Colette Bacro
Biographie

J'écris depuis toujours et ma plume est éclectique : romans, poèmes, articles, pièces de théâtre. Si je reviens sans cesse sur l'absence de père et une enfance traumatisante pour mes personnages, c'est pour mieux analyser leur pouvoir de résilience. Dans "La mémoire des chardons", tous mes héros s'entraident pour démonter le mécanisme du malheur. Chacun à sa façon. Leur attachement vrai, leur générosité les font avancer, deux pas en avant, un pas en arrière... L'Océan est leur témoin et leur ressource.
Déjà publié : "L'enfant bonsaï", qui a fait ses premiers pas sur mBS il y a 4 ans, avant d'être édité, puis relayé sur Antenne 2 lors de l'émission "Dans les yeux d'Olivier" sur les proches toxiques.

Colette Bacro a noté ces livres

5
@Madot Mallet. Avec ce roman, quel bel hommage vous rendez aux handicapés, qui luttent constamment, avec courage et le sourire aux lèvres, et aux kinés qui les "réparent", pas seulement dans leur corps ! Vous avez réussi à rendre romanesque et passionnant le long chemin de Barbara - quel caractère elle a, cette femme ! - pour s'accepter physiquement, se remettre en question, s'inventer une nouvelle vie. On vit ces étapes racontées avec précision dans cet établissement de Berck comme si on y était, on se prend d'affection pour les autres handicapés et bien sûr pour son kiné, aussi têtu qu'elle. Lucidité, recul, humour, presque jamais d'apitoiement. Aussi, quand Barbara craque ou laisse parler son cœur longtemps tenu fermé, elle nous touche. Madot, votre plume est efficace et très agréable. Un petit bémol : votre roman mériterait d'être plus aéré (plus de paragraphes). Merci pour cette histoire très forte.
Publié le 08 Septembre 2019
5
Non, non, ce n'est pas un acte manqué, je me suis trompée de côté pour écrire mon commentaire !
Publié le 30 Août 2019
5
@Martine THORRE-GACHET. Merci pour cette histoire d'amour peu banale entre deux protagonistes séduisants plutôt compliqués. Une romance que vous tressez habilement avec d'autres histoires fortes qui ne manquent pas de profondeur psychologique. Les relations enfants - parents sans lesquelles il est difficile d'aimer en devenant adulte vous tiennent à cœur, ça se sent. Vos deux héros sont intéressants et attachants, vos personnages secondaires aussi. Étant un peu Landaise et admirant les toreras à cheval, j'ai particulièrement aimé le back ground de votre roman. Vous dites sur votre profil que vous avez "une facilité à écrire". C'est vrai, vous avez du métier, mais je trouve que vous manquez un peu de légèreté et quand l'émotion pointe, elle est aussitôt réprimée. Quand vous êtes moins dans le contrôle, comme parfois en fin de paragraphe, il vous arrive d'offrir de jolis passages qui rendent votre alignement des planètes plus brillant...
Publié le 18 Août 2019
3
@P.C.Madouma. Je salue votre intention et aussi votre travail car je me doute qu'il est difficile d'écrire en français pour un jeune Africain francophone. Vous avez des expressions typiques de votre pays, je suppose, souvent savoureuses et votre orthographe est bonne. Mais je n'ai pas pu avancer plus loin que la vingtième page, tant votre écriture est compliquée, emmêlée, absconse parfois. Je crois que par générosité et plaisir d'écrire, vous multipliez des expressions difficiles à utiliser aujourd'hui et dont vous ne connaissez pas toujours le sens. C'est bête de perdre ses lecteurs en route. Si je peux me permettre un conseil : reprenez votre livre en faisant des phrases simples, sans chercher à épater le lecteur. Visez la clarté du propos avant toute chose. Bonne continuation au passionné de la langue française !
Publié le 17 Août 2019
4
@Singer Dominique. Ayant étudié Tristan et Iseult en vieux français à la fac, j'ai été curieuse de voir comment un auteur arrivait à écrire comme ça aujourd'hui. Vous m'avez envoyée direct au Moyen-âge, c'est le côté positif. Mais avec vous, il faut aimer batailles et bagarres, il n'y a que ça pendant plusieurs pages. Vous l'avez compris, je n'en fais pas mon miel. Votre langue est agréable, tous ces mots imagés aux consonnances étranges ont un attrait incontestable. Mais vous vous faites plaisir, avec cette multiplication de vocabulaire de l'époque médiévale. Mieux vaudrait faire plus resserré sur l'intrigue et ne pas mettre la traduction de certains mots entre parenthèses, c'est désagréable à la lecture. J'admire votre travail, sûrement titanesque, mais je doute que le commun des mortels puisse s'en délecter. Merci pour ce court moment dépaysant.
Publié le 15 Août 2019

Pages