L'instinct des grues cendrées

217 pages de lamish
L'instinct des grues cendrées lamish
Synopsis

En s’installant dans un pays si proche, Sarah et Julien n’imaginaient pas s’y sentir presque étrangers, un jour. Ils ne soupçonnaient qu’un un tel dépaysement, un tel décalage humain, soient possibles.
Mais ils ignoraient qu’ils avaient oublié un petit morceau de leurs cœurs là-bas, chez eux. Un tout petit bout qui faisait d’eux des êtres incomplets.
Il était une fois une nuée de papillons qui allait les effleurer de leurs ailes et jouer avec leur destin…

1043 lectures depuis la publication le 06 Septembre 2018

Les statistiques du livre

  174 Classement
  146 Lectures
  +46 Progression
  4.8 / 5 Notation
  19 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

16 commentaires , 11 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !

@Michel Canal, merci, mille mercis pour ton savoureux commentaire dont je me suis délectée, même si j'ai le sentiment de ne pas le mériter. Mais comment ne pas ronronner de plaisir lorsque l'on est ainsi caressée dans le sens du poil ? Quant aux généreuses cinq étoiles, elle rejoignent le firmament de mes amis auteurs, accentuent un peu plus son éclat chaleureux. C'est un privilège que d'être lue par toi, car tu sais allier capacité à l'empathie et fouille détaillée du contenu, tout en relevant les coquilles résiduelles qui se jouent tant de nous que c'est à se demander si elles ne font pas des petits la nuit ;) ! Alors merci pour ta lecture avisée et pour le ton petit coup de polish qui m'ont comblée. Bises. Michèle

Publié le 05 Novembre 2018
5
@lamish, je sais que tu as pardonné mon retard pour lire ton petit dernier, une vraie leçon de vie. Ta plume exquise entraîne le lecteur sur divers sujets. Ceux qui te connaissent bien ne seront pas surpris ; ceux qui te découvrent seront admiratifs de ton style et de ta personnalité. Qui connaît Michèle, son empathie, sa droiture, son énergie, son aptitude à s'entendre avec tout le monde, détestant les conflits et les embrouilles, la retrouvera sous les traits de Sarah. A travers « L'instinct des grues cendrées », plus particulièrement les quatre retardataires et le questionnement de Sarah sur le "Pourquoi de leur retard ?", tu nous délivres, à la manière d'une parabole métaphorique, un message sur le couple : « ce magnifique volatile choisit un unique partenaire pour la vie ». Confrontés à toutes les difficultés, épreuves et désillusions qui les affecteront tout au long de ce témoignage intimiste sur le rêve d'un "ailleurs", choisi en Extremadura en tournant la page sur le passé français, Sarah et Julien resteront-t-ils unis ? Car, comme l'a souligné notre ami commun @Kroussar, expatrié au Cambodge « Nombreux sont les expatriés qui ont vu leur rêve brisé, leur couple broyé, leur vie anéantie !… Ils voulaient couper les ponts avec le passé, parfois avec la famille. Mais, quelle que soit la destination, quel que soit le rêve, la réalité les rattrape, les dépasse, les renverse. » Autre sujet traité dans ce roman, en opposition avec l'amour porté à vos deux chiennes Barry et Kate, le comportement incompréhensible et critiquable des Espagnols envers les animaux, qu'il s'agisse des chiens (de courses de lévriers ou de chasse), cruellement torturés à mort après services rendus, abattus froidement s'ils ne font pas l'affaire, ou du gros gibier massacré à grande échelle lors des chasses. L'élément central du roman, inimaginable pour nous Français, parfaitement décrit, où ton style se révèle, est le très long processus semé d'embûches de tous ordres pour mener à bien votre projet de construction : une "casa rural". De quoi être découragé, avoir envie d'abandonner, mais où Sarah va se révéler, face à tous les intervenants, avec son courage, sa ténacité, mais aussi comme compagne de Julien à qui elle transmet sa force de caractère. Pour le plaisir, il y a heureusement le regard sur la beauté de la nature : le ballet matinal et vespéral des hirondelles en été, le brame du cerf, les faons jouant au bord de l’eau sous le regard des biches surveillant la marmaille, des hérons et des cigognes pêchant côte à côte au bord des lacs… et bien sûr, la migration des grues cendrées. On l'aura compris, c'est un bon moment de lecture. Merci pour ce partage.
Publié le 04 Novembre 2018

@Ratiba Nasri 3, quelle surprise et quel plaisir de te retrouver ici, Ratiba ! Merci de m'avoir lue et si gentiment commentée. Merci également pour tes étoiles au scintillement bien particulier. Tout cela me touche énormément, et que tu aies passé un bon moment en ma compagnie me ravit. J'ai vu que tu avais remis en ligne ton recueil de nouvelles, que tu l'avais étoffé. J'ai hâte de lire tes dernières créations. Je te dis donc à très bientôt sur ta page et t'embrasse. Michèle

Publié le 17 Octobre 2018
5
@Lamish Michèle, j’ai été happée par cette histoire pleine de rebondissements. L’écriture parfaitement maîtrisée dévoile ton indéniable talent de romancière (que j’avais déjà perçu à travers tes écrits). Tes mots sonnent justes et on sent ta ténacité, ton courage, mais aussi ta sensibilité à fleur de peau. On se délecte de tes mots et de ce témoignage vivace mais sincère. Le départ pour L’Espagne, avec du rêve pleins les yeux et le cœur. Un projet magnifique et porteur avec un investissement total. Les désillusions qui arrivent rapidement et cette nostalgie de la France qui sonnent la fin de l’exil. Cette expérience a été difficile à vivre, mais elle vous a rendu plus forts et vous a fait comprendre que l’herbe n’est pas plus verte ailleurs. Merci Michèle, pour ce superbe moment de lecture que j’ai apprécié ! Bisous. Ratiba
Publié le 16 Octobre 2018

@Gilles Do2 Merci infiniment pour votre lecture, votre commentaire pertinent et les généreuses étoiles associées. Ils me comblent d'autant plus que vous êtes un auteur que j'estime pour ce qu'il est autant que pour son œuvre. Amicalement. Michèle

Publié le 12 Octobre 2018
5
@lamish Quelle histoire ! Deux aspects m'ont plu : l'un, le difficile exercice de l'autobiographie, l'autre l'impeccable description des déboires du monde de la construction. Vous avez su raconter un chemin de vie, avec ses angoisses, ses bonheurs et ses compromissions avec cet appétit de vivre qui semble vous caractériser ! Merci pour ces...confidences ?
Publié le 12 Octobre 2018

@Llyle Ascot, bien sûr que je te reconnais, et quelle heureuse surprise de te retrouver sur ma page ! Merci pour ta lecture, ton sympathique commentaire et tes généreuses étoiles. Oui, comme tu vois, ma patiente a des limites. Je n'agresse jamais la première, mais je sais griffer et montrer les dents quand il n'y a pas d'autre remède ;). Notre système est gangrénée à grande échelle et, je te rassure, je ne me fais plus d'illusions depuis belle lurette. Chat échaudé... Mais je suis toujours confiante en mes congénères. Du moins en ceux qui partagent mes valeurs humaines. Ceux dont tu es, d'ailleurs, et qui suffisent à restaurer ma confiance en l'avenir. Merci encore pour ta visite. Bises. Michèle

Publié le 10 Octobre 2018
5
Hé bé ! Je n'avais jamais connu Michèle comme ça. Elle, si douce et tout en rondeur dans les mots qu'elle choisissait pour ne pas heurter l'autre même dans le cas d'une certaine chasse au Troll. "Te souviens-tu d'un temps..." La mesure a disparue. Là elle se lâche et balance. On sent le ras le bol. Oui, mais la plume est encore là et je dirais même plus pointue et parfois acerbe, mais ça lui va bien. Un petit iota sur une phrase qui me fait penser que voir les choses de loin leur donne parfois une teinte plus douce qu'elles ne sont en réalité : "le mot solidarité a presque disparu du vocabulaire, et la chacun pour soi est empereur, alors qu'en France, il n'est que roi." Je réponds : Attention aux rêves qui se transforment en chimères, tout n'est pas rose au pays. En tout cas, j'illumine les 5 étoiles pour son talent, son courage et sa prise de conscience. Je ne sais plus sous quel Pseudo j'ai écrit ce commentaire, mais @lamish me reconnaîtra. Bises
Publié le 10 Octobre 2018

@BOSSY, merci, mille mercis, Gérard ! Voilà que tu troques ton panama et ta canne pour ton costume de héron, et que tu voles à mon secours :) ! Je t'en suis d'autant plus reconnaissante que je te sais convalescent, que tu es encore à des années lumière de nos petites préoccupations ordinaires, et que pianoter sur ta tablette n'est pas des plus aisé... Toi qui as vécu en Espagne, tu connais CERTAINES de ces réactions qui désarçonnent parfois lorsque l'on touche au grisbi, entre autres... Oui, les grues cendrées vont encore migrer. Elle ne vont pas tarder, d'ailleurs, et je les attends avec impatience. Comme tu l'écris, il y aura forcément une suite, mais je ne la partagerai pas ici où je me sens trop exposée. Quand on nait "éponge", il faut savoir se protéger. Seuls mes proches et amis, dont tu fais partie, en auront la primeur quasi quotidienne. Prends soin de toi. Je t'embrasse. Michèle

Publié le 07 Octobre 2018

@ lamish. Les mauvaises manières de certaine lectrice n’enlevent Rien à l’interet du livre, mais soulignent l’intérêt à éliminer les kroll de mBS

Publié le 07 Octobre 2018
5
@lamish. Belle étude de la complexité des affaires en Espagne , de l’inventivite des fonctionnaires pour tirer profit des autorisations qu’ils délivrent et de l’acharnement des protagonistes à mener à bien leur projet un peu fou ! J’aime bien les détails de la psychologie des différents personnages. Quelle histoire ! Et quelle belle aventure au fin fond de l’Espagne où le brame du cerf accompagne le vol migratoire des grues cendrées sous un ciel empli d’etoiles filantes. Même si la plupart des Espagnols n’ont pas l’ame Aussi noire que celle que leur prête lamish, ils se reconnaîtront dans les péripéties décrites par l’autrur Je crois savoir que l’aventure n’est pas finie et qu’il y aura donc une suite à ce thriller espagnol...Les grues cendrées vont encore migrer longtemps Raconte- nous, lamish !
Publié le 07 Octobre 2018

@Lise Dupuis, merci infiniment, Lise, et bonne journée. Michèle

Publié le 02 Octobre 2018

@lamish, puisque vous dites que c'est votre petit dernier, j'ai cherché vos autres parutions.
Je les ai trouvées et je vais les lire prochainement. Merci.

Publié le 02 Octobre 2018

@Lise Dupuis, mille mercis de m'avoir lue et si joliment commentée. C'est un immense plaisir que de glaner l'avis dune nouvelle lectrice, et que vous ayez apprécié mon petit dernier me comble tout particulièrement. Amicalement. Michèle

Publié le 01 Octobre 2018
4
J'ai beaucoup aimé l'écriture tout du long. Même si le rythme est lent je suis restée accrochée à l'histoire de Sarah. C'est intimiste et ça nous retient jusqu'à la fin et là, on est content(e) de savoir que ce couple a enfin trouvé sa place. Merci pour ce beau roman. Continuez!
Publié le 01 Octobre 2018

@Boris Phillips, quelle belle surprise de te retrouver sur ma page pour me gratifier d'un joli commentaire et de généreuses étoiles ! Je sais que ce que j'écris n'est pas ton genre de prédilection, aussi suis-je particulièrement touchée. Et toi, où en es-tu ? As-tu un nouveau bébé en gestation ? Merci encore et à bientôt, j'espère, au plaisir de te lire. Amicalement. Michèle

Publié le 27 Septembre 2018
5
Bonjour Michèle - @lamish -. Une très belle écriture intimiste pour une histoire intime. Merci de l'avoir écrite. Amicalement. Philippe.
Publié le 27 Septembre 2018

@Antoine Loiseul, mille mercis pour votre lecture et votre retour sensible qui me touchent d'autant plus qu'ils tombent à point nommé ;). Amicalement. Michèle

Publié le 26 Septembre 2018

C'est simple, direct, naturel . C'est la vie et ses embûches et ces moments de communion qui font que l'on comprend qu'elle vaut la peine d'être vécue. Délicat.

Publié le 25 Septembre 2018

@Cristina Leg, adorable Cristina, quel plaisir de te lire ici, de retrouver ta douceur et ta grande capacité à l'empathie ! Cela est devenu si rare que je remercie encore le destin d'avoir provoqué notre rencontre sur MonBestSeller. Je n'avais jamais écouté attentivement la chanson de Jean-Jacques Golman. Aussitôt fait, et je comprends que ce récit te l'ait évoqué. Je te remercie du fond du cœur d'avoir pris le temps de me lire, alors que ta vie est déjà bien remplie, qui plus est avec une disponibilité toute particulière que j'apprécie, vraiment et comme toujours. Merci pour cet éclat supplémentaire apporté à une journée pourtant très ensoleillée. Merci pour tes mots et les cinq merveilleuses étoiles qui densifient mon firmament. Je t'embrasse fort. Michèle

Publié le 17 Septembre 2018
5
Coucou Michèle, quel magnifique partage, d'exemple de vie, d'amour, de volonté et de patience. Ta plume nous transporte dans l'incroyable aventure de Sarah et Julien où leur rêve en commun devient malgré eux un chemin parsemé d'embuches. On y découvre une Espagne à l'état brut et son environnement qui charmera et apaisera Sarah et Julien. Ce couple hors du commun nous emmène, nous transporte dans des contrées lointaines et nous apprennent à leur façon comment aller au bout de nos rêves. Ton récit Michèle, me fait penser à la chanson de Jean Jacques Golman " Au bout de mes rêves". Un grand merci pour ce partage, je t'embrasse. Cristina
Publié le 17 Septembre 2018

@VAY Céline, mon amie, oui, incroyable femme qui ne cesse de m'épater ;), MERCI !!! Merci de m'avoir lue avec une telle disponibilité d'esprit, car je sais combien ton énergie est précieuse pour toi, en ce moment. Merci pour la brassée de fleurs qui ensoleille ma journée. Merci pour tes mots qui m'ont bercée par leur poésie. J'ai réfléchi à approfondir l'Espagne cette nuit, comme tu me l'as suggéré, et vais tenter, au travers d'anecdotes afin de ne pas trop plomber ou critiquer, d'en développer certains aspects le temps d'un autre chapitre. Un petit plus pour toi, et pour les lecteurs curieux de découvrir les contradictions de ce très beau pays. Je t'embrasse très fort. Michèle

Publié le 11 Septembre 2018
5
@Lamish Coucou Michèle. Alors, pour prévenir les remarques de @Sandrine C, oui, il s'agit d'un commentaire d'amie, qui pourrait être perçu comme dithyrambique si ce n'est que la qualité de ton écriture ne laisse place à aucun doute. Toujours ce sens de la description, du détail, qui créé l'Image. Avec Ultime procès, tu nous prenais à bras le corps. Là, le ton est différent: en demi-teinte, voilà, pudique, les confessions sont comme arrachées, par écran interperposé. Celui de ces deux personnages, ils s'interposent entre toi et nous. Dire sans trop en dire, s'efforçer à la neutralité quand bien même la colère parfois gronde, ne pas juger ce qui dépasse. Une économie, une mentalité, un pays que l'on voudrait épouser mais la mariée se laisse difficilement conter fleurette, elle revêt ses plus beaux atours, aguiche, mais au moment de la nuit de noce, il n'y a plus qu'un grand éclat de rire. Ton récit est un très beau message : le voile est levé mais pas déchiré, pas piétiné. Tu ne laisses à personne le droit de briser un rêve nourri tant d'années durant. J'aime m'imprégner de ta force dans ce livre : immuable et destin ne s'accoquinent plus. Je prends ce livre comme une leçon. Un seul regret : pour moi tu pouvais approfondir sur l'Espagne sans risquer de lasser, justement parce que ta plume est un excellent guide, elle délivre force détails en rivant le lecteur à ses phrases. On comprend bien mieux qu'avec des articles glanés ici et là, dans un vocabulaire économique rébarbatif. Toi, tu nous amènes à vivre l'Espagne. Je t'embrasse fort. Céline
Publié le 11 Septembre 2018

@Sandrine C, mille mercis pour votre lecture attentive et vos impressions fouillées. C'est un réel privilège d'être lue de la sorte. Eh oui, comme vous le soulignez, je suis une femme, "quoi de plus naturel en somme", aurait ajouté Polnareff s'il était né femme :), j'écris donc des romans de femme, rien de moins naturel :). Mon intuition me dit beaucoup de choses. Certaines que je peux écrire, d'autres que je ne peux développer ouvertement, mais je les sens si fort que ce n'est pas facile à gérer ni agréable à vivre, parfois. Merci encore. Amicalement. Michèle

Publié le 09 Septembre 2018
4
Je retrouve votre plume délicate qui joue subtilement entre les dits et les non dits. C’est amusant, il y a toujours un sens du détail (le modèle précis de la voiture, les descriptions très précises des races de chiens…) qui côtoie ce que vous laissez à vos lecteurs le soin de deviner. Et ça, dans cette longue narration introspective, à la limite de l’ennuie pourrait-on croire. En fait non, c’est le rythme que vous donnez, le rythme de l’observation, des réflexions, du temps qui passe, de l’ennuie du quotidien. Renforcé par ce temps au passé que vous avez choisi pour le dire. Un roman de femme. Merci de ce partage.
Publié le 09 Septembre 2018

@Kroussar, votre fidélité m'honore, Jean-Claude, et m'émeut au plus haut point. Que dire quand un lecteur, qui plus est auteur d'un magnifique roman, vous couvre de fleurs ainsi ?... A part merci du fond du cœur, je suis bredouille ;). Oui, on a beau lire moult témoignages, entendre autant de sons de cloche, chaque expatriation est une aventure singulière. On n'y est jamais totalement préparé. On croit tout emmener avec soi, dans un espoir de reconstruction complète, mais certains éléments refusent de rentrer dans nos bagages, et nous devons faire avec. On se dit que l'on ne peut pas tout avoir, qu'il faut faire des choix, mais jamais le doute ne nous quitte d'avoir fait les bons ou non... mais je prêche un converti, qui me lit de très loin, au milieu de ses rizières ;). Merci encore, Jean-Claude. Je vous embrasse ainsi que Lyly et Lina. Michèle

Publié le 08 Septembre 2018
5
J'ai dévoré le nouveau Lamish. Que du bonheur ! Parfois mes yeux se sont embués, suivi d'éclats de rire, de surprises, d'indignations ! Sarah et Julien ont entrepris ce que peu de personnes osent faire dans leur vie: réaliser un Rêve ! Vivre son Rêve et non, Rêver sa Vie ! Généralement on en sort GRANDIT ou DÉTRUIT. Réussiront-ils à éviter le naufrage ? Je vous laisse découvrir ! Mais on se prend à aimer ses deux personnages hors du commun. Sarah, malgré les doutes et les épreuves, entraîne Julien par sa volonté. Elle le pousse, lui transmet sa force. Cette force qui manque souvent ! Nombreux sont les expatriés qui ont vu leur rêve brisé, leur couple broyé, leur vie anéantie ! Pourtant, l'aventure et l'exotisme les avaient conquis, leur avaient donné les ailes pour entreprendre, ailleurs. Ils voulaient couper les ponts avec le passé, parfois avec la famille. Mais, quelle que soit la destination, quel que soit le rêve, la réalité les rattrape, les dépasse, les renverse. Et, ils sont nombreux ces aventuriers échoués au bout du monde ou non loin de nos frontières. Une fois de plus @lamish nous surprend, nous entraîne dans une aventure pleine de suspenses. Ce magnifique roman, est une belle histoire d'amour, comme Michèle aime nous les conter, et nous donne une belle leçon de courage, et probablement les clés des arcanes de l'expatriation. Merci Michèle, je vous embrasse.
Publié le 08 Septembre 2018