lamish a noté ces livres

5
Certaines déjà lues ; relues avec un plaisir renouvelé. Un petit bout de "Le cas de Méline", entre autres. D'autres découvertes, surprenantes par leur éclectisme. Alors je ne veux pas me répéter, Mo, mais ta patte est là ; elle assure, en impose. Elle a atteint une forme de vitesse de croisière qui plie tous les mots à son vibrato. Une plume définitivement addictive en dépit des coquilles ;-)... Merci pour ce nouveau partage et bonne soirée. Michèle
Publié le 22 Mai 2020
5
Cinq étoiles pour le voyage, car tu as, comme Boris Phillips d'ailleurs, cette capacité d'immersion dans des époques lointaines qui téléporte instantanément tes lecteurs. Un exercice difficile, car même s'il y a d'incroyables similitudes dans les réactions humaines (ce qui est plutôt désespérant au demeurant ;-)), contexte, éducation, ton... bref, tout diffère au point de ne laisser que peu de place à l'improvisation. Merci pour ce court partage, bises et bonne journée. Michèle.
Publié le 15 Mai 2020
5
Des frustrations, un choc émotionnel, une prise de conscience, suivis d'une décision et de son inévitable lot d'hésitations, d'élans et de doutes... Une plume, telle une petite gourmandise, qui ne nuit pas à l'affaire, se boulotte avec facilité... Bref, j'ai accompagné Thomas en totale empathie, même si j'ai parfois eu envie de lui botter les fesses ;-). Seul petit bémol à mes yeux : le détail des raisons de son ras-le-bol professionnel qui supporterait, une fois la première description faite, de simples petites piqûres de rappel moins dosées. Merci pour ce partage fouillé et très humain. Amicalement, Michèle
Publié le 14 Mai 2020
5
Bonjour Romain. Voici la copie de mon commentaire de la précédente édition sous un autre titre et, bien sûr, les cinq étoiles jumelles ;-)... / Intriguée par votre synopsis, j'ai abordé sur la pointe des pieds, puis apprécié "L'inventaire de Théa". Un sujet difficile et osé. Une sacrée gageure relevée avec aisance. Pourtant, dès les premières lignes, je ne vous cacherai pas que j’ai craint le pire ;-). Lire un dialogue entre Dieu et huit observateurs, je n’imaginais vraiment pas me prendre au jeu. Ce fut pourtant le cas, car ce scenario permet de faire une forme de bilan beaucoup plus vivant et « attrayant », ainsi présenté. Un bilan qui est pourtant loin d’être réjouissant. J’ai aimé les visions et avis des huit protagonistes. J’ai savouré les nuances de leurs points de vue à la fois sensibles et distancés. Quant à Dieu, vous vous en sortez pas mal en tentant de sortir des images classiques et arriérées. J’ai apprécié qu’il se rapproche du genre féminin de par les sentiments qui l’animent… ou devrais-je dire ses motivations, puisque vous tentez de concevoir dépourvu de sentiments… pas facile... Le fait que ce concept coince avec des observateurs pourtant très ouverts d’esprit m’a amusée, d’ailleurs. On ne se sépare pas si facilement de siècles de conditionnement ;-)… Merci infiniment pour cet audacieux partage qui a réussi à plaire à l’incurable agnostique que je suis... Ce n’était pourtant pas gagné d’avance ;-). Amicalement, Michèle
Publié le 11 Mai 2020
5
Une bien jolie nouvelle, Laure. Elle m'a évoqué une autre Marguerite, celle du film "La tête en friche". Une histoire de mots aussi. De ceux qui, lorsque vous les recevez, vous insufflent la vie en vous rappelant simplement que vous existez vraiment pour quelqu'un. Merci pour cet émouvant partage. Amicalement, Michèle
Publié le 11 Mai 2020

Pages