Le dernier diamant de Simbad

93 pages de soron
Le dernier diamant de Simbad soron
Synopsis

On dit que Les Djinns n’ont jamais sommeil.
On dit qu’ils coursent les rêveurs.
On dit que les Djinns s’amusent de les voir tour à tour se réjouir et se rembrunir.
On dit que parfois, ils ne se contentent pas de rôder aux alentours.
Regardez celui-ci qui asticote l’homme qui dort avec une aiguille tellement fine qu’on la croirait transparente...
- Où suis-je ? interroge l’homme blessé.
- Dans de beaux draps ! ricane le Djinn.
- Et mon avion ? poursuit l’homme blessé.
- Piqué du nez dans la dune !
Le froissement d’une cape de soie fait péniblement sortir Giraud de Las Casas d’un sommeil passablement embrumé.
On dit aussi qu’ils n’aiment pas se montrer et qu’au premier clignement d’œil, ils disparaissent en coup de vent...

798 lectures depuis la publication le 10 Janvier 2018

Les statistiques du livre

  196 Classement
  145 Lectures
  -2 Progression
  5 / 5 Notation
  8 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

2 commentaires , 3 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !
5
Je ne suis pas allée plus loin que la 3e page tout simplement parce que ce n'est pas un genre que j'apprécie. Je ne peux donc pas donner d'appréciation et cela n'enlève rien à votre conte. Merci.
Publié le 10 Mars 2018

"Le dernier diamant de Simbad" est le "Livre le +" du 26 février. Retrouvez l’article qui vous donnera envie de le lire : https://www.monbestseller.com/actualites-litteraire-conseil/8864-le-livr.... Bonne lecture ! Et n'oubliez pas : si vous laissez un commentaire à l'auteur, il vous répondra.

Publié le 26 Février 2018

Bonjour
Un texte dans la tradition, avec quelques petits ajustements faciles après relecture. Je pinaille, naturellement, mais puisque vous êtes prof de lettres.
Page 3 Ne parle si fort : manque « pas ».
Page 3 Ce sera ton anniversaire […] – Vingt ans, jour pour jour. Il me semble que c’est le principe même des anniversaires, d’être jour pour jour !
Page 4 On est dans un conte, donc pourquoi le dire ? : C’est une nuit d’été, une nuit d’Orient, comme disent les contes… (Personnellement, je crois que l’on peut se passer de « comme disent les contes »
Page 5 […] « Les Djinns » et plus loin « les Djinns ». Je garderai la minuscule à « les » toujours.
Page 5 Le froissement d’une cape de soie fait péniblement sortir Giraud de Las Casas d’un sommeil passablement embrumé […] au premier clignement d’œil : Ça fait beaucoup de « ement » que l’on peut alléger.
Page 6 En typographie Les Mille et une nuits s’écrit bien en italique, mais Les Mille et Une Nuits. Lorsque le titre commence par un article défini, le premier substantif prend la capitale, en l’occurrence « Nuits ». Si un qualificatif, un ordinal ou un cardinal le précède, il la prend également. « et » reste en minuscule.
Page 6 [pas de terribles…] terribles quoi ?… Est-ce voulu ?
Page 7 [Et pourquoi ce livre…] Si c’est une citation, en typographie, on la met en romain et entre guillemets et non italique .
Page 7 « L’histoire d’Ali Cogia, Marchand de Bagdad », c’est le nom complet du conte, donc en italique avec un H majuscule à histoire.
Page 8 […] vient de jeter dernières forces : manque « ses »
Page 8 « maître » sans capitale alors qu’au début du texte il est avec une capitale : Maître. Harmoniser le texte.
etc
Bon, voilà, rien de grave, mais une petite relecture pour le reste des pages et tout ira bien.

Publié le 26 Février 2018
5
J’ai eu l’impression de retrouver les livres de mon enfance. C’est hors du temps. Un très beau roman d’aventures qui vient si bien à contre point du tout vite d’aujourd’hui. C’est un conte, une poésie qu’on lit en prenant son temps, une tasse de café à la main, qu’on a envie de donner à ses enfants qu’ils le découvrent, qu’ils se sortent de leurs videos ! Merci pour ce beau partage.
Publié le 15 Février 2018
5
C’est très délicieux votre roman des mille et une nuits. On vous lit avec bonheur et admiration d’inventer de tels récits aujourd’hui. C’est rafraichissant. Vous nous faites rêver de nouveau à Sherazade, à ces légendes d’Orient, à ces villes des déserts, à ces caravanes, on se prend d’affection pour ce jeune Allende au prénom improbable, on vit ses aventures comme si on les voyait. Très beau.
Publié le 10 Février 2018