lamish
Biographie

J'ai écrit mon premier roman tardivement, suite à un parcours à la fois simple et atypique. Après des études aux Beaux Arts, suivies d'une formation d'infirmière psychiatrique, j'ai travaillé dans des secteurs d'activité très divers.
Plus douée pour le dessin que pour les lettres, j'ai cependant toujours aimé écrire mais ne gardais rien, ou presque.
Jusqu'au jour où j'ai retrouvé les premières pages de "SAAD", roman que j'ai eu envie de terminer. Le bilan a été inattendu, et l'écriture m'est devenue nécessaire, tant pour le plaisir qu'elle me procure que pour son impact sur ma vie et celle de mes proches.
Depuis, j'ai écrit d'autres romans, novellas et nouvelles. Je vous invite à les découvrir ici.
Merci de me lire et de me faire part de vos impressions. Amicalement, Michèle

lamish a noté ces livres

5
Bonjour Mélanie. Dans mon récent com' sur "La démocratie...", j'évoquais cette petite longueur d'avance qui est vôtre, niveau réflexions, analyses et conclusions ouvertes, toujours très humaines... De toute évidence, une vie riche en expériences et un intérêt tout particulier pour vos congénères y sont pour beaucoup. Cependant, par l'évocation d'ascendants dont je ne peux qu’imaginer une ressemblance avec certains de vos proches, lire ce début de roman m'a permis de compléter la liste de ces donnes qui favorisent ce petit plus que j'aime retrouver à vous lire. Lorsque nous avons la chance de faire nos premiers pas dans la vie entourés de belles personnalités, riches, droites, et soucieuses de leur devoir de transmettre de belles valeurs, ce sont des pas de géants que nous faisons… Voilà pour ma petite réflexion du jour ;-). Quant à votre plume, je n’en parle plus. Vous écrivez bien, point. Et cet acquis s’adapte à tous les genres avec efficacité. Merci pour ce partage que j'ai lu avec toujours autant de plaisir. Amicalement, Michèle
Publié le 01 Septembre 2019
5
Une belle histoire, des personnages attachants, un milieu de rêve, presqu'une romance par certains aspects, tout cela servi par une plume maîtrisée... peu être un peu trop, à mes yeux. Votre exigence en matière de détails donne un petit côté linéaire, comme une forme de retenue constante, à ce récit pourtant passionnel. Quelques envolées plus concises manquent à l'appel, et l'alignement planétaire est un peu téléphoné pour tenir votre lecteur en haleine... Parallèlement, j'ai apprécié votre travail de fouille, tant dans les mécanismes sentimentaux que dans les relations familiales. Ils ont contrebalancé ces petits bémols et agrémenté ma lecture. Amatrice de dressage, j'ai également aimé retrouver ce milieu. Lorsque l'on connait la difficulté de l'exercice, on ne ne peut que rester admiratif face à ce que sont capables d'effectuer ces rejoneadores et leurs chevaux. Merci pour ce beau partage. Amicalement, Michèle
Publié le 28 Août 2019
5
L'histoire d'Achille est surprenante, tout comme les mœurs des occupants de cette ferme du Limousin. Une chose est sûre, je ne vois pas d'autre auteur que vous s'atteler à ce sujet avec autant d'humour décalé, de candeur et de simplicité. En principe, lorsqu'on attribue à l'humain une sexualité animale, la vulgarité est au rendez-vous. Cela tient peut-être au fait que les animaux sont guidés par des pulsions et les humains trop souvent par la perversion. Mais en créant le personnage d'Achille vous y échappez, car lui, le simple d'esprit, vit sa sexualité avec cette spontanéité propre à cette catégorie d'individus. Lorsque je travaillais en hôpital psy, j'ai remarqué l'hyperactivité sexuelle des malades. Ils s'accouplaient sans plaisir, au sens profondément érotique du terme, dès qu'ils trouvaient un endroit où se cacher. Je me souviens m'être dit qu'ils se cachaient pour ne pas subir de reproches de la part du personnel soignant. Que si ça n'avait pas été le cas, ils auraient aussi bien pu le faire aux yeux de tous, car cela ne les aurait pas plus dérangés que des chiens qui copulent dans la rue... Voilà pour la petite histoire. En tous cas, j'ai lu celle d'Achille avec plaisir et vous remercie pour ce nouveau partage. Amicalement, Michèle
Publié le 26 Août 2019
5
Beau style, belle plume, beau voyage, mais pas le genre de roman que j'affectionne, du moins pas au point de m'engager dans la lecture de votre saga. Mais nul doute qu'elle rassasiera les amateurs du genre ;-). Merci pour le partage de ce travail impressionnant. Amicalement, Michèle
Publié le 22 Août 2019
5
Waouh ! Déjà lu pourtant, mais toujours aussi bousculée ;-) ! C'est bien un extrait, si mes souvenirs sont bons, et contrairement à ce qu'écrit Sandrine C. D’ailleurs, avoir été hameçonnée pour la deuxième fois m’aura définitivement convaincue, je vais acheter la suite et m’en délecter en format broché. J’ai envie de dire « Tout y est, y a pas à tortiller. » Du moins pour moi, puisque je ne suis pas débile au point d’imaginer mon impression universelle ;-)… Peut-être cela est-il dû à cette petite longueur d’avance qui est vôtre et que j’ai souvent constatée… La prise de conscience, l’implication, puis le fanatisme de Maxence. L’impuissance teintée de révolte de Sophie, enceinte de son enfant. Charles et sa lucidité désabusée. Micheline, véritable porte-parole des gilets jaunes avant l’heure… Les plaies et pansements des uns et des autres… Dieu que c’est plaisant de lire tout ce grand petit monde, « politiquement conscient, humainement impuissant » débattre avec passion et ouverture d’esprit ! Si le mudhif existe, ou un lieu même vaguement similaire, je veux absolument savoir où il se cache, lui ou ce lieu qui vous a inspirée et qui lui ressemble... Merci, Mélanie, franchement merci pour ce partage. Amicalement, Michèle
Publié le 18 Août 2019

Pages