Séries
Le 11 mai 2016

TANAGA d'Alice Quinn - Chapitre 3 : Interférence

Un nouvel épisode de TANAGA, la série d'héroic fantasy d'Alice Quinn à retrouver tous les mercredis et samedis sur le site. Tome 1 : LES ÉCORCHEURS - Chapitre 3 : INTERFÉRENCE.
Tanaga. Série héroic fantasy d'Alice Quinn à lire gratuitement sur monBestSeller.comTanaga. Série héroic fantasy d'Alice Quinn à lire gratuitement sur monBestSeller.com

Chapitre 3

Interférence

Elle se réveilla en sursaut, ruisselante de sueur. Une angoisse lui étreignait le cœur. Puis elle se souvint de sa dispute avec Jules. Voilà pourquoi son sommeil avait été perturbé. Elle regrettait de s'être couchée sans avoir fait la paix avec son père.
Elle hésita un moment, se demandant si elle devait aller jusqu'à sa chambre lui parler et elle se leva, errant un moment dans le couloir sombre.
Mais la tentation fut la plus forte. Silencieusement, elle ouvrit la porte du bureau et se faufila jusqu'à l'ordinateur qui semblait l'attendre en somnolant.
Elle s'assit devant la console et ouvrit la session, tressaillant au moindre son émis par l'appareil, de crainte de réveiller son père.
Clic, le site, clic, le logo des Écorcheurs, clic, le code de son niveau, son pseudo : Fennec des Sables. Mot de passe : Zéphyr. C'était un mot de passe qu'elle avait trouvé sans réfléchir, dès le premier jour où elle avait commencé à jouer sur le site.
Ce qui était étrange, c'était qu'elle avait découvert récemment que les quatre autres joueurs qui étaient arrivés au même niveau qu'elle, possédaient le même mot de passe.
Il lui arrivait souvent de tenter de percer les mystères qui entouraient ses partenaires.
Leurs costumes auraient pu en être le moyen, car ils étaient tous les cinq symbolisés par une silhouette extrêmement réaliste de Guerriers, certains très archaïques, d'autres moyenâgeux, affichant tout le harnachement incontournable de la charge : des casques à panache, des cottes de mailles et des cuirasses, des boucliers et des lances.
Pourtant, chacun affichait des détails qui les différenciaient des autres.
Théo s'était toujours demandé si ces éléments signifiaient quelque chose de précis, une origine géographique, ou ethnique.
Leurs noms auraient pu donner des indices.
D'abord, il y avait Dream Song. C'était son préféré, sans qu'elle puisse expliquer pourquoi. Il l'aidait souvent.
Puis venaient Glaive d'Or, Ciel qui Gronde et Œil de Faucon. Ce dernier arborait des plumes sur son casque, ce qui faisait penser à Théo qu'il était peut-être un Indien d'Amérique.
Ciel qui Gronde revêtait une armure qui ressemblait vaguement à celles que portaient les samouraïs. Théo l'avait donc catalogué asiatique.
Glaive d'Or, comme Dream Song, affichait des éléments très archaïques, des dessins sur la peau, des os, de la ficelle, que Théo ne parvenait pas à identifier avec précision. Cela évoquait des tribus préhistoriques.
Pour sa part, elle n'avait pas vraiment choisi son apparat, il s'était imposé à elle de façon impulsive, dès la première fois où elle avait joué et où elle avait dû choisir dans un catalogue en ligne de panoplies de guerriers, au début du Jeu. Elle avait pu sélectionner chaque pièce, personnaliser son aspect.
Elle portait un chèche noir à rayures amarante, qu'elle recouvrait d'un heaume à nasales et d'une visière ailée. Des oreilles pointues rappelant celles d'un fennec rehaussaient son casque. Son bouclier était en peau d'oryx, recouvert de signes dont elle ne comprenait pas le sens. Elle pensait qu'il s'agissait de l'écriture secrète des Touaregs, le tifinagh, que son père lui avait déjà montré sur des photos. Un torque d'or encerclait son cou et une fibule du même métal précieux retenait sa cape vermeille.
Elle ne portait pas d'armes, mais un étendard qu'elle brandissait avec fierté, car elle adorait en voir voleter le tissu soyeux et vaporeux qui arborait l'effigie d'un petit renard argenté sur fond roux mordoré : Fennec des Sables.
Par la suite, elle avait fait des recherches et découvert que son costume mêlait des éléments touaregs avec d'autres plus classiques, dans le genre de ceux des chevaliers du roi Arthur. Celtes, sans aucun doute et moyenâgeux.
Elle avait constaté aussi dès le début que les personnages de Guerriers étaient peu nombreux dans le Jeu.
Bien sûr, depuis le niveau 4, il n'y avait plus qu'eux. Et, chose étrange, ils étaient des Guerriers sans destriers. À pied. Elle en ignorait la raison, mais jamais jusqu'à présent le Jeu ne leur avait proposé de monture.
Comme elle, les autres avaient choisi leur mot de passe dès le premier jour, mus par une impérieuse nécessité. Comme si quelqu'un le leur avait dicté.
Elle avait appris ce détail en discutant avec eux dans le cyberespace très privé qu'elle avait le droit d'utiliser depuis qu'elle était à l'avant-dernier niveau. Le Break-Space était réservé à l'élite des joueurs.
Là, sans pour autant quitter le Jeu, sans abandonner votre rôle respectif, sans oublier votre personnage, vous pouviez échanger conseils et astuces avec vos pairs, commenter les parties.
En quelques clics elle retrouva son site, ses repères, son jeu. Mais cette fois et pour la première fois, une chose étrange se produisit si vite qu'elle crut avoir rêvé. Un reflet à peine entrevu, un lieu qui habituellement n'existait pas.
Image brouillée, comme cryptée et qui l'espace d'un instant reprend ses droits de lisibilité, fugitivement. Et là, l'inattendu, l'incroyable.
Deux monstres, deux Écorcheurs discutant calmement entre eux sur un fond translucide bleuté, informel. Un ricanement froid, métallique. Un frottement. Était-ce une vision des futures étapes ? Était-ce un bug ? Était-ce une erreur de programmation du Jeu ?
Jamais auparavant elle n'avait pu apercevoir des Écorcheurs sans être elle-même de la partie, en piste, en jeu. Et là, l'image était arrivée comme par interférence, hors jeu, comme si rien n'était mis en place encore. Une vision des coulisses, en quelque sorte.
Elle avait la sensation gênante d'avoir surpris quelque chose qu'elle n'aurait pas dû. D'ailleurs, l'un des Écorcheurs sembla tourner la tête vers elle, comme s'il la voyait à travers l'écran, ce qui bien sûr était impossible.
Il eut un mouvement brusque, une sorte de sursaut et après une seconde d'image brouillée, elle se retrouva enfin en terrain connu, à l'intérieur du Jeu.
Ce n'était pas pour autant sécurisant puisqu'elle reprenait la partie là où elle l'avait laissée, c'est-à-dire son personnage suspendu au-dessus de l'océan. Pas d'ennemis en vue, pas de Cage menaçante.
Rien que l'immensité de l'eau se rapprochant à une vitesse vertigineuse. Cela dura une seconde, le temps d'une poussée d'adrénaline, d'un frisson d'excitation, puis ce fut le choc et la chute dans le liquide glacé. Happée par les eaux sombres et profondes, retenant sa respiration, elle tenta de déceler les ombres menaçantes des requins qui la cernaient.
Elle sentit à quelques mètres d'elle qu'un allié s'approchait pour l'aider, lui tendait une main qu'elle saisit aussitôt, reconnaissante et elle se laissa guider vers un lieu indéterminé, certaine de se diriger vers la rive.
Elle ne fut pas longue à avoir pied, alors qu'elle avait pensé le rivage beaucoup plus éloigné. Son guide surgi de nulle part avait certainement sa barre d'énergie chargée à bloc, ce qui lui avait permis de réduire la distance.
Elle s'enfonça alors dans du sable mouillé et avança avec difficulté, échappant de peu à des serres griffues jaillissant du sol. Un instinct dont elle ne comprenait pas l'origine lui dictait l'endroit exact où elle devait poser les pieds, échappant de justesse chaque fois à l'emprise de ses prédateurs.
Son allié avait disparu et elle devait à présent ne se fier qu'à elle-même pour éviter les pièges. Un tour d'horizon panoramique lui apporta la solution.
Tout autour d'elle, un paysage paradisiaque lui tendait les bras, avec sa plage paisible, ses cocotiers doucement agités par la brise. Elle percevait les cris de quelques animaux sauvages, mais ils étaient amicaux. Elle savait pourtant que l'espace qui l'entourait portait en lui-même son propre piège.
Car au moment où elle s'y engagerait, elle serait à découvert, à la merci de n'importe quel prédateur plus rapide ou animé de mauvaises intentions. Il lui fallait rejoindre en un bond si possible le moulin en ruine qu'elle distinguait entre deux palmiers.
Deux pales continuaient à tourner lentement et les pierres du moulin, bien qu'abîmées, lui semblèrent d'une solidité à toute épreuve. Voilà où était son salut.
Mais comment et sur quoi prendre appui pour son élan, nécessaire afin d'utiliser sa fonction « bond », pour arriver en un seul mouvement jusqu'à l'abri ?
Elle prit le temps de consulter son crédit. Oui, elle pouvait compter sur sa réserve et, non, il n'y avait aucune aide à attendre des autres Guerriers dont apparemment, pas un, à cette minute, ne se trouvait branché sur Internet.
Son guide sous-marin de tout à l'heure avait disparu et les deux autres, ceux qui étaient déjà parvenus à l'étape suivante, ne pouvaient pas revenir à ce niveau de jeu. Il en restait bien un, mais il n'était apparemment pas connecté à cette heure-ci.
Elle pensait qu'il devait y avoir une histoire de décalage horaire, les uns et les autres n'étant peut-être pas dans le même fuseau, mais elle n'en était pas sûre. Elle avait bien tenté une fois de poser la question durant les échanges sur le Break-Space mais, apparemment, cette demande avait été censurée.
Les secondes précieuses qu'elle perdit à vérifier ses atouts lui furent fatales. Une mâchoire d'acier lui enserra soudain la cheville et lui fit piquer du nez. Son visage s'enfonça dans le sable et l'eau et elle se mit à étouffer, toussant, crachant, suffoquant afin de récupérer de l'air et se débarrasser de ce qui obstruait sa bouche et son nez.
En se retournant, elle aperçut sa cheville en sang, mais nulle trace de l'agresseur qu'elle sentait tapi quelque part, dans l'ombre, attendant le moment propice pour réattaquer. En essayant de se relever, sa jambe droite lui fit défaut.

Elle glissait sans parvenir à se remettre d'aplomb et chaque fois qu'elle retombait, le sable lui piquait les yeux, lui brûlait les narines. Elle s'étranglait.
Le découragement la saisit. Jamais elle n'y arriverait. Ce n'était pas comme d'habitude. Peut-être parce qu’aucun de ses alliés habituels n'était au rendez-vous aujourd'hui, peut-être parce qu'elle s'était disputée avec son père, ce qui avait altéré sa confiance en elle, peut-être la perspective d'être privée de son cher ordinateur, bref, quelque chose faisait qu'elle n'était pas au mieux de ses capacités et qu'elle ne trouvait pas les parades, les solutions aux épreuves qu'elle rencontrait. En tout cas pas comme d'habitude. Avec juste le temps de retard qu'il fallait pour faire le jeu de ses adversaires.
Puis soudain elle songea au bug de tout à l'heure. Le Jeu était peut-être faussé, un décalage s'était peut-être produit dans les temps de réaction, l'acculant à l'échec.
Ce fut instantané. Au moment même où cette pensée se forma dans son esprit, l'image se brouilla et sauta. Et à la place, une autre image, lisse, intemporelle, bleutée, translucide, apparut.
Cette fois, un immense Écorcheur se dressait face à une assemblée de guerriers revêtus de leurs effrayantes armures. Piques, dentures, carapaces, éclats aveuglants, ornements de laque noire, capes bleu nuit, casques de dragons, queues reptiliennes articulées, gants griffus, tout l'attirail étrange et menaçant qui les affublait de pied en cap.
Et face à eux, immense et redoutable, se tenait Miyader, le Grand Consul. Celui dont le regard ne semblait être qu'un trou noir en fusion, semblable au cratère d'un volcan au bord de l'éruption.
Un frisson parcourut Théo devant cette scène. Comme tout à l'heure, elle sentit qu'elle n'aurait pas dû la surprendre.
Pourquoi et comment avait-elle accès à cet espace qui semblait être fermé aux joueurs ? Comment les Écorcheurs, qui n'étaient que des personnages en images de synthèse animés par un logiciel dans le cadre restreint d'un jeu Internet, pouvaient-ils apparaître en dehors de l'espace-jeu comme s'ils étaient doués d'une vie propre ?
Elle eut à peine le temps de formuler toutes ces idées désordonnées que le chef se tourna soudain vers elle avec un rictus de rage en pointant une serre effilée sur elle comme s'il pouvait la voir.
Image brouillée. Noir. Plus rien. Fermeture.
Théo s'aperçut qu'elle tremblait.
Une pensée étrange se forma à sa conscience. Maintenant il me connaît. Il m'a vue en vrai. Il me reconnaîtra n'importe où.
Mais en même temps qu'elle formulait ces mots dans sa tête, elle se mit à sourire en haussant les épaules. Mais ça va pas ? Je deviens folle ou quoi ? Jules a raison, ce jeu me bouffe les neurones ?
Un froissement se fit entendre dans la chambre de son père. Sans un bruit, elle quitta le bureau et se dirigea d'un air ensommeillé vers les toilettes.
Elle l'avait échappé belle. Son père surgissait justement de sa chambre, un verre vide à la main.
– Qu'est-ce qu'il y a, ma puce ? Tu n'arrives pas à dormir ? Théo fit une moue qu'elle savait irrésistible pour lui.
– C'est ta punition, papa. Ça me tracasse.
– Mais tu sais que je ne suis pas fâché contre toi, n'est-ce pas ? Allez, va vite te coucher.
– Mais ma punition ?
– Ça suffit, Théodora. Tu n'arriveras pas à me mener par le bout du nez comme tu le fais toujours. Je me tiendrai à ma décision. Plus de jeux Internet.
Dépitée, Théo se dirigea d'un pas rageur vers les toilettes et s'y enferma.
Elle entendit son père remplir le verre d'eau dans la cuisine et retourner se coucher. Quand elle fut certaine qu'il était au lit, elle se glissa elle-même dans le sien, réfléchissant à un moyen de le faire changer d'avis.
Peut-être qu'elle y arriverait en lui donnant toute satisfaction avec ses résultats scolaires ?
En pensant à son bac blanc de maths, elle sut que c'était peine perdue. Devait-elle prendre la décision de ne plus jamais s'approcher d'un jeu Internet ? Pour sa propre tranquillité, celle de son père aussi, celle de ses résultats, de son avenir ? Son père avait-il raison ?
Elle finit tout de même par s'endormir dans un état de frustration extrême. Dans son rêve, elle mordait le sable, à moitié noyée, sans parvenir à en sortir.
À son réveil, elle sut que le Jeu continuait à la tenir sous son emprise. Mais elle avait par contre complètement oublié l'assemblée de guerriers Écorcheurs entrevue par erreur.
Et elle ne fut même pas étonnée de la douleur qu'elle éprouva en posant le pied droit à terre. Comme si elle avait une entorse. Elle pensa qu'elle avait dû dormir dans une mauvaise position et après avoir sans succès tenté de discipliner son exubérante chevelure rousse emmêlée, elle partit au lycée en boitillant...

C’était Interférence, le chapitre 3 de TANAGA - 1 – Les écorcheurs
© Alice Quinn - tous droits réservés – 2016

Rendez-vous samedi pour le chapitre 4 du tome 1 de TANAGA !

 

J’ai voulu retrouver avec ce roman d’héroïc fantasy la joie de l’écriture de feuilletons, qui m’a toujours fascinée. J’espère que vous partagerez cette passion avec moi.
Dans un premier temps, 2 tomes seront donc ainsi déclinés chapitre par chapitre, gratuitement, en ligne, le temps qu’il faudra, à raison de 2 chapitres par semaine, les mercredis et les samedis, à 10 heures.
Si des fautes, des incohérences ou des coquilles se sont glissées ;-) à mon insu dans le texte, je vous serais reconnaissante de m’en informer.
D’autant plus que le roman ne sera publié et proposé à l’achat pas avant la mi-Août, je pourrai donc y apporter les corrections et améliorations nécessaires, grâce à vous.
Si vous désirez lire le roman dans sa continuité, vous avez la possibilité de l’acheter tout de suite en pré-commande. Vous le recevrez automatiquement dès sa publication le 27 juillet dans un format numérique.

_____________________________________________

Illustration couverture par Alex Tuis

Graphisme couverture réalisée par Kouvertures.com

@Colette bacro, @Yannick A. R. FRADIN,
Bonjour,
je suis heureuse de vous avoir comme lecteurs!, d'autant que votre oeil vif ne laisse rien passer.
Je n'ai pas le temps actuellement de corriger tout de suite,
mais je vais le faire pour la sortie du livre.
Vos remarques sont précieuses, et je les releverai toutes en une fois au moment de publier!
Ce qui est intéressant c'est que vous pointez mes tics.
Oui, l'histoire m'emporte et j'écris un peu trop donc parfois ça bug!
Merci merci pour votre présence comme lecteurs primo... :-) <3

Publié le 12 Mai 2016

Bonsoir Alice et merci pour ce 3ème chapitre. Sympathique et bien amené ce glissement entre jeu et réalité, avec une sorte de fusion partielle qui laisse présager de quelque chose de plus inquiétant par la suite. La seule phrase qui m'a un peu gêné est la suivante : "Elle eut à peine le temps de formuler toutes ces idées désordonnées que le chef se tourna soudain vers elle avec un rictus de rage en pointant une serre effilée sur elle comme s'il pouvait la voir" (elle - vers elle - sur elle). Vivement samedi pour lire la suite :-) Oui, vous m'avez bien accroché avec vos premiers chapitres^^

Publié le 11 Mai 2016