lamish
Biographie

Pourquoi ai-je commencé à écrire ? Pour m'exprimer.
Pourquoi ai-je continué ? Pour le plaisir.
Pourquoi suis-je ici ? Pour la découverte et le partage.
Merci de me lire et de me laisser un commentaire en toute franchise.
Amicalement,
Michèle

lamish a noté ces livres

5
Un roman à l'écriture soignée, au format confortable à lire en ligne, que j'ai lu d'un trait, sans prise de tête... ça change et ça fait du bien aussi, surtout lorsqu'il n'y a pas de fausse note, en dehors de quelques fautes de frappe et oublis :-). J'ai suivi avec plaisir Nathalie, la romantique, Gino, le pompier un tantinet macho, Sandy, la sulfureuse vengeresse, les bousculades issues de leurs rencontres. Des personnages simples et bien campés. La fin est bien trouvée et semble appeler une suite assez rocambolesque. L'avez-vous déjà écrite ? Aurons-nous la chance de la lire ? Je l'espère. Merci infiniment pour ce partage. Amicalement, Michèle
Publié le 11 Juin 2019
4
Un peu déçue par votre roman, Laurie, peut-être parce que je m'attendais à autre chose, après avoir lu le synopsis. Peut-être en raison d’une certaine superficialité dans les rapports de vos personnages, dans les détails de leurs vies. Descriptions des tenues, précision de leur marque parfois, dialogues en surface sont pour moi autant de détails rédhibitoires. Peut-être parce que sur un tel sujet, il me semble qu’il y aurait matière à écrire un roman plus profond, chargé en vibrations. Peut-être également parce que ce récit s’adresse à des lecteurs plus jeunes que moi… Bref, pour ma part, j’avoue l’avoir un peu lu en diagonale et être restée sur ma faim. Même les scènes de sexe, à mes yeux, manquent de sensualité, de glamour. Ceci n’est qu’un avis très personnel et sincère. J’ai remarqué, à la lecture des autres commentaires, que de nombreux lecteurs sont d’un autre avis, ce qui tend à prouver qu’il est impossible de plaire à tout le monde ;-). Concernant la forme ( la partie plus omnisciente), je vous conseille le format A5 et une légère augmentation de l’interligne pour un meilleur confort de lecture en ligne. Justifier le texte aussi (un petit clic). Supprimer les formules de politesse des dialogues serait également une bonne initiative, car cela les allégerait sans les priver de leur sens. Enfin, j’ai repéré des mots ou expressions utilisés à mauvais escient, telle « l’éthique d’une ruelle », quelques maladresses, tel « un mail dont je n’ai pas donné suite », quelques coquilles - Rien de bien grave ; nous avons tous plus ou moins de pain sur la planche dans ce domaine ;-) - mais des relectures s’imposent. Je suis bien placée pour savoir qu’il s’agit d’un travail ingrat, mais incontournable. En tous cas, merci infiniment d’avoir partagé votre roman ici, chez MBS. Amicalement, Michèle
Publié le 09 Juin 2019
4
Un témoignage très détaillé et sincère, puisque vous n'enjolivez et ne cachez rien de vos motivations, de vos intentions, de votre tendance à la manipulation, comme beaucoup seraient tentés de le faire en relatant un tel vécu. Vous décrivez avec honnêteté vos contradictions. J'ai par contre été surprise par votre refus de coopérer avec le corps médical, d'accepter l'aide de vos proches, comme une affirmation de votre différence, et je ne saurais conseiller aux personnes atteintes d'une pathologie similaire de suivre votre exemple. On ne se mutile pas pendant des années sans raison, me semble-t-il, et refuser de gratter pour débusquer l'origine psychologique du mal est prendre le risque de le voir se manifester à nouveau à la faveur d'un évènement déstabilisant. Vous avez eu la force d'arrêter progressivement, d'effectuer un sevrage sans avoir fait de travail sur vous-même, ce qui démontre une grande force de caractère. Je ne peux que vous en féliciter et vous souhaiter un heureux avenir. Merci infiniment d'avoir partagé votre expérience ici, chez MBS. Amicalement, Michèle
Publié le 06 Juin 2019
5
J'ai aimé lire l'histoire d'Hugo, quinquagénaire à la vie lisse, policée, bien rodée. Une vie réussie, diraient la plupart d'entre nous. Réussite sociale, couple en harmonie, enfants de plusieurs lits sans plus ni moins de problèmes que ceux des enfants de leur âge... Rien qui dépasse. Ni heureux, ni malheureux. Il faudrait inventer une épithète pour qualifier cet état intermédiaire que nous sommes nombreux à vivre, de nos jours. Un état en demi-teintes, en surface, procrastinateur du bonheur. Un état fragile qui vole en éclat, dans le cas d'Hugo et de sa famille, à la faveur de l'annonce d'un cancer. J'occulte la suite, afin de ne pas vendre le mèche, et me contenterai de dire que je l'ai trouvée réaliste et plausible. Emouvante aussi. Pour la forme, votre plume est soignée, agréable à lire. Seule la partie professionnelle du début m'a parue un peu trop développée, mais cela tient certainement au fait que le milieu de la finance et moi, on n'est pas vraiment en phase ;-). Merci infiniment pour ce partage. Amicalement, Michèle
Publié le 01 Juin 2019
5
Quatrième roman lu de vous, quatrième immersion instantanée, intense. Vous avez l'art, dans un style pourtant simple et épuré, de faire vibrer les mots. Ce droit au but dans les portraits permet de sentir au plus près les sentiments de vos personnages, qu'ils soient bons, aimants, fous, ou mauvais. Le drame vécu par Chloé et Simon bouscule, d'entrée, de par la justesse du scenario et de leurs réactions. Puis pour adoucir l'inacceptable, le flirt avec l'ésotérisme, curieux mais hésitant... Un sujet qui revient souvent dans vos romans comme une alternative tentante que vous tentez d'ancrer dans la réalité. J'aime beaucoup la façon dont vous le suggérez. Alors que dire à part merci ? Merci infiniment pour ce partage que j'ai lu d'un trait, incapable de le lâcher, comme vos autres romans Amicalement, Michèle
Publié le 30 Mai 2019

Pages