lamish
Biographie

Plus douée pour le dessin que pour les lettres, j'ai cependant toujours aimé écrire. Tel un aspe à rêves, un défouloir inabouti, j'écrivais mais ne gardais rien, ou presque.
Un jour, en triant des cartons de déménagement, j'ai retrouvé les premières pages de "S A A D". Réminiscences instantanées d'émotions et de souvenirs qui n'avaient pas pris une ride. Les lire m'a extirpée de la torpeur insipide dans laquelle je m'étais enlisée. Le bilan inattendu a été sans appel, et l'écriture est devenue nécessaire et salvatrice.
Merci de lire l'auteure désabusée mais éternelle optimiste que je suis, et de me faire part de vos impressions, en toute sincérité. Bien à vous. Michèle

lamish a noté ces livres

5
J'ai retrouvé avec grand plaisir les vibrations de votre plume, Nadine. Une plume aussi juste, vive et intense lorsqu'elle elle écrit les réflexions de Gina, petit bout émouvant et son regard sur le monde adulte, que lorsqu'elle narre l'improbable rencontre de deux femmes cassées, sujet de votre autre roman pour lequel j'ai eu un véritable coup de coeur. Vous possédez un véritable don : celui d'envoûter votre lecteur. Merci infiniment pour ce second partage. Amicalement. Michèle
Publié le 21 Février 2019
5
Un essai beaucoup plus structuré que le premier que j'ai lu de vous, mais boulotté avec plaisir, même si le côté spontané du premier m'avait particulièrement accrochée. "La pensée est un oiseau de l’espace, qui dans une cage de mots peut ouvrir ses ailes mais ne peut voler", a écrit Khalil Gibran. C'est dire la difficulté de l’exercice. Tandis que nous écrivons les mots de nos pensées, ce sont des milliers qui cavalent. Comment synthétiser l’insaisissable ? Comment se contenter d’une version édulcorée de nos esprits aussi prolifiques qu’intarissables ? Certains des grands philosophes que vous citez avaient ce don : dire en peu de mots, de plus accessibles à l’ensemble de leur congénères, l’essentiel, telle une fulgurance de l’esprit. J’ai beaucoup de respect et d’estime pour ces grands penseurs qui nous manquent tout particulièrement par les temps qui courent. Vous évoquez à plusieurs reprises la relation de la pensée à l’action, or, à mes yeux, celle de la pensée à l’intention prime. C’est dans l’intention que se retrouvent nos valeurs profondes, le fruit de la racine mère de nos pensées. Seule l’intention les définit clairement alors que trop souvent nos actions s’en éloignent, que ce soit involontairement, dénaturées par le contexte personnel ou sociétal, ou intentionnellement par calcul, fatuité ou hypocrisie. Merci pour ce partage, Nicolas. Amicalement. Michèle
Publié le 20 Février 2019
5
Déjà lu, mais relu avec plaisir. Il faut dire que quand une plume poétique s'attaque au polar, il y a de quoi alpaguer les plus récalcitrants. Merci pour ce partage, Hubert, en espérant qu'il y en aura d'autres. Amicalement. Michèle
Publié le 16 Février 2019
5
Excellent, l'Œil ! Non seulement vous avez l'œil, mais aussi la plume, l'esprit et l'humour. Ça balance, c'est caustique et drôle, c'est bien dosé, assaisonné juste ce qu'il faut... Un vrai régal ! J'ai passé un bon moment à vous lire, sourire aux lèvres. Merci pour ce partage jubilatoire. Amicalement. Michèle
Publié le 01 Février 2019

Pages