la miss 11
Biographie

Le vie est une drôle de chose, non ? Vous trouvez pas ? Eh ben, moi je trouve - surtout la vôtre, pour être précise. Pourquoi je dis ça ? Parce que je suis une fan exacerbée de l’œuvre de Léontine de Saint-Bulbe, l'auteresse du cycle romanesque en 3626 tomes d'Ikea, le Viking de ces dames, une saga qui vaut son pesant de smørrebrød de hareng et qui, mine de rien, a révolutionné l'idée qu'on se faisait de la choucroute cinghalaise. Dans cette pulpeuse et très bourbonienne saga, Léontine de Saint-Bulbe écrit, précisément dans le tome 1498 intitulé "Où étais-tu quand je cherchais l'écrou à seize pans ?" : "La vie est une drôle de chose, non ?" Quand je découvrissai cette sentence marmoréenne (quoique filiforme), ce fussit pour moi comme une révélation : je ne m'en remissai jamais. Voilà.

la miss 11 a publié

la miss 11 a noté ces livres

1
Étonnant, non ? que cette chère et ineffable Maryse Pouffe ne vous soit pas encore tombée sur le râble... Et sidérant, non ? tous ces usagers qui apparaissent sur le site, juste pour vous couvrir de lauriers... Révélateur, en tout cas, je dirais... Brèfle, vous êtes un joyeux drille et, rien que pour cela, il vous sera beaucoup pardonné...
Publié le 15 Janvier 2021
5
@Catarina Viti Toujours aussi percutants, vos blues ! Vieillissent pas, ces petits salopards ! J'aime vos trucs et vos machins, vous le savez bien, mais qu'en est-il du krill ? Encore une légende urbaine ?...
Publié le 15 Janvier 2021
5
@shishy bad Pour qui sait lire, il est bien évident que le philosophe n'a nul besoin de contraindre sa plume aux dictats insupportables de la syntaxe, de la grammaire et de l'orthographe, et, sans faire des chichis (ma chatte FreeStyle est morte de rire), vous nous démontrez, à travers votre prose altière, quoique parcimonieuse et consulaire, que c'est une leçon que vous avez parfaitement retenue. Et je vous en félicite, parce que écrire de telle manière est plus ardue qu'il ne paraît au premier abord - et même, si on prend le temps d'y songer trois ou quatre secondes, au deuxième. Pour faire brèfle, je ne discutaillerai pas du bien-fondé de votre thèse, parce que, aussi bien, je ne l'ai pas comprise, mais si, à tout hasard, d'aventure et prophylactiquement, vous défendez le droit de chacun à changer de chaussures si celles qu'ils portent lui collent des ampoules aux talons, je ne peux qu'applaudir en poussant moult cris d'allégresse et en tortillant du croupion (signe chez moi d'une intense jubilation). Cette thèse, certes, est audacieuse (surtout si elle s'adresse à tous les va-nu-pieds qui montrent une sale tendance à nous brouter quotidiennement l'atmosphère), mais c'est justement cette folle hardiesse qui fait en quelque sorte toute la valeur de votre texte, lequel comptera, je peux vous l'assurer, dans l'histoire tomenteuse des idées. Bien à vous, et ne prêtez pas l'oreille à tous les gaudrioleux qui prétendraient (sans aucune preuve, les maroufles !) que les idées positives sont moins pratiques que la vinaigrette pour assaisonner convenablement une laitue.
Publié le 12 Janvier 2021
5
@ZitouniZitouni Cher Monsieur, c'est amusant un peu : on dirait que vous vous êtes amusé à piocher des mots au hasard dans le dictionnaire et que vous vous êtes donné pour mission de les assembler dans un récit, sans prendre le moins du monde en compte leurs acceptions. Un exemple ? "Le monde amphigourique ne va plus jamais prodiguer des caresses à l'amertume des aliborons soldés par le destin." J'entends bien que vous nous parlez d'hallucinations (c'est du moins ce que proclame votre titre), mais qu'Abaddon me patafiole et me transforme en bas de contention si ça signifie quelque chose. Brèfle, vous nous pondez (mais je ne suis pas certaine que vous le faites exprès) du dadaïsme à la petite semaine, et ça sent gravement le réchauffé.
Publié le 06 Janvier 2021
5
@R. Apollina Romance, action, suspense, psychologique (?), érotisme : quel programme !!! On sent que ça va chier grave, si vous me passez l'expression. Cependant, il suffit de parcourir quelques pages pour s'apercevoir qu'en fait d'action, de suspense, de psychologique (?) et d'érotisme, c'est surtout de grand n'importe quoi qu'il s'agit. Attention, ne me comprenez pas de travers, je ne vous en tiens pas rigueur (pour tout vous dire, je compatis) : chacun a le droit de s'exprimer comme bon lui semble (les exemples fourmillent autour de nous), mais, en corollaire, le lecteur a, lui, le droit d'exprimer qu'il n'apprécie guère qu'on le prenne pour une pomme, un décérébré. Dont acte.
Publié le 27 Décembre 2020

Pages