Catarina Viti
Biographie

Arrivée sur mBS en avril 2015 avec un manuscrit "Bientôt nous nous Aimerons" et quelques autres, j'ai assez vite réalisé que je devais revoir mes copies da capo. Raison pour laquelle j'ai supprimé mon ancien profil et continué à écrire sous pseudo en totale transparence avec l'équipe mBS.
Depuis début 2016, je fais équipe avec d'autres auteurs rencontrés sur le site. Nous sommes devenus amis et nous nous entraidons pour l'amour de l'écriture.

Catarina Viti a noté ces livres

5
J’étais partie pour feuilleter amicalement votre "bluette" et, malgré mes yeux devenus "comme des oignons" ou "des couilles d’hirondelles" (pour citer d’Ormesson) à force de fixer l’écran où se tortillent mes dernières élucubrations en phase de correction, je suis allée jusqu’au bout, et ceci... sans sauter une seule page. Mon cher De Vos (der Fuchs, The Fox, El Zorro) vous me faites toujours autant marrer, et en plus vous savez écrire. Votre Ange Gardien est une trouvaille et vos allusions à l’univers des écrivants auto-édités valent leur pesant de cucurbita maxima. On devine que vous avez de l’expérience dans le domaine en tant qu’auteur et en tant que commentateur! J’ai adoré vos "cinq points clé pour écrire un roman". Ceux-là, au moins, on peut les mettre en pratique. Rien à voir avec les berceuses de monsieur King. Mais allons aux choses sérieuses. Car je sais bien que vous n’êtes pas venu ici pour vous faire reluire, mais pour recueillir des avis avisés et pertinents. Je vais vous refaire le même reproche que pour Page 24. (Au passage, je ne suis pas d’accord quand vous dites qu’aucun lecteur ne s’est aperçu que vous aviez attendu d’être arrivé à la page 24 pour dévoiler ce qu’est une "page 24". Moi, par exemple, pensant que la clé du livre s'y trouvait, je m’y étais rendu de suite, à la page 24. Alors, vous voyez ?) "Le retour d’Ursalim" est dans l’ensemble un régal. Mais pas dans le détail. À mon humble avis, vous avez besoin d’une paire de ciseaux et d’une bonne table de montage. Vous avez tendance à vous croire seul de temps en temps, et vous plantez là votre pauvre lecteur. Heureusement, il sait que vous allez vite revenir et le faire rire. Aussi, accepte-t-il de poireauter en attendant que vous ayez fini de faire le pitre tout seul, comme le ravi de la crèche. Ah ! Ah ! Vous voyez que votre come-back n'était pas inutile ! Et c’est franchement l'unique reproche que je ferais à votre prose. Et je vous l’adresse avec mes amitiés, sûre d'obtenir votre pardon pour ma franchise. D’autre part, je ne me fais aucun souci pour votre carrière. Si d’aventure mon commentaire venait à couler définitivement votre livre, je sais que vous avez un plan B : la tarte aux pruneaux. Mais rien ne coulera, cher Pantinois de Pantin, car votre plume est un régal dont il serait idiot de se priver.
Publié le 22 Mars 2019
5
Il va me falloir un certain temps pour arriver au bout du livre de Mélanie Talcott. Je n’en dirai donc rien aujourd’hui. En revanche, je n’ai pas envie d’attendre pour partager quelques remarques à propos de l’autrice et de ses écrits précédents. Autant il m’a été facile de lire "Good-bye Gandhi", autant j’ai rencontré par la suite quelques difficultés. Après l’avoir lu une première fois, j’ai laissé "La démocratie est un sucre qui se dissout dans le pétrole" prendre la poussière sur mon étagère. Jusqu’au jour où... Il y a des jours, comme ça, où l’inspiration frappe et il ne faut pas chercher pourquoi. J’ai rouvert "La démocratie..." et je l’ai lu tout haut. Et j’ai fait une découverte. L’écriture de Mélanie est une musique. Une musique particulière à laquelle on accède avec un code. Mais dès qu’on a trouvé le tempo, la couleur, la cadence, le swing alors le texte s’illumine... et l’on voit. Et ce que j’ai vu jusque-là c’est un univers sur le fil du rasoir, un pouls ample, plein, souple et long, une respiration à bout de souffle parfois. Mélanie ne se contente pas d’écrire les mots, mais elle habite chacun d’entre eux avec une foi barbare, une soif d’absolu. Voilà, je n’ai passé une tête que pour encourager le lecteur à ouvrir Yek Do Se et à persévérer dans sa lecture. Je formule mes vœux pour que ce livre atypique, intraitable (comme la patronne) trouve ici l’accueil qu’il mérite tant. Les five stars sont pour l'ensemble de l'oeuvre. Merci Mélanie de partager ton livre ici.
Publié le 21 Mars 2019
5
Je lève mon verre à Jézabel Niel, le seul troll de la planète qui dépense sans compter des heures à corriger nos laborieuses copies.
Publié le 06 Mars 2019
5
J'aimerais être un enfant : je pourrais alors te dire les émotions que tes textes suscitent. Mais voilà, quelques années sont passées. Aussi, je ne pourrai te parler que de l'écriture de tes textes. Ce qui est, convenons-en, bien moins poétique. Malgré tout, cela peut t'intéresser ? Oui ? Non ? Bon... eh bien, ça continue, on dirait. Et ça continue dans le bon sens. Ta prose est limpide et tu prends le temps nécessaire pour faire passer tes images et tes messages. Me trompe-je ou avons-nous là un conte qui parle (entre autre) du harcèlement chez les enfants ? J'aime bien ton petit personnage (satyre, es-tu sûr ou veux-tu dire faune ? D'un coup, j'ai comme qui dirait une interrogance majuscule), je sais qu'il va s'en tirer parce que même si cela prend un temps considérable, même si l'on se sent parfois les bras bien lourds, l'intelligence finit toujours par vaincre la connerie. Enfin... c'est ce qu'on dit. Bon, maintenant que tu as bien "chauffé ta plume" je pense que tu vas nous le pondre ce super long, genre more than 1000 pages ! Bonne suite et bravo pour tout ce que tu réalises.
Publié le 26 Février 2019
5
Il est bien délicat de commenter une oeuvre qu'on a vu naître et dont on a accompagné les premiers pas. J'adresse donc les étoiles au ciel de l'amitié. Hubert est généreux. C'est cette générosité qu'on retrouve dans ses pages quand, endossant la blouse de Monsieur Plus, il assaisonne son texte d'épices variées, aux arômes parfois entêtants. Hubert est passionné. C'est cette passion qui le conduit à créer des personnages atypiques, entiers, à vif. Hubert est précis. Je suis toujours époustouflée par l'ampleur de ses recherches, le soin qu'il met à vérifier le moindre détail de ses intrigues, jusqu'à rencontrer magistrats et autres spécialistes pour valider chacune de ses hypothèses. Hubert est lucide. Il sait très bien ce qui doit être retravaillé d'un texte à l'autre. Hubert a de l'humour. Jamais il ne froisse quand on lui fait remarquer ses lacunes. Certes, j'ai parlé de l'homme plutôt que de son livre et j'espère qu'il ne m'en voudra pas (le livre, bien entendu).
Publié le 25 Février 2019

Pages

monBlog

Suivez-moi sur ...

Retrouver mon actualité

Blues 2 est sélection de janvier pour le Prix Concours 2019 Pour lire l'interview: https://www.monbestseller.com/actualites-litteraire/10625-blues-catarina-viti-selection-prix-concours-auteur-independant

En savoir plus
A lire dans les actualités