L'amphore

7 pages de Fernand Fallou
L'amphore Fernand Fallou
Synopsis

Un jour, pareil aux autres, du matin au soir
Moi, pauvre cinglé, penché sur mon écritoire
J’ai décidé, de m’attaquer, tel feu Esope
En vers et contre tous, du fond de mon échoppe
A ce qui inspira Lafontaine et Florian.
N’en déplaise aux quidams aux gueux et aux manants
Qui sévissent là ! Sur ce site, de-ci, de-là
Entre commentaires facétieux et bla bla.
Anciens fabulistes connus et méconnus,
Restez zen, ne vous retournez point dans vos tombes,
Mes textes qui souvent m’ébarbent, me mettent nu,
Ne peuvent en aucun cas vous faire de l’ombre.
L’écrire en alexandrins surannés, je n’ose,
C’est pourquoi, cette fable sera donc en prose.

1278 lectures depuis la publication le 18 Mars 2017

Les statistiques du livre

  1185 Classement
  29 Lectures
  +108 Progression
  5 / 5 Notation
  3 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

10 commentaires , 7 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

Chère @Chanelle75
Un jour que j'étais dans le désert (Sahara) inspiré par le décor, j'ai eu envie de me faire faire un tableau représentant une solitude. Le désert avec toutes ses dunes et les méandres du sable. Là-bas au loin, la ligne d'horizon et au-dessus le ciel, bleu éclatant, sans un nuage, sans un oiseau ! et au milieu au premier plan en trompe l'œil, (donc hyper réaliste) les restes d'une amphore, fêlée, craquelée, envahie par le sable, écrasée par le soleil. Je n'ai jamais trouvé un peintre pour me peindre ce tableau à un prix raisonnable.
Plus tard, beaucoup plus tard (25 ans plus tard) je me suis écrit une histoire, L'amphore.
Merci pour ce commentaire et ses étoiles.

Publié le 14 Avril 2018
5
Histoire courte mais excellente. Ainsi la vie se passe et il ne sert à rien d'être méchant, Pire encore d'être un con qui jamais ne se repose Il faut tenter de réfléchir judicieusement si toutefois la connerie et la méchanceté ne défigure pas la situation qui nous mènerait tout droit à l'erreur fatale. Un grand bravo F.F Vous avez un style très singulier qui est extrêmement plaisant.
Publié le 13 Avril 2018

Mon cher @jptanpi
comme nous nous voyons de temps, j'en oublie de vous remercier pour ce commentaire richement garni d’étoiles.

Publié le 20 Mai 2017
5
Très jolie fable. Belle description du désert, très poétique, même en prose. La méditation du fennec s'exprime avec un langage vigoureux, mais il n'y a guère de place pour la douceur dans ce désert. Elle est beaucoup plus profonde qu'il n'y paraît.
Publié le 16 Avril 2017

@René Sauvage
Merci, pour cette comparaison honorifique exagérée, malheureusement, pour moi, je n’ai pas le talent de Monsieur Jean de la Fontaine, ça se saurait. Mais ça m’a beaucoup amusé de l’écrire.

Publié le 04 Avril 2017

Vous avez eu raison de l’écrire en prose, on aurait pu croire que c'était une fable de La Fontaine ! Bravo

Publié le 03 Avril 2017

@Iamisch
Ma chère Michèle, c’est un bonheur de lire vos commentaires et je voudrais avoir des mots plus forts que merci, merci, merci pour vous montrer ma joie d’avoir écrit une fable qui vous a plu à vous et à d’autres. Merci, merci, merci pour tout.

Publié le 29 Mars 2017
5
Une bien jolie fable, Fernand, et un happy end comme je les aime, du moins comme j'ai l'occasion de les aimer en rêvant, en écrivant ou en lisant, le plus souvent ;). Les "Il était une fois" de nos vies s'accumulent et les morales à en tirer aussi. Il paraît qu'à force, cela renforce notre sagesse. Alors, réjouissons-nous. Merci pour cet agréable partage. Amicalement. Michèle
Publié le 28 Mars 2017

@Loly h
merci pour votre sympathique commentaire et toutes ces etoiles

Publié le 27 Mars 2017
5
Quelle bonne surprise! J'ai trouvé votre nouvelle très sympa.
Publié le 26 Mars 2017

@Fernand fallou
Le tableau est très réussi. Tellement bien fait que j'ai vu le désert, l'amphore, les animaux et que tout cela m'a donné soif. C'est parfait. Belle soirée et à bientôt.

Publié le 22 Mars 2017

@Parthemise33
Bien, ça me fait plaisir que cette fable et son préambule vous aient plu.
Je ne connaissais pas l’expression « il déchire sa mère » mais il y a tant de chose que je ne connais que (presque) rien ne m’étonne. merci pour les étoiles.
Quand j’étais jeune, j’étais fanatique d’une BD intitulé « Foxie et Croa » où c’était le corbeau (Croa) qui était toujours plus malin que le renard.(Foxie).

Publié le 22 Mars 2017

Ma chère @Ratiba Nasri 3, merci pour votre commentaire accompagné de toutes ces étoiles. Ça faisait des années (40 ans ) que je voulais trouver un peintre classique pour me peindre cette solitude d’une manière hyper réaliste. Le ciel bleu côte d’azur, pas un nuage, dans la moitié du haut, la ligne d'horizon légèrement courbe comme il se doit au milieu, et le sable à perte de vue « en-méandré » dans les dunes et au milieu, dans la moitié du bas. En trompe l’œil, à moitié enfoncé dans le sable, cette amphore. Mais je voulais qu’on y croie, qu’on ait envie de la toucher, qu’on ressente la torture du soleil dans ses craquelures. Les quelques peintres (pas chers) que j’ai trouvé ne m’ont pas fait un travail satisfaisant et d’autres (beaucoup plus chers) étaient beaucoup trop chers pour moi. C’est pourquoi, n’ayant pas les moyens d’avoir ce tableau, finalement, je me suis écrit cette fable en 1997

Publié le 22 Mars 2017
5
@Fernand fallou Je viens de terminer votre nouvelle qui se lit comme on boit du petit lait. Moi aussi, j'aime les histoires qui commencent par "il était une fois" et où les gentils triomphent des méchants. Votre écriture est douce, poétique et juste. Bravo !
Publié le 21 Mars 2017
5
Hello M. FF Il semble que votre groupie de la 1ère heure ait lancé ses banderilles. Bien émoussées toutefois. Soyons indulgents, elle est en pleine convalescence. Votre fable a ravi ma nature joyeuse. Conformément aux recommandations du site, je voudrais formuler une critique constructive. Votre récit remplit les 4 conditions de la narration : 1-Le sujet. Il déchire sa mère. Bien dans la lignée des fables où le renard est un petit malin 2-Le lieu . Si bien décrit que j'ai cru mourir de soif 3-Le message. C'est clair, comme disait mon cher Audiard "Les cons ça ose tout, c'est d'ailleurs à ça qu'on les reconnaît." Qu'ils soient méchants en plus, c'est the cherry on the cake. 4-Le style. Il est clair, coulant et nous tient en haleine. Il vous appartient en propre et n'est pas désagréable. Ce n'est pas du Yourcenar mais qu'importe! Après tout, Émile Zola a été critiqué pour le sien et pourtant quel auteur ! Continuez à nous raconter des histoires. Vous n'êtes peut être pas un phénix mais pas non plus un serin (que les oiseaux me pardonnent cette métaphore les mettant en cause). Chantez votre partition pour notre plus grand bonheur. Bisous, merci, bisous Ps Très originale la présentation sous forme de poème
Publié le 20 Mars 2017

@jezzabel8
Que vous dire, d’abord que comme mon esprit va 1000 fois plus vite que mes yeux lisant, que dis-je 10000 fois plus vite. J’ai été très inquiet à la lecture de votre commentaire que vous aviez « failli mourir » puis j’ai lu « dans un accident de censure » cela m’a rassuré. Je sais que vous ne me croyez pas, mais le coup de l’inquiétude était sincère. J’apprécie votre style, votre manière d’écrire qui ressemble à celle de Céline et j’y ajoute une culture exceptionnelle. Votre commentaire est très acceptable et me fait connaitre cette phrase de Dumas à qui je donne raison. Les méchants s’arrêtent de temps en temps.
Merci pour cette poignée d’étoiles, mais êtes vous sincère ? Comme disait mon grand père qui tenait une boulangerie-quincaillerie : Mystère et boules de gomme !

Publié le 18 Mars 2017
5
@Fernand fallou "Est-ce que les cons sont méchants ou est-ce que les méchants sont cons ?" faites-vous se demander à un héros de votre fable. A mon sens, la question est mal posée, car il y a d'une part les cons et d'autre part les méchants. Dumas, au demeurant, partageait cette opinion, puisqu'il écrivait : "J'aime mieux les méchants que les imbéciles, parce qu'ils se reposent.". Bien à vous. PS : Étonné de la brièveté de mon commentaire ? Celle-ci s'explique sans doute par ma convalescence : figurez-vous que j'ai bien failli périr dans un malheureux accident de censure.
Publié le 18 Mars 2017