lamish
Biographie

Plus douée pour le dessin que pour les lettres, j'ai cependant toujours aimé écrire. Tel un aspe à rêves, un défouloir inabouti, j'écrivais mais ne gardais rien, ou presque.
Un jour, en triant des cartons de déménagement, j'ai retrouvé les premières pages de "S A A D". Réminiscences instantanées d'émotions et de souvenirs qui n'avaient pas pris une ride. Les lire m'a extirpée de la torpeur insipide dans laquelle je m'étais enlisée. Le bilan inattendu a été sans appel, et l'écriture est devenue nécessaire et salvatrice.
Merci de lire l'auteure désabusée mais éternelle optimiste que je suis, et de me faire part de vos impressions, en toute sincérité. Bien à vous. Michèle

lamish a noté ces livres

5
Déjà lu, mais relu avec plaisir. Il faut dire que quand une plume poétique s'attaque au polar, il y a de quoi alpaguer les plus récalcitrants. Merci pour ce partage, Hubert, en espérant qu'il y en aura d'autres. Amicalement. Michèle
Publié le 16 Février 2019
5
Excellent, l'Œil ! Non seulement vous avez l'œil, mais aussi la plume, l'esprit et l'humour. Ça balance, c'est caustique et drôle, c'est bien dosé, assaisonné juste ce qu'il faut... Un vrai régal ! J'ai passé un bon moment à vous lire, sourire aux lèvres. Merci pour ce partage jubilatoire. Amicalement. Michèle
Publié le 01 Février 2019
5
Voilà, boulotté le petit dernier de la quadrilogie avec plaisir, comme les trois autres, d'ailleurs. Pour ma part, j'ai plutôt apprécié le côté informel de cet essai, sa spontanéité. Cela change de la rigueur que s'imposent les auteurs dans ce genre bien particulier. Après, effectivement, cela suppose que votre lecteur suive et adhère à vos pensées, ce qui n'est pas toujours le cas. Pour ma part, j'ai aimé retrouver Charly, votre observation du monde animal aussi. Un monde que j’ai la chance d’observer au quotidien et qui me fascine beaucoup plus que celui des galaxies. Quant au besoin de savoir, d’élargir le champ de nos connaissances au-delà des limites de notre intelligence, de s’en remettre pour cela aux intelligences artificielles, cela me fait carrément froid dans le dos. Pour ce qui est des chiffres astronomiques, au sens propre et au sens figuré, ils me donnent carrément le vertige. Alors, comme vous, je préfère cultiver mon jardin, observer de près la nature, le monde animal, les êtres qui me réconcilient avec la race humaine, et le reste du monde de loin, voire de très loin ;). Merci pour ce partage. Amicalement. Michèle
Publié le 30 Janvier 2019
5
Une plume riche et caustique que vous maniez avec art. L'impression que le dictionnaire des synonymes a fumé et que vous en avez extrait tous les mots qu'un français lambda n'utilisera probablement jamais de sa vie ;). Pour moi, c'est un bémol, car l'histoire de Lucie et de Margot se retrouve diluée dans l'exubérance de votre prose. Après les premières pages que j'ai appréciées, je les ai cherchées, ai tenté de les suivre, perdue dans les caricatures critiques et ironiques d'un monde superficiel et sans intérêt, pour finalement les retrouver vraiment dans les dernières pages... dommage. Elles méritent d'être l'axe central de votre récit, à mes yeux. Merci pour ce partage. Amicalement. Michèle
Publié le 21 Janvier 2019
5
Tout d'abord un grand merci, Michel, pour l'envoi en primeur. Et puis un second pour le côté purement informatif et non partisan de ton essai qui a éclairé l'expat mal informée que je suis. J'ai particulièrement aimé que tu relates les contextes des dérapages qui rappellent la faiblesse, la maladresse de l'être humain, lorsque l'autosuffisance et la fierté guident le verbe. Le ras le bol est fort et touche, comme tu le relèves judicieusement, de nouvelles classes sociales, contrairement aux précédents. Démolir pour mieux reconstruire... Il n'y a plus grand chose à attendre d'un système qui s'épuise... mais comment faire ? est la grande nébuleuse... A bientôt pour la suite, aussi positive que possible, j'espère ;). Bises. Michèle
Publié le 17 Janvier 2019

Pages