Interview
Le 06 déc 2017

Pourquoi j'écris ? (15)

C'est à la petite enfance que la lecture a cueilli Delphine Robin, un refuge dans ses refuges. Comme la dernière poupée russe qui procure force et sagesse. L'aboutissement. Imperceptiblement, l'écriture s'est profilée comme son complément indispensable, presqu'un miroir.
Découvrir l'écriture par la lectureDécouvrir l'écriture par la lecture

Quand j'étais petit, je n'étais pas grand...
… disait la chanson. C’est en partie vrai et lorsque l’on est petit on n’assume rien et on a souvent peur de tout et d’un petit rien.  

Un livre pour m'apaiser

Du plus vieux souvenir que m’offre ma mémoire, c’est avant tout cette façon de me cacher dont je me rappelle. Ce sentiment d’apaisement au moment de se blottir dans un placard avec une lampe torche, de se hisser sous le bois de lit, muni d’un nounours et surtout, dans chacun d’un cas… D’y être venue accompagnée d’un livre dont je me délectais. Un pur souvenir d’enfance heureuse et insouciante, car à ce moment-là, il n’y avait plus de monstres aux yeux démoniaques dans mon dos, plus de loup velu derrière la porte. Juste une enfant absorbée par une histoire de pirate… Et le Monde pouvait bien s’écrouler !

Le Livre, cet objet qui a traversé les temps est un symbole de puissance, de force et de sagesse. Avant d’écrire mes premiers chapitres à seize ans, c’est bien sûr la lecture qui m’a fait aimer le papier, les lignes, les mots, la mélodie qui s’en dégage, la leçon de vie qui en émane.

J’ai toujours tellement eu de livres entre les mains et d’histoires dans la tête qu’un jour, (comme il était prévisible), ces deux-là se sont entrechoqués ; engendrant un véritable coup de foudre ! Et depuis, un mariage harmonieux entre la Lecture et l’Ecriture. Deux facettes complémentaires, deux portraits qui vieillissent côte à côte et gagnent en maturité. 

Le loisir de l'écriture, parfois mal perçu

Si mon premier livre était un pur défi personnel, en réalité un pari entre copines, je me suis attelée au second avec plus d’intimité. Le troisième roman a gagné en sérieux et en conviction, ce qui a fait naître un roman témoignage dénonçant le harcèlement professionnel. Et à force de gagner en assurance, et d’arriver à assumer ce loisir de l’écriture – parfois mal perçu de l’entourage – j’ai souhaité me lancer dans un thriller, et ainsi faire comme les grands !

Aujourd’hui, écrire est plus qu’un simple passe-temps, plus qu’un gagne-argent, car j’ai toujours pensé que la littérature appartenait à tous ; puisqu’un livre, au fil du temps, passe de main en main… Alors à présent, les royalties que je touche servent à financer du matériel scolaire en Amazonie Française. C’est une manière de faire perdurer le livre, de le hisser au travers des temps, en préservant l’aptitude à lire de nos futures générations.

Tant qu’il y aura des lecteurs, il y aura des écrivains… Et si vous y êtes attentif, vous entendrez, peut-être, le doux son mélodieux de la Littérature !

 

Merci @bernadetteL, merci @lamish, ravie de vous revoir à ce détour d'article.
Belle journée à vous tous, Amicalement, delphine

Publié le 06 Décembre 2017

@Delphine ROBIN Merci pour cette tribune qui donne la dimension de la belle passion qui vous anime. Continuez à écrire pour le plus grand plaisir de vos lecteurs. Amicalement. Michèle

Publié le 06 Décembre 2017

Un joli texte qui "fleure" la vérité...

Publié le 06 Décembre 2017

Merci beaucoup pour cette parution. Delphine

Publié le 06 Décembre 2017