Colette Bacro
Biographie

J'écris depuis toujours et ma plume est éclectique : romans, poèmes, articles, pièces de théâtre. Si je reviens sans cesse sur l'absence de père et une enfance traumatisante pour mes personnages, c'est pour mieux analyser leur pouvoir de résilience. Dans "La mémoire des chardons", tous mes héros s'entraident pour démonter le mécanisme du malheur. Chacun à sa façon. Leur attachement vrai, leur générosité les font avancer, deux pas en avant, un pas en arrière... L'Océan est leur témoin et leur ressource.
Déjà publié : "L'enfant bonsaï", qui a fait ses premiers pas sur mBS il y a 4 ans, avant d'être édité, puis relayé sur Antenne 2 lors de l'émission "Dans les yeux d'Olivier" sur les proches toxiques.

Colette Bacro a noté ces livres

5
@Joseph Victor Marclair. Quelle truculence ! Vous êtes Rabelaisien. Vos personnages sont hauts en couleur, voire rubiconds… In vino veritas, vous balancez sévère ! Vous nous offrez en alternance un roman plein de tendresse, un pamphlet anti-presque-tout et un recueil de dictons de votre cru. C'est un peu étouffe-chrétien pour moi (ce que vous prendrez pour un compliment, d'après vos idées !) Ce qui me botte, c'est votre art de raconter. Votre écriture est gouleyante à souhait, c'est le petit Jésus en culotte de velours (ce compliment devrait vous faire tiquer !) Après avoir frisé le comas éthylique au début, j'ai eu les prémices d'une crise de foie (de foi, il y a longtemps que je l'ai eue). J'ai donc fait une pause dans les pages 90, d'autant que j'avais eu confirmation entre temps de ce qu'est une avouillette. Mais je tiens à vous remercier d'ores et déjà pour ce partage plein de générosité et d'humanité, d'humanisme, même. Bienvenue sur mBS !
Publié le 22 Septembre 2019
5
@Lamacchia Anthony. Je ne devrais pas vous donner des étoiles, vous offrez trop peu de pages (18 pages écrites, seulement) pour qu'on puisse avoir une opinion. Soyez plus généreux, sinon, personne ne vous lira. Je trouve votre jeune nécromant bien incarné et votre écriture est agréable. Vous labourez le champ lexical de la mort avec maestria ! Je pense que les ados suivront avec plaisir ces aventures macabres sympathiques ! Un bémol : malgré votre langue impeccable, vous avez des concordances de temps hasardeuses. Un ex : "alors que le ciel se zébra". Et, dans une histoire racontée au passé, il faut utiliser le plus-que-parfait quand on parle d'un événement passé, pas le passé simple qui situe cet événement dans le même temps que l'histoire. Bonne chance !
Publié le 14 Septembre 2019
5
@Madot Mallet. Avec ce roman, quel bel hommage vous rendez aux handicapés, qui luttent constamment, avec courage et le sourire aux lèvres, et aux kinés qui les "réparent", pas seulement dans leur corps ! Vous avez réussi à rendre romanesque et passionnant le long chemin de Barbara - quel caractère elle a, cette femme ! - pour s'accepter physiquement, se remettre en question, s'inventer une nouvelle vie. On vit ces étapes racontées avec précision dans cet établissement de Berck comme si on y était, on se prend d'affection pour les autres handicapés et bien sûr pour son kiné, aussi têtu qu'elle. Lucidité, recul, humour, presque jamais d'apitoiement. Aussi, quand Barbara craque ou laisse parler son cœur longtemps tenu fermé, elle nous touche. Madot, votre plume est efficace et très agréable. Un petit bémol : votre roman mériterait d'être plus aéré (plus de paragraphes). Merci pour cette histoire très forte.
Publié le 08 Septembre 2019
5
Non, non, ce n'est pas un acte manqué, je me suis trompée de côté pour écrire mon commentaire !
Publié le 30 Août 2019
5
@Martine THORRE-GACHET. Merci pour cette histoire d'amour peu banale entre deux protagonistes séduisants plutôt compliqués. Une romance que vous tressez habilement avec d'autres histoires fortes qui ne manquent pas de profondeur psychologique. Les relations enfants - parents sans lesquelles il est difficile d'aimer en devenant adulte vous tiennent à cœur, ça se sent. Vos deux héros sont intéressants et attachants, vos personnages secondaires aussi. Étant un peu Landaise et admirant les toreras à cheval, j'ai particulièrement aimé le back ground de votre roman. Vous dites sur votre profil que vous avez "une facilité à écrire". C'est vrai, vous avez du métier, mais je trouve que vous manquez un peu de légèreté et quand l'émotion pointe, elle est aussitôt réprimée. Quand vous êtes moins dans le contrôle, comme parfois en fin de paragraphe, il vous arrive d'offrir de jolis passages qui rendent votre alignement des planètes plus brillant...
Publié le 18 Août 2019

Pages