Le jardin Immuable

47 pages de Fernand Fallou
Le jardin Immuable Fernand Fallou
Synopsis

Histoires d'amours
Entre
Un vieux monsieur et une très jeune fille
-------
Et quelques lignes de science fiction à la fin

1205 lectures depuis la publication le 10 Juin 2017

Les statistiques du livre

  472 Classement
  61 Lectures
  +161 Progression
  4.5 / 5 Notation
  5 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

8 commentaires , 3 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

Chère @irene.dupuis
Je vous remercie d'avoir mis 28 de mes nouvelles dans votre bibliothèque sur les 37 que j'ai publiées.
J'espère que vous passerez un bon moment à les lire et que vous me donnerez votre avis sur les choses qui vous ont plu et celles qui ne vous ont pas plu.
Bonne lecture.
Fernand Fallou

Publié le 29 Décembre 2018

Cher F.F
Votre message m'a bien fait rire.... vous n'avez pas à vous inquiéter car j'aime lire vos histoires, mais ces derniers temps, il faisait si beau que j'ai profité du soleil en famille le plus possible.... Je fais le plein de vitamine D ;)
certainement vous devez vous demander pourquoi je ne lis que vos nouvelles d'ailleurs.
Sachez que je suis inscrite sur mon best-seller que depuis peu et lorsque j'aime un auteur, je lis tout ou presque de manière inconditionnelle.
Par ailleurs, vos nouvelles sont courtes, ce qui me rend la tâche aisée.
Vous êtes un fin cuisinier dites-vous ;0))
Si vous cuisinez comme vous écrivez, alors j''en ai l'eau à la bouche...
Pour l'heure je dois me contenter d'une toute autre nourriture, celle de l'esprit... Ooooop

Publié le 28 Avril 2018

Chère Chanelle75
Ça me fait très plaisir de lire votre commentaire, non pas par ce qu'il me dit de dithyrambique, mais parce qu'il m'amène des nouvelles de vous. Quand j'aurais dix mille fans, je ne m'apercevrai pas qu'il en manque un. Mais pour l'instant je peux les compter sur les doigts de mes mains et quand il en manque un, je suis un tantinet inquiet. Bref ! si vous mettez un gourmand et le dicton "on n'est jamais si bien servi que par soi-même" dans une cuisine vous obtenez un très bon cuisinier. (Ce que je suis). Vous dites " cinq Etoiles " merci, mais uniquement pour les plats que j'aime.

Publié le 27 Avril 2018
5
Bonjour Fernand Fallou Je termine à la minute votre nouvelle "Le jardin Immuable", et je reconnais avoir pris énormément de plaisir à le lire. Vous auriez fait un fin cuisinier car vous savez mixer l'imaginaire, l'histoire et la science fiction. Ce jardin immuable me rappelle le jardin d'Eden, ou tout était merveilleux et ou l'on vivait immortels et heureux. Psychiatres, psychanalystes et philosophes s' accordent sur la réalité de l'inconscient collectif, celui qui traverse les âges, cette pensée qui fait de nous des êtres de plus en plus intelligents (si je puis dire), je pense que vous n'êtes pas loin de la vérité. Et si c'était vrai ! Pour sûre, ce qui est vrai c'est que je ne suis pas surprise que votre histoire soit encore une fois tout à fait surprenante. Chanelle
Publié le 27 Avril 2018

Mon cher @jbtanpi
Je vous remercie pour ce commentaire chargé d'étoiles. Comparaison avec Walt Disney puif, puiiiif (sifflement admiratif) en fait, c'est le contraire, mon idée de départ, justement, c'est la fin… toute mon histoire est dans l'épilogue, le reste "c'est de la littérature" mais comme dans beaucoup de domaines l'effet obtenu est différent de l'effet attendu et toujours surprenant.
L'immortalité n'est pas promise, c'est une conséquence. Quant à savoir s'il est intéressant de devenir immortel, je répondrais que c'est une question très intéressante, mais c'est une autre histoire.
Merci encore.

Publié le 27 Juin 2017
5
Votre "jardin immuable" est un très joli conte pour adultes. Au début, il me fait penser un peu au monde de Walt Disney, exactement à l'opposé de certaines fictions pleines de personnages ambivalents, paumés et plein de contradictions. Les vôtres savent ce qu'ils veulent... et y arrivent (presque) facilement. Par exemple concevoir et réaliser ce portail merveilleux. L'idée de départ est très originale et la première partie se lit avec beaucoup de plaisir. En revanche, la fin me paraît plus difficile à suivre. Quant à savoir si l'immortalité promise par ce "jardin immuable" est un progrès essentiel pour l'humanité... ou une calamité (s'il est mal utilisé, ou si sa généralisation est excessive)... ... c'est à chaque lecteur de trouver une réponse à cette question. En tous cas, merci et bravo pour ce texte !
Publié le 26 Juin 2017

Mon cher @Brice Epédrague, je vous remercie pour ce commentaire et sa traîne d’étoiles. C'est un grand bonheur pour moi que de lire que ce texte vous a plu et que vous lui avez trouvé du charme et de la douceur. Oui, c'est une belle Utopie. Mais c'est un peu pour ça que j'écris, pour mettre du fantastique dans ma vie, vivre (de loin) des aventures juste un peu extraordinaires, c'est formidable ! C'est pour ça aussi que je lis. Et je pense que beaucoup de gens ont la même recherche que moi. Merci de m'avoir accordé un peu de votre temps.

Publié le 23 Juin 2017
4
Très jolie votre nouvelle. Pleine de charme et de douceur. Et de belle utopie. Ah si seulement…
Publié le 21 Juin 2017

Mon cher @Ewin Penanguer, après une longue réflexion, j'ai fini par vous donner raison et j'ai amputé mon interlude de tout ce qui n'était pas rattaché à l'histoire. Parole d'homme, c'était dur! Merci.
Je sais que vous vouliez carrément l'éliminer, mais là j'ai besoin d'un peu de temps.

Publié le 13 Juin 2017

Mon cher @Ewin Penanger
Il faut croire que mon épilogue ne vous a pas plu. Ce qui me désole, mais que que je peux comprendre. D'autant plus que je suis d'accord avec vous. C'est le côté scientifique qui vous dérange. C'est vrai, d’où sort ce savant qui découvre…

ancien texte
Quelques générations plus tard, un savant découvrit une onde qui émanait de notre ADN et qui racontait notre histoire depuis le début des temps. Cette onde, unique pour chaque esprit, ne pouvait être ni copiée, ni falsifiée.

Vous avez raison, je ne voulais pas écrire ça comme ça, mes doigts m'ont trahi.

nouveau texte
Cette évolution de nos esprits fit ressortir une séquence de codons jusque là inaperçue dans le milliard de pages de notre code génétique, différente pour chaque individu dans chaque espèce. Une séquence unique, toujours la même qu'on retrouve dans toutes nos vies.
---------------------------
J'ai changé la façon d'aborder l’histoire des géants (1ére page) en laissant Jules continuer de penser au lieu d'imposer ma pensée à ce texte…
-------------------------------------
Il était flexitarien. Nouveau mot 2017 (page 9, il faut vivre avec son temps)
-------------------------------------------------
Je réfléchis sur mon interlude.
J'ai commencé à lire votre livre.
1ere impression, c'est très poétique !
Amicalement

Publié le 13 Juin 2017

Mon cher @Ewin Penanguer, comment vous dire à quel point je vous suis reconnaissant d'avoir pris le temps de lire cette histoire qui me tient à cœur et de m'avoir fait part de vos commentaires dont je vais tenir compte. Au passage, merci pour les étoiles. Si vous saviez ce que je regrette de ne pas avoir travaillé plus en cours de français, je vous présente à vous et à tous les lecteurs qui me lisent mes plus plates excuses pour cet inconfort.
Cependant, Je me permets quelques explications.
L'épilogue et ses trois dernières lignes contiennent la véritable chute de ma nouvelle, d’où cette ligne dans le synopsis, ("et quelques lignes de science fiction à la fin").
Quant aux considérations sur le moustique, c'est le départ de la pensée de Jules Le Couturier qui va l'amener à l'idée maîtresse de cette histoire, à savoir, se laisser un message pour sa prochaine vie. A mon sens, on ne peut parler de la vie sans parler de sexe. (Moins de 10 lignes sur 53).
L'interlude sert à expliquer (avec humour) au lecteur que Jules Le Couturier, après sa mort devient Benoit Pasriche dans sa vie suivante.
Mais je comprends que certains mots grossiers, (5 en tout sur 48 pages, bien que très banals dans le langage courant d'aujourd'hui aient pu vous choquer (vous n'êtes pas le seul à me l'avoir fait remarquer). Je vais sûrement les changer.

Publié le 11 Juin 2017