la miss 10
Biographie

Élue miss Guenille à la Grande Foire aux Oripeaux de Brou-sur-Noix (Isère) le jour de mes dix-huit ans, j'ai été conquise par la littérature le jour où je me suis coincé le doigt dans la portière. Il faut dire que, juste avant, j'avais lu, dans sa traduction népalaise, "Finnegans Wake", ce bouquin qu'on devrait conseiller à toutes les parturientes en détresse. Suite à cela, j'ai butiné ici et là divers ouvrages pas toujours très catholiques et, pour certains, relevant résolument de l'atteinte aux bonnes mœurs (je pense particulièrement à "Martine à la plage" et à "Albuplast, le canard de faïence"). Ce n'est qu'à l'âge de 30 ans que j'ai compris que la littérature était moins commode que l'épluche-légumes pour écouiller les choux de Bruxelles. C'est là que je me suis mise à boire.

la miss 10 a noté ces livres

5
@Saint-Bleyras Énigmatiques, vos textes. Et envoûtants. Comme des morceaux de rêves échappés au sommeil. Il faudrait peut-être un Jung pour décrypter leurs tenants et leurs aboutissants, mais ce serait dommage d'aplatir par une interprétation prosaïque les fantasmagories surréalistes de l'inconscient...
Publié le 04 Janvier 2021
5
@Yves BREGEANT Cher ami, vous avez très certainement des dons de camelot (et qui dit "camelot" dit "camelote"), mais, en tant qu'écrivain, vous ne valez pas un pet de lapin. Quant à votre "Pour la qualité de l'écriture, le nombre de vues et de téléchargements transmet un message impartial", laissez-moi me bidonner. Z'êtes un comique, vous ? Je vais peut-être vous étonner, mais je sais parfaitement ce que le nombre de vues et de téléchargements veut dire : rien, rien de rien, nib de nid. Faut-il vous ramener à la mémoire qu'il n'y a pas si longtemps trônait au sommet du palmarès un auteur de romance qui, de toute évidence, écrivait avec les pieds et se relisait avec le derrière ? Non, décidément, vous êtes un marrant. Allez, mes salutations amusées.
Publié le 16 Décembre 2020
5
@Catherine Briand Le dernière fois que je me suis penchée sur la question (cela n'est pas récent, puisque, à l'époque, je courais encore sur les tapis de la nurserie en barboteuse et la tétine au bec), les alexandrins étaient sagement constitués de douze pieds. Mais, le temps passant et les modes se succédant (sans parler de l'augmentation insensée du kilo de fenugrec sur le marché international), peut-être les poètes ont-ils remédié à cet arbitraire en décidant (qui pouvaient les en empêcher, sinon la chtouille mordorée ou le tournis du mouton ?) qu'ils pourraient compter dorénavant (et désormais) onze ou treize pieds, selon la force du vent et la précession des équinoxes. Si c'est bien le cas cas, alors vos vers sont parfaitement calibrés, et vous pardonnerez à la sotte péronnelle que je suis d'avoir pu en douter. Bien à vous, et toutes mes amitiés à vos chats de gouttière.
Publié le 16 Décembre 2020
5
@Fernand Fallou J'ai lu votre conte, suite à quoi j'ai trempé mon nougat dans le jus du piano. Pensez-vous que j'ai bien fait ? En tout cas, ça n'a pas eu grand résultat... "Chuis grave désappointée - ohé ! ohé ! Chuis grave déçue - et mort aux corneculs !" (vieille rengaine tourangelle)
Publié le 12 Décembre 2020
5
@Marion Deligny Une troisième guerre mondiale, des druides blancs, le fil de Merlin, l'Ordre Noir : mais qu'est-ce que c'est-y que ce clafoutis ?????
Publié le 12 Décembre 2020

Pages