Mascara

220 pages de oliv Ello
Mascara oliv Ello
Synopsis

Ce week-end, Charlotte et Carole reçoivent leurs copines transgenres dans leur gîte.
On y croise Angélina, la débutante, encore prisonnière de ses rêves, Erika la prostituée, Isabelle qui attend son opération de réassignation et Joelle l'indécise.
A chacune son parcours, son histoire, ses errements. Entre fantasme et réalité.
Un roman qui bouscule les préjugés.

498 lectures depuis la publication le 21 Juin 2018

Les statistiques du livre

  45 Classement
  478 Lectures
  +7 Progression
  4 / 5 Notation
  11 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

12 commentaires , 2 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Mokeddem
Je ne connaissais pas la ville de Mascara avant de lire ce message encourageant.
J'y ferai peut-être un tour un jour. Qui sait?
Merci pour cet éloge qui me fait un bien fou.
Que demander de plus?
Merci.

Publié le 16 Juillet 2018

Tiens une compatriote, me suis-je dit en lisant le titre. Mascara est ma ville natale. C'était pas ça le sujet du livre, un univers de femmes, de transgenres, de pédés et de pédettes, pour ne pas dire prostitués tous genres, mais bon, je me suffis de pied de biche, non je veux dire yeux de biche et khôl pour me donner l'illusion que ma ville est cité dans ce livre. Le coup de cœur est mérité pour ce livre, non parce que Oliv est ma compatriote virtuelle, si on veut, mais parce que c'est vraiment bien écrit. En cette année 2018, c'est le seul auteur lu sur Mbs qui a du "Style". Elle est ce qu'on appelle un auteur. Une professionnelle de l'écriture… qui a sa façon de rouler son texte, la théorie du "lombric", charlotte est… donc Charlotte a... et ainsi de suite ! Les passages sur Angelina sont d'un précis - aussi à mourir de rire - digne d'un ethnologue. Oliv, c'est de la bonne huile d'olive pour le lecteur !

Publié le 12 Juillet 2018

@MALZIEU
J'ai fait plusieurs allers et retours entre la province et Paris avant de descendre à Limoges, pour des raisons professionnelles.

Publié le 11 Juillet 2018

Py est un provincial monté à Paris comme moi. On est tous des provinciaux quelque part. C'est ou votre lointaine province?

Publié le 10 Juillet 2018

@PMALZIEU
Je connais Py de nom mais il s'aventure rarement dans ma lointaine province.
Et Avignon est un peu loin.

Publié le 10 Juillet 2018

C'est un compliment. Py est le directeur du festival d'Avignon. Son livre est intéressant. Il en a fait un spectacle.

Publié le 09 Juillet 2018

@MALZIEU
Merci Malzieu pour ce commentaire que je prends comme un compliment
Je ne connais pas "Les parisiens".

Publié le 09 Juillet 2018

Dans le genre, Olivier Py a fait mieux avec "Les parisiens". C'est le style qui pêche ici, avec un tel sujet, il devrait être flamboyant comme celui de Py. Pourtant on sent le talent. Lâchez vous M. Ello.

Publié le 07 Juillet 2018

@Francois BAUER
Merci François pour ce commentaire.
Ce roman date de quelques années après une longue période d'abstinence.
Depuis, j'ai commis d'autres textes.
Bien sûr qu'il faut les aimer les transgenres.
Elles n'attendent que ça et elles le méritent.

Publié le 04 Juillet 2018
4
Une impression d'écriture simple, trop condensée, une narration manquant parfois de piquant. Certaines situations exigent des détails tandis que d'autres sont superficielles. Est-ce votre premier livre ? Néanmoins, ce roman donne envie d'apprendre ce qui se passera par la suite. Son ambiance particulière incite à continuer la lecture. Faut-il aimer ces transgenres d'un genre particulier ? A chacun de se faire une idée... Moi, j'ai mis ce roman dans ma bibliothèque...
Publié le 03 Juillet 2018

"Mascara" est le "Livre le +" du 2 juillet. Retrouvez l’article qui vous donnera envie de le lire : https://www.monbestseller.com/actualites-litteraire-conseil/9592-oliv-el.... Bonne lecture ! Et n'oubliez pas : si vous laissez un commentaire à l'auteur, il vous répondra.

Publié le 02 Juillet 2018

@TESSA MARIE DE LISLE
Merci Tessa Marie pour ce commentaire.
Les transgenres se construisent par rapport à ce qu'elles voient, entendent ou lisent. Il y a donc une grosse part de fantasme dans cette démarche.
Les femmes apprennent également la féminité, mais elles sont aidées par leur mère ou leurs amies alors que les transgenres apprennent toutes seules

Publié le 02 Juillet 2018

@Chris Martelli
Je découvre ce commentaire avec plaisir.
J'ai suivi votre conseil et modifié le résumé.
Qu'il est difficile de se vendre!
Etre lu.e et apprécié.e, je ne demande pas plus.
Quand au reste, je laisse le lecteur se faire une idée.
L'écriture a-t-elle un genre?
Merci beaucoup

Publié le 30 Juin 2018
5
Un synopsis moins vendeur, difficile à écrire. C’est dommage, car votre récit est vraiment fort. Sens de la narration, du rythme, pour ne pas dire style d’écriture, casting improbable bien sûr, mais surtout incroyable, art du dialogue. Ça serait beaucoup trop cartésien de dire que vous cochez un peu toutes les cases. Ça serait enlever à votre récit cette atmosphère très particulière que vous lui avez mis. Cette envie de savoir qui m’a fait tourner les pages. Savoir quoi ? Je ne sais pas, car il n’y a pas vraiment de progression. C’est un huis-clos. 24 heures dans la vie. Un week end. Je me demande si vous êtes un écrivain ? une écrivaine ? Je suis bluffée. Bravo
Publié le 29 Juin 2018