Colette Bacro
Biographie

J'écris depuis toujours et ma plume est éclectique : romans, poèmes, articles, pièces de théâtre. Si je reviens sans cesse sur l'absence de père et une enfance traumatisante pour mes personnages, c'est pour mieux analyser leur pouvoir de résilience. Dans "La mémoire des chardons", tous mes héros s'entraident pour démonter le mécanisme du malheur. Chacun à sa façon. Leur attachement vrai, leur générosité les font avancer, deux pas en avant, un pas en arrière... L'Océan est leur témoin et leur ressource.
Déjà publié : "L'enfant bonsaï", qui a fait ses premiers pas sur mBS il y a 4 ans, avant d'être édité, puis relayé sur Antenne 2 lors de l'émission "Dans les yeux d'Olivier" sur les proches toxiques.

Colette Bacro a noté ces livres

5
@Philippe Mangion. Je suis entrée dans le labyrinthe des galeries souterraines à la suite de ces trois enfants aventureux, tellement singuliers. Avec la peur de me faire prendre par un adulte, moi aussi. C'est dire que tu sais raconter, au plus près de tes souvenirs et de tes ressentis d'enfant impressionnable. Tu parles sans complaisance, sans attendrissement, de ce que le monde des adultes t'a fait subir sans même s'en rendre compte. Mais tu racontes aussi toutes ces rencontres, ces instants parfois, si importants à cet âge tendre et qui sont fondateurs de l'ado en devenir. J'ai aussi aimé ton écriture, qui coule, limpide et rythmée, comme la jeunesse qui passe... Merci pour ce très beau partage.
Publié le 12 Juillet 2019
5
@Tiol. Votre roman est tellement sympa que je l'ai englouti dans la journée. Ce n'est pas tous les jours qu'on glousse en lisant les déconvenues amoureuses et sexuelles d'une jeune femme d'aujourd'hui ! Humour, certes, mais profondeur aussi, car vous êtes une sacrée observatrice des hommes et des relations du couple. Un peu cruelle, surtout tendre je crois. En tout cas, Lison a un sacré tempérament et on aimerait être à sa place parfois ! Votre écriture est directe, agréable. Merci !
Publié le 08 Juillet 2019
4
@Suzanne Marty 1. Vous avez écrit des nouvelles et les avez mises dans la catégorie romans. Vous ne nous en donnez qu'une à lire, même pas en entier… Voilà qui manque de générosité ! L'histoire est originale (sur 20 pages, difficile à dire), les personnages bien campés. L'écriture classique mélangée à des dialogues d'ados d'aujourd'hui, c'est plutôt sympa, mais votre narration manque de fluidité et de clarté. La multiplication des prénoms des enfants n'arrange rien ! Merci quand-même pour ce court moment avec de petites pestes...
Publié le 06 Juillet 2019
5
J'ai été émue par la charmante Laetitia, si jeune, tournée vers les autres, pas sure d'elle, formatée par sa famille et la société : une proie idéale pour un narcissique ! Un bel homme mûr avec un métier passionnant, ça hypnotiserait n'importe quelle fille de vingt ans, surtout dans cette période charnière où l'on avait toutes une vision de l'amour complexe et idéaliste. Le piège se referme inexorablement et on aimerait pouvoir tirer Laetitia de l'étouffement lent de ce serpent. C'est son instinct de survie qui la sauve, in extremis. Hélas, toutes femmes ne l'ont pas. Marie, vous êtes diablement efficace : vous maîtrisez de bout en bout votre roman et votre écriture est un régal ! Vous nous offrez de si jolis paysages du sud, de si jolies gourmandises au passage...
Publié le 05 Juillet 2019
5
J'ai lu en apnée cette nouvelle, que je trouve lumineuse et très sombre à la fois. La prédestination sociale est l'une des injustices les plus insupportables. Comme son père avant lui, elle précipite Tistou, sensible mais fruste et taiseux, dans les pires ennuis, de tous ordres. Quant aux femmes, Tistou ne connaît que la mère qui abandonne, la pute, et Chérie, à mi-chemin entre la Sainte Vierge et Marylin (et en plus, il a un problème personnel !) Alors, l'Amour, soit on l'oublie, et c'est ce qu'il fait longtemps, soit il vous détraque… Catarina, vous aimez profondément ces "petites gens" qui passent à côté de leur vie malgré leurs efforts et votre écriture les sert formidablement ! Tantôt puissante, tantôt poétique, tantôt délicate, à l'image des petits gestes d'amour de ce père et de ce fils. C'est bouleversant !
Publié le 04 Juillet 2019

Pages