lamish
Biographie

J'ai écrit mon premier roman tardivement, suite à un parcours à la fois simple et atypique. Après des études aux Beaux Arts, suivies d'une formation d'infirmière psychiatrique, j'ai travaillé dans des secteurs d'activité très divers.
Plus douée pour le dessin que pour les lettres, j'ai cependant toujours aimé écrire mais ne gardais rien, ou presque.
Jusqu'au jour où j'ai retrouvé les premières pages de "SAAD", roman que j'ai eu envie de terminer. Le bilan a été inattendu, et l'écriture m'est devenue nécessaire, tant pour le plaisir qu'elle me procure que pour son impact sur ma vie et celle de mes proches.
Depuis, j'ai écrit d'autres romans, novellas et nouvelles. Je vous invite à les découvrir ici.
Merci de me lire et de me faire part de vos impressions. Amicalement, Michèle

lamish a noté ces livres

5
Bonjour Josef, je vous ai lu en plusieurs fois mais toujours avec plaisir. La musique de votre plume est agréable, vos mots se boulottent avec facilité. Il m’a fallu un temps d’adaptation à ce personnage qui tourne en rond et s’enlise dans « un narcissisme destructeur teinté d’une déception constante de soi », comme vous le décrivez avec justesse. J’avais envie de lui botter le cul pour le pousser à réagir, à passer à l’action au lieu de raisonner de façon stérile ;-). Puis je me suis prise au jeu de ce travail sur lui-même qu’il opère au travers du personnage de Max. Max qui devient son double, qui essuie les plâtres pour lui et le fait progresser à pas de géants. Des personnages attachants, tels que Gus et Gabriel, qui lui prêtent main forte et l’aident à lever le nez de son nombril pour contempler l’horizon. Qui font écho dans sa réalité à l’Ancien, son compagnon de cellule. Même sagesse bienveillante, même esprit d’abnégation. C’est très bien mené, et le résultat démontre avec brio la force de l’écriture, lorsque sincérité et volonté de changer les choses sont au rendez-vous. Je précise que je n’ai jamais été perdue. L’utilisation judicieuse de la première personne pour l’auteur et de la troisième pour Max permet de toujours se situer entre fiction et réalité. Pour la forme, le choix du format A5 serait un plus (histoire de confort de lecture en ligne). Quelques coquilles et oublis persistent, mais rien de bien important au vu de la longueur de votre roman. En tous cas, merci beaucoup pour cet efficace et très singulier partage. Un premier essai transformé avec aisance. Amicalement, Michèle
Publié le 15 Septembre 2019
5
J'ai beaucoup aimé découvrir cette nouvelle, Philippe. Ta plume est là, poétique. Les animaux que tu affectionnes et qui ont souvent la part belle dans tes écrits aussi. Le sujet est bien exploité, juste ce qu'il faut de rêve et de délire... Quand à la fin, elle est bien trouvée et surprend. Merci infiniment pour ce nouveau partage que j'ai apprécié. Bises. Michèle
Publié le 11 Septembre 2019
5
Un scénario qui alpague, un style simple, précis, agréable à lire, qui m'ont fait boulotter votre roman d'un trait. J'ai aimé les fausses routes, celles vers lesquelles les non-dits nous aiguillent souvent, le côté cornélien de l'intrigue et de ses rebondissements, la fouille des personnages aussi. Leurs réactions sont très réalistes, ce qui facilite l'empathie. Merci pour ce partage que j'ai lu avec plaisir. Amicalement, Michèle
Publié le 08 Septembre 2019
5
Explorer l'absurde, pas facile ! mais vous vous en tirez pas mal, Fernand. Peut-être Beckett s'est-il penché sur vous pendant votre sommeil :-) ? J'y vois une petite leçon sur le mimétisme. Parfois idiot, souvent curieux, hypocrite ou cupide, ou plus rarement, comme vous l'écrivez, altruiste. Merci pour ce drôle de partage. Amicalement, Michele
Publié le 08 Septembre 2019
5
Un vrai plaisir de vous relire dans ce répertoire qui flirte avec le surnaturel tout en gardant un pied dans le réel. Un genre où s'exprime avec aisance votre belle imagination, et qui me plaît. Cette nouvelle arrive un peu tard, mais elle aurait eu toutes les chances de figurer dans le recueil du concours "Vu par le trou de la serrure"... une autre fois ;-)... Amicalement, Michèle
Publié le 07 Septembre 2019

Pages