Tu ne le diras à personne

336 pages de Armonia Zyra
Tu ne le diras à personne Armonia Zyra
Synopsis

C’est en apprenant brutalement un secret de famille qu’Armonia Zyra a entrepris la rédaction de ce roman. Elle y décortique les mécanismes de la transmission d’un traumatisme subi par un enfant au début du 20e siècle. L’omerta qui entoura cet évènement majeur n’a eu de cesse d’empoisonner le destin des membres d’une même lignée familiale. Nous découvrons alors avec effroi le poids des non-dits, les ravages du silence et son impact sur la psychologie des protagonistes de cette histoire, génération après génération. Armonia Zyra aborde un sujet exigeant, mais avec finesse, sans jamais tomber dans le voyeurisme. Un livre qui ne laissera pas indifférent.

8546 lectures depuis la publication le 16 Juillet 2018

Les statistiques du livre

  2 Classement
  2972 Lectures
  0 Progression
  4.5 / 5 Notation
  149 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

21 commentaires , 20 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !
5
Je viens de finir le magnifique livre d'Armonia Zyra, "Tu ne le diras à personne". Bouleversant. Armonia avait écrit son histoire personnelle liée à son combat pour sa transformation. C'était un livre captivant, bien écrit, mais factuel, en fait. Après son recueil de poésies, j'attendais le prochain livre. J'ai été surpris. Très agréablement surpris. Quelle force, quelle puissance dans les descriptions. Et quelle histoire aussi ! L'histoire d'une malédiction qui persécute une famille de génération en génération, depuis la fin du 19ème siècle où un enfant a subit le harcèlement et le viol par un prêtre. C'est écrit dans un français pur, beau, travaillé, celui du siècle concerné où l'on sent encore l'écriture cursive avec ses pleins et ses déliés, avec ses mots, désuets aujourd'hui pour certains, mais qui signifient quelque chose, qui trouvent un écho dans notre esprit. Comme on disait à l'époque, "de la belle ouvrage". Et puis le style change, les mots évoluent avec les générations qui suivent. La malédiction se poursuit sous un autre aspect et dans un langage de plus en plus moderne. Comment Armonia a-t-elle réussi ce tour de force ? Avec son talent! Car on découvre là une grande auteure. Vraiment. Et si son prochain livre est de cette nature, nul doute qu'Armonia laissera une trace dans la littérature françaiseJe viens de finir le magnifique livre d'Armonia Zyra, "Tu ne le diras à personne". Bouleversant. Armonia avait écrit son histoire personnelle liée à son combat pour sa transformation. C'était un livre captivant, bien écrit, mais factuel, en fait. Après son recueil de poésies, j'attendais le prochain livre. J'ai été surpris. Très agréablement surpris. Quelle force, quelle puissance dans les descriptions. Et quelle histoire aussi ! L'histoire d'une malédiction qui persécute une famille de génération en génération, depuis la fin du 19ème siècle où un enfant a subit le harcèlement et le viol par un prêtre. C'est écrit dans un français pur, beau, travaillé, celui du siècle concerné où l'on sent encore l'écriture cursive avec ses pleins et ses déliés, avec ses mots, désuets aujourd'hui pour certains, mais qui signifient quelque chose, qui trouvent un écho dans notre esprit. Comme on disait à l'époque, "de la belle ouvrage". Et puis le style change, les mots évoluent avec les générations qui suivent. La malédiction se poursuit sous un autre aspect et dans un langage de plus en plus moderne. Comment Armonia a-t-elle réussi ce tour de force ? Avec son talent! Car on découvre là une grande auteure. Vraiment. Et si son prochain livre est de cette nature, nul doute qu'Armonia laissera une trace dans la littérature française
Publié le 15 Novembre 2018
4
"Tu ne le diras à personne" raconte comment le traumatisme vécu par un enfant peut se transmettre au sein d'une famille en traversant plusieurs générations. La génétique n'est pas le seul héritage dont on regrette parfois la transmission (quand on récupère la calvitie du père ou les taches de rousseur de sa grand-mére). Nous le savons tous, les "non-dits", les secrets empoisonnent les familles aussi lentement que surement. Armonia Zyra n'aime pas la facilité et ce livre en est l'exemple criant.Malgré un sujet difficile, elle décrit des situations dramatiques toujours avec justesse, sans tomber dans un pathos complaisant comme aurait pu le faire un auteur moins doué. Armonia ne cherche pas à brosser ses lecteurs dans le sens de l'émotion elle raconte cette histoire en restant sobre et factuelle. Une précision d'écriture qu'elle démontrait déjà dans "Je suis une poupée gigogne". La progression de l'histoire est maîtrisée et le drame qui se noue est absolument fascinant. Vivement le prochain roman.
Publié le 15 Novembre 2018
4
Un livre bien écrit, prenant et émouvant qui nous présente l'envers d'un décor qu'on ne connait pas toujours.
Publié le 14 Novembre 2018

Merci @Christian Canella pour votre commentaire. En effet le silence crie, provoque souffrances et parfois détruit lorsqu'il est en relation avec un crime ou un traumatisme.

Publié le 09 Novembre 2018
4
Une famille du siècle passé, un lourd secret, des abus sexuels (cela fait étrangement écho à l'actualité) les repercutions psychologiques sur les protaginistes, les comportements qui se reproduisent et on se retrouve dès le départ plongé dans la vie étouffante et difficile d'une famille, puis de sa descendance, avec le poids du passé et des secrets présents. On en a parfois la nausée... C'est relaté avec force et brio, brut, sans jugement... et c'est nous (lecteurs) qui devenons les témoins et les juges. Ouch... sujet lourd mais au combien fort et important. En tout cas on est tres vite happé par ce récit, il est difficile d'en décrocher pour faire une pause.... c'est fort, bien écrit et on est en apnée jusqu'à la fin !
Publié le 09 Novembre 2018
4
l'auteur a réussi à faire passer les ressentis de façon émouvante et en même temps révoltante très belle histoire lue rapidement car captivante
Publié le 17 Octobre 2018
5
C'est un roman qui crie les silences ! Il y des sujets qui appellent, interpellent, celui-ci est un débat à lui tout seul. Je le classe dans une catégorie intermédiaire " historico-pédagogique", pour la façon de nous narrer une histoire et en même temps de rappeler que les tabous étaient, sont et seront toujours à combattre. C'est écrit subtilement avec une plume de velours mais de l'encre indélébile. Pas moyen de s'en défaire. J'ai aimé.
Publié le 12 Octobre 2018

Cher @Elijaah Lebaron, je vous souhaite une belle lecture et attends vos commentaires avec impatience.

Publié le 08 Octobre 2018

Je n'ai pas encore lu "Tu ne le diras à personne" qui est placé en pole position sur ma PAL. Mais connaissant la plume, le courage et l'exigence d'Armonia, ne ne doute pas que cette lecture sera très intéressante.

Publié le 08 Octobre 2018
5
Prenant de la première à la dernière page, quand on l'a commencé, on ne veut plus le poser!
Publié le 08 Octobre 2018

J'ai toujours aimé les sagas familiales et pouvoir observer l'évolution des personnages génération après génération. On dit que toutes les familles ont un secret bien gardé, mais force est de constater que certaines familles sont plus impactées que d'autres !
Une écriture fluide et prenante, j'ai dévoré ce livre avec beaucoup de plaisir!

Publié le 08 Octobre 2018

Merci @Bookscritics pour votre commentaire. Le temps de la résilience est effectivement très long et il faut parfois des décennies pour pouvoir parler. D'où l'impérieuse nécessité de supprimer la prescription des crimes sexuels sur les enfants pour donner la possibilité aux victimes de se reconstruire. Ce livre est sombre mais il est loin de la réalité vécue par des milliers d'enfants. J'espère qu'il aidera à faire avancer la législation.

Publié le 08 Octobre 2018
4
Les secrets + les silences = LE combo parfait pour ruiner une famille… de génération en génération, évidemment ! Sinon, ce n’est pas drôle ! C’est dur de se confier à quelqu’un quand on est une victime de trucs affreux comme le viol ou des attouchements sexuels. Encore plus si on est enfant et que dans son éducation on lui inculque cela comme « normal ». « Tu ne le diras à personne » traite de ces secrets et de ces silences douloureux qui ont détruit une famille sur plusieurs générations. C’est donc un livre sombre, très sombre, dur, très dur ! Je vous le recommande si vous aimez les secrets de famille.
Publié le 08 Octobre 2018

@Bh, je vous souhaite de beaux moments de lectures. N'hésitez à me laisser votre appréciation sur mon roman.

Publié le 01 Octobre 2018
5
Bh
Je commence a peine la lecture,et suis déjà complètement entrée dans le récit,hâte de lire la suite
Publié le 30 Septembre 2018

C'est moi qui vous remercie chère @klode ! Vous ne pouviez pas me faire plus beau compliment. Si mon livre vous a aidé à vous réconcilier avec votre passé et à dépasser des traumatismes, j'en suis comblée. N'hésitez pas à parler autour de vous de mon roman car le bouche à oreille est bien plus efficace pour valoriser un livre que la publicité virtuelle. Je vous souhaite une bonne continuation sur votre chemin de résilience et tout le bonheur possible. Amitié. Armonia

Publié le 19 Septembre 2018
4
Merci @Armonia Zyra pour votre récit. il est tellement pur et vrai. j'ai eu l'impression parfois d'être dans le feu de l'action et il m'a permis de me réconcilier avec mon passé et de comprendre qu'aucune victime n'est coupable de ci qui lui arrive
Publié le 19 Septembre 2018

"Tu ne le diras à personne" est le "Livre le +" du 11 septembre. Retrouvez l’article qui vous donnera envie de le lire : https://www.monbestseller.com/actualites-litteraire-conseil/9906-armonia.... Bonne lecture ! Et n'oubliez pas : si vous laissez un commentaire à l'auteur, il vous répondra.

Publié le 17 Septembre 2018

Chère @Armonia Zyra
On pourrait ajouter bien des noms à votre liste...
JM Apathie a placé son livre auto-édité sur Amazon dans le Top 25 des meilleures ventes, Koskas auto-édité aussi sur Amazon qui est dans la liste Renaudot. J'adore ma libraire qui me fait découvrir plein d'auteurs, mais si les éditeurs n'acceptent pas de sortir de Saint-Germain-des-Prés, elle et eux sont morts.
Je vous souhaite beaucoup de succès avec votre agent.

Publié le 16 Septembre 2018

Cher @Malzieu, merci pour vos deux commentaires. Je suis bien de votre avis. Je ne lis que très peu d'écrivains contemporains car je n'y trouve pas mon compte. Les Nothomb, Bussy. Musso, Lévy et consorts encensés par le petit milieu parisien de l'édition ne nous pondent, chaque année, que des succédanés d'une prétendue littérature. Je préfère bien mieux ceux que l'on nomme les classiques notamment Emile Zola dont je suis une grande amateur et Marguerite Duras mon écrivaine préférée et tellement moderne. Je n'ai d'ailleurs envoyé mon livre à aucun éditeur connaissant par avance leurs refus.Je me suis plutôt tournée vers un agent littéraire dont j'attends la prochaine réponse. Bien à vous. Armonia

Publié le 16 Septembre 2018

Cela fait deux mois que je suis sur MBS. J'ai lu pas mal de romans. C'est inégal mais certains (comme celui-là) pourraient parfaitement être édités dans un circuit classique. J'observe les romans de cette rentrée littéraire, le niveau n'a jamais été aussi bas. de l'auto fiction souvent glauque (Frêche) toujours médiocre (Angot niveau dissertation 4°). Comme toujours la littérature étrangère nous apporte les meilleures choses (le Julian Barnes est génial). Bien sur il y a les vrais écrivains Quignard, Desarthe mais le reste est consternant. Comment peut on éditer des trucs aussi nuls? On a l'impression d'avoir un pays réel de la littérature qu'on trouve à MBS et un univers fermé dans l'entre-soi qui est le monde de l'édition.
Marco Koskas, édité par Amazon, fait partie de la première liste des candidats au Prix Renaudot. Il se passe quelque chose.

Publié le 16 Septembre 2018
5
Roman classique pour un sujet qui ne l'est pas. Cela fonctionne plutôt bien. Les traumatismes se transmettent entre génération sous forme de névroses, voire de véritables maladies. C'est un sujet en plein essor. Roman, fresque sociale, bonne histoire bien écrite. Je viens de lire un essai sur Proust, (Mémoires maudites Patrick Mimouni Grasset). Il explique que les riches oncles mariaient leurs amants à une nièce. C'est ce qui s'est passé pour le père de Proust. Curieusement, j'ai immédiatement pensé à cela pour le comte. Quelles étaient ses relations avec son beau-père? Cela a renforcé pour moi l'ambiguïté du personnage.
Publié le 13 Septembre 2018

OK, bien noté. Je n'ai pas échappé à cette inclination de la plupart des lecteurs. Celle d'assimiler son auteur au personnage principal. Je profite de ce com' pour te féliciter pour ce joli cœur rouge attribué par monBestSeller. Un petit cœur très mérité. Amicalement. Michèle

Publié le 13 Septembre 2018

Chère @lamish, merci pour ton commentaire élogieux et tout en sensibilité qui m'a beaucoup touchée.
Attention toutefois. Ce roman, bien qu'il comporte des aspects autobiographiques, est une fiction et Victoire un personnage imaginaire qui n'était donc pas présent dans "je suis une poupée gigogne" mon récit autobiographique. Bien amicalement. Armonia

Publié le 12 Septembre 2018
5
Beaucoup d’émotion à te lire, Armonia. « Je suis une poupée gigogne », ce roman fort qui conte l’incroyable combat de Victoire pour sa métamorphose, m’avait déjà impressionnée. Sa ténacité, sa détermination à toute épreuve aussi. En découvrant ses proches à la lecture de « Tu ne le diras à personne », je me suis fait la réflexion que, si elle avait hérité d’un lourd fardeau générationnel, elle avait également hérité de la force de caractère de ses aïeux. Une force aussi frappante dans le non-dit et la répétition que dans le désir de pulvériser ce carcan, de mettre un terme à cette spirale destructrice, d’être enfin soi-même pour commencer à vivre. Nombre d’entre eux m’ont touchée. L’oncle Antoine et sa générosité. Blanche, petite blanche et sa chansonnette qui arrache les larmes. Emile et son incroyable métamorphose. Céline et sa capacité à l’empathie, son amour inconditionnel pour Julien. Et tant d’autres encore… Quant au père Augustin, je ne peux dire « qu’il rôtisse en enfer ! », à défaut d’y croire, mais je souhaite que son âme erre dans des limbes obscures à jamais. J’ai trouvé que la pudeur de ton récit décuple l’effet émotionnel. Pas de voyeurisme, pas de mélo, mais une vérité nue exprimée avec subtilité. Les mécanismes psychologiques et réactionnels des victimes comme des bourreaux sont criants de réalisme. Bref, tu l’auras compris, je ne suis pas restée indifférente comme le prévoit le synopsis. Enfin, ta plume s’est vraiment affirmée en deux ans. C’est assez bluffant. Merci infiniment pour ce beau partage. Amicalement. Michèle
Publié le 12 Septembre 2018

Merci @Eva Verna pour votre commentaire. Il ne vous a en effet pas échappé que j'ai eu à cœur dans ce roman de ne pas tomber dans le voyeurisme et la vulgarité. Un exercice difficile mais indispensable pour la crédibilité et l'accessibilité à tout public de mon livre.

Publié le 29 Août 2018
4
Une jolie facon pudique de raconter des histoires graves transposées dans le temps
Publié le 29 Août 2018

@Mogway Je vous remercie pour votre commentaire et suis bien contente que mon roman vous ait plu.

Publié le 20 Août 2018
4
Merci pour ce beau moment de lecture!
Publié le 20 Août 2018

Merci @Antoine Loiseul pour votre commentaire. Effectivement ce livre fut pour moi comme une thérapie, une mise à distance mais quel roman ne l'est pas. Cela dit, c'est d'abord une fiction. Il contient certes de forts éléments autobiographiques mais pour mieux, comme dans mes deux livres de référence : l'Amant et Un barrage contre le Pacifique de Marguerite Duras, faire la symbiose entre une réalité et un imaginaire. Il m'a de ce fait demandé un gros travail de recherche afin d'éviter anachronismes et invraisemblances.

Publié le 17 Août 2018

Votre livre est une réussite.Une quête sans compromission sur l'identité. Qui sommes-nous ? Mais surtout pourquoi nous sommes comme nous sommes. Cette écriture apparait comme une thérapie mise à distance.
Transposer pour prendre de la distance pour mieux comprendre, pour éviter accablement et souffrances inutiles. Ce roman (biographique) fait état aussi d'une remarquable documentation historique et psychologique. Dur et passionnant.

Publié le 17 Août 2018

Merci @Caroline LAMBERT pour ce commentaire, le premier pour ce roman. Je pense effectivement que l'on peut décrire des événements graves, terribles, indicibles avec délicatesse, pudeur, humour aussi. Cela n'en amoindrit pas pour autant leur portée dramatique. Je pense même que c'est tout le contraire. C'est pourquoi, j'ai essayé dans ce livre de manier beaucoup de registres afin de ne pas lasser le lecteur et de lui permettre aussi de respirer. Amitié. Armonia

Publié le 15 Août 2018

Cher @Michel CANAL merci de tout cœur pour ce commentaire. Dans ce livre, j'ai effectivement essayé de reconstituer les mécanismes souterrains et inconscients de la transmission intergénérationnelle d'un traumatisme. j'espère y avoir réussi et donné à ce roman une certaine crédibilité. Amitié.

Publié le 15 Août 2018

Chère @Fanny Dumond, votre commentaire me touche d'autant plus que vous fûtes une des premières à lire et à commenter mon premier livre, avec justesse et sensibilité. Vous l'avez compris, ce livre, je l'avais en moi depuis longtemps et je me devais de l'écrire. Pour tous ceux qui souffrent dans leur chair de tels agissements malheureusement prescriptibles. Pour me permettre d'assumer un passé si lourd et qui a certainement influé sur mon développement personnel. Maintenant qu'il est écrit, je peux aborder la vie avec plus de sérénité et m'investir dans d'autres projets littéraires.

Publié le 15 Août 2018

Merci @Trisha E. pour votre commentaire et vos éloges. Je n'imaginais pas lorsque j'ai commencé ce roman combien il était exigeant. On ne triche pas avec la vérité. Le fond historique, les personnages, la progression de l'intrigue devaient être impeccables pour être crédibles. Cela m'a demandé beaucoup d'efforts et d'ajustements et je me réjouis qu'il ait pu vous toucher et vous passionner. Mes amitiés à vous. Armonia

Publié le 15 Août 2018
5
@Armonia Zyra j'ai beaucoup votre façon de dire l’indicible dans votre "témoignage" qui prend aux tripes et souvent insoutenable à lire comme cette rengaine de la poule qui picore. Et sous couvert de religion comment peut-on être aussi abjecte et laisser faire de telles ignominies ? Les secrets de famille nous empoisonnent littéralement la vie, ils sont très difficiles à porter et rejaillissent souvent sur les générations futures qui elles n'ont rien demandé mais en subissent les conséquences comme vous le démontrez parfaitement dans votre roman très abouti, que je n'ai pas lu une seule fois en diagonale et croyez-moi, de ma part c'est un compliment. Mes amitiés à vous Armonia. Trisha
Publié le 14 Août 2018
5
Merci infiniment @Armonia Zyra pour votre roman prenant, souvent difficile à lire, qui nous plonge dans la réalité sordide que vivent les victimes du poison violent qu'est le silence. Votre premier roman vous a permis d'évoquer et d'expliquer votre parcours afin de devenir la femme que vous êtes depuis toujours, mais il vous a fallu écrire un second livre pour remonter plus loin dans le passé pour répondre à tous vos "Pourquoi" et vous débarrasser des pesanteurs du passé. J'ai vécu le même cheminement que vous : d'abord cet irrépressible besoin de dire, puis après l'apaisement que procure l'écriture salvatrice vient très rapidement le besoin de comprendre les causes, de remonter dans le passé pour tenter d'analyser certains comportements qui dépassent notre entendement, d'où mes deux autres romans pour boucler la boucle et être, enfin, apaisée. J'ai beaucoup aimé votre écriture simple, sans fard qui vient du plus profond de votre âme. On n'écrit jamais si bien qu'avec son âme, Armonia. Je vous souhaite du plus profond de mon cœur une belle vie avec tous ceux qui vous entoure de leur amour et de leur affection. Amitié à vous. Fanny
Publié le 14 Août 2018
5
Pour qui connaît le parcours d'@Armonia Zyra et a lu « Je suis une poupée gigogne », cette suite (qui pourrait tout aussi bien s'inscrire en préalable) est le complément utile. Avec « Tu ne le diras à personne », fiction reconstituant pas-à-pas une réalité, Armonia déroule le processus des conséquences d'une situation sordide et condamnable, laquelle en affectant un individu, a empoisonné les générations suivantes. Ce phénomène est maintenant bien connu ; il fait l'objet d'une spécialité développée depuis à peine un demi-siècle : la psycho-généalogie. Les événements, les traumatismes, les secrets et les conflits vécus par les ascendants d'un individu conditionnent ses faiblesses, ses troubles psychologiques, ses maladies, voire ses comportements étranges ou inexplicables. Plus simplement, cette pratique clinique permet d'appréhender son histoire personnelle en retrouvant d'anciennes histoires familiales. C'est ce à quoi s'est livrée Armonia, avec talent et recherche pour bien coller aux conditions sociologiques des périodes évoquées au fil des générations. Les situations, les engrenages, les processus utilisés par les prédateurs d'innocentes victimes sont particulièrement réalistes, entraînant le lecteur dans le domaine de l'émotion et de la réprobation. Avec tout son talent, elle en fait, avec tact et finesse, le témoin compatissant des conséquences affectant inconsciemment chaque génération. Cette histoire familiale permet de bien comprendre comment un événement du passé peut empoisonner le futur sur plusieurs générations… et en filigrane, pourquoi l'auteur est devenue Armonia.
Publié le 06 Août 2018
5
prenant , profond , et ecriture dynamique ! un vrai sujet abordé sans fard et avec justesse , sans voyeurisme , sans tapage . je l'ai lue en 4 soirées mais à chaque fois , l'appel de la page suivante etait trés fort ! merci our ce beau texte
Publié le 01 Août 2018
4
Très bon roman. Je l'ai parcouru avec intérêt. Les personnages sont attachants. Une incursion dans les méandres du non dit et des dégâts qu'il occasionne. La vérité prend souvent des chemins détournés. La résilience fait le reste.
Publié le 25 Juillet 2018
5
Armonia nous livre ici une histoire sur un sujet grave, comme pour son premier livre "Je suis une poupée gigogne", Armonia traite le sujet avec finesse et délicatesse. J'ai dévoré cette histoire, mélange de réalité et de fiction et j'ai adoré encore une fois. Armonia nous invite dans un monde pas facile mais avec toute la douceur de ses mots. C'est ce qui me plait dans l'univers d'Armonia, la faculté d'écrire sur des sujets graves avec des mots doux et une approche sincère sans tomber dans la vulgarité ou les mots crus. Armonia, encore une fois, tu m'as emporté par ton style d'écriture. Et encore une fois j'ai adoré te lire. Amitiés. Caroline
Publié le 25 Juillet 2018