Perse et ses mystères (tome2)

127 pages de Aurélien Millot
Perse et ses mystères (tome2) Aurélien Millot
Synopsis

Récit de voyage en Iran, sur les traces de la route de la soie (du Soi), à la recherche d’un vieux trésor enfoui en moi. Une histoire d’Amour charnelle de la Vie à travers le prisme du soufisme afin de percer ses mystères… et delà dévoiler, révéler une terre (et au-delà) occultée par l’ignorance et la propagande de toute part, et pourtant d’une richesse subtile inouïe.
Il s’agit d’une contemplation profonde (dans le langage des oiseaux, « contempler » littéralement « ouvrir le temple »), remplie de synchronicités, de personnages hauts en couleurs, un véritable conte des mille et une nuits contemporain amenant à un changement de paradigme sur de nombreuses idées préconçues.

919 lectures depuis la publication le 28 Août 2017

Les statistiques du livre

  2334 Classement
  20 Lectures
  +141 Progression
  0 / 5 Notation
  4 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

2 commentaires Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

Bonjour @Ghabi Belgacem,
Merci pour votre commentaire très touchant dans la mesure où c’est votre sensibilité qui a permis de révéler ces messages subliminaux. Cet ouvrage et au-delà leurs témoignages, ont en effet pour vocation d’enivrer le lecteur, de le perdre telles des volutes et autres danses de derviches tourneurs soufis qui tournoient inlassablement sur eux-mêmes. Mais en réalité tout praticien et initié sait que c’est in fine, l’univers (YOUniverse en anglais, néologisme oblige intraduisible, « l’univers en vous » en quelque sorte) qui tourne autour du soufi. L’idée est de diluer l’ego dans La Source en référence au grand poète soufi Rumi qui disait si sagement « tu n’es pas une goutte d’eau dans l’océan, tu es l’océan entier dans une goutte ».
Ainsi vous vous êtes dilué dans ce dernier en perdant votre identité, vous ne faisiez plus qu’un avec les personnages, le fil conducteur de l’histoire, car vous en faisiez partie (c’est la manière dont j’ai essayé de le partager, or « partager » c’est prendre part sans regard de qui incarne l’émetteur ou le récepteur car dans ce cas : objet, sujet et observation ne font qu’un, un point commun/comme 1) dans la mesure où vous faites partie de La Conscience (l’Unité indivisible, ce que notre monde d’illusion nous a fait perdre et nous a entrainé dans sa chute dès la naissance mais le but du jeu semble de la recouvrer)…
Votre image du cerf-volant est très juste, le ciel nous guide et il est nécessaire de conserver une prise de terre : la tête dans les étoiles, les pieds sur terre pour conserver un équilibre. Dans ce grand voyage sans fin que représente La Vie, le vent est en effet comparable au destin, ce fameux qui telle une feuille du grand arbre de vie vous amène où vous devez être. J’essaye à travers mes ouvrages de restituer cela afin que chacun puisse ressentir cela : ce fameux vent, ce que les mystiques Hindous appellent le poumon cosmique, duquel il est important de trouver la place qui est déjà la nôtre quelque part. Il s’agit-là d’un véritable vent de liberté. On sent alors que tout vibre en interdépendance que rien n’est réellement séparé, mais que tout est animé (entendons « âme », anima en latin) par une sève commune du Grand Arbre de Vie dont il est passionnant dans comprendre l’arborescence à travers son essence.
Alors pour filer la métaphore et jouer, dans le langage des oiseaux, qui est une langue volatile, un langage précieux et donc près des cieux, en effet j’essaye au mieux de m’AMuser avec ce cerf-volant de vie, jouant avec ce souffle divin, ce vent de liberté et sans vous faire de jeux de maux de tête je n’oserais pas rire avec cerveau lent mais plutôt user de l’expression serf-volant : car quand vous êtes attentif à ce phénomène et le « maitriser » ponctuellement de facto vous rachetez gratuitement votre servitude de serf quant à ce monde d’illusion et volez au-dessus de toute considération parfois bassement inhumaine, de là et par foi profondément humaine voire divine…
Bien AMicalement,
AM

Publié le 30 Septembre 2019

Bonjour;
@Aurélien Millot, Dans cette deuxième partie, vous m'avez tiré au fonds de certaines questions dans une intervalle allant de moins l'infini à plus l'infini, riches en couleurs , sentiments et spiritualités. Vous m'avez mené dans votre monde philosophique, tourné et retourné tout en descendant et en s'élevant tel un cerf-volant à votre guise! hypnotisé tout comme toi par Ghazal ou bien "Serpent" je me sentais guidé par mon destin jusqu'au dernier mot de la dernière phrase! Tel un enfant aguerri, vous dirigez bien le(s) cerf(s)-volants!!
N.B: certaines erreurs de frappe ou d'inattention sont à éviter lors des prochaines éditions! sans rancune!

Publié le 26 Avril 2019