lamish
Biographie

J'ai écrit mon premier roman tardivement, suite à un parcours à la fois simple et atypique. Après des études aux Beaux Arts, suivies d'une formation d'infirmière psychiatrique, j'ai travaillé dans des secteurs d'activité très divers.
Plus douée pour le dessin que pour les lettres, j'ai cependant toujours aimé écrire mais ne gardais rien, ou presque.
Un jour, en triant des cartons de déménagement, j'ai retrouvé les premières pages de "S A A D". Les lire m'a extirpée de la torpeur insipide dans laquelle je m'étais enlisée. Le bilan inattendu a été sans appel, et l'écriture m'est devenue nécessaire.
Depuis, j'ai écrit d'autres romans, novellas et nouvelles que je vous invite à découvrir.
Merci de me lire et de me faire part de vos impressions, en toute sincérité. Amicalement, Michèle

lamish a noté ces livres

4
Un témoignage très détaillé et sincère, puisque vous n'enjolivez et ne cachez rien de vos motivations, de vos intentions, de votre tendance à la manipulation, comme beaucoup seraient tentés de le faire en relatant un tel vécu. Vous décrivez avec honnêteté vos contradictions. J'ai par contre été surprise par votre refus de coopérer avec le corps médical, d'accepter l'aide de vos proches, comme une affirmation de votre différence, et je ne saurais conseiller aux personnes atteintes d'une pathologie similaire de suivre votre exemple. On ne se mutile pas pendant des années sans raison, me semble-t-il, et refuser de gratter pour débusquer l'origine psychologique du mal est prendre le risque de le voir se manifester à nouveau à la faveur d'un évènement déstabilisant. Vous avez eu la force d'arrêter progressivement, d'effectuer un sevrage sans avoir fait de travail sur vous-même, ce qui démontre une grande force de caractère. Je ne peux que vous en féliciter et vous souhaiter un heureux avenir. Merci infiniment d'avoir partagé votre expérience ici, chez MBS. Amicalement, Michèle
Publié le 06 Juin 2019
5
J'ai aimé lire l'histoire d'Hugo, quinquagénaire à la vie lisse, policée, bien rodée. Une vie réussie, diraient la plupart d'entre nous. Réussite sociale, couple en harmonie, enfants de plusieurs lits sans plus ni moins de problèmes que ceux des enfants de leur âge... Rien qui dépasse. Ni heureux, ni malheureux. Il faudrait inventer une épithète pour qualifier cet état intermédiaire que nous sommes nombreux à vivre, de nos jours. Un état en demi-teintes, en surface, procrastinateur du bonheur. Un état fragile qui vole en éclat, dans le cas d'Hugo et de sa famille, à la faveur de l'annonce d'un cancer. J'occulte la suite, afin de ne pas vendre le mèche, et me contenterai de dire que je l'ai trouvée réaliste et plausible. Emouvante aussi. Pour la forme, votre plume est soignée, agréable à lire. Seule la partie professionnelle du début m'a parue un peu trop développée, mais cela tient certainement au fait que le milieu de la finance et moi, on n'est pas vraiment en phase ;-). Merci infiniment pour ce partage. Amicalement, Michèle
Publié le 01 Juin 2019
5
Quatrième roman lu de vous, quatrième immersion instantanée, intense. Vous avez l'art, dans un style pourtant simple et épuré, de faire vibrer les mots. Ce droit au but dans les portraits permet de sentir au plus près les sentiments de vos personnages, qu'ils soient bons, aimants, fous, ou mauvais. Le drame vécu par Chloé et Simon bouscule, d'entrée, de par la justesse du scenario et de leurs réactions. Puis pour adoucir l'inacceptable, le flirt avec l'ésotérisme, curieux mais hésitant... Un sujet qui revient souvent dans vos romans comme une alternative tentante que vous tentez d'ancrer dans la réalité. J'aime beaucoup la façon dont vous le suggérez. Alors que dire à part merci ? Merci infiniment pour ce partage que j'ai lu d'un trait, incapable de le lâcher, comme vos autres romans Amicalement, Michèle
Publié le 30 Mai 2019
5
Te voici enfin de retour parmi nous ! Haie d'honneur, tambours et trompettes, zimboumboum :-) ! pour tes "Deux arbres sur la dune" de Gammarth qui tendent leurs branches vers la mer, l'interrogent, désespèrent de ne pas obtenir d'autre réponse que l'éternel flux et reflux des vagues... J'ai déjà eu le privilège de te lire, bercée par ta plume poétique. Une grande émotion se dégage de ces souvenirs et pensées rythmés par le Requiem de Berlioz. Un pari osé, ambitieux et réussi. Et comme il n'y a pas de mal à se faire du bien, je vais te relire avec plaisir, ici, sur MBS. Je t'embrasse. Michèle
Publié le 29 Mai 2019
4
Un sujet "intéressant" mené par une plume fluide et sans chichis, des dialogues très réalistes, un personnage débonnaire, d'autres moins, mais tous dotés d'une conscience "élastique", comme en était probablement dotée la majeure partie d'une population contrainte par l'occupation allemande. J'ai trouvé les situations bien posées mais ai été déçue par les différents dénouements, comme si vous aviez voulu conclure rapidement. Il me semble qu'il y aurait matière à creuser et à développer un peu plus. Pour la forme, votre style est agréable. Votre prose se boit comme du petit lait. Cependant, une chasse aux coquilles s'impose, même si elles sont éparses, de nombreuses virgules manquent à l'appel, ce qui nuit au rythme, et la justification du texte serait bienvenue. Merci pour ce partage. Amicalement, Michèle
Publié le 23 Mai 2019

Pages