La commissaire y va bille en tête

91 pages de Paul Deléon
La commissaire y va bille en tête Paul Deléon
Synopsis

A l'insu de madame Pépin, l'agent Pépin découvre les joies et plaisirs du billard français dans le cadre accueillant d'une brasserie de Meaux, La Boule d'Argent. Hélas, la serveuse favorite des habitués est trucidée horriblement, entraînant l'intervention décidée de la commissaire Simone Moreau, autre patronne de l'agent Pépin. Une chasse à l'homme s'engage par monts et par vaux au-delà de frontières à priori peu désirables. L'épilogue, on devait s'y attendre, ne se présente pas dans un état d'esprit de modération ou d'amour du prochain.

684 lectures depuis la publication le 12 Août 2018

Les statistiques du livre

  611 Classement
  50 Lectures
  -48 Progression
  0 / 5 Notation
  21 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

3 commentaires Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@bacquet Merci pour votre commentaire. C'est la deuxième fois que l'on me mentionne la capitaine Marleau dont je n'avais jamais entendu parler. Quant à l'absence d'effets américains, pas de grand mérite, je suis vacciné après presque 30 ans passés là-bas. J'y ai fait la connaissance de feu Don Hamilton, le très sympa auteur des Matt Helm. Je travaille laborieusement sur une nouvelle enquête qui se passe dans le milieu des courses hippiques. Un peu de patience...

Publié le 26 Février 2019

Dans la alignée des autres livres, et plus ont en lit on retrouve un "verbial " du capitaine marleau.
Très agréable à lire, subtile et toujours sans effets Américains.
Continuer, ont vous adore.
Cordialement.

Publié le 21 Février 2019

C' est un grand plaisir de se replonger dans un nouveau livre, surtout d' un auteur qui m' a déjà bien plu. Donc, cette chère commissaire, que je comparais à la cap'taine Marleau me semble être de la famille par mésalliance du commissaire San-Antonio, n' est il pas ? Cependant, une chose me contrarie, le matou de miss Moreau, je ne puis souffrir une chatte rébarbative, de mauvais poil alors qu' elle devrait, à contrario apporter douceur et plaisirs mais bref ...encore une fois, j' ai passé de forts agréables moments. maintenant je vais chercher l' ambassadeur au château pour lui prêcher la religion de Saint Polar.
A vous lire et relire, Cordialement votre . W.S

Publié le 02 Septembre 2018