lamish
Biographie

J'ai écrit mon premier roman tardivement, suite à un parcours à la fois simple et atypique. Après des études aux Beaux Arts, suivies d'une formation d'infirmière psychiatrique, j'ai travaillé dans des secteurs d'activité très divers.
Plus douée pour le dessin que pour les lettres, j'ai cependant toujours aimé écrire mais ne gardais rien, ou presque.
Un jour, en triant des cartons de déménagement, j'ai retrouvé les premières pages de "S A A D". Les lire m'a extirpée de la torpeur insipide dans laquelle je m'étais enlisée. Le bilan inattendu a été sans appel, et l'écriture m'est devenue nécessaire.
Depuis, j'ai écrit d'autres romans, novellas et nouvelles que je vous invite à découvrir.
Merci de me lire et de me faire part de vos impressions, en toute sincérité. Amicalement, Michèle

lamish a noté ces livres

5
Bienvenue à toi, Mokeddem, seizième de la dynastie ;-), et à cette nouvelle dont la symbolique, bien qu'inspirée de la partie légendaire de l'histoire de Salomon, appelle à des parallèles qui, eux, sont malheureusement bien réels et maintiennent notre monde sous un incontournable jouc. Pour ce qui est du roi mythique de ta nouvelle, j'avoue avoir toujours trouvé assez incroyable que lui soient attribuées 700 épouses et 300 concubines... En fait, j'ai du mal à imaginer ce que cela suppose, en pratique :-). Merci pour avoir partagé ta petite dernière ici. Bises. Michèle
Publié le 20 Mai 2019
5
J'ai retrouvé avec plaisir cette petite touche qui est vôtre au travers de cette enquête-nouvelle. L'humanité qui simplifie les rapports entre les êtres, quelles que soient les circonstances. Une certaine candeur lucide, aussi, qui m'évoque un monde "à la Pagnol", un monde que j'affectionne vu ainsi. Alors merci pour ce nouveau partage, Fernand, et au plaisir de vous lire à nouveau. Amicalement, Michèle
Publié le 19 Mai 2019
5
J'avais commencé, puis interrompu ma lecture, il y a quelques semaines, mais le petit cœur de la semaine dernière, les commentaires laudateurs, m'ont incitée à lire l'intégralité de votre roman. Alors comment m'exprimer pour donner un avis qui ne soit pas blessant mais sincère ? Pas facile... Votre plume est agréable, la forme originale (même si je l'ai trouvée un peu redondante et opportuniste, tout comme le titre), pas de fautes ou peu, un humour grinçant mais omniprésent... mais Gonzague, Gonzague... impossible d'adhérer à ce personnage qui réunit à lui seul tout ce qui m'insupporte chez un homme. Un être blasé, flemmard, égocentré, méprisant, imbu et macho, qui attend de société et femmes d'être totalement pris en charge en dépit de son mépris, vous l'aurez compris, très peu pour moi. Cependant, fidèle à mon principe de notation, je maintiens les cinq étoiles, consciente que c'est affaire de goût. Merci pour ce partage. Amicalement, Michèle
Publié le 19 Mai 2019
5
Une plume alerte, riche, presqu'un peu trop à mes yeux, la beauté du verbe créant comme une pellicule réfléchissante qui occulte le fond, dans la première moitié de votre roman. S'il y a une forme de relâchement dans la seconde, je l'ai pour ma part trouvée bienvenue. Pour ce qui est du fond, mon avis est mitigé car j'ai eu du mal à nourrir de l'empathie pour les trois principaux protagonistes. Comme Mélanie, je les ai trouvés plutôt superficiels et égocentrés. Deux travers qui expliquent probablement leurs difficultés à vivre l'amour partagé, tout bêtement. Et puis il y a une forme d'opportunisme dans la quête amoureuse de votre "géant". J'ai du mal à cautionner ce genre d'attitude, au masculin comme au féminin. Ceci dit, vous écrivez bien, et ce fut un plaisir de vous découvrir, ici. Merci pour ce partage. Amicalement, Michèle
Publié le 15 Mai 2019
5
Un vrai plaisir que de retrouver ton art d'alpaguer en douceur, ta plume épurée, veloutée, qui se déguste lentement, en prenant le temps d'imprimer toutes ses nuances, en se glissant sans effort dans la peau de personnages en apparence ordinaires, mais si subtils, humainement. Merci pour ce partage, Mel, et pour ta fidélité à MBS qui a su mettre sur les rails ton talent, comme celui d'Elisabeth, de Pascale, et de tant d'autres encore. Amicalement, Michèle
Publié le 09 Mai 2019

Pages