lamish
Biographie

J'ai écrit mon premier roman tardivement, suite à un parcours à la fois simple et atypique. Après des études aux Beaux Arts, suivies d'une formation d'infirmière psychiatrique, j'ai travaillé dans des secteurs d'activité très divers.
Plus douée pour le dessin que pour les lettres, j'ai cependant toujours aimé écrire mais ne gardais rien, ou presque.
Jusqu'au jour où j'ai retrouvé les premières pages de "SAAD", roman que j'ai eu envie de terminer. Le bilan a été inattendu, et l'écriture m'est devenue nécessaire, tant pour le plaisir qu'elle me procure que pour son impact sur ma vie et celle de mes proches.
Depuis, j'ai écrit d'autres romans, novellas et nouvelles. Je vous invite à les découvrir ici.
Merci de me lire et de me faire part de vos impressions. Amicalement, Michèle

lamish a noté ces livres

5
Autre balade dans tes souvenirs nostalgiques d'un monde animal et sauvage que tu as eu la chance de côtoyer. Plus l'homme, cet enfant gâté, devient superficiel, personnel, inutilement bavard et inconséquent, plus le fossé qui le sépare de ce monde fait d'instincts naturels s'agrandit... Mais la conscience de certains s'éveille, les actions se multiplient. Pas toujours judicieuses, mais la volonté est là, c'est ce qui compte... "Un cheval dans la guerre" m'a évoqué le film de Spielberg, inspiré du roman de Morpurgo, "Cheval de guerre". Film que je te conseille de regarder, boîte de Kleenex â portée de main :-). Merci pour ce nouveau et toujours aussi singulier partage. Bises et bonne journée. Michèle
Publié le 05 Décembre 2019
5
Une idée originale traitée avec délicatesse... Une véritable gageure relevée avec brio. Un petit bout en devenir, lesté par une vieille âme, observant ses proches, finissant par abandonner ses défenses face à une sœur qui ne sera sa jumelle que le temps d’une grossesse… Tout cela si bien mené que l'on se prend au jeu de ses confidences, que l’on se surprend à s’imaginer à sa place, baignant dans le liquide amniotique… Il y a cette grossesse non désirée aussi. Autre sujet délicat exprimé avec courage et sincérité, donc avec justesse... Et puis il y a l’amour, forcément ;-). L’amour-amitié, l’amour parental, l’amour passion... Leur complexité. Leur ambiguïté parfois. Leur lot de certitudes, de doutes, de pulsions contradictoires. Le ton est juste : ni misérabilisme, ni emphase, ni clichés. Ta plume confidente vibre avec douceur tout en jouant habilement à cache-cache entre fiction et réalité... mais je t’ai souvent retrouvée ;-). Merci pour ce singulier et bellissimo roman, Thalia. Je t'embrasse. Michèle
Publié le 05 Décembre 2019
5
Mission accomplie, Fernand, j'ai versé ma petite larme ;-). Comme Parthemise33, je me suis demandée où tu nous emmenais, avec l'intro sur les prénoms et son développement "maison". Mais le fil conducteur se retrouve avec l'histoire de cet homme marqué du sceau du sien. Toujours beaucoup d'imagination exprimée par des mots simples qui font mouche... ta signature ;-). Merci pour cet émouvant partage. Bises et bonne journée. Michèle
Publié le 04 Décembre 2019
4
Animisme poussé à l'extrême, causette équivoque et crue, chute inattendue... De quoi surprendre et faire sourire votre lecteur, le temps de quatre pages bien menées qui se boulottent avec facilité. Merci pour le partage de cette courte nouvelle. Amicalement, Michèle
Publié le 04 Décembre 2019
5
Encore un des ces scénarios peaufinés, imaginatifs et accrocheurs dans lesquels vous semblez exceller, Norin, puisque c’est le deuxième que j’aborde avec grand intérêt. Je vous lis comme je visionne un film, tant vous savez situer lieux, actions et personnages. Des personnages hauts en couleurs, comme Jean-Gé, attachants, comme Louise, puissants, comme Robert Randall... Comme vous allez sûrement me poser la question, j'anticipe à propos des diversions évoquées par Raphaël M. Je suppose qu'il s'agit de cette manière très personnelle de situer en détail chacun des protagonistes, en dehors de l'intrigue, d'évoquer leurs vies. Il se trouve que pour ma part, c'est un plus, mais peut-être est-ce dû à ma préférence pour les romans psychologiques. J'espère que nous aurons le plaisir de lire la suite ici, dès que vous l'aurez écrite. Faites-moi signe, lorsque ce sera le cas. Merci infiniment pour cet autre palpitant partage. Amicalement, Michèle / PS : je confirme le confort de lecture, dans ce format, et vous remercie d’avoir accédé à ma demande. Sinon, j’ai repéré page 202, « des inStits » (S manquant) et, page 81, « Robert Randal avait assez de mal à gérer sa vie, alors (ceux) CELLES des autres ».
Publié le 03 Décembre 2019

Pages