un pitbull au purgatoire

204 pages de Paul BOISSIER
un pitbull au purgatoire Paul BOISSIER
Synopsis

L’action se déroule à Marseille, ses environs, et Grenoble en 2012.
Un directeur commercial ruiné par son employeur se trouve accusé de détournements de marchandises. Lavé de tout soupçon par la police, il gardera une rancune tenace contre la justice.
Pour Marc, désormais, les portes de son métier précédent lui sont interdites ; résigné, il accepte d’être un pompiste.
Une nuit, un paquet-cadeau livré sous une pluie de balles le pousse dans une enquête qui le concerne.
De toutes ses forces, l’ancien V.R.P. va chercher la vérité et mettre sa vie en danger.
Entre monde urbain et rural, son chemin s’apparente au purgatoire.
Marc veut démasquer un ou plusieurs psychopathes pour sortir la tête hors de l’eau et revenir enfin, parmi les vivants.

574 lectures depuis la publication le 04 Septembre 2018

Les statistiques du livre

  110 Classement
  211 Lectures
  +1 Progression
  4 / 5 Notation
  9 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

1 commentaires , 1 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@pelo

Vos phrases bienveillantes me vont droit au cœur. Enfin une critique, enfin un lecteur qui ose affronter Marc Brenner... [le héros du roman].
Chaque mot, chaque encouragement me permet d'avancer ou de rectifier l'orientation d'un nouveau livre. Pour information, si les lecteurs et lectrices sont assez nombreux, j'envisage de lancer Marc Brenner vers d'autre enquêtes...

Paul BOISSIER

Publié le 17 Septembre 2018
4
J’avoue que j’ai été amusé par certains mots, certaines expressions familières ou populaires que je n’ai pas l’habitude d’entendre ou de lire. A titre d’exemple voici une série de mots qui m’ont amusé : une donzelle, serrer la paluche, garçonnière, tenancier, une vraie bourrique, tu as la scoumoune mon chou, la poulette..... Le narrateur a plus qu’une vie mouvementée et peu banale, on pourrait écrire un roman autour de lui. Pas le temps de s’ennuyer, il a peu de chance et a le don d’attirer vers lui les emmerdes. Le narrateur est au mauvais endroit et au mauvais moment, c’est un chat noir et forcèment cela fait rire. Je n'ai pas vu de fautes d'orthographe.
Publié le 17 Septembre 2018