Mémoire d'un voyou

195 pages de Claude Cotard
Mémoire d'un voyou Claude Cotard
Synopsis

Les prisons sont faites de larmes qu'ont versé depuis la nuit des temps ceux qui croyaient avoir choisit le chemin de la facilité.

Les mémoires d'un voyou, C'est les souvenirs de Claudio Drattocci.
c'est l'histoire de son père.
C'est sa propre histoire.
C'est l'itinéraire d'un homme, de son fils, de 1901 à 2009.
C'est la traversé des époques, du gangstérisme,de la guerre,de la vie.

Ce n'est pas l'histoire d'un bandit d'honneur, d'un voyou plein de panache, d'un Robin des bois.Ça n'existe pas dans le milieu !

2651 lectures depuis la publication le 15 Mai 2013

Les statistiques du livre

  1107 Classement
  32 Lectures
  +47 Progression
  4.7 / 5 Notation
  12 Bibliothèque
 

Ce livre est noté par

5 commentaires , 2 notes Ajouter un commentaire
Pour répondre à un membre, précédez d'un @ son nom d'utilisateur , et il sera prévenu de votre réponse !
4
Bonjour Claude, j'ai lu votre livre de bout en bout et on se prend vraiment à croire à l'histoire. Si vous n'aviez pas précisé à la fin que c'était une histoire imaginaire, je ne m'en aurai pas douté. Bravo. Salutations.
Publié le 05 Avril 2017
En guise de clin d’œil, voici un peu comment je vois notre rôle : Comme pour des milliers d’aspirants romanciers, la première hantise de la page blanche passée, juste après avoir osé se lancer dans ce grand bain, le roman commence enfin à prendre forme dans votre tête, puis sur le papier. Comme un potier donnant vie à un bloc de glaise informe, chaque mot modèle peu à peu le récit qui peut suivre nonchalamment son cours ou bien rebondir au hasard d’une phrase, pour partir dans un parcours tentaculaire où risque de se perdre à tout moment le romancier. Aussi sûr de sa création qu’un cavalier sur un un cheval de rodéo, il fait corps avec son histoire pour réduire tout risque d’embardée, la dirigeant quand elle se fait nonchalante, la suivant du regard quand elle s’éloigne du parcours initial, épiant même la moindre cabriole cherchant à le désarçonner. Le combat entre l"oeuvre et son créateur s’achève finalement quand les deux finissent par ne plus faire qu’un pour en dessiner la fin. De là ne restera plus qu’à emballer l’éditeur ayant en charge de promouvoir le roman auprès de lecteurs ne demandant qu’à découvrir cette nouveauté sortie d’on ne sait où, créée par on ne sait pas encore qui… Claude CARRON
Publié le 24 Août 2013
A vous aussi, on vous attend en première page sous peu (Je n'ai pas encore fini de lire complétement votre livre, c'est qu'il y a du voyage spatio-temporel, de l'histoire et du clin d'oeil en permanence). Encore bravo. CC
Publié le 21 Août 2013
Merci Claude, mais ça viendra... il y a tellement d'ouvrages à lire ici... le bouche à oreille fera peut être le reste... En tout cas un grand merci ! Excellente semaine. Cordialement.
Publié le 19 Août 2013
5
Très intéressant et je ne comprends pas le peu d'engouement des lecteurs. Le mot mémoire du titre ? Çà vaut bien la note. CC
Publié le 12 Août 2013
Effectivement, beaucoup de clins d’œil... quant aux faits historiques, ils sont réels. Merci pour votre commentaire. Bonne lecture et aux plaisir de vous lire. Cordialement. Claude Cotard
Publié le 18 Juin 2013
Très intéressant ce roman parsemé de clins d’œil (Borsalino, tontons flingueurs) chargé aussi de faits historiques (Stavisky, Bonny, résistance, etc.), plein de rebondissements. J'ai lu pour l'instant jusqu'à la page 60. Allez hop, dans la bibliothèque pour lire la suite bientôt. Claude CARRON
Publié le 16 Juin 2013