Fred Opalka
Biographie

Ecrire, c'est un peu se donner de droit vivre dans la peau d'un autre. Respirer son air, écouter sa petite musique qui trotte dans la tête et en faire une ritournelle jusqu'à cracher sur une page blanche l'obsession qui creuse nos pensées.
En espérant transmettre du sentiment.
Bonne lecture à toutes et à tous...

Fred Opalka a noté ces livres

5
@lamish @Blanchet Rachid, Epistolaire... Je dirais même plus Romantique. Une forme de Romantisme qui aurait retrouvé ses lettres de noblesse. Un romantisme assumé qui prend son élan dans les craquelures de nos armures d'amour propre sans qu'on se pose, au fond, les bonnes questions. Une mise à nue qui nous renvoie forcement à nos propres actes manqués. Ces petits lapsus qui viennent polluer la vérité d'un sentiment sans qu'on ne puisse un jour assumer le fait que nous ne sommes jamais réellement francs, sans fardeau à porter en secret. J'ai été cette petite souris sur le fil de votre vie d'auteur et d'autrice. Pas de jugement, juste l'impression d'avoir, un court moment, partagé avec vous, une once de vos sentiments, pour comprendre, construire et déconstruire ma propre vision du moment, le seul, l'unique, l'instant qui passe sans jamais s'arrêter mais qui construit le futur en s'agrippant au passé. Je vous remercie tous les deux vraiment du fond du cœur et je vous félicite … pour cette expérience de transparence et ce don du moi, du ça et du surmoi. Bien à vous tous les deux, Amicalement, Fred
Publié le 05 Mai 2021
5
@ Lamish. Je n'ai pas encore eu le temps de lire ton livre Michèle mais je ne pouvais pas laisser ton histoire sans une intervention stellaire de ma part. Pour le reste je t'avouerai que je suis sur mon postérieur en lisant certains commentaires. Pas plus par la teneur , cela on commence malheureusement à s'y habituer mais par la capacité de certains et certaines (@Martine Renaud) à se lancer dans des études exhaustives dignes d'un projet de la NASA pour simplement comprendre les tenants et des aboutissants d'une progression. Je serais presque plus jaloux de ces gens qui viennent, pour moi, polluer ta page que par ton savoir faire car j'aime ton style. En réalité, où trouvent ils ce temps si précieux pour lire, étudier et synthétiser sur plusieurs jours l'évolution de ta progression. Moi qui n'arrive même pas à placer un poil de derrière entre deux RDV pour lire ton livre, d'autres sont investis d'une mission divine pour dénaturer le sens de ce qui me poussait à intégrer la plateforme. Moi aussi je veux un jour devenir un jour analyste en progression... Je veux avoir du temps à perdre SVP.... Je suis épaté, ébahi et sous le charme d'autant de nécessité de bêtise. Bien entendu ce commentaire ne tient que pour moi et si tu le souhaites, Michèle, je peux très bien le retirer pour éviter de polluer ta page. J'invite d'ailleurs ceux et celles qui le souhaitent à venir échanger sur ma page... Cela n'aura qu'une maigre conséquence à la vue de mon classement qui glisse lentement mais surement dans les limbes du site. C'est ainsi voilà tout. Les choses changent et ne sont inaltérables. La vie, c'est le mouvement et ceux qui souhaite coûte que coûte tutoyer avec les étoiles se bruleront un jour les ailes... Bravo Michèle pour ta production et cette longévité que beaucoup jalousent ... Bien amicalement, Fred Opalka PS : J'ai laissé quelques fautes pour les mauvaises langues... des bises
Publié le 25 Mars 2021
5
@Lamish, Je viens à peine de terminer ton livre... Depuis le temps que je devais me mettre à lire certains livres du site, je ne pouvais avec évidence que commencer mon marathon avec toi. Un seul mot me vient en tête immédiatement : BRAVO, et sans vouloir être vulgaire, j'ai envie de lâcher un énorme : "putain de merde, tu m'as fait chialer". Et lorsque je te parle de cette crise lacrymale qui sévit encore à contre-courant de ma volonté en t'écrivant ces quelques mots, je ne te parle pas de ces larmes timides qui s'exfiltrent doucement sans que personne ne s'en rende compte. Non, les miennes étaient grosses, lourdes et épaisses. Le genre de gouttes d'eau salée qui existent pour soulager un gros quelque chose qui pèse lourd sur l'âme. Même si dès le début la fin est téléphonée, j'ai pris une claque que sentiment me donnait sans prévenir. Tu maîtrises le rythme à la perfection. Cette histoire, même si elle parle d'une mort programmée, est un hymne à la vie et on se prend à vouloir serrer fort contre soi Sarah pour lui dire qu'on l'aime. Je ne sais pas pourquoi, mais j'ai en tête l'image d'un sous-marin qui navigue entre deux eaux où, lorsqu’on a besoin d'air, tu sortirais le périscope pour donner a voir en surface l'envers du décors pour comprendre le fond. Merci pour ce partage Michèle... C'est fin et ça se mange sans faim... Encore Merci Michèle, des bises et à bientot...
Publié le 30 Novembre 2020
5
La note, nom de Dieu.... Une belle canopée pour vous remercier pour ce partage.
Publié le 23 Novembre 2020
5
Bravo, j'ai beaucoup aimé. Le style est là et il y a cette tension qui monte crescendo... C'est imparable... On sort de cette histoire avec l'envie de reprendre son souffle et ses esprits. Bonne continuation à vous, Amicalement, Fred Opalka...
Publié le 31 Octobre 2020

Pages