Rachid Blanchet
Biographie

J'ai longtemps habité sous de vastes portiques que les soleils marins teignaient de mille feux et que leurs grands piliers, droits et majestueux, rendaient pareils, le soir, aux grottes basaltiques.

Il y a entre Rachid Blanchet et Serge Tabard le même lien de parenté qu'entre Emile Ajar et Romain Gary. A ceci près que ni l'un ni l'autre n'auront jamais le prix Goncourt.

Son auto-citation préférée : "J'écris pour ne ressembler à personne. Mais c'est toujours raté."

Rachid Blanchet est l'un des trois pseudonymes de Bruno Guennec.

Rachid Blanchet a publié

Rachid Blanchet a noté ces livres

5
Alors là je vous préviens, Georges, vous allez avoir le droit à mes 20 étoiles ! C'est beau, c'est sublime, c'est un cri du coeur de Saint-Bleyras, où Saint-Bleyras se livre, du plus intime de sa conscience aiguisée et poétique. Je me suis dit d'abord : prose poétique (Baudelaire, petits poèmes en prose, Aube, de Rimbaud). Puis, à la fin, la poésie s'affiche formellement. Mais c'est aussi un manuel de survie, un livre de sagesse. Sans oublier l'humour. Votre texte selon moi le plus personnel et (avec Gloria) le plus réussi parmi tous ceux que j'ai eu le bonheur de lire. Mes alter ego arrivent. A tout de suite...
Publié le 13 Avril 2021
1
Je profite de votre page, mon cher alter ego, pour m'offrir un petit billet d'humeur. Je ne veux pas être blessant, en écrivant ce qui suit sur la page de nombre de livres que je vois ici. J'aime mieux généraliser, sans citer aucun auteur (peut-être se reconnaîtront-ils ?) : je suis frappé, en lisant les récits mis en ligne sur ce site, par l'aplomb de nombre de personnes qui se croient écrivains parce qu'ils maîtrisent (dans la plupart des cas, heureusement) la langue française. Certes, il est facile d'écrire « roman » sur la première page d'un fichier word. Mais est-ce que cela suffit ? Un roman n'est-il pas plus qu'une suite de mots, même si cette suite est organisée, structurée autour de personnages ? Mais qu'est-ce qu'un personnage ? N'est-ce pas avant tout l'expression, la mise en forme d'une pensée originale, d'une sensibilité particulière ? Si un roman ne blesse pas le monde, s'il ne l'écorche pas, ou ne l'écorne pas, ou ne raye pas un minimum la carapace de vanité derrière laquelle ce monde se réfugie pour ne pas penser, pour ne pas éprouver sa condition, à quoi bon ? Tant de travail pour produire une chose qui glisse, qui surfe à la surface du discours ambiant ? Et si l'on essayait d'abord de relire nos grands auteurs ? Et si l'on avait le simple bon sens de relire (par exemple) *L'éducation sentimentale* (ou *Madame Bovary*) avant d'oser écrire « roman » sur la première page de son fichier word ? On l'écrirait peut-être encore, certes, mais en tremblant, avec la peur d'être ridicule, d'être médiocre : d'avoir produit un énième livre inutile.
Publié le 04 Avril 2021
5
Comme votre livre mérite 10 étoiles, je ne résiste pas au plaisir d'ajouter les miennes à celles de mon alter ego et ami, Serge. Je souhaite que votre livre trouve un éditeur car il a l'étoffe d'un grand livre. Et j'ai hâte de lire un nouveau livre produit par votre plume inspirée et sensible.
Publié le 26 Mars 2021
5
Je souhaite à *Lounis et Nour* de toucher ses lecteurs autant qu'il m'a touché. A très bientôt, Michèle.
Publié le 26 Mars 2021