle

Publié le 06 Septembre 2017

Bonjour @lamish et merci pour votre commentaire sur la page de "La Gardienne de Danarith". Disposant de nouveau d'une tablette, je peux me remettre à lire en numérique de manière plus confortable et régulière. J'en profite donc pour venir vous lire et commencerai par "Ultime procès". Bonne journée et à bientôt pour un retour de lecture :-)

Publié le 06 Septembre 2017

@lamish, Aucun problème pour la réponse tardive. Tu es une auteure talentueuse et le petit coeur rouge en haut de ta page est amplement mérité. Bisous.

Publié le 07 Juillet 2017

@Ratiba Nasri, C'est honteuse que je réponds avec plus de deux mois de retard à ton commentaire. Le lien fonctionne aléatoirement et je n'avais pas consulté ma page depuis belle lurette, désolée ! Alors, un immense merci tardif pour ce merveilleux commentaire étoilé qui me ravit tout particulièrement, émanant de toi. Très amicalement. Michèle

Publié le 06 Juillet 2017
5
@Lamish Michèle, je viens de terminer 'Ultime procès' et je te félicite. Ton histoire m'a touchée. Elle est magnifiquement écrite avec de belles tournures de phrases et des dialogues justes. Amitiés.
Publié le 23 Avril 2017

@Christine Curtis, Mille mercis pour cet agréable commentaire. Je reconnais là votre finesse, car nul doute que Sarah joue fin, puisqu'elle parvient à se délester d'un sentiment de culpabilité récurrent. "Le tribunal des flagrants désirs", plus que pertinent ! Je retiens ;) ! Merci encore pour vos lectures, commentaires et généreuses étoiles que j'accroche au si précieux firmament de mes complicités auteure-auteure. Amicalement vôtre. Michèle

Publié le 27 Février 2017

Et bien me voici à la fin de ce jugement délirant. Sarah, victime plus que coupable n'aurait rien à se reprocher, mais la joue finement, ce tribunal des flagrants désirs m'a procuré un agréable moment de lecture... La vie, c'est un rythme de jazz où chacun compose à sa façon mais doit tout de même conserver le tempo du dialogue avec les autres...Jusqu'à la fin voulue ou non. Je vous conserve les étoiles, de mon impression première, pleines et entières. Amitiés Christine

Publié le 27 Février 2017

@Zmyslowski Fabienne, Mille mercis pour votre commentaire et généreuse pluie d'étoiles. Je suis comblée ! Nos répertoires diffèrent mais nos sensibilités se rejoignent. C'est toujours un grand plaisir. A bientôt au gré de nos écrits mutuels. Amicalement vôtre. Michèle

Publié le 18 Février 2017

@Christine Curtis, C'est amusant de lire votre com aujourd'hui, car j'ai effectué une première immersion dans votre "Parenthèse désenchantée" hier soir. Je reviens vers vous très bientôt sur votre page, afin de vous faire part de mes impressions. Amicalement. Michèle

Publié le 25 Janvier 2017

@lamish votre commentaire ne m'avait pas été transmis, je l'ai découvert chez une amie à qui je faisais découvrir le site. J'ai peut-être manqué le bus...Sympa d'avoir placé "Parenthèse désenchantée" dans votre bibliothèque virtuelle, espère que vous vous y jetterez à corps et à coeur perdus tout en ayant l'espoir de tout retrouver à la sortie ! On m'a offert des bouquins à Noël et j'ai beaucoup à lire sur papier. Je prendrai le temps de lire tout ce que je repère, intégralement, avec le temps. Je fais de jolies découvertes... à très bientôt et encore quelques jours pour souhaiter une année 2017 déployée en projets, et en joies. Christine C.

Publié le 25 Janvier 2017

@Christine Curtis, mille mercis, Christine, pour votre sympathique commentaire et les généreuses étoiles associées que je découvre, telle une agréable surprise, à mon retour de France. Je suis ravie que le rythme de ce court roman vous ait conquise et espère que le suite ne vous décevra pas. Tout comme vous, de lire ou écrire, je suis bien incapable d'affirmer ce que je préfère. Ces deux activités sont un dialogue qui me passionne et anime délicieusement mon quotidien. Votre "Parenthèse désenchantée" m'attend sagement dans ma bibliothèque... Le titre, d'ores et déjà, me donne l'eau à la bouche... Quelques 5 romans à terminer et je reviens converser avec vous. Je vous souhaite une merveilleuse année 2017. Bien à vous. Michèle

Publié le 03 Janvier 2017
5
Bonjour Iamish, Je découvre un rythme qui sonne bien à mon esprit, un tempo, et même si je n'ai pas encore terminé faute de temps, je note ce style enlevé qui me dit continue, tu ne devrais pas être déçue. Je découvre avec plaisir que monbestseller.com regorge de talents... Est-ce que je préfère lire ou écrire ? Peut-être lire mais cette activité n'est jamais loin... Belle année et commençons par cette journée...
Publié le 03 Janvier 2017

@Soltys Elie, Mille mercis pour votre agréable commentaire et vos généreuses étoiles. Vous me gâtez ! Je suis heureuse que cette histoire (dans laquelle il y a effectivement une grosse part de vécu) vous ait plu. Bien à vous. Michèle

Publié le 08 Décembre 2016
5
Une très belle histoire décrite avec des mots simples mais vrais. Peut-être ne faut-il pas la lire comme un fiction, mais contenant une part de vécu. Je ne peux que m'associer à vos autres lecteurs. J'ai aimé, beaucoup.
Publié le 08 Décembre 2016

@Pascal HERVE. Exactement, vous ne pouviez trouver mot plus juste, Hervé. J'ai déjà remarqué votre bouquin que je vais mettre en bibliothèque. Vous m'avez fait le plaisir de sortir de votre style littéraire de prédilection, aussi vais-je faire de même et vous dis à très bientôt sur votre page. Amicalement. Michèle

Publié le 03 Décembre 2016

@lamish, ce livre est donc une catharsis, ce que je n'avais pas identifié lors de la lecture. Et ce qui explique bien des choses. Merci pour votre éclairage.
Bonne continuation et à bientôt au détour de ce site.
Amicalement, Pascal

Publié le 03 Décembre 2016

@Pascal HERVE, Merci infiniment pour votre commentaire avisé et les généreuses étoiles associées. Je vais essayer de vous répondre au mieux car le sujet est vaste et sensible. Initialement, ce roman était doté d'une fin différente que j'ai supprimée en suivant le conseil d'une amie auteure. Cette fin, qui levait les restrictions que vous évoquez, était ressentie comme un pied de nez par certains lecteurs et je l'ai supprimée. En optant pour une fin qui confirme la disparition de Sarah, effectivement, vos remarques prennent tout leur sens. De par son vécu, mon personnage n'a jamais été féministe. Ayant horreur des clichés et des préjugés, elle s'est toujours positionnée "d'Homme à Homme" dans sa relation aux autres. Lorsque les sentiments n'étaient plus au rendez-vous, elle a toujours tourné la page avec facilité. Le procès imaginaire est celui que lui dicte sa conscience et son sentiment de culpabilité pour le mal qu'elle a pu faire en agissant ainsi. Sa relation avec Marc diffère de tout ce qu'elle a vécu avant, puisque des sentiments forts sont toujours présents, de part et d'autre. En schématisant : Le quitter est le condamner, rester est se condamner elle-même. C'est épuisée par leurs combats et son impuissance à changer les choses, qu'elle invoque la maladie, ce qu'elle regrette aussitôt. Quand à sa fille qu'elle adore, qu'elle soit très adulte et qui plus est heureuse, l'affranchit dans ce choix désespéré. Céline Vay a écrit qu'elle concevait tout à fait que l'on puisse en arriver là. Je confirme, sauf que j'ai écrit ce bouquin pour me dissuader de prendre une décision irrévocable. J'aime trop la vie, ma fille, mon mari, mes amis, mes proches, maman qui vit toujours et mon petit-fils, Malik, qui est né depuis (ce que je confirmais dans la première version). Si je vois une autre utilité à ce roman, ce serait d'interpeller tous les Marc en puissance car, dans le cas du mien, ça a fonctionné. :-) Merci encore, Hervé, et belle journée. Michèle

Publié le 03 Décembre 2016
4
@lamish, après lecture de votre livre, je suis partagé entre deux sentiments. Tout d'abord sur la forme, j'ai adoré. Que c'est bien écrit, c'est fluide, bien enlevé, de belles tournures de phrases. Encore une fois, bravo pour votre style très agréable à lire. Style qui m'a donné envie d'aller au bout du livre alors que je bouillais intérieurement. Car sur le fond de l'histoire, j'ai plusieurs remarques. Ces remarques ne sont que mon avis personnel, loin de moi l'idée de polémiquer mais plutôt d'ouvrir un débat. Car oui, votre livre ne m'a pas laissé indifférent (et c'est tant mieux car rien n'est pire que l'indifférence). A la lecture de cette histoire, je me suis demandé à quoi avaient servi ces dizaines d'années de luttes féministes. Car enfin, que peut-on reprocher à Sarah ? D’avoir vécu sa vie ? Une vie un peu hors norme mais pas si hors du commun que ça. Beaucoup de femmes ont dû se reconnaître à travers ce portrait. Et je me demande ce que ces femmes ont pu penser de l’approche moraliste de ce procès. Elle a brisé le cœur d’un homme en le quittant ? Peut-on lui reprocher ? Aurait-il fallu qu’elle passe sa vie à se morfondre ? Elle préfère mourir de maladie que de quitter un homme rustre qui lui rend la vie impossible. Sur ce point, j’ai quand même du mal à y croire. Je n’ai pas ressenti dans cette histoire une relation fusionelle avec Marc qui puisse amener à ce dénouement. Alors qu’elle a une fille qu’elle adore, comment peut-elle l’abandonner ? J’ai ressenti cet ultime procès comme un exercice d'auto-flagellation un peu malsain. On a tous à un moment de sa vie envie de faire le bilan mais dans cette histoire, c’est quand même beaucoup à charge contre Sarah, sans que ce soit vraiment justifié. J’en reviens aux luttes féministes : Sarah est quand même reléguée lors du procès à un statut d’épouse modèle qu’elle n’aurait pas respecté. Cette histoire étant écrite par une femme, j’avoue que cela me surprend et me trouble. Mais peut-être n’ai-je pas tout compris. En tout cas, merci pour ce moment d’introspection, même si je ne suis pas d'accord.
Publié le 03 Décembre 2016

@Elisa Galam Mille mercis pour vos note et commentaire généreux. Vous retrouver est toujours un véritable plaisir, et je suis heureuse de constater que nos sensibilités se rejoignent, une fois de plus. Je vous souhaite également une journée aussi belle que la mienne, que vous avez ensoleillée d'un coup de baguette magique. Amitiés. Michèle

Publié le 15 Octobre 2016
5
Bonjour Michèle, Je viens de lire " Ultime procès" d'une seule traite et je dois dire que j'ai adoré. Dans votre récit, toutes sortes d'émotions m'ont traversée. Vous racontez avec simplicité la vie de Sarah, ses doutes, ses interrogations, ses erreurs mais également son humilité et sa quête d'amour. Votre écriture est fluide, agréable à lire. Merci pour ce partage de vie et Bravo. Très belle journée. Elisa
Publié le 15 Octobre 2016

@gustaf, Merci infiniment pour votre commentaire sensible et note généreuse qui ensoleillent ma journée. Auteure, écrivaine, je crois que l'on peut tout se permettre maintenant, bien que cela n'ait vraiment peu d'importance à mes yeux. Je suis particulièrement heureuse d'être lue (et appréciée ou pas) par des lecteurs de Jésabel. Vous êtes le deuxième et je vous en remercie. Elle-même est en train de découvrir avec plaisir mon ami Bossy avec qui, pourtant et tout comme avec moi, les premiers échanges n'annonçaient pas une idylle ! Je vous souhaite une très belle journée, Gustaf et merci encore. Bien à vous. Michèle.

Publié le 02 Octobre 2016
5
@lamish C'est pour répondre, par curiosité, à l'"appel au peuple" que l'érotique @jezzabel fait à votre propos sur sa page que je suis venu voir un peu ce qui se trafiquait sous votre pseudonyme. Tout à fait au hasard, et parce qu'il faut bien commencer quelque part, j'ai ouvert l'"Ultime procès" et, très rapidement, j'ai été happé par votre histoire, mais pas seulement. Pas seulement, parce que c'est aussi la magie sensible de votre style qui m'a retenu à vous lire. Et je suis bien content d'avoir découvert ici une écrivaine (dit-on "écrivaine" ? le mot me paraît un peu bancroche) qui vaut son pesant de cacahuètes ! Je n'ai pas autant que je le voudrais le temps de m'adonner au plaisir de la lecture, mais soyez assurée que je reviendrai vous visiter. Je vous salue.
Publié le 02 Octobre 2016

@braquemard, Merci !!!

Publié le 01 Octobre 2016
5
...
Publié le 01 Octobre 2016

@Romain Lebastard, mille merci pour votre commentaire et pluie d'étoiles qui me comblent tout particulièrement de votre part. Très touchée. Je suis aux deux tiers d'Arch et me régale. A très bientôt sur votre page. Avec ma complicité d'auteure. Michèle

Publié le 10 Septembre 2016
5
Génial! L'alternance passé / présent, ces tranches de vie qui viennent apporter une pierre à l'édifice de la psychologie de Sarah, ce procès imaginé, ubuesque, tellement qu'on croirait presque qu'il se situe après l'issue fatale (peut-être est-ce le cas ?), le tout parsemé d'une douceur mélancolique. J'ai adoré :).
Publié le 10 Septembre 2016

@Corinne Le Gal, merci infiniment pour vos étoiles et votre commentaire sensible. Il ensoleille un peu plus cette belle journée. Je vous dis à très bientôt sur votre page, votre "Deus ex machina" attendant sagement dans ma bibliothèque. Débordée ces dernières semaines, le terminer fera partie de mes priorités dès que mon emploi du temps me le permettra. Merci encore. Avec ma complicité d'auteure. Michèle.

Publié le 13 Juillet 2016
5
@ Lamish… J’ai finalement lu le livre d’une traite, remettant à plus tard l’activité que je devais faire. Et je ne le regrette pas. C’est un très beau roman. J’aime votre écriture fluide et sans fioriture. Les mots sont précis, justes et vont à l’essentiel. J’aime votre manière très personnelle et pertinente d’aborder l’inévitable confrontation avec Saint Pierre aux portes du Paradis catholique. Une saine imagination qui conduit inévitablement à une non moins saine introspection et remise en question de la part du lecteur. Un travail d’auteur parfaitement abouti. Bravo. Sincèrement.
Publié le 13 Juillet 2016

Pages