Le Paradis artifice-ciel

88 pages de Aurélien Millot
Le Paradis artifice-ciel Aurélien Millot
Synopsis

En 2070, après que la grande guerre ait décimé 90% de l’humanité, une nouvelle société renaît de ses cendres en pensant remettre le mot civilisation au centre. Ayant tellement souffert, elle n’aspire qu’au plaisir en renonçant aux conflits et aux contraintes. Aussi dans le but de maintenir la paix, les différences sont bannies, tout a été nivelé de manière horizontale : la partie verticale : le monde de l’esprit et des esprits (philosophie, spiritualité)… a été chassé et déporté.
L’Homme s’est enorgueilli d’avoir tué Dieu tout en recréant ici-bas (très bas) a priori un paradis sur terre (à terre)… Cela étant la réalité bien qu’en apparence harmonieuse va laisser place à un nombre incroyable de dimensions cachées dans un enchevêtrement de réalités virtuelles fractales fracassantes.

2311 lectures depuis la publication le 26 Août 2017

Les statistiques du livre

  1094 Classement
  35 Lectures
  -88 Progression
  0 / 5 Notation
  9 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

4 commentaires Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@METIS Navré pour le retour tardif, je prends seulement connaissance de votre message.
Merci pour ce dernier, les grands esprits se rencontrent comme on a coutume de le dire…
Cet ouvrage a été écrit il y a 3 ans, de manière très particulière, je l’ai en quelque sorte téléchargé en 4 heures lors d’une nuit, ni en plein sommeil, ni en pleine conscience mais en état de conscience modifiée (sans avoir recours aux paradis artificiels). Ainsi je fais le lien avec vos pensées similaires, nous les avons probablement consultées dans le champ morphique, le monde des idées de Platon, l’Akhasha (chez les Hindous), l’éther (chez les grecs), peu importe l’appellation, bref cet espèce de cloud qui demeure en suspens quelque part… Lorsque l’on dit découvrir, révéler cela sous-entend que l’on a ôté le couvercle, le voile mais cette idée demeurait indépendamment de nous. C’est la raison pour laquelle Carl Jung (l’un des pères de la psychanalyse) disait "En plus de notre conscience immédiate qui est d'une nature tout à fait personnelle ... il existe un second système psychique d'une nature collective, universelle et impersonnelle qui est identique chez tous les individus."

Cet ouvrage est le signifié et le signifiant de son message, l’accès à un voire des mondes supérieurs et parallèles grâce à un élargissement de conscience. Comme disait Tesla « Chaque être vivant est un moteur relié à la roue motrice de l'univers. Alors que l'on pourrait penser que chaque être vivant n'est affecté que par son environnement direct, sa sphère d'influence extérieure s’étend à l'infini ».

Il va de soi que cet ouvrage correspond à un constat noir, une extrapolation exagérée et délirante d’un des futurs qui coexistent quelque part, histoire de faire réagir, de prendre conscience de certaines choses et ainsi peut-être aspirer à un dessein plus haut en couleurs et harmonieux qui reste à coécrire dans le Grand Livre de la vie.
Il demeure un nombre considérable de messages subliminaux. Il ne faut pas le lire de manière linéaire mais avec beaucoup de recul et de discernement. J’aurais pu écrire un ouvrage décryptant ces derniers mais je m’en suis toujours abstenu dans la mesure où la quête initiatique est intérieure et surtout n’est jamais directement révélée. La sagesse ancienne égyptienne témoigne à ce sujet que « Le véritable enseignement ne réside pas dans une accumulation de connaissances; c'est un éveil de la conscience qui traverse des étapes successives. »

Cela étant cette fiction correspond à un message jeté à la mer, à l’amer… avec bien entendu une lueur d’espoir car il révèle quelques clefs métaphysiques et mystiques quant à un changement possible de paradigme. Cela va dans le sens de ce qu’Einstein disait comme suit :
« L'être humain est partie de tout ce que nous appelons l'univers, une partie qui a ses limites dans le temps et l'espace. Nous faisons l'expérience de nous-mêmes, avec nos pensées, nos sentiments, nos perceptions, comme si nous étions une entité distincte et séparée du reste. Mais ceci est une illusion d'optique de la conscience et de cette illusion devient notre prison. Nous construisons une réalité dans laquelle nous n'incluons pas, par le biais de nos perceptions, nos désirs et sentiments, que nous-mêmes, les êtres et les lieux dont nous sommes proches. Notre tâche d'être humain est de nous libérer de cette prison et d'élargir notre cercle à l'infini pour y compris, dans l'amour et la compassion, tous les êtres, la nature et l'univers dans toute sa beauté. La vraie valeur d'un être humain se mesure à la capacité de limiter ses limites et de vivre la totalité, la valeur infinie, l'illimitée de l'Être. Si l'humanité veut survivre, une manière radicalement nouvelle d'être et de penser est nécessaire. »
Amicalement, AM

Publié le 17 Septembre 2019

Je ne suis qu'à la fin de la der des der mais j adore! J'aime les romans engagé et la prise de conscience par l humour. Malgré la complexité de tes idées elles sont parfaitement construites et organisées. De plus tu as la chance d avoir une écriture fluide presque poétique qui nous transposrte. Nous partageons la même vision futuriste ce qui est très déroutant à lire puisque nous ne nous connaissons pas. Je l'ai développé (moins rapidement et moins ludiquement) dans mon roman que je t invite à découvrir si tu es curieux! Il existe un milliard d hypothèses de progression de l humanité et nous avons exploité les mêmes, je trouve ça drôle! En attendant je file lire la suite!

Publié le 24 Février 2019

@Gaspard du Gévaudan
Navré qu’ils aient constituer des « jeux de maux » de tête pour vous alors :). Content néanmoins qu’au-delà de la forme, le fond vous ait poussé à la méditation. L’introduction explique brièvement comment ce récit m’est venu, de manière non conventionnelle sous 4h dans un « entre deux mondes » et quelque part il a été accouché dans la douleur (40 jours durant) plus qu’il n’est survenu en m’étant « éclaté » littéralement et pour être très honnête d’une certaine manière, ce dernier m’a plus effrayé qu’autre chose…

Publié le 06 Septembre 2017

Votre pitch a éveillé ma curiosité, car j’aime bien le sff. Mais votre style est difficile pour moi. Trop de jeux de mots trop systématiques qui ralentissent la fluidité de la lecture (reférendum – medias – Nations Unies et tant d’autres...). Ils ne sont pas sans intérêt. Mais, à mon avis, pas dans de telles phrases rédigées. Car chacun d’entre eux, appréciés ou non, marrants ou non, invitent à la réflexion. Bien trouvé ? Exagéré ? Ah non, pas celui-là, trop facile !... C’est juste mon avis, car j’imagine que vous vous êtes bien éclaté dans vos élucubrations fumeuses.

Publié le 30 Août 2017