Benzine

217 pages de Bruno Mouzon
Benzine Bruno Mouzon
Synopsis

Attention, ne vous attendez pas à une approche convenue. Dans cette farce uchronique, je mets en avant un facteur pathétique qui a achevé l’armée allemande dans les Ardennes, en décembre 1944. L’impressionnante machine de guerre, finalement stoppée faute de carburant. . J'ai imaginé deux soldats américains, capturés lors de cette attaque par une division d’élite SS. Ils vont partager ensemble un quotidien rarement évoqué. Voici donc une version je dirais, romantique et très légère de ce conflit, à aborder au second degré. Avec du carburant, de joyeux salopards et une Allemagne victorieuse, tricoté de dialogues décalés.

1362 lectures depuis la publication le 04 Avril 2017

Les statistiques du livre

  2444 Classement
  18 Lectures
  +168 Progression
  4.3 / 5 Notation
  6 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

5 commentaires , 3 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

Merci @tavuleurkil... On dirait un pseudo de jeu vidéo genre GTA V. Oui, oui je joue beaucoup... ;)
Ravi que cela vous ai plu parce qu'encore une fois, le sujet est assez casse gueule, mais je m'y suis tenu.
Et surtout je crois qu'il faut rire de tout. De toutes façons on était pas là, d'un côté ou de l'autre.

Publié le 01 Mai 2017
5
Cinq étoiles pour cette truculente Uchronique, c'est bien peu cher payé ! A moins que ce ne soit des "Silver Star"... J'ai aimé dès le début ! Ensuite je m'en suis délecté les zygomatiques comme on s'empiffre une "Flammekueche" à l'apéro juste avant la choucroute. A condition d'aimer la "Flammekueche" et la choucroute bien entendu ! Ne manquez pas d'accélérer le nettoyage des coquilles restantes, afin de rendre à votre petit bijou tout son éclat naturel. Votre texte est dynamique, rythmé, drôle et sérieux à la fois. Effrayant même par moment de par la gravité des sujets abordés, mais vos traits d'humour, bien sentis, viennent lier tous ces ingrédients dans le creuset de votre alchimie narratrice. Félicitation ! Merci pour cet agréable partage. Cordialement.
Publié le 29 Avril 2017

"Benzine" est le "Livre le +" du 21 avril. Retrouvez l’article qui vous donnera envie de le lire : http://www.monbestseller.com/actualites-litteraire-conseil/7469-ebook-a-.... Bonne lecture ! Et n'oubliez pas : laissez un commentaire à l'auteur qui vous en sera reconnaissant.

Publié le 24 Avril 2017

Fab est vraiment la baltringue de Mon Best Seller !!!

Publié le 23 Avril 2017

@fab Merci pour l’intérêt porté à ce drame que j'ai voulu alléger... J'ai cette lâcheté d'humour bien confortable, du type qui n'a pas souffert. Je continue les corrections. Pourtant, je vois bien celles des autres. Je vous demande pardon.

Publié le 21 Avril 2017
4
fab
Les humoristes ont donc raison. On peut rire de tout, ça dépend comment on le fait. Et j’ajouterai, l’intelligence qu’on y met. Marié à un sens super affûté des dialogues, ça fait des étincelles. Bravo pour le talent (et effectivement, faites vite corriger vos fautes…)
Publié le 20 Avril 2017

Merci de tout cœur @briceclerc. J'attendais avec impatience un commentaire. Conscient et excité d'aboutir un sujet aussi casse gueule que cette guerre, je savais qu'il ne serait pas aisé d'accepter que l'on puisse ironiser ce drame ... PS, Je ne vois plus les fautes "d'aurthogfaffes"... Je ne vois plus que des scènes. Je recorriges très vite, promis.

Ce bouquin est un accident de l'ennui, commencé il y a 15 ans, abandonné puis repris avant d'être laissé pour continuer. Finalement j'ai entamé la suite.

Merci encore.

Publié le 19 Avril 2017
4
Ça pour être déjanté c’est du déjanté grand format ! Vous prévenez dès le synopsis et je n'ai pas été déçu ! Votre uchronie est décapante, bourrée de vérités bien crues, d’humour (souvent noir), de cynisme, de double sens… Bon, faudrait juste dire au Caporal de remettre un peu d’ordre dans l’orthographe, mais à part ça, je me suis bien marré !, avant la « morale » du dernier chapitre où le monde d’aujourd’hui se profile, et là, il n’y a vraiment pas de quoi en rire. Une sacrée fable philosophique !
Publié le 18 Avril 2017