Écueils de poésies

132 pages de Alexandre Majorczyk
Écueils de poésies Alexandre Majorczyk
Synopsis

Et cueille ces écueils
Où mes rimes se bousculent.
Ils remplissent ces recueils
blanchis, au crépuscule.

Cachées par l’orgueil,
Mes pensées effeuillées,
Jettent un coup d’oeil,
À la mer esseulée.

Et se couvrent les reflets
D’une éclipse noctambule
Sur cette eau troublée
Cataclysme incrédule.

Voici un extrait de mon premier ouvrage, qui est composé de trois recueils:
Les âmes perdues - 78 poèmes sur le thème des perditions.
Visions dans l'étang, et tant de pensées - onze paires de poèmes écrits à Lure
La fin n'est que le début - histoire rimée d'un cataclysme.

Le poème "mon Violon" a été publié dans la revue du Cherche-Midi parmi les 8 poèmes retenus pour le concours Teranova 2004

522 lectures depuis la publication le 30 Mars 2018

Les statistiques du livre

  1010 Classement
  40 Lectures
  +374 Progression
  5 / 5 Notation
  6 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

9 commentaires , 4 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@BOLOPION Michel,

Merci pour votre beau commentaire et les étoiles. Ça me fait toujours plaisir de voir que mes poèmes peuvent toucher différentes personnes, différentes sensibilités.
J'avoue avoir écrit la plupart de ces poèmes spontanément, et ils sont venus à moi assez facilement, bien que sur une période relativement longue. Je les ai très peu retravaillés. Quelques uns m'ont cependant coûté plus de temps et ont exigé de retravailler les rimes, et leur tempo. J'ai souvent lu à voix haute mes poèmes pour ressentir le rythme des mots, des sons et la fluidité de l'ensemble. En tout cas je trouve que ça m'a aidé.
En ce qui concerne le vocabulaire employé, c'est le mien à 100%, lorsque j'étais étudiant. C'est donc une caractéristique complètement individuelle, et je suis sûr que je n'ai absolument pas pensé au fait d'avoir utilisé des mots du langage populaire. Si vous avez "tiqué" sur ces mots triviaux, alors j'espère que ça a été positivement, comme pour ce beau quatrain de Jacques Prévert, que j'ai apprécié avec justesse.
Lorsque j'écris des rimes, je recherche un peu tout ce qu'il y a dans ce quatrain, les jeux sur les sons, le tempo et la fluidité de lecture, l'évocation de mes pensées ou idées avec l'envie de laisser libre le lecteur qui les lira, comment les apprécier. Parfois, je crois que j'atteins mon but sans toutefois considérer que j'arrive même à la cheville du grand Jacques Prévert.

Publié le 05 Août 2018
5
@Alexandre Majorczyk Beaucoup de sensibilité et d'inspiration, ce qui a justifié à mes yeux les cinq étoiles. Lecture agréable. La poésie reste cependant un art ingrat et exigeant. J'ai tiqué toutefois sur quelques très rares mots empruntés au langage populaire, habituellement éloignés du langage poétique. Je cite Prévert. "Pauvre joueur de bilboquet, à quoi penses-tu ? je pense aux filles aux mille bouquets, je pense aux filles aux mille beaux culs". Dans ce cas, l'utilisation d'un mot trivial a un sens. il exprime la dualité féminine : la tendresse et le désir charnel,
Publié le 05 Août 2018

@Aude Allard
@BOLOPION Michel
Merci de l'avoir ajouté a votre bibliothèque.
Alexandre.

Publié le 20 Juillet 2018

@Matus,
Merci pour le commentaire et les étoiles. 2018 est un peu un renouveau pour moi. J'ai écrit quelques nouveaux poèmes depuis le début de l'année, et je verrai ou tout çà me mène, toujours dans l'esprit de partager.

Publié le 09 Juillet 2018
5
L'homme libre
Publié le 08 Juillet 2018

Situation remise à zéro plus ma fable onomatopéique..
Mon livre est disponible en entier ici pour tout le monde.
Pourquoi? Car j'estime que Je me suis trompé, et je veux rester logique avec moi-même.
Partager c'est ce qui compte avant tout le reste.

Alexandre Majorczyk

Publié le 09 Juin 2018

Pour ceux qui ont ajouté mon ouvrage à votre bibliothèque, veuillez me pardonner. J'ai modifié le contenu et j'ai laissé un extrait qui représente environ 50% de mes Ecueils de poésies (avec un haut-le coeur à chaque fois que je sélectionnais les poèmes...).
En contrepartie, je vais publier ici un autre ouvrage sorti d'un vieux carton, une fable onomatopéique.
Bonne lecture à tous!

Publié le 08 Juin 2018

@Poème,
Merci pour les étoiles, je suis toujours surpris lorsque quelqu'un apprécie ce qui représente un petit bout de ma vie.
Le café des misères a été écrit au départ comme une chanson, c'est l'un de mes premiers poèmes. Je l'ai raccourci avant de le publier dans ce recueil, cela lui a donné plus de force en le rendant plus concis.
J'écoutais beaucoup Miossec à l'époque, ce qui m'a assurément inspire quelque part, dans ce poème en particulier
Merci encore pour ce commentaire,
Alexandre.

Publié le 19 Avril 2018
5
J'aime beaucoup : Le café de la misère. Je pense que la poésie coule dans vos veines car vos poésies sont magnifiques.
Publié le 15 Avril 2018

@Gaby Chantrie,
Merci d'avoir ajouté mes écueils de poésies à votre bibliothèque, et pour ce commentaire.
La question que vous posez pourrait facilement faire l'objet d'une dissertation...

Il est vrai que j'ai plus d'inspiration ou que je capte mieux la beauté de l'instant, lorsque je suis d'humeur plutôt triste. C'est valable pour moi, pas nécessairement pour d'autres auteurs.
Peut-être que ces moments tristes, cette humeur nostalgique sont justement des vecteurs de mon inspiration.
Ensuite, j'aime bien visualiser mes rimes ou faire rimer mes visions avec plus ou moins de bonheur (aux lecteurs et lectrices d'en décider).

J'imagine qu'il existe des poètes heureux (qui savent trouver l'inspiration dans les moments de bonheurs) et des romanciers malheureux (qui cherchent à s'évader de ce quotidien maussade en écrivant des histoires dans un monde parallèle idéalisé - ils vous paraissent alors avoir le coeur plus léger, mais en apparence, et la vérité est tout autre...).
En tout cas, lorsque je suis heureux, je vis le moment, plutôt que de l'écrire, et j'en profite. C'est une des leçons que j'ai apprises.
Alexandre.

Publié le 09 Avril 2018

Votre poésie (comme beaucoup) est rarement gaie. Je me demande toujours si on est poète que dans ses moments nostalgiques, un peu gris, et que l’on est romancier quand on a le cœur plus léger ? Je vous mets dans ma bibliothèque, je reviendrai, il y a de beaux passages. Merci pour ce partage.

Publié le 07 Avril 2018

@Jo Galetas
Merci pour les étoiles.
Pour l'instant je découvre le site. J'ai lu quelques ouvrages et je ne les ai pas tous notés, seulement ceux que j'estimais à 5 étoiles.
Je suis désolé de répondre un peu tard (je profite d'une pause pour cela), je suis content que mes poèmes puissent toucher d'autres personnes que mes proches.
En tout cas, ça me donne envie de continuer à noircir de vers quelques feuilles blanches,
Littérairement, Alexandre.

Publié le 04 Avril 2018
5
Bonjour Alexandre. J'ai lu une bonne partie de ton oeuvre et je proclame que tu mérites bien cinq étoiles. Je reviendrais probablement compléter cet avis une fois que j'en aurais terminé la lecture, mais il y a peu de chances que mon opinion change d'ici les quelques pages qui me restent. Les profils et les ouvrages sont nombreux sur mBS, mais les profils et les ouvrages de qualité sont plutôt rares, et le tien en fait partie. Tes vers naissent d'une plume habile et maîtrisée. A bientôt ! Littérairement, Jo.
Publié le 01 Avril 2018