Atonie

4 pages de Axel Double
Atonie Axel Double
Synopsis

Un tableau entre gris clair et gris foncé pour une confession sans nuances. Pourquoi haïr la couleur ? Est-ce haïr la vie ? Bien sûr, c'est sans doute un peu plus complexe pour ce curieux personnage.

885 lectures depuis la publication le 14 Mai 2017

Les statistiques du livre

  1490 Classement
  31 Lectures
  +270 Progression
  4.5 / 5 Notation
  0 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

3 commentaires , 1 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

Ecriture forte. Et subtile. Happante.

Publié le 24 Mai 2017

Un auteur de ce site a écrit que pour capter un lecteur, c'était la sensibilité et non la séduction qui devait être utilisée . Votre réponse à mon commentaire relève de la première et je vous en remercie.
Ps: je n'aurais jamais eu l'outrecuidance de penser que vous étiez neurasthénique.

Publié le 14 Mai 2017

Bonsoir @Karin,
Merci pour ces commentaires sur mes deux écrits. Encouragements et conseils, je prends tout. L'écriture a ceci de beau qu'elle peut mêler ce que l'on est intimement et ce que l'on n'est pas, voire absolument pas. Je pense d'ailleurs que ce mensonge est indispensable pour aller plus loin dans les moments de vérités, car finalement, nous ne révélons pas exactement ce que nous sommes quand nous sommes à nu. Ce que je suis réellement compte donc finalement peu si à certains instants, mon texte rentre en résonance avec l'expérience du lecteur, sa sensibilité. Quand même quelques indices : je ne suis ni un neurasthénique, ni un sur-excité de l'activité sans but. Mais parfois, une part de ces personnages viennent en moi. Par effet catharsis, j'essaie de les chasser, car j'aime la vie et essaie de ne pas en perdre le sens (tout comme vous ?).
P.S. : ce dernier texte est un texte plus ancien, mais effectivement, il me paraissait faire une mise en abîme du Marathon intéressante.

Publié le 14 Mai 2017
4
Après le marathon, la contemplation. La fin me laisse perplexe alors que le début m'avait fait rêver. Vous devez être un curieux personnage parce que ne ressens pas de joie ou de légèreté dans vos écrits même si vous semblez être doté d'une sensibilité particulière (les citations utilisées dans le marathon me donnent cette impression) et d'un humour très particulier. Pour mon confort de lecture, pourriez vous s'il vous plait aérer vos textes en mettant un interlignage un peu plus grand. Cela ajoutera une fluidité de lecture qui ne peut pas vous être préjudiciable. La vie est belle, ne l'oubliez pas.
Publié le 14 Mai 2017