GOURMANDISE

5 pages de Didier Leuenberger
GOURMANDISE Didier Leuenberger
Synopsis

Ils attendent les gredins, l’attraction du dimanche après la messe qu’un abbé éméché tente de mener à bien comme à chaque fois.
Ils sont fébriles, presque fiévreux à l’idée de me voir en os, mais surtout en chair. Ils desserrent leur petit nœud trop serré pour les plus coquets, ou leur cravate mal nouée.

2641 lectures depuis la publication le 02 Avril 2016

Les statistiques du livre

  972 Classement
  35 Lectures
  -75 Progression
  5 / 5 Notation
  6 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

9 commentaires , 9 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

©Michel CANAL

Bonjour Michel, je suis ravi que cette gourmande vous ait mis en appétit et il est vrai que cette nouvelle pourrait se satisfaire de plusieurs titres faisant l’éloge aux plaisirs de la vie. Le mot que je m'imposai pour écrire cette nouvelle qui fut remarqué à son heure dans un magazine littéraire du Sud Ouest, est séduire, car je trouvais qu'on pouvait mettre dans ce mot tant de choses. Mon personnage s'étant imposé dès le départ (inspiration d'une amie qui me fit beaucoup rire et lui ressemblant beaucoup), je n'avais plus qu'à relayer les nombreuses situations et expériences qu'un tel mot pouvait engendrer. J'avais envie envie de rendre hommage à tous ces gourmands et bien sûr ici, toutes ces gourmandes, croquant la vie de toutes les façons. Pour ma part, j'aime être entouré de gens aussi gourmands que l’héroïne de cette nouvelle car je pense qu'ils restent les plus dignes représentants de croqueurs de vie. Il y a assez de contrainte dans notre société qui s'imposent à nous sans s'en infliger d'autres nous privant des meilleures choses de la vie. Il est vrai que lorsqu'elle énumère les bonnes choses, c'est de de choix et de délices qu'il s'agit pour démontrer aussi peut-être qu'il n'y a aucune règle ni aucun statut pour pouvoir décider de ses choix. Quand à la Pompadour, et bien ma fois je crois qu'elle avait tout compris et m'a permis effectivement d'amener une chute on ne peut plus festive. En vous remerciant vivement pour ce beau commentaire. Amitiés. didier

Publié le 06 Janvier 2019
5
Cher @Didier Leuenberger, encore une pépite que j’ai eu plaisir à savourer. Elle pourrait se satisfaire de plusieurs titres, chacun faisant l’éloge de tout ce qui fait les plaisirs de la vie et d’une existence réussie. Le premier mot donne le ton : « Séduire ». Quel beau mot que celui-ci ! écrivez-vous, englobant tout ce dont votre héroïne avoue avoir le plus besoin : amour, joie, excitation, désir, gourmandise…, ajoutant à bon escient « Ce à quoi devraient ressembler nos vies en quelque sorte. » Prénommée Aline, votre héroïne, gallinacé le plus convoité de la journée le 7ème jour de la semaine que d’aucuns appellent « Le jour du Seigneur », paradant avec son chapeau à fleurs du plus bel effet et sa longue robe mauve, est alerte et goûteuse à souhait pour qui sait apprécier les bonnes choses. Et les bonnes choses, elle avoue avoir su les apprécier — combien le titre est-il approprié ! —, tout comme elle sait vanter ses rondeurs, courbes agréables à l’oeil, d’un ensemble harmonieux, oeuvre de Dieu ayant si souvent inspiré les plus grands sculpteurs d’antan. Quand elle énumère les bonnes choses, c’est de choix et de plaisirs qu’il s’agit : délices, douceurs, veloutés, croquant et appétissant. Tout le contraire de l’énumération, par le diable (qui avait pris ce soir-là la face ronde et les traits indécis du jeune sacristain), des bonnes choses servies dans la salle à manger du château après la messe de Noël, pour induire en tentation le révérend dom Balaguère, chapelain des sires de Trinquelage, dans le conte de Noël d’Alphonse Daudet « Les trois messes basses ». La dernière phrase, faisant allusion à madame de Pompadour : « J’aime le champagne parce qu’il me rend belle » est la plus pétillante des chutes, justifiant les choix d’Aline et le titre. Cher Didier, j’ai beaucoup apprécié la finesse de cette nouvelle, autant que la "classe" d’Aline, de ses rondeurs et de son humour.
Publié le 05 Janvier 2019

©Linkipan
Osez "savoureuse", c'est très flatteur comme compliment pour cette nouvelle. Merci à vous pour ce commentaire. Bien à vous.

Publié le 30 Juin 2017
5
Une écriture fluide , élégante et délicate ... savoureuse oserai-je dire ! Bravo !
Publié le 29 Juin 2017

©anne-laure.julien
Je ne connais pas cette chanson, je vais l'écouter attentivement.... merci pour votre réaction...

Publié le 11 Mai 2017
5
ça me rappelle cette chanson de Juliette: "la géante".
Publié le 07 Mai 2017

©Karine Pasina
Alors je vous dis santé, et suis ravi que ces bulles vous aient sustentée le temps de cette lecture. Merci pour ce sympathique commentaire. Bien à vous.

Publié le 27 Novembre 2016
5
J'ai envie de champagne ! Votre texte est délicieux Didier, je l'ai dégusté lentement et savouré jusqu'au dernier mot pour en apprécier toutes les délicatesses.
Publié le 26 Novembre 2016

© lamish
Encore une fois je suis ravi et heureux que mes mots aient su vous séduire pour un sujet non moins séduisant.... La féminité et la candeur qui émanent de cette bonne vivante et gourmande lui donne une assise qu'il me plaît à souligner. Un tout grand merci pour ce commentaire. Bien à vous...

Publié le 21 Septembre 2016
5
Une élégante description de femme consciente de ses charmes cultivés avec gourmandise et grâce. Une femme de qui émanent la douceur, la féminité, la candeur, la sensualité et qui nous attire comme autant d’aimants. Merci pour le partage, Didier !
Publié le 21 Septembre 2016

Ah la gourmandise Zultabix, quel magnifique sensation lorsqu'elle nous habite... J'apprécie énormément ce commentaire très complet et très bien vu. Je retiens surtout la philosophie hédoniste dont tu décris si bien les bienfaits. Très honoré de rencontrer un hédoniste croyant et je te dis santé pour ce champagne du Vatican que tu auras siroté. Un grand Merci. Me réjouis de te lire...

Publié le 23 Mai 2016
5
Très joli petit portrait d'une hédoniste bien dans sa peau, décomplexée, qui dit tout haut ce que de nombreuses femmes n'oseraient même pas faire au fond d'une obscure cachette. Mais il ne saurait y avoir d'hédonisme sans discipline personnelle, sans ascèse, sans connaissance de soi, du monde et des autres. Les fondations directes d'une philosophie hédoniste sont la curiosité et le goût pour l'existence d'une part, et d'autre part l'autonomie de pensée (et non la croyance), le savoir et l'expérience du réel (au lieu de la foi). La grande chance de mon existence est d'avoir été un hédoniste croyant. Je crois en l'hédonisme apostolique et romain et en cela je trinque à la santé de votre héroïne en sirotant mon champagne du Vatican. Bien à vous !
Publié le 23 Mai 2016

Merci Chris, ravi que ça vous a plu. Bien à vous.

Publié le 09 Mai 2016
5
Oui, c’est cela… généreusement délicieux.
Publié le 09 Mai 2016

Merci bcp huleuyac, effectivement, ça croque la vie à pleine dents. Merci pour ce magnifique message. Bien à vous.

Publié le 26 Avril 2016
5
Savoureux, fin et joyeux ! extrêmement vivant . très très bon moment . Cordialement.
Publié le 26 Avril 2016

Merci beaucoup pour votre message Fanny, et suis ravi que cette gourmandise vous ai fais passer un bon moment de lecture. Très belle soirée à vous. Didier

Publié le 06 Avril 2016
5
J'ai lu deux fois votre texte pour le déguster. Vous êtes un fin connaisseur. Par ailleurs, j'ai apprécié votre élégante écriture. Cordialement. Fanny
Publié le 04 Avril 2016