lamish
Biographie

J'ai écrit mon premier roman tardivement, suite à un parcours à la fois simple et atypique. Après des études aux Beaux Arts, suivies d'une formation d'infirmière psychiatrique, j'ai travaillé dans des secteurs d'activité très divers.
Plus douée pour le dessin que pour les lettres, j'ai cependant toujours aimé écrire mais ne gardais rien, ou presque.
Jusqu'au jour où j'ai retrouvé les premières pages de "SAAD", roman que j'ai eu envie de terminer. Le bilan a été inattendu, et l'écriture m'est devenue nécessaire, tant pour le plaisir qu'elle me procure que pour son impact sur ma vie et celle de mes proches.
Depuis, j'ai écrit d'autres romans, novellas et nouvelles. Je vous invite à les découvrir ici.
Merci de me lire et de me faire part de vos impressions. Amicalement, Michèle

lamish a noté ces livres

5
Tu as raison, Fernand, jamais lu une histoire comme celle-là ;-)... Il faut dire que côté imagination, tu as mis le grand braquet. Merci pour ce beau moment d'évasion qui mêle avec brio tous les ingrédients annoncés dans ton synopsis. Si c'était possible, j'aimerais bien pouvoir aussi me transformer en cafetière, de temps en temps ;-). Bises et bonne fin de journée. Michèle
Publié le 05 Octobre 2019
5
J'ai passé un bon moment de détente en compagnie des six. J'ai apprécié que leur détermination, leur ténacité finissent par payer, et puis, en grande rêveuse, je me suis surprise à imaginer que tous les personnages clichés des bouquins, sitcoms et compagnie, se révoltent à leur tour et participent à déconditionner un public trop malléable, lobotomisé et adepte de la facilité. Je salue au passage l'imagination dont tu as fait preuve dans la description de leur univers parallèle. Un exercice plus difficile qu'il ne paraît. Alors merci pour ce sympathique partage, Duncan. Bises et bonne journée. Michèle
Publié le 05 Octobre 2019
5
Toute aussi excellente, cette nouvelle, Duncan. Croustillante et bien menée... Alors forcément, vite boulottée. Merci pour ce coquin partage et à très vite pour un autre plaisir de lecture. Bises. Michèle
Publié le 26 Septembre 2019
5
Bonjour Caroline, pour avoir lu "Cupidité" il y a pas mal de temps déjà, j'ai partiellement découvert cette nouvelle version. Je me souvenais bien de la première partie, de ce monologue lancinant de Suzan. Pourtant, même avertie, j'ai ressenti la même sensation d'étouffement, prise dans le tourbillon de ses ressentiments... et la même compassion pour cette pauvre petite mère dont on devine les réactions et qui ne peut communiquer autrement que par le regard... Brrr ! Cette partie m’a fait aussi froid dans le dos que lors de ma première lecture. Ensuite, et je ne sais pas si cela vient de ma mémoire qui me fait défaut, il m’a semblé que vous aviez modifié le scénario. Je ne peux développer ces changements sans casser l’effet de surprise de vos autres lecteurs, aussi resterai-je évasive. Par contre la confession de Raphaël m’a cueillie pour la seconde fois, dans un effet amusant qui, à chaque phrase, réveillait le souvenir de ma première lecture. C’est un récit percutant que vous nous offrez là. Une histoire qui remue les tripes et interpelle sur les dangers des accumulations issues d’une interprétation subjective et négative de l’enfance. Quand le couvercle de la cocotte-minute est bien serré par les non-dits, que les soupapes du dialogue et de l’empathie se bloquent, la situation devient explosive. Vous en faites une magnifique démonstration dans ce roman. Pour la forme, plus de coquilles, me semble-t-il, mais toujours un petit effort de ponctuation à produire (les virgules, surtout, dont vous êtes un peu avare ;-)). Un format A5 et une justification du texte seraient également bienvenus, histoire de confort de lecture. En tous cas, merci pour cette nouvelle version que j’ai lue avec grand plaisir, en dépit de la petite boule au ventre qui ne m'a pas quittée. Amitiés, Michèle
Publié le 25 Septembre 2019
5
Un thème difficile à exploiter, tant il l'a déjà été. Toujours par des hommes, on se demande bien pourquoi ;-). Et pourtant, sous votre plume, il m'a alpaguée. Pas de doute, vous avez l'art des nouvelles courtes. Exercice beaucoup plus difficile qu'il ne paraît, lorsque l'on ne veut pas bâcler le sujet. Votre plume se boit vraiment comme du petit lait. Merci pour cet autre partage que j'ai apprécié. Je vous embrasse, du coup ;-). Michèle
Publié le 21 Septembre 2019

Pages