Hubert LETIERS
Biographie

Ex-consultant globe-trotteur au service de divers fonds d’investissements internationaux, j’ai quitté l’industrie financière en 2014.
Lecteur éclectique aujourd’hui installé en région PACA, je consacre maintenant une part importante de mes activités à l’écriture de romans à suspense. Des thrillers et polars dans lesquels je malmène d’improbables personnages impliqués dans des situations extrêmes.

Hubert LETIERS a noté ces livres

5
Cinq étoiles pour l'architecture originale de ce récit inclassable. De la vraie géopolitique en mode roman, à mi-chemin entre autobiographie d'une "globe trotteuse" et road-movie en zone interdite. Idéalistes d'une certaines mondialisation, sérieux s'abstenir ! Il y a en filigrane de ce récit d'une pertinence sans fard, une réalité sans détours. cette réalité savamment éludée par l'extraordinaire machine à falsifier que constituent les tabloïds de l'information officielle. C'est très rythmé, particulièrement agréable à lire, et j'ai beaucoup apprécié cette tonicité et cette lucidité du récit, si singulières chez les grands "voyageurs" qui savent interpréter presque à l'instinct ce que leurs disent leurs yeux. Merci pour cet agréable moment de lecture.
Publié le 25 Février 2021
5
Je ne peux que réitérer mon commentaire posté sur Amazon en avril 2020, quand j'ai par hasard découvert ce livre. Dans le registre de la « cinquantenaire larguée après deux décennies de vie maritale », les bons romans sont rares, très rares même. Celui-ci est excellent. Le scénario de la divorcée, intelligente mais laborieuse, celle qui peine à assumer sa résurrection parce qu’elle se victimise autour d’un stéréotype dont son mental ne décolle pas, est également un synopsis assez classique. Sauf que dans NYPC, l’autrice nous offre un casting qui arrache tout. Porté par une écriture moderne dans l’esprit, tonique dans le tempo, et aussi imagée qu’affûtée pour dézinguer tous les formats sociaux d’auto-complaisance, ce roman offre un très bon moment de lecture. Sylvie Etient y maîtrise à merveille l’art du contre-pied, ce qui rend l’histoire particulièrement vivante. L’écriture est riche, mais rien n’est surfait ni sur-joué, encore moins sur-écrit, ce qui donne à tous les personnages, (Marthe, Colombe, Artémise, Noé, Gilberte, JM2… oui, les prénoms aussi sont singuliers), un réalisme bluffant. Partout l’humour le dispute au drame ou à la passion, sans que jamais l’amour ne se substitue à un raisonnement ou la fatalité à l’adversité… Et surtout, il y a derrière tout ça quelque-chose d’incroyablement salutaire, comme une subtile invitation à cesser de toujours regarder dans son rétroviseur… Bref, un roman résolument moderne à lire sans réserve ni modération…
Publié le 06 Février 2021
5
Il y a sur terre deux catégories de gens. Ceux qui osent et partent. Et ceux qui se résignent à leur sédentarisation sociale… Et là, @Annie Jomphe, chapeau bas pour cette tranche de vie faite de renonciation à un étouffant standard d’existence. Bravo pour cette humilité face à un risque assumé, qui plus est en famille. Un vrai challenge, raconté avec une sobriété déconcertante, sans emphase, n'employant que les justes mots pour nous faire partager ce qu’est un authentique dépassement de soi. Merci pour ce récit qui marie parfaitement exotisme et introspection.
Publié le 25 Janvier 2021
4
Au-delà d’une écriture bien maîtrisée et très fluide, ce roman au rythme plutôt « lent » offre quelque chose d’authentique. Une balade italienne, donc contrastée, mais qui ne dénature aucun lieu ni aucune ambiance, mais aussi une incursion dans la psyché d’un personnage principal en reconquête de son identité, chahuté par son passé, en proie à ses incertitudes, ses pulsions, ses absences, ses démissions, ses dilemmes, son ambition. En égard aux nombreux personnages qui donnent corps à l’histoire, on pourrait en effet reprocher à ce roman son architecture sans têtes de chapitres qui, conjuguée à de nombreux « flash-back », impose au lecteur une forte concentration. Mais cette carence est largement compensée par des descriptions et introspections qui « prennent leur temps », un peu comme dans ces successions de plans fixes qui sont la signature du grand cinéma italien. Résultat, on se retrouve dès les premières pages un peu en lévitation, bercé par la musique d'un scénario convaincant et bien ficelé. Au titre du « prix des lecteurs mBS 2020 », je vote personnellement pour ce roman.
Publié le 17 Novembre 2020