Marie D.
Biographie

Née le 7 mars 1976 à Rochefort sur Mer. A grandi entre l'ile d'Oléron et Poitiers avant de s'installer en région parisienne. Mère de deux enfants. Ecrit depuis son adolescence à titre personnel jusqu'à ce premier roman mélant bribes de vie et fiction.

Marie D. a noté ces livres

5
Bonjour Marie, J'ai aimé l'extrait que vous proposez. Chaque anecdote tient en haleine, chaque personnage est dépeint d'une manière réaliste. L'atmosphère qui se dégage de votre récit est déroutante, angoissante et cocasse à la fois. En vous lisant, je me suis rappelé les sensations que j'éprouvais en regardant "destination finale" dans mon adolescence même si votre écriture subtile, intelligente, rythmée et décalée, est à un niveau bien au-dessus. Bravo. Bien amicalement.
Publié le 29 Mai 2017
5
Bonjour Jocelyne, J'ai passé un très bon moment de lecture avec ce "pari silencieux" (qu'on pourrait aussi appeler "suis moi, je te fuis, fuis moi, je te suis") qui se lit d'une traite. Plusieurs ingrédients y sont parsemés : de l'amour, de l'amitié, de l'humour et de l'érotisme juste dosé, sans parler des vieux démons qui hantent les personnages et qui tend vers le domaine de la psychologie. Ce quator amical et amoureux est attachant, chacun ayant sa personnalité. Les dialogues sont sympas, relevés. J'ai beaucoup aimé certaines expressions, en particulier, "courir la prétentaine". En résumé, un bon moment de détente, une écriture qui glisse (sans arrière pensée douteuse ;)). Bien amicalement.
Publié le 29 Mai 2017
5
Cher Monsieur, votre roman est venu se poser sur le sentier de mes lectures et ne se fera pas oublier de sitôt parce qu'il marque. Quelle belle histoire ! Quels personnages attachants ! On suit le destin d'Anne et de Jean-Jacques en se demandant tout au long de la lecture quelle en sera l'issue. On ressent leurs émotions, leur amour avec plus de pudeur pour Jean-Jacques, on les accompagne dans leur solitude amoureuse comme le font leurs compagnons de vie. A noter un beau dépaysement et des phrases dignes d'être citées : "Finalement, le roman d'une vie n'a pas de commencement. On ne peut alors le compléter... On ne saura jamais comment il finit." Une lecture à savourer. Bien cordialement.
Publié le 23 Février 2017
5
Cher Paul, J'ai été intriguée par votre avatar et votre proposition de lecture (ou d'écriture) contrastés, alors, je me suis lancée. Jusqu'à "Montréal", j'ai eu peur que votre prose "se cantonne" à la nostalgie et au pessimisme malgré la beauté des textes. Et puis, j'ai découvert de véritables bijoux de poésie avec une affection toute particulière pour ""Balisage", "La vieille", "A deux mais seuls", "Troisième nuance de gris" et j'en passe. Votre recueil est surprenant. Vous passez de la prose soutenue à des petits scenarii légèrement truffés d'argot, tout ceci offrant une variété à l'ensemble. Dans ce mélange, on croit percevoir un clin d'œil au côté enfantin de Jean De La Fontaine ("Pic vert") et des "coups de gueule" appréciés ("Casseurs de rêves"). Les poèmes à répétition sont bienvenus et pas en surnombre (on pourrait s'en lasser). Je ne les citerai pas tous même si chacun d'entre eux pourraient être sujets à commentaire. En résumé, une jolie découverte, une bien belle poésie qui est la vôtre. Bien cordialement.
Publié le 20 Février 2017
5
Bonjour Chrissem, j'ai beaucoup aimé votre nouvelle surnaturelle, surprenante, joliment écrite qui pourrait faire espérer une suite et qui donne envie de découvrir Keats. Bien cordialement.
Publié le 13 Février 2017

Pages