Les Chroniques de Franck Kramer - Chapitre 1

17 pages
Extrait
de Geralt Jorowsky
Les Chroniques de Franck Kramer - Chapitre 1 Geralt Jorowsky
Synopsis

Une seule idée me trotte désormais dans la tête : comment me sortir de ce merdier ? Car là c’est sûr, à tous les coups je vais y passer. Et ce n’est pas en déguerpissant comme un mal propre que les choses vont aller en s’arrangeant. Ils me retrouveront sans mal et après ça… Oh putain. Je n’imagine même pas le pied qu’ils prendront lorsqu’ils m’enfileront je ne sais quel instrument dans le cul pour m’arracher les intestins. Franck Kramer, ivrogne et ennemi publique de l’empire Kleno, quel avenir de chiotte.

394 lectures depuis la publication le 26 Avril 2018

Les statistiques du livre

  2290 Classement
  25 Lectures
  -82 Progression
  0 / 5 Notation
  0 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

2 commentaires Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

Salut J-C et merci pour ce retour !
A vrai dire, comme tu l'as toi même indiqué, j'ai encore un gros boulot de construction et surtout de style à mettre en place. Sans te mentir, j'ai dû feuilleter wikipédia pour comprendre certaines de tes remarques. "Germanopratine" m'a laissé sur le cul. Car même en lisant sa définition, je pense ne pas l'avoir comprise... Ah ces jeunes ! ;)

Dans tous les cas, ça fait plaisir d'avoir un retour aussi bien argumenté. Car sans te mentir, je commence juste à écrire. Et je ne dispose malheureusement pas de l'entourage nécessaire pour me dire si ces quelques pages sont bonnes à servir de cale table ou méritent d'être lues.

Pour ce qui est du style, je ne voulais pas me prendre la tête. Je voulais que ça coule au naturel, sans forcer.

Encore merci et au plaisir !

Publié le 21 Mai 2018

C'est l'histoire d'un gars qui est capable de pondre des phrases qui tiennent debout, bien construites, qui en gros coulent toutes seules (à quelques fautes près). Mais qui se fait plaisir en parsemant ses pages de grossièretés (assez répétitives) et qui n'y va pas mollo dans le glauque. La présentation donne le ton, on aura le bon goût de ne pas être surpris. Le manque d'élégance germanopratine ravira certains, je ne suis pas sûr que l'accumulation de vulgarités s'imposait, pas plus que le besoin de nous faire patauger dans le glauque. En fait, ça me gêne moins que le fait qu'on soit flanqué trop brutalement dans un univers sans disposer des informations élémentaires (Kleno, j'arrive à piger; klenocrate, c'est déjà plus subtil mais on s'en sort; enfin, Ecclésiastes, là c'est le flou total), ce dont ne se rend pas compte un auteur familier de ses propres constructions. Une fois la bête désossée, on obtient une histoire tout à fait classique en SF, et soit on grogne "Ah, encore ces trucs...", soit on se laisse aller. Je crois que j'ai juste grogné, sans y rajouter un ou deux jurons pour rester dans l'ambiance. Pour tout dire, bordel, l'auteur pourrait faire bien mieux, putain, s'il échappait à certaines petites manies, merde. Oh pardon, ça m'a échappé.

Publié le 21 Mai 2018