Colette Bacro
Biographie

J'écris depuis toujours et ma plume est éclectique : romans, poèmes, articles, pièces de théâtre. Si je reviens sans cesse sur l'absence de père et une enfance traumatisante pour mes personnages, c'est pour mieux analyser leur pouvoir de résilience. Dans "La mémoire des chardons", tous mes héros s'entraident pour démonter le mécanisme du malheur. Chacun à sa façon. Leur attachement vrai, leur générosité les font avancer, deux pas en avant, un pas en arrière... L'Océan est leur témoin et leur ressource.
Déjà publié : "L'enfant bonsaï", qui a fait ses premiers pas sur mBS il y a 4 ans, avant d'être édité, puis relayé sur Antenne 2 lors de l'émission "Dans les yeux d'Olivier" sur les proches toxiques.

Colette Bacro a noté ces livres

4
@AUDOUARD. Vingt pages en A4 avant d'entrer dans le vif du sujet, ça fait beaucoup. Je me suis dit "C'est une romance, j'ai dû mal lire le synopsis !" Quand votre histoire décolle, votre écriture aussi, et vous accrochez votre lecteur jusqu'au bout. Les membres de votre famille et leur histoire, voire leur destin, sont hautement romanesques. C'est pour ça que je trouve dommage que votre livre se présente sous la forme d'un puzzle à reconstituer sans aide. Il est dommage aussi que vous restiez la plupart du temps dans la retenue, alors que votre plume est si brillante et puissante à certains moments. Vous pourriez romancer ce témoignage et en profiter pour creuser davantage le thème principal, maintenant que vous avez réussi à évacuer vos souffrances et à régler son compte au malheur. Je pense que vous êtes encore en rodage à cause de la mère supérieure (je l'ai été plus longtemps que vous, hélas), il est temps de lâcher les chevaux... Bonne route à vous !
Publié le 17 Novembre 2019
5
@Gabin Chiprent. Votre méchanceté est jouissive, votre écriture aussi. Aucun de nos petits défauts, amplifiés, exacerbés par notre société, ne vous échappe ! Tant de cruauté grinçante aurait fini par me gêner si je n'avais eu une double révélation, grâce à ce coup de foudre entre deux hommes, aussi incandescent que dévastateur : vous avez un cœur et vous êtes un écrivain. Enlevez vite les coquilles qui restent… c'est dommage. Vite, un roman !
Publié le 14 Novembre 2019
4
@ Mila Kaz. Vous tenez-là une histoire originale et formidable, à bien des égards. On sent votre enthousiasme pour la raconter et l'empathie que vous ressentez pour votre héroïne nous la rend sympathique. Dommage que vous ne vous soyez pas assez relue : il y a quelques maladresses dans vos phrases longues et, pour le travail à la blanchisserie, vous dites que c'est le matin tôt et page 20 vous dites que c'est le soir. Je pense que si vous mettiez en ligne au moins la moitié de votre livre, vous auriez plus de chance d'être repérée et mise en avant... En tout cas, je souhaite bonne chance à Francine !
Publié le 10 Novembre 2019
5
@Bai Lan- Vous nous offrez-là un roman original, déstabilisant par moments, raffiné dans sa présentation. Une histoire à ellipses, minimaliste, servie par une jolie écriture. Je trouve que, à l'instar de votre héroïne, vous ne vous livrez pas vraiment, mais il est vrai que vous dites avoir plus reçu de la Chine que de la France... Merci pour cet agréable moment de lecture.
Publié le 06 Novembre 2019
5
@CFR Humda. Vous êtes un fin observateur de la nature, de la nature humaine et de notre monde qui disjoncte. Vous êtes un humaniste et un conteur. Votre écriture est limpide, efficace, hyper agréable, vos nombreux personnages sont aussi originaux que bien incarnés. On suit avec plaisir et affection Hugo depuis son enfance sans amour jusqu'à l'organisation généreuse de sa résistance, en passant par ses rencontres fondatrices et ses prises de conscience sociales et politiques. Il est peu probable que la France parte autant en vrille en quelques années seulement, mais il est rassurant de voir que l'entraide, le courage, la débrouille, nous sauveront toujours. J'ai donc beaucoup apprécié cette lecture mais je pense qu'en voulant évoquer tous les thèmes qui vous tiennent à cœur dans un seul livre, vous l'avez un peu trop chargé. Et puis… pourquoi cette première page avec tous ces subjonctifs ? Elle va faire fuir le chaland !
Publié le 03 Novembre 2019

Pages